Les pillards, les quêteux et les agneaux sacrificiels

Dans son livre Atlas Shrugged, maintenant disponible en français, Ayn Rand identifie 3 types de personnages: les pillards (looters), les quêteux (moochers) et ceux qui sont compétents et travaillent.

Les pillards

Le pillards, ce sont les banquiers de Wall Street, les grandes corporations, les groupes d’intérêts et les politiciens, qui ne cessent de manigancer pour utiliser le pouvoir de l’État à leur avantage et s’enrichir en s’attribuant une part toujours plus grande des deniers publics ou ne faisant voter des lois qui les favorise au détriment de leurs compétiteurs et les politiciens corrompus qu’ils achètent en finançant leurs campagnes électorales et qui sont plus qu’heureux de retourner l’ascenseur une fois élus. Ce sont eux les grands responsables de la situation actuelle et tant qu’ils resteront près du pouvoir, les choses ne feront qu’empirer.

Les quêteux

Les quêteux, ce sont ces gens qui campent sur Wall Street pour protester contre les pillards. Non pas pour rétablir la justice, mais plutôt parce qu’ils aimeraient tout simplement avoir leur part du butin et ils veulent que l’État leur donne. Pour eux, un emploi et un train de vie confortable n’est pas quelque chose qui se mérite, c’est un dû. Ils réclâment qu’on leur donne un revenu minimum garanti, peu importe leur situation d’emploi (un chausson avec ça?). À quoi bon travailler si on a un revenu garanti? Ils veulent un salaire minimum de $20/heure!

Ils veulent des études universitaires gratuites. Ça vaut quoi un diplôme gratuit? Demandez aux cubains qui font $20 par mois, qu’ils aient fait leurs études universitaires, ou pas. Moi je dirais comme le disait le chroniqueur Bernard Mooney, lors du récent forum du RLQ sur l’éducation:

« Si on ne veut pas payer pour son éducation, c’est qu’on accorde aucune valeur à l’éducation »

Les quêteux veulent également que ce soit les autres qui paient pour leurs soins de santé. Ils réclâment un système de santé gratuit et universel. Peut-être devrait-on les envoyer visiter l’urgence d’un hôpital à Montréal quand ils se feront tabasser par les flics. Question de voir ce que ça donne un système de santé universel gratuit.

Ils veulent des barrières protectionnistes contre tous les produits importés, mais il veulent des frontières ouvertes pour migrer et travailler où ils veulent (le beurre, l’argent du beurre et le cul de la fermière en bonus).

Ils veulent également qu’on pardonne toutes les dettes, souveraines et personnelles, qu’on soit en défaut de paiement ou non. Bien sûr! Et pourquoi pas un petit bonus avec ça tant qu’a y être, juste pour vos beaux yeux! Ça sert à quoi de gérer son crédit responsablement? Suffit de « maxer » sa carte de crédit et dire aux banques de se mettre leur état de compte quelque part où le soleil ne brille pas, non?

Bref, ils croient que tout leur est dû par le fait même de leur piètre existence sur cette planète et qu’ils n’ont donc pas à lever le petit doigt pour se le mériter.

Les agneaux

L’autre groupe se fait maintenant appeler les 53% (ici, ce serait les 40%). Ce sont les agneaux sacrifiels qui se font saigner par le biais des taxes et impôts au profit des pillards et des quêteux. Ce sont ceux qui payent plus de 90% des impôts. Ils travaillent dur, bâtissent des commerces et créent des emplois ou ils ont deux ou trois emplois. Ils travaillent 50, 60, 70 heures par semaine. Ils payent leur dettes, ils payent leurs études et leurs soins de santé. Ils ne comptent sur personne d’autre qu’eux-même pour subvenir à leurs besoins. Ils assurent eux-même leur propre réussite et leur confort, pour se voir confisquer le fruit de leur travail et se faire traiter d’égoïstes de vouloir le garder. Étrangement, personne ne traite d’égoïste, ceux qui cherchent à s’approprier le bien d’autrui.  En voici quelques-uns:

 « J’ai trois emplois. J’ai une maison que je suis incapable de vendre. Les coûts d’assurances pour ma famille sont outrageux. Je ne blâme pas Wall Street. Avalez, les pleurnichards! Je suis le 53% qui vous subventionne que vous puissiez camper sur Wall street et vous plaindre. »  « J’ai 20 ans et j’ai quitté l’université en 2009 pour démarrer ma propre entreprise. J’emploie des gens qui ont deux fois mon âge. Je paie mes dettes moi-même. Je paie mes taxes et celles de mon entreprise. Je travaille plus de 70 heures par semaine. Je n’ai pas d’assurance-santé. Je n’ai jamais rien demandé à personne. Je n’ai pas encore beaucoup d’argent. Je n’ai pas eu 3 journées de congé consécutives depuis 2009. Je ne blâme pas Wall st. Je blâme les politiciens de carrière élitistes. Je suis le 53% »
   
 « Je suis propriétaire d’une petite entreprise. J’ai déjà tout perdu et ça pourrait se reproduire. Je prend des risques pour que mes enfants aient une vie meilleure, pas pour que vous puissiez vous asseoir sur votre cul à mes dépens. Je suis le 53% »  « J’ai été élevée par une mère monoparentale. J’ai travaillé à 2 emplois pendant le secondaire. J’ai été la première de ma famille à aller à l’université. J’ai travaillé pendant toutes mes études universitaires. Après mes études j’avais 3 emplois. 1 à temps-plein et 2 à temps partiel. J’ai commencé à payer pour mon assurance-santé à 21 ans. Écrasez la racaille gauchiste et Dieu bénisse l’Amérique. Je suis Brittney et je suis le 53% »

 

Pour ma part, j’ai un emploi à temps plein et je travaille au moins 20 heures par semaine à éditer un journal qui dénonce la corruption des politiciens, des corporations, des syndicats et autre groupes d’intérêts qui têtent constamment les mamelles de l’État. Mon nom est Philippe et je fais partie du 40% qui paie pour faire vivre 60% de mes concitoyens. Et comme eux, j’en ai marre de me faire saigner.

Soyez sympa! Partagez!

4 réflexions au sujet de « Les pillards, les quêteux et les agneaux sacrificiels »

  1. « Et comme eux, j’en ai marre de me faire saigner. »

    faut croire que non, puisque cela fait près de 10 ans que tu annanes les mêmes anneries et que tu es encore présent ici à te faire plumer, comme tu dis. Pourtant la terre est vaste et tu as la liberté de mouvement!

    A propos de ton emploi à temps plein, tu es syndiqué n’est-ce-pas? Tu travailles pour la fonction publique n’est-ce-pas?

    1. Et toi, t’es pas encore dans un paradis socialiste comme Cuba? Ou le Venezuela peut-être?

      A propos de ton emploi à temps plein, tu es syndiqué n’est-ce-pas? Tu travailles pour la fonction publique n’est-ce-pas?

      Et qu’est-ce qui peut bien te faire croire ça? Non, je ne suis pas syndiqué et je ne travaille pas pour la fonction publique.

  2. @Clopp – Une des beautés de la démocratie c’est qu’on peut rester à l’intérieur et essayer d’en changer des bouts. C’est ce que nous faisons nous les 40%.
    Et puis si M. Philippe ÉTAIT syndiqué et/ou fonctionnaire, ça enlève quoi à son argumentaire? Que si tu es syndiqué et fonctionnaire c’est ferme ta gueule et profite de l’état? Voyons donc, quel genre d’argument est-ce que tu présentes? Je connais bien des syndiqués « obligés » qui ne demanderaient pas mieux que d’être libres mais qui vivent sous un gouverne-maman depuis 40 ans et qui n’ont pas le « droit d’association » mais bien « l’obligation d’association ».
    Faut faire attention aux arguments qui ne tiennent pas debout.

    @Philippe: Le cul de la fermière… est bonne en taboire, je l’avais jamais entendue celle-là. Je la prend et je vais la réutiliser.

Les commentaires sont fermés.