Congrès du PLQ : Le maître des « patentes à gosses »

 

Caricature par Ygreck

En fin de semaine, les militants (autorisés?) du Parti libéral du Québec iront applaudir leur maître: ce grand prestigidateur du Québec, ce champion des « patentes à gosses ».

Honnêtement, le monde là, sommes-nous véritablement étonnés du dernier artifice de Jean Charest? Cela lui a réussi jusqu’à présent, non? Pourquoi se serait-il privé de tenter une autre arnaque? La carrière de ce grand prestigidateur n’était-elle pas florissante?

Souvenons-nous.

En 2004-2005, Jean Charest faisait dire à son ministre des Finances de l’époque, Yves Séguin, que son budget comprenait une baisse d’impôt de 1 milliard de dollars alors qu’en réalité, le gouvernement instituait de nouveaux programmes de redistribution sociale (Soutien aux enfants, Prime au travail). Aussi insensé que cela puisse paraître, on disait baisser les impôts de ceux qui n’en payaient déjà pas!

Deux ans plus tard, ce fut le grand exploit du Fonds des générations. L’ADQ était devenue menaçante avec ses discours sur la dette. Au lieu de contrôler ses dépenses et de diminuer la dette, Jean Charest optait pour jouer à la bourse en confiant des sommes à la Caisse de dépôt et de placement. Selon les plus récents documents budgétaires du gouvernement, le Fonds des générations a une valeur marchande de 3,5 milliards $. Tout un exploit alors que selon l’agence DBRS, le déficit pour cette année seulement est de 9,1 milliards $ !!! et que la dette, elle, a augmenté de 6,5 %!

Plus récemment, Jean Charest faisait dire à son ministre des Finances, Raymond Bachand, que le gouvernement allait contribuer 66% de l’effort pour atteindre l’équilbre budgétaire. Au moins, cette fois-là, les « cols rouges » de Québec n’y ont pas cru et étaient dans la rue! Ils avaient bien raison, car depuis ce temps, de nouvelles conventions collectives ont été signé, le nombre d’employés du secteur public a augmenté de même que le nombre d’organismes gouvernementaux. Pire, on a « suspendu » la loi sur l’équilibre budgétaire et le gouvernement s’est octroyé une carte de crédit GOLD avec fonds illimités (Lire « Le chèque en blanc » de David Descoteaux) !

Je vous ferai grâce de la parade et des artifices qu’a utilisés Jean Charest pour ne pas se conformer au jugement Chaoulli (santé). Quelle belle opportunité perdue! On pourrait peut-être également ajouter à la liste le mirage du Plan nord.

Ainsi, pour Jean Charest, il est possible de diminuer les impôts de ceux qui n’en paient pas, d’alléger le fardeau fiscal en taxant davantage, de rembourser la dette tout en l’augmentant et de dégager une marge de manoeuvre tout en augmentant le service de la dette…

La dernière tromperie: il est possible d’annoncer une commission d’enquête sans se conformer à la Loi sur les commissions d’enquête et sans contraindre les gens à témoigner. Non mais…

Serait-ce la goutte qui fera déborder le vase? Il semble que oui. Selon le Journal de Québec de ce matin, 81% des Québécois ne croient pas que la « Commission » va réussir le mandat qu’on lui a confié. À la Une de La Presse, les policiers de Montréal doutent de la pertinence de cet exercice sans dents. De même, Yves Boisvert raconte que des juges de la Cour supérieure fulminent à l’idée que Jean Charest se serve du prestige de la Cour à des fins politiques!

Je vous le dis. Jean Charest brûle, discrédite et détruit tout sur son passage.

Alors aux libéraux qui seront autorisés à assister à votre Conseil général de cette fin de semaine, voici: VOUS DEVRIEZ AVOIR HONTE si vous appuyez la dernière décision de votre maître à penser. Qu’avez-vous donc fait de votre sens éthique et du devoir?

Votre parti a gagné! Sans aucun doute, il y a au moment d’écrire ces lignes une méga opération de « damage control ». Vous laisserez-vous intimider?

Alain Dubuc s’interroge ce matin dans la Presse. « Pourquoi Jean Charest n’est-il pas allé jusqu’au bout? », se demande-t-il. Voici ma réponse.

Parce qu’il faut croire que les dirigeants du Parti libéral du Québec ont plus peur de ce qui se révélerait lors d’une véritable commission d’enquête que de perdre les prochaines élections. Et ça, c’est pas peu dire de ce parti de pouvoir qu’est le PLQ!

Soyez sympa! Partagez!