Human Action: Un résumé, conclusion

Ludwig von Mises

Human Action, ce chef-d’œuvre de Ludwig Von Mises est un ouvrage grouillant de sagesse. Je vous invite dans l’univers de Mises avec ce résumé en six parties. Bien sûr, il appert qu’il m’est impossible de refléter la profondeur de ces écrits de 881 pages (en petit caractères) en quelques lignes, mais j’espère bien parvenir à y faire ressortir l’essentiel. Certains passages sont plus personnels suite à ma  compréhension. J’espère que vous apprécierez. Bonne lecture! 

 

 

PARTIE 7: LA PLACE DE L’ÉCONOMIE DANS LA SOCIÉTÉ (CONCLUSION DE MISES)

 

Peu importe la justesse d’une théorie, la condition première pour qu’elle soit appliqué est d’avoir la faveur du public. Dans notre système démocratique, la majorité va toujours imposer sa volonté sur la minorité et si la première n’accorde pas de crédibilité à la théorie économique, aucun gouvernement, aussi convaincu soit-il, ne pourra se soustraire d’intervenir dans le marché, chose qui est voulu par la majorité (historiquement et présentement, du moins).

 

Un autre problème de la science économique, dans le sens de la praxéologie et non pas dans le sens d’histoire économique i.e. étude de données passées pour comprendre un événement, est que beaucoup de facteurs ont contribué à diminuer son impact.

 

La théorie économique n’est pas utile à grand monde. Aucun individu, personnellement, n’a d’avantages à en retirer. L’individu agit dans son meilleur intérêt et c’est ce qui compte à ses yeux. De comprendre pourquoi ce fait amène le plus grand bonheur au plus grand monde, ne lui est pas vraiment important. Par contre, l’avancement de cette science a stimulé l’engouement de certaines personnes dans le domaine. Ces personnes, dans leur désir tout naturel d’augmenter leur utilité i.e. leurs revenus, ont trouvé des façons de vendre leur service d’économiste dans la société. Ils sont maintenant en demande pour justifier un paquet de mesure interventionniste et les vendre au grand public ou encore d’orienter les débats à l’avantage de leur employeur. Un groupe X va s’attendre de son économiste que son rapport l’avantage; sinon, il n’achèterait pas ses services. Malheureusement, ces économistes basent leur évaluation sur des données économiques. Ces données viennent du passé, elles font partie de l’histoire et ne sont donc pas garante de l’avenir. Ces économistes, pour protéger leur utilité, ont à travers l’histoire toujours essayé de museler les défenseurs de la théorie économique pure, ceux qui expose leur inutilité justement dans la prédiction du futur. Les historiens économiques ont leur utilité, certes, mais d’essayer d’orienter l’économie vers une direction déterminée est chose impossible.

 

L’économie ne doit pas être réservée à un cercle d’initié, aux universitaires, à l’élite. C’est la philosophie de la vie humaine et des actions et elle concerne tout et tout le monde. C’est la base de la civilisation humaine et de son existence. Malheureusement, on a réussi à travers l’histoire à nous faire croire le contraire et à nous désintéresser de la question, nous convainquant que c’est hors de notre portée. Ce faisant, on érode toujours la base de la société basée sur la division du travail, notre liberté. On se doit de renverser la vapeur, car si on continue de refuser d’accepter les lois qui régissent notre société, on court à notre propre perte.

 


MA CONCLUSION

 

Quand je me suis lancé dans l’aventure de résumer l’œuvre de Ludwig Von Mises, je ne voyais pas la tâche trop ardue. Mal m’en prit, car de communiquer la profondeur de ses écrits s’est avéré, pour moi, un travail quand même respectable et je n’ai absolument pas la prétention d’avoir réussi aussi bien que je le voulais. Mon cheminement dans l’économie autrichienne a commencé en 2008 via le libertarianisme. J’ai alors pu mettre un nom sur un sentiment qui m’animait depuis fort longtemps, mais dont je manquais de connaissances pour bien structure ma pensée. Quiconque s’aventure dans cette école économique finit, tôt ou tard, par entendre parler de Ludwig Von Mises et de son œuvre phare Human Action. Il me fallait donc lire ce livre. C’est une belle brique, il faut le dire. Bien des gens ne s’aventurent pas dans un roman si long, alors de parcourir un traité sur l’économie d’une telle ampleur demande beaucoup de temps, mais je ne le regrette pas.

 

Ce qui m’a toujours renversé depuis que je défends la liberté est à quel point cette philosophie, surtout le côté économique, est mal comprise. Nos détracteurs nous accusent de vouloir accentuer les maux qu’ils croient inhérents au capitalisme, alors qu’en fait ils exposent des problèmes de l’interventionnisme. Même quand on leur explique cet état de fait et que l’oreille nous écoute, on arrive très souvent un refus de nous croire pour une raison qui m’est inconnu. Peut-être un mécanisme de défense de voir qu’on se fait bullshiter depuis le berceau? Néanmoins, je continue tant que je peux à prêcher la bonne nouvelle. Aussi souvent que quelqu’un veut bien m’écouter en fait, mais c’est plutôt rare. Les gens préfèrent les Star-Académie, les Harry Potter, les U2 et le Canadien. Ils ont parfaitement le droit de s’intéresser à ce qu’ils veulent, c’est leur vie, mais je veux tout simplement dire que l’économie et la liberté n’intéresse pas grand monde. On se fie donc à l’opinion des « spécialistes » pour forger notre pensée et à la majorité qui nous entoure. En plus, quand une décision de l’état nous révolte, on l’oublie après deux mois.

 

La plupart des gens sont bien intentionnés et veulent réellement améliorer le sort du plus grand nombre. Quand 95% des discours nous disent que c’est par l’état que les problèmes se règlent, il est difficile de penser le contraire, à moins d’y mettre le temps nécessaire à s’informer. Aussi rationnel nos explications peuvent être, on ne fait partie que du 5% et les gens se sentent plus à l’aise dans leur relation sociale de faire partie du 95%. C’est un réflexe normal. De toute façon je les comprends. Pourquoi, moi, je peux avoir raison sur un paquet de spécialistes qui disent le contraire? Je ne dis pas que j’ai raison, je ne crois pas que quelqu’un peut prétendre détenir la vérité, mais je n’arrive pas à trouver de meilleures explications que ceux fournit par les Autrichiens.

 

Donc, la lecture de ce livre a véritablement renforcé ma compréhension de l’économie et c’est pourquoi j’ai décidé de la partager aux gens qui n’ont pas le goût ni le temps de s’aventurer dans sa lecture. Si vous avez de l’intérêt à le faire, je vous encourage fortement, car j’ai peut-être réussi à exposer 10% de la matière du livre, sans plus. J’invite aussi les étatiques à le lire. Si, après sa lecture, vous continuez à penser que le libre-marché n’est pas la solution aux maux que vous essayer de combattre, je serai très intéressé à comprendre votre point de vue. Le problème, par contre, c’est que ce livre m’a amené beaucoup de nouvelles questions. Mais est-ce vraiment un problème…

 
Soyez sympa! Partagez!