le moindre crosseur

Le moindre crosseur

Par Philippe David

Mardi matin on a entendu un grand soupir de soulagement collectif avec les résultats du plus récent sondage de Léger Marketing qui, avec un échantillonnage qui ne laisse qu’une faible marge d’erreur, confirme que le PQ est en chute libre et le PLQ pourrait remporter une majorité. Soupir de soulagement, non pas parce qu’un gouvernement libéral est bien meilleur qu’un gouvernement péquiste, mais parce que bien peu d’entre nous veulent vraiment avoir à supporter l’incertitude et la bisbille constitutionnelle inhérente de tout régime péquiste, et aussi l’incompétence patente que l’équipe de Pauline Marois a démontré depuis les derniers dix-huit mois.

Le spectre de la souveraineté et du référendum

Les partisans du PQ parlent toujours de campagne de peur, chaque fois que les autres partis brandissent le référendum comme épouvantail, et dans une certaine mesure, ils ont raison. Mais ils ne peuvent pas nier non-plus que la souveraineté et la possibilité d’un autre  référendum amène une bonne dose d’incertitude qui affectent les calculs des entrepreneurs et des investisseurs. Si vous vous demandez pourquoi l’emploi et l’investissement privé ont stagné pendant toute l’année 2013, demandez-vous quelle personne saine d’esprit irait risquer des millions là où le régime politique est instable et hostile au développement économique? Risqueriez-vous vos propres économies à démarrer une entreprise pendant que Pauline Marois et Nicolas Marceau sont à la barre de notre économie? Moi pas.

Veut, veut pas, la souveraineté aura toujours un coût économique en termes de peur du changement et d’incertitude de régime. L’entrepreneuriat et la création de la richesse sont des choses qui se planifient sur le long-terme et on ne peut faire ça lorsque la stabilité politique n’est pas au rendez-vous. Si nos élus s’amusent à tout faire pour créer des conflits entre les différents paliers de gouvernement pour tenter d’influencer l’opinion publique, les entrepreneurs et investisseurs mettront leurs projets en veilleuse et laisseront la poussière retomber avant de décider quoi faire. C’est naturel.

Pour en finir avec la charte de laïcité

Cette charte a toujours été un calcul électoraliste de part du PQ et un mauvais calcul en plus. Le PQ a tenté de jouer sur les peurs et l’ignorance de bien des québécois envers l’islamisme et l’immigration afin de se poser en grand défenseur de « l’identité québécoise ».  Tout d’abord, si vous croyez que baliser les accommodements religieux et bannir le port de signes religieux par les employés de l’état va résoudre le problème de la montée de l’islamisme et de l’intégrisme religieux, vous avez de sérieuses délusions. Alors à quoi bon essayer de nous l’enfoncer dans la gorge. D’autant plus, que nous savons d’avance, de l’avis du Barreau du Québec et de la Commission des Droits de la Personne, que ce projet de loi sera rejeté par la Cour Suprême. Donc, la seule raison de vouloir persister et refuser tout compromis sur un projet de loi qu’on sait déjà inconstitutionnel, et d’en faire un enjeu électoral, c’est simplement pour l’instrumentaliser pour gagner une majorité et créer de la zizanie avec le fédéral pour mousser la popularité de la souveraineté. Parce que Dieu sait que les souverainistes sont incapables de de vendre leur projet sur ses propres mérites. Le PQ a fait le pari que les électeurs seraient  si totalement hypnotisés et hébétés par le débat sur la charte pour tout oublier l’incompétence de son gouvernement. Heureusement, les gens ne sont pas aussi stupides.

Les crosseurs

Maintenant, des voix s’élèvent pour aller questionner l’intégrité des libéraux. Je serai certainement le dernier à les défendre, mais d’un autre côté, même si la Commission Charbonneau n’a pas encore dévoilé autant d’incidents impliquant le PQ, elle n’a encore que gratté la surface de la relation entre le PQ et les syndicats, je ne suis pas prêt à dire que le PQ est vraiment plus vertueux sur le plan éthique. N’oublions pas que Mme Marois a déclenché des élections en contravention de sa propre loi sur des élections à date fixe, alors qu’elle et son conjoint étaient convoqués à comparaitre en commission parlementaire pour expliquer le fameux « deal » avec la FTQ. Ça remet certainement en question l’éthique de Mme Marois. J’aurais tendance à croire qui si le PLQ n’est pas tout blanc, le PQ n’a certainement pas de supériorité morale à ce chapitre. Le pouvoir a corrompu également les deux partis, et la seule raison que les autres puissent revendiquer n’avoir aucun squelette dans leur placard, est qu’ils n’y ont jamais gouté.

Donc, si votre choix se limite strictement au tandem PQ-PLQ qui s’échange le pouvoir depuis 1976, vous pouvez peut-être croire que vous votez pour le moins crosseur, mais vous allez inévitablement voter pour un crosseur. Ce n’est pas un terriblement bon incitatif, si vous voulez mon avis. Peut-être que vous devriez considérer voter pour quelqu’un d’autre.

Marois headache

LA PANIQUE EST MAUVAISE CONSEILLÈRE

Par Daniel Paquet

Depuis le début, je me demande qui est la bolle qui a dit à madame Marois «Vas-y, Pauline, c’est le temps où jamais». Et depuis le début, je me dis que jeux veux être à la porte du bureau de chômage quand cette bolle déchue va s’y présenter sur son âne, encore enrobée de goudron et de plumes.

 Mais plus j’y pense, plus je me dis que cette bolle, c’est Pauline elle-même.

 Oh, elle planifiait un scrutin printanier… elle et ses bonzes y travaillaient sûrement, quotidiennement, minutieusement, dans le but de tenter d’obtenir leur majorité avec le dégel.

 Et là, les caquistes et les libéraux les ont convoqués, elle et son invisible conjoint Claude Blanchet, en commission parlementaire pour répondre aux questions de l’opposition sur le «DEAL».

 Et ce fut la panique.

 Si on attendait une journée de plus, la Première se voyait obligée d’ouvrir aux yeux de tous son panier de linge sale.

 Elle a donc appelé des élections.

Précipitamment.

 Tellement vite qu’on a refusé de répondre aux médias la première journée.

 Tellement vite qu’on en a oublié de mettre de l’avant la charte, pourtant incontournable, base péquiste de toute élection gagnante dans ce Québec divisé.

Ça a pris deux semaines pour qu’on s’en rappelle.

 Tellement vite qu’on a accordé derrière portes closes à Pierre Karl Péladeau le titre de Capitaine Québec, mettant ainsi entre les mains d’un riche héritier qui n’avait jamais fait de politique active les rennes de la campagne, ce qui a fait déraper une élection déjà bien mal partie.

 Tellement vite qu’entre deux débats, on a sorti les vieux livres d’histoires à la page 1995, et on a eu la brillante idée d’inventer une invasion d’étudiants ontariens qui veulent prendre le contrôle du Québec.

 

Regardez aller le PQ:

Vraiment, la panique est bien mauvaise conseillère!

L'alternative à la pensée unique médiatique

Switch to our mobile site

WordPress SEO

Featuring YD Feedwordpress Content Filter Plugin