L’abrutissement étatique

Par Philippe David

Ok, ils ont apparemment gardé les treize pires sur un échantillon de 15, mais ça ne vole définitivement pas très haut. Disons que ça ne dépeint pas un très beau tableau de notre système d’éducation…

Quand tu poses des questions d’histoire du Québec (niveau sec V) à quelqu’un qui dit aspirer à vouloir enseigner cette matière et qu’elle n’est pas capable de répondre.

Quand des étudiants de sciences humaines sont incapables d’identifier le ministre de l’éducation et le premier ministre du Québec.

Quand on rencontre quelqu’un de niveau collégial ou plus qui ne sait même pas la différence entre les accents de sa propre langue maternelle (qu’on enseigne en première année du primaire).

Quand des étudiants qui manifestent contre l’a-u-s-t-é-r-i-t-é ne savent même pas épeler le mot et encore moins ce qu’il signifie.

On voit dans toute sa splendeur la supercherie qu’est l’éducation gérée par l’état. Le gouvernement n’a aucun intérêt à former des penseurs critiques car les penseurs critiques voient dans son jeu. Il veut des ignares qui vont gober sa salade et en redemander.

Ne me parlez pas de démocratie

Par Philippe David

Je m’apprête à commettre un blasphème, un péché mortel contre l’orthodoxie étatiste. Je vais candidement vous avouer que je déteste la démocratie (ou démocrassie, comme je préfère l’épeler). Mais pourquoi, me direz-vous? La démocratie n’est-elle pas garante de liberté? N’est-elle pas le meilleur (ou du moins, le moins pire) de tous les systèmes politiques?

Je suppose que oui, ça l’est, si vous croyez que la seule façon possible d’organiser une société est de choisir une méthode précise, de l’imposer par la force et de ne jamais en dévier pour quelque raison que ce soit. Si vous croyez que les seuls choix se limitent à la démocratie, la monarchie, l’oligarchie ou la dictature.

Une illusion et une délusion

La démocrassie est à la fois une illusion et une délusion. Croire en la démocrassie, c’est avoir l’illusion qu’en votant, vous avez un certain contrôle sur le processus politique alors que votre vote pèse moins que rien dans la balance et n’a aucune influence sur le résultat.  

Vous croyez vraiment qu’on peut parler de représentativité quand, dans les associations étudiantes une poignée de militants imposent leur volonté à coup de votes à main levées, d’assemblées interminables dans des salles trop petites, de quorums ridicules et d’intimidation à peine voilée, à une majorité d’étudiants et au reste de la population? Vous croyez vraiment que vos convictions sont représentées alors que les députés de l’Assemblée Nationale votent unanimement contre celles-ci et personne ne s’élève pour défendre le point de vue opposé?

C’est aussi la délusion que ces personnes aux jolis chapeaux à qui nous déléguons notre pouvoir personnel ont la solution à même une infime fraction de tous nos problèmes alors qu’ils ont pourtant prouvé qu’au contraire, ils ne possèdent aucune sagesse que nous ne possédons nous-même, et que non seulement ils ne règlent pas nos problèmes, mais nous serons énormément chanceux s’ils ne les empirent pas.

Vous croyez que je suis cynique? Cessez d’évaluer les politiciens à leurs intentions et commencez à les évaluer aux résultats qu’ils obtiennent et vous vous rendrez vite compte que pas un politicien n’a résolu, par exemple, le problème de la pauvreté, mais qu’en revanche, ils ont tous emprisonnés les pauvres dans un cycle perpétuel de dépendance.

Voyez-vous, si les politiciens apprenaient aux pauvres à pêcher par eux-mêmes plutôt que seulement leur donner un poisson. De quelle utilité nous seraient-ils après? Ce n’est donc pas dans leur intérêt de résoudre nos problèmes.  Il est plutôt dans leur intérêt de découvrir toujours plus de problèmes pour que nous les suppliions d’intervenir et de nous sauver! Tels les vendeurs d’huile de serpent d’antan, les politiciens ont toujours été plus adeptes à nous inventer des maux pour mieux faire semblant de les guérir avec un quelconque remède-miracle. Sauf que malheureusement, la majorité d’entre-nous  n’a toujours pas réalisé la supercherie et tombe encore dans le panneau.

Voter c’est…

Voter c’est abdiquer votre souveraineté individuelle au profit du concept fumeux de la « nation ». Une abstraction collectiviste selon laquelle il ne peut exister qu’une seule collection de valeurs qui doit primer sur toutes les autres.

Voter c’est accepter que d’autres ont droit de cité sur votre corps, votre esprit et votre propriété et qu’ils ont le droit de se l’approprier par la violence.

Voter, c’est aussi voler. Peu de gens ne songeraient à forcer la porte de leur voisin et de lui voler ses biens, mais ils se font un devoir de voter pour un politicien qui leur promet mer et monde sans leur dire qu’il ne peut rien leur donner qu’il ne devra pas confisquer d’abord par la force à quelqu’un d’autre. Ils votent donc, sans le réaliser, pour voler leur voisin et se faire voler eux-même. Voter est donc sanctionner le vol.

Donnez une chance à la liberté

Vous voulez savoir ce qui est une véritable utopie? C’est croire qu’une certaine élite dans des tours d’ivoires sera capable de trouver de meilleures solutions à des problèmes de société que des millions d’individus sur le terrain.

Les grandes inventions de ce monde sont-elle venues de bureaucraties gouvernementales ou d’individus tentant de combler un besoin spécifique?  Avons-nous plus de chance d’obtenir quelque chose d’une poignée de cerveaux dans un cadre rigide ou de millions de cerveaux laissés libres d’imaginer toutes les possibilités?

Dans une de ces chansons, John Lennon disait « All we are saying, is give peace a chance ». Ne serait-il pas temps de laisser une chance à la liberté plutôt que la coercition? Reprenons notre pouvoir.

Tant qu’à protester…

Par Philippe David

L’adolescence et le passage à la vie adulte sont une période de grande confusion.  Je peux certainement attester que cette période fût particulièrement difficile pour moi. Nous croyons tout savoir, mais nous ne savons rien et nous sommes particulièrement  vulnérables à l’endoctrinement à cet âge où nous venons à peine de prendre conscience des injustices de ce monde et c’est trop facile de se laisser influencer par des solutions simplistes comme « Faire payer les riches ».

Je comprend donc un peu pourquoi les jeunes se révoltent, mais comprendre ne veut pas dire approuver.  On a beau se révolter, mais encore faut-il le faire pour les bonnes raisons. Malheureusement, nos jeunes manquent affreusement de connaissances de l’histoire et d’économie, ce qui les amène à parader dans les rue en agitant le drapeau de l’URSS ou en portant un t-shirt du Che, symboles d’un système qui a pourtant appauvrit, affamé et tué des millions d’individus au nom d’un idéal collectiviste insoutenable et du tout-à-l’état. Ce que nous avons ici n’est pas du communisme, mais c’est une version « soft » du fascisme. C’est le contrôle étatique d’une économie privée par le copinage corporatiste et syndicaliste. Mais l’histoire a déjà démontré que ce genre de modèle est insoutenable à long-terme. Comme pour toutes les formes de socialisme (et le fascisme EST du socialisme), l’argent des autres finira toujours par manquer.

Les Don Quichotte du statu quo

Et ils se révoltent contre quoi, nos jeunes? Se révoltent-ils contre les temps d’attente dans nos salles d’urgence? Contre les listes d’attentes pour les chirurgies? Contre la corruption endémique de l’état? Contre le décrochage scolaire? Contre l’illettrisme chronique produit par notre système d’éducation merdique et dont ils sont les premières victimes? Est-ce qu’ils rêvent d’une économie dynamique qui leur assurera un emploi et un brillant avenir? Non!

Ils font la révolution pour obtenir les même privilèges dont dont ont profité leurs ainés, mais qui nous conduisent à la ruine. Ils rêvent du statu quo qui nous mène vers un mur ou pire! Ils veulent appuyer sur l’accélérateur! Ils ont été tellement endoctrinés par des profs syndicalistes encroutés, qu’ils ne réalisent pas que les tables du buffet sont vides et que ce sont eux qui vont se retrouver avec la note.  Parce que leurs ainés se sont bien empiffrés mais n’ont payé qu’une fraction de ce qu’ils auront à payer pour le maintien de ces services. Le reste, ils l’ont pelleté par en avant sur la dette et ce sont les jeunes qui devront la payer.

C’était facile d’offrir des belles pensions de vieillesse quand il y avait 7 travailleurs pour un retraité mais qu’arrivera-t-il quand ce sera un travailleur pour 7 retraités? Mais on leur a fait croire que l’argent pousse sur les arbres. « Refusons l’austérité » qu’il disent. Sauf que l’austérité dont ils se plaignent n’est qu’un moulin à vent , pas un géant et le véritable géant qu’ils ignorent, c’est la dette qu’ils devront payer avec des impôts toujours plus élevés. C’est aussi une détérioration constante des services publics qui leur sont si chers parce que la façon qu’ils sont livrés est inefficace et coûteuse et que trop de l’argent public est avalé dans des trous noirs.

Le gouvernement est le problème, pas la solution

L’économiste Milton Friedman disait qu’il existe quatre façons de dépenser de l’argent:

1- Vous dépensez votre argent pour vous-même et vous serez naturellement soucieux d’obtenir le meilleur service au meilleur prix

2- Vous dépensez votre argent pour quelqu’un d’autre et vous serez soucieux du prix, mais pas tant de la qualité de ce que vous achetez. 

3- Vous dépensez l’argent des autres pour vous-même et vous ne sous soucierez pas tant du prix et vous aurez un méchant bon lunch.

4- C’est comment le gouvernement dépense de l’argent. Vous dépensez l’argent des autres pour les autres et dans ce cas, vous vous fichez éperdument combien ça coûte ou de ce que ça vaut.

C’est ce qu’on voit régulièrement dans la façon cavalière que les deniers publics sont dépensés tant par les politiciens que les fonctionnaires et la façon indécente que certains se graissent la patte et celle de leur petits zamis.  C’est ce qu’on voit dans la façon que certains programmes inutiles sont maintenus en vie, simplement pour préserver des jobs de fonctionnaires. 

Hé les jeunes! Tant qu’à vous faire tabasser par les flics…

Vous voulez avoir une éducation de meilleure qualité les jeunes? Vous croyez que nos universités sont sous-financées? Alors vous auriez tout intérêt à exiger du gouvernement, non pas qu’il augmente les impôts et les taxes, mais qu’il fasse le ménage et qu’il cesse de s’éparpiller et financer des missions qui ne sont pas les siennes.

Vous auriez aussi intérêt à exiger que le gouvenement en fasse moins, parce que le gouvernement est la façon la moins efficace de dépenser de l’argent et que le meilleur endroit pour cet argent plus tard sera dans vos poches plutôt que dans les mains des fonctionnaires parce que vous savez beaucoup mieux qu’eux quoi en faire. 

Vous devriez aussi exiger que le gouvernement rembourse la dette ici et maintenant pendant que vos parents sont encore là pour vous aider à la payer. Quand il ne restera que vous pour rembourser les $275 milliards, ça va faire mal et c’est vous qui allez manger de la merde. Mais de grâce! Arrêtez de manifester pour maintenir un modèle qui va vous écraser et vous appauvrir!

Rapport Godbout: C’est pour mieux vous piller, mes enfants…

Par Philippe David

Cette semaine, un rapport a été remis au gouvernement par le fiscaliste Luc Godbout proposant une réforme de notre système fiscal. La principale proposition serait de hausser la TVQ à 11% et baisser l’impôt sur le revenu. En principe, ça se défend. La plupart des économistes sont d’accord pour dire que taxer la consommation est un moindre mal comparativement à taxer les revenus.  Mais il y a un os, ou même plusieurs os selon moi.

Une habile diversion

Pendant que nous discutons de quel mode de taxation est le meilleur, peu de gens réaliseront que nous sommes encore à discuter de la colonne des revenus plutôt que de regarder la colonne des dépenses. Or ce n’est pas un problème de revenus que nous avons, c’est un problème de dépenses. Les québécois sont encore et toujours les plus taxés d’Amérique du Nord. Trouver des nouvelles façons de presser leur citron ne produira pas bien plus de jus. En fait, ça pourrait même en produire moins puisque les gens changeront leurs comportements pour  payer moins de taxes.

Pour éviter de payer plus de TVQ, ceux qui sont proches de l’Ontario, par exemple, choisiront d’aller faire leurs achats de l’autre côté de la rivière aux Outaouais. Pourquoi aller magasiner à Gatineau quand on n’a qu’à traverser un pont pour économiser sur les taxes? D’autres feront certains achats en ligne, etc. Le résultat pourrait être que le gouvernement se retrouvera avec moins de revenus au bout de la ligne. C’est le principe qui avait été mis de l’avant par l’économiste Arthur Laffer avec sa fameuse courbe. Il vient un point où toute augmentation de taxe a un effet négatif. Nous avons déjà atteint ce point. On pouvait le constater quand lorsque Nicolas Marceau était ministre des finances, son ministère n’a jamais réussi à atteindre les cibles de revenus espérées dans son budget pour réduire le déficit.

 Le problème n’est donc pas dans la colonne de revenus, il est dans la colonne des dépenses. Il est dans chaque cent dépensé dans des programmes dépassés qui n’ont plus leur raison d’être. Il est dans chaque cent dépensé en salaires et avantages sociaux consentis aux employés publics et politiciens dont ne bénéficient pas la grande majorité des travailleurs du privé. Il est dans chaque cent dépensé en gaspillages  de toute sorte. Il est dans chaque cent perdu en corruption (et nous ne voyons que la pointe de cet iceberg) endémique au pouvoir. Il est aussi dans chaque cent dépensé en BS corporatif, où nous dépensons trois fois plus que l’Ontario, pourtant beaucoup plus populeuse que le Québec. Il est aussi dans chaque cent dépensé dans des services onéreux et frivoles offerts par notre gouvernement, qui ne sont offerts par aucune autre administration publique en Amérique du Nord.

Taxer, c’est voler

Je ne le répéterai jamais assez, mais fondamentalement, la taxation est un prélèvement par la force. Si vous ne le croyez pas, tentez l’expérience de refuser de payer et voyez combien ça prendra de temps pour que des gens armés viennent frapper à votre porte. Nous ne payons pas de taxes, ils nous prennent les taxes. Il y a dans cette phrase une importante distinction.

S’approprier la propriété d’autrui par la force est la définition même du vol. Que ce vol soit perpétré par des politiciens  au nom d’un soi-disant « bien commun » ne change rien à la donne.  Quand la mafia envoie des hommes dans des commerce pour prélever des frais pour leur « protection », personne ne se fait d’illusions sur la moralité de la chose, et pourtant, c’est exactement la même chose que font tous les gouvernements du monde.

On dit que le plus grand accomplissement du Diable fût de nous faire croire qu’il n’existait pas. Le plus grand accomplissement de l’État fût de vous faire croire que la façon qu’ils se finance à vos dépens est morale, légitime et surtout, nécessaire. Pourtant il n’y a que ce type d’organisme au monde qui ne vit pas d’échanges volontairement consentis.

Mais… mais… nous avons un contrat social!

Ou est-il ce contrat? Je ne l’ai jamais vu, encore moins signé. Et vous? Par définition, un contrat détaille exactement ce qui est fourni comme biens et services et quel prix est exigé en retour. Il définit exactement quel niveau de service est aussi offert et quelles sont les obligations des deux parties. Or qu’en est-il du fameux contrat social?

Certains prétendent que les taxes et impôts sont le paiement pour les services rendus par l’état, mais c’est de la foutaise. Le gouvernement décide très arbitrairement de quel montant vous devriez payer et vous n’avez aucun pouvoir de négociation autant sur le montant à payer que sur quels services sont offerts et quel niveau de service vous obtenez pour ce que vous payez.  Vous ne pouvez pas non plus choisir pour quels services vous désirez payer ou ne pas payer. C’est tout ou tout. Nous ne pouvons pas dire tout ou rien, parce que vous ne pouvez même pas opter pour le rien.

Je travaille dans un domaine ou la définition de « niveau de service » est capitale. Si mon employeur ne remplit pas ses obligations en ce qui a trait au niveau de service spécifié dans son contrat, il doit payer des pénalités.

Dites-moi, quand avez-vous vu le gouvernement rembourser qui que ce soit quand la qualité de ses services était inacceptable? Obtenons-nous une compensation quand nous devons poireauter 20 heures à l’urgence ou attendre un an dans la souffrance en attendant une chirurgie orthopédique ou qu’un être cher meurt sur la liste d’attente pour une chirurgie cardiaque?

Obtenons-nous un remboursement lorsque nos enfants sortent des CEGEPs et des universités et ne maitrisent toujours pas leur langue maternelle, encore moins une langue seconde? Sommes-nous aussi remboursés lorsque des motards sont remis en liberté faute de ne pas avoir obtenu un procès dans des délais raisonnables?

Ne voyez-vous donc pas l’absurdité de dire que tous ces impôts et taxes que nous payons sont un paiement légitime pour des services qu’au bout de la ligne nous ne recevons pas ou dont la qualité est tellement médiocre que nous courrions dans les bras d’un compétiteur s’il y en avait un?

Alors, excusez donc mon manque d’enthousiasme pour un rapport qui ne fait que chercher des moyens de nous piller plus efficacement, alors qu’aucun effort n’est fait pour améliorer le rapport qualité/prix de ce que nous recevons supposément en retour.

Marie-Antoinette part à la retraite

Par Philippe David

Au moment que j’ai écrit ces lignes, vous avez probablement  entendu parler du courriel éventé par le Journal de Montréal provenant d’une fonctionnaire de l’agence de revenu du Québec qui part pour une pré-retraite d’un an à plein salaire,  dans lequel elle faisait part à ses collègues de tous ses petits projets de voyage et de se la couler douce.  Beaucoup ont trouvé cette histoire choquante. Pour ma part, ce n’est pas tant le contenu du courriel que l’attitude derrière qui me choque. 

Lorsqu’informé de l’histoire, le Président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux a souligné que la dame ne fait que profiter d’avantages qui lui sont dus. C’est vrai. Ça ne change cependant rien au fait que comparativement aux conditions de travail plupart des contribuables québécois, les avantages dont jouissent les fonctionnaires sont carrément indécents.

Une étude récente de l’Institut Fraser rapporte qu’en moyenne, les salaires des fonctionnaires du Québec (tous niveaux de gouvernement confondus) sont 10,8% plus élevés que ceux qui travaillent dans le secteur privé. Comme si ce n’était pas assez, ils bénéficient  également de la Rolls Royce des plans de retraite, de congés payés accumulables, moins d’heures de travail et une sécurité d’emploi en béton armé. Les graphiques ci-dessous, tirés de l’étude illustrent bien ces différences:

Condittions de travail public vs privé

 Bien entendu, pour ceux qui suivent un peu l’actualité, rien de tout ça n’est nouveau. Il y a belle lurette que les fonctionnaires du Québec sont choyés. La dame mentionnée plus haut bénéficie du fait que les fonctionnaires peuvent cumuler leurs congés de maladie inutilisés tout au long de leur carrière pour se payer un an sans travailler à plein salaire. Allez voir combien de travailleurs du privé peuvent se permettre ça. Vous allez chercher longtemps. 

Pourtant, ce qui est le plus scandaleux n’est pas tant ces conditions de travail privilégiées, mais l’attitude des fonctionnaires quand ils défendent leurs privilèges. Les commentaires à la chronique d’hier de Michel Hébert en disent long à ce sujet. Pour eux, ce sont des acquis qu’ils ont mérités (en travaillant moins et en s’absentant plus que tout le reste du monde) et ils s’en félicitent sans gêne aucune.

Mais la réalité est toute autre. Ces conditions de travail, ils les ont obtenues parce que les services qu’ils prodiguent sont monopolisés par l’état et que seulement la menace d’une grève tient toute la population en otage puisque, contrairement au privé, la clientèle ne peut pas aller voir un compétiteur. Le gouvenement n’est pas non-plus soucieux de la rentabilité puisqu’ils obtiennent leurs revenus des contribuables par la force.  Leur intérêt ne se retrouve pas dans les moyens de payer pour tous ces avantages mais de préserver la paix sociale. Les négociations syndicales dans le secteur public se résument généralement à l’image d’un négociateur syndical qui pointe un révolver sur la tempe du contribuable pendant qu’il passe le stylo au politicien en disant « Signe ça ost…! »

Les avantages des fonctionnaires sont donc le fruit d’une extorsion grossière sur le dos des contribuables, qui eux n’ont pas ces avantages mais, comme la noblesse d’autrefois, soit les fonctionnaires en sont totalement ignorants ou ils s’en tapent royalement. Ils tiennent à leurs privilèges et si le bon peuple n’a plus de pain, tant pis! Qu’ils mangent de la brioche! 

Souvenez-vous en la prochaine fois que vous les verrez dans la rue à protester contre «l’austérité» parce que les contribuables ne devraient pas être les seuls à se serrer la ceinture.

Fouille raisonnable ou déraisonnable?

Par Philippe David

Comme beaucoup de parents, j’ai été stupéfié autant par le fait qu’une adolescente a été contrainte à enlever tous ses vêtements derrière un drap dans le cadre d’une fouille à son école que de la façon cavalière qu’Yves Bolduc a commenté la chose. Fort heureusement,  le Premier Ministre Couillard a remis les pendules à l’heure en disant que ce genre de pratique dans nos écoles devrait cesser. 

Cependant, une question demeure dans mon esprit et celle-ci sera peut-être répondue si la famille de l’adolescente maintient sa poursuite contre l’école. Ce genre de fouille est-il excessif au sens légal de la chose? Jusqu’où une direction d’école peut aller? La cause M.R.M. c. Sa Majesté la Reine,  qu’on m’a cité en exemple comme jurisprudence établit effectivement que le milieu scolaire dispose d’une plus grande latitude d’exécuter une fouille sans mandat, tant que le personnel a une raison suffisante de croire que l’élève est en possession de drogues ou d’une arme. Cependant, il ne définit pas vraiment ce qui constitue une fouille raisonnable ou à quel point elle peut être invasive. Dans la cause en question, l’étudiant n’a été assujetti qu’à une fouille sommaire où il a dû vider ses poches, relever ses jambes de pantalons, etc. En aucun temps n’a-t-il dû retirer ses vêtements.

Donc, contraindre un étudiant à se déshabiller est-il vraiment nécessaire? N’est-ce pas un tantinet trop invasif et humiliant pour un milieu scolaire, même si l’étudiant est caché derrière un drap? Si c’était à moi d’en décider, je pencherais définitivement dans le sens que c’est excessif.  Et considérant qu’aucune drogue n’a été trouvée sur l’élève, on peut effectivement questionner la fiabilité des informations qui ont mené à cette fouille.  Il sera donc intéressant de voir ce que les juges en diront.

C’est drôle, mais lorsque j’étais au secondaire, j’avais toujours été frappé par les similarités entre un établissement scolaire et un établissement carcéral. En tant qu’adulte, je reconnais que la plupart des mesures auxquelles j’ai été assujetties à l’école ont été raisonnables (je n’ai jamais subi de fouille cependant). Cet événement n’aide certainement pas à évacuer cette impression que les jeunes ont parfois de vivre dans une prison.

Mon corps, mon choix.

Par Philippe David

C’est un débat éthique très intéressant. Devrait-on forcer les gens à donner leurs organes?  La famille de Marie-Ève Fontaine de Windsor croit que oui. Marie-Ève Fontaine est en attente d’une greffe de poumons. Je compatis avec elle, mais ce n’est pas si simple. Il y a beaucoup de considérations éthiques en jeu. La première est l’intégrité de la personne, un droit garanti par nos deux chartes des droits et libertés.

Simplement dit, nous sommes tous propriétaires de notre corps et de notre esprit. C’est la première condition de la liberté et c’est de là que découlent tous nos autres droits. Que d’autres personnes soient propriétaires de votre personne signifierait que vous êtes esclave de ces personnes et cela leur confère le droit de contrôler votre vie.  Sans l’auto-propriété, dites au revoir à la liberté d’expression, de religion, etc. puisque votre vie ne vous appartient plus. Mais comment cela s’applique-t-il aux dons d’organes?  Si vous êtes le propriétaire de votre corps, ça veut dire que vous êtes également propriétaire de ses composantes tout comme les vêtements que vous portez, ou votre maison et tout son contenu, ou votre voiture. Qu’arriverait-il si on venait vider votre maison de tout ces meubles sans votre consentement? Ce serait du vol, n’est-ce pas? Et si vous étiez mort, cela donnerait-il le droit à n’importe qui d’aller se servir dans vos biens? Bien sûr que non! Est-ce que ça fait une différence si on vole vos biens pour aider des nécéssiteux? Moralement, non. Un vol est un vol, peu importe les motivations du voleur. Alors d’où prenons-nous cette idée qu’il serait moral et éthique de confisquer vos organes sans votre consentement explicite?

Mais des gens meurent faute d’avoir des organes à greffer!

Oui, c’est vrai, mais le fait d’avoir un besoin ne vous donne pas le droit d’aller voler le bien d’autrui pour le satisfaire. Ce genre de comportement, c’est la loi de la jungle où le plus fort prend ce qu’il veut par la force et au diable les autres. Dans une société libre, la propriété des autres doit être respectée. Donc, que quelqu’un consente à faire don de ses organes est une chose, mais de prélever les organes sans son consentement en est une autre entièrement.

Et si on assumait que vous consentez à moins d’avis contraire?

Beaucoup de pays fonctionnent avec le principe du consentement implicite. C’est l’idée que plutôt que de signifier votre consentement explicitement en signant une carte de donneur (au Québec, c’est à l’endos de votre carte de la RAMQ), on assume que vous y consentez, à moins que vous ne signiez un refus. «Mais quelle différence ça fait?», me demanderez-vous. Une très grosse différence. Imaginez si on faisait une loi disant que vous léguez tous vos biens au gouvernement à votre mort, à moins de signer un papier quelconque pour que ceux-ci aillent à votre succession. Seriez-vous d’accord? Moi pas!  Alors pourquoi voudriez-vous qu’on fasse la même chose pour vos organes? Y aviez-vous seulement réfléchi?

Y a-t-il une autre alternative?

Nous arrivons encore à la conclusion que le seul choix éthique pour obtenir des organes est un consentement volontaire explicite. Mais n’y aurait-il pas un moyen d’inciter plus de gens à consentir à se qu’on prélève leurs organes après leur mort? Bien sûr, on pourrait sensibiliser les gens au besoin criant pour ces organes et les encourager à signer mais après on fait quoi? Y aurait-il un moyen plus efficace que de compter sur l’altruisme?

Et si on pouvait vendre nos organes? «Quoi?!?» dites-vous avec indignation, «Marchandiser nos organes? Mais c’est immoral!!»

Vraiment? Si j’offre mes reins volontairement et que quelqu’un voulait payer un certain montant pour les rendre disponible à des gens qui ont besoin d’une greffe et qu’on signe un contrat détaillant toutes les modalités, nous aurions une entente qui est mutuellement bénéfique aux deux parties. Quelqu’un obtiendrait un rein qu’il a besoin et moi, ou plus probablement ma succession, obtiendrait une compensation financière. Puisque c’est complètement volontaire, qu’est-ce qu’il y a de si immoral là-dedans, comparativement à prélever les organes de de force ou avec le consentement implicite qui est tout aussi douteux, côté éthique? N’ai-je pas le droit de disposer de mon corps comme je le veux ou est-ce que ça ne s’applique qu’aux partisans de l’avortement?

Cette approche, bien qu’elle rebutterait certaines personnes, serait un incitatif autant pour le donneur, qui pourrait être motivé par autre chose que par pur altruisme, et pour sa famille qui souvent résiste, même si le donneur a consenti.

Entre la carotte et le bâton, moi je préfère la carotte, pas vous?

Cinq bonnes raisons de libéraliser les drogues

Par Philippe David

Le débat sur la libéralisation des drogues fait rage depuis longtemps, mais y a-t-il de bons arguments en faveur de cette libéralisation. Je vais m’efforcer ici de vous en donner quelques-uns et déboulonner quelques mythes qui persistent encore.

  1. La prohibition ne réduit pas la consommationLa prohibition des drogues existe depuis le début du XXe siècle. Malgré ça, quiconque veut obtenir des drogues de nos jours peut les trouver facilement et ce, malgré l’augmentation constante de ressources que nous coulons à chaque année dans l’interdiction des drogues. Même dans les pénitenciers fédéraux, un récent sondage indique que 17% des détenus se sont récemment injecter des drogues. Si nous ne pouvons même pas contrôler la circulation des drogues dans un environnement aussi sévèrement contrôlé qu’un pénitencier, comment peut-on espérer que la police puisse contrôler la circulation de ces drogues dans nos rues? Durant la prohibition de l’alcool des années 1920-1930 aux États-Unis, la consommation d’alcool n’a diminué que de 20%. Croire qu’on peut diminuer la consommation de drogues avec nos politiques anti-drogues actuelles relève de la pure utopie.
  2. La prohibition rend les drogues plus dangereusesUne des conséquences d’interdire certains produits addictifs est ce que Richard Cowan a appelé «la loi de fer de la prohibition». Puisque les traficants de drogues courent un risque appréciable à produire et transporter leur produit, ils cherchent à maximiser leur produit en augmentant la puissance ce ceux-ci. Pendant les années 20, les bootleggers ont découvert qu’il était beaucoup plus payant d’abandonner le commerce de la bière et des vins qui étaient beaucoup plus volumineux, en faveur de spiritueux. Conséquemment, pendant cette période, la consommation de spiritueux a beaucoup augmenté par rapport aux alcools plus légers comme la bière et le vin. Le même phénomène se retrouve dans la prohibition des drogues. Il est bien plus payant pour les trafiquants de drogues de fournir du crack ou de la methenphétamine, qui sont beaucoup plus faciles à transporter et distribuer que du cannabis qui est extrêmement plus volumineux en comparaison.  De plus, la clandestinité fait en sorte que les consommateur n’ont aucune information disponible sur la pureté, la qualité et les dosages, les rendant particulièrement vulnérables au surdosage et à la consommation de produits plus toxiques qu’ils ne le seraient autrement.
  3. La prohibition augmente la criminalité et les crimes violentsLa prohibition augmente la criminalité de plusieurs façons. Premièrement, en raréfiant la disponibilité des drogues, elle en augmente les prix de façon marquée, ce que augmente de risque que les narcomanes en quête de leur prochaine dose aient recours au vol et à la violence pour obtenir l’argent pour soutenir leur dépendance. Ensuite, elle relègue la production et la distribution des drogues entre les mains de criminels qui n’ont pas de recours légaux pour régler leurs disputes. Dans un marché légalisé, les divers acteurs peuvent utiliser les tribunaux pour régler leurs différends ou utiliser les mécanismes de marché pour s’assurer une plus grande part. Dans le monde interlope, «éliminer la concurrence» ne signifie pas généralement une guerre de prix, mais quelque chose de beaucoup plus violent. Si le crime organisé existe et prospère, c’est justement grâce à la prohibition de nos vices, que ce soit l’alcool, les drogues, le jeu ou la prostitution.
  4. La prohibition détourne les ressources de la prévention et du traitement vers la répression

    La guerre aux drogues nous coûte annuellement plusieurs milliards à tous les niveaux de gouvernement et paralyse littéralement notre système judiciaire sans donner de résultat appréciable. En revanche, des pays comme le Portugal  ont obtenu des résultats très positifs en libéralisant la consommation et la possession des drogues et en utilisant les ressources ainsi épargnées sur des programmes de prévention et de traitement. En moins de dix ans, le Portugal est passé d’un des plus grands consommateurs de drogues en Europe à l’un des plus petits.
  5. La prohibition est porteuse de corruption.Chaque fois qu’on banni une activité ou un commerce, il y aura des gens qui vont profiter de ce pouvoir qu’ils ont d’interdire ou fermer les yeux. Comment croyez-vous que les drogues arrivent à pénétrer jusque dans nos pénitenciers? Le trafic de drogues n’est certainement pas une exception. Ce petit jeu favorise grandement les plus grosses organisations criminelles et les rend plus puissantes.

 

Conclusion

Depuis cent ans qu’elle dure, la prohibition des drogues s’est avéré un échec total tant au niveau de la réduction de la consommation que pour la prévention et le traitement de la narcomanie. Au contraire, elle exacerbe le problème en le reléguant au marché noir dans les mains de criminels, rendant la consommation des drogues plus dangereuses et en augmentant le taux de criminalité.

En revanche, la libéralisation des drogues diminuerait le danger de la consommation et la réduirait en préconisant la consommation de drogues plus douces et moins addictives comme le cannabis plutôt que crack et la meth. Elle réduirait la criminalité en permettant un marché légal pour ce produit. Quand est-ce que vous avez vu des producteurs d’alcool se flinguer en pleine rue? Et finalement, elle nous permettraient de traiter les narcomanes de la façon qu’ils devraient être traités, c’est-à-dire comme des malades plutôt que comme des criminels. Elle nous permettrait d’utiliser nos ressources à traiter ceux-ci ou même prévenir qu’ils commencent à consommer, traitement infiniment plus civilisé et humain que de les mettre en cage. En 2012, un sondage Angus-Reid démontrait que 57% des canadiens sont en faveur de la légalisation du cannabis. Ne serait-il pas temps de changer de stratégie?

______________________________________________________________________

Références:

A Canadian perspective on «the war on drugs» and drug policy reform – The Fraser Institute

Au Portugal, dix ans de bon usage de la dépénalisation – Le Monde

War On Drugs A Global Failure, London School Of Economics Says – Huffington Post Canada

Alcohol Prohibition Was A Failure – Mark Thornton – Cato Institute

Canada – Drug Control Data and Policies – Drugwarfacts.org

How Prohibition Makes Any Drug MORE Dangerous – The Drug Policy Forum of Texas

 

 

À vouloir protéger ses acquis…

Par Philippe David

Beaucoup de technologistes médicaux sont en colère au sujet de la dernière publicité d’une campagne intitulée  À vouloir tout réécrire de la Fédération des Médecins Spécialistes du Québec.  Voici la pub en question:

Dans un communiqué, l’Ordre Professionnel des Technologistes Médicaux du Québec (OPTMQ) répondait ceci à la FMSQ:

L’OPTMQ tient à faire savoir à la population que les résultats de  tests de laboratoire ne se perdent pas. Dans la plupart des cas, lorsqu’un résultat n’est pas disponible, c’est que le spécimen reçu au laboratoire était inadéquat pour diverses raisons, comme une mauvaise identification de l’échantillon, une quantité insuffisante de spécimen, un mauvais tube, un bris dans le transport, etc.

Mes contacts au sein de cette profession confirment en effet que le plus souvent, une mauvaise identification et des échantillons insuffisants ou de mauvaise qualité sont en cause. Cependant, ces occurrences sont relativement rares comparativement au volume d’échantillons traités quotidiennement par les laboratoires de centres hospitaliers.

En plus de mettre en cause la compétence des technologistes médicaux, les publicités de FMSQ semblent mettre en cause les coupures budgétaires pour les problèmes du système de santé, comme si les dépenses de santé n’étaient pas déjà le plus gros poste budgétaire du gouvernement du Québec et que son poids budgétaire n’était pas en augmentation constante depuis plus de 30 ans! Si les problèmes de notre système de santé étaient une simple question de mieux financer les différents services, ne croyez-vous pas que le problème devrait déjà être résolus avec tous les milliards que nous coulons annuellement dans ce puits sans fond?

Il y a belle  lurette que nous connaissons la solution aux maux de notre problème de santé et nous savons d’ores et déjà que c’est une réforme en profondeur qui s’impose. Nous savons bien que nous pouvons nous inspirer de pays comme la Suisse, la Suède, les Pays-Bas ou même Singapour pour changer nos façons de livrer et financer nos soins de santé tout en préservant l’accessibilité à tous. Mais trop d’organisations profitent du système tel qu’il est.  La FMOQ et la FMSQ sont en tête de  liste. Est-il donc surprenant qu’aucun politicien des partis représentés à l’Assemblée Nationale ne propose ce genre de réforme?

Pas fort de tenter de se  faire valoir en rabaissant les autres professionnels de la santé. À vouloir préserver ses acquis, la FMSQ vole plutôt bas avec cette campagne de publicité.

Droit et Éthique

Par Philippe David

Beaucoup d’encre a coulé autour du thème de la libre-expression depuis une semaine. J’ai moi-même défendu l’idée que ce droit est absolu. J’aimerais maintenant parler de l’autre côté de la médaille.

Plusieurs ont applaudi ces médias qui par solidarité, ont publié des caricatures controversées de Charlie Hebdo. Je l’ai fait moi-même pour la cause de la libre-expression, mais ça ne veut pas dire que je le referais sous d’autres circonstances. Beaucoup ont également critiqué les médias qui ont, pour diverses raisons, refusé de publier ces caricatures. Cependant, je ne les critiquerai pas moi-même.

L’autre versant de tout droit est la responsabilité. Si, en principe, nous avons le droit de tout dire et écrire (ou dessiner) ce que nous voulons, nous pouvons cependant nous garder une petite gêne. La nuance a capter ici, c’est que cette restriction soit volontaire et non par peur de représailles. Comme je l’ai expliqué dans ma récente chronique. Ce n’est pas d’hier que des fanatiques tentent de museler les médias par l’intimidation et la violence.

Mais si un média décide pour des soucis d’éthique de volontairement s’auto-censurer, il n’y a rien de réprehensible  là-dedans et c’est même tout à l’honneur de l’équipe éditoriale. Nous voulons certainement que les médias se comportent de façon responsable. Nous faisons tous le choix de nous taire  plutôt que d’émettre des propos blessants à un moment ou un autre, et c’est tout à fait normal. La liberté d’expression nous permet de dire au gens ce qu’ils ne veulent pas entendre, ça ne veut pas dire que nous devons le faire de façon grossière. On peut parfaitement faire preuve de tact pour critiquer même un sujet sensible comme la religion.

Je ne porterai donc pas de jugement envers ces médias qui ont refusé de montrer les caricatures. Je n’ai aucun moyen de savoir s’ils ont cédé à la menace ou s’ils ont agit par souci éthique. Je leur donnerai le bénéfice du doute à ce sujet parce qu’agir selon leur propre conscience est aussi leur droit.

L'alternative à la pensée unique médiatique

Switch to our mobile site

WordPress SEO