Qu’est-ce qu’un volontariste?

Le volontarisme est une philosophie sociale portée par un très haut standard de moralité. Un volontariste base toute sa pensée concernant les relations humaines sur un simple axiome qui est le principe de non-agression. Ce principe implique que tout usage de force, de coercition, de violence contre quelqu’un est moralement condamnable. Je ne peux pas vous contraindre à faire quoi que ce soit sans votre consentement et nous n’avez pas l’autorité moral de m’obliger à faire quelque chose pour vous ou pour quelqu’un d’autre. Chaque individu est libre de sa personne et de ses actions et n’est contraint de quoi que ce soit d’autre que de respecter la liberté d’autrui. Chaque individu est, également, individuellement responsable de ses actions.

Le principe de non-agression s’appuie sur un concept fondamental qu’est celui de la propriété. Ce concept est très, très mal compris par une majorité de gens. Je viens de terminer la lecture de ce livre très intéressant qui peut vous éclairer grandement sur le sujet: Boundaries of order: private property as a social system. C’est ce livre qui a planté le dernier clou du minarchisme pour moi.

Dans cet ouvrage, Shaffer nous apprend ce qu’est la propriété et comment on en détermine le propriétaire. Pour résumé, la propriété est la partie de la nature sous le contrôle d’un être. N’importe quel organisme vivant sur cette planète se doit de contrôler une partie de la nature pour son utilisation exclusive au détriment des autres dans le but de survivre. L’humain n’y échappe pas. C’est un concept ancré dans nos gênes sur quoi est basée la survie. Ce qui détermine qui est propriétaire d’une propriété (concept qui est défini très clairement dans le livre, l’auteur est professeur de droit) est la notion de contrôle. Pour déclarer avoir une propriété, il faut en avoir le contrôle.

Shaffer avance dans son livre que tous les conflits qu’on observe dans nos relations humaines sont, en fait, toujours une violation de nos droits de propriété. Le conflit prend naissance du fait que deux ou plusieurs personnes ne s’entendent pas sur la frontière entre deux propriétés i.e. la partie qui est sous le contrôle de qui. Quand un individu essaie de dépasser la frontière (de ne pas respecter le principe de non-agression), il y a un conflit qui émerge.

Un volontariste juge, basé sur le principe de non-agression, qu’il est totalement immorale de tenter d’imposer un contrôle sur la propriété de quelqu’un d’autre. Notre propre corps, notre vie, notre énergie étant, de par notre état d’être vivant, notre propre propriété, il est totalement immorale que d’autres personnes tentent d’imposer leur propre volonté sur notre vie. Les volontaristes sont pacifiques et toute forme de violence les répugne.

En poursuivant dans cette logique on peut facilement déclarer qu’il est moralement condamnable de tuer (atteinte à ma propriété corporelle), voler ou frauder (atteinte à ma propriété matérielle) ou d’user de violence pour contraindre quelqu’un à notre volonté (atteinte à mon libre arbitre, à la propriété de ma vie). Bien que les trois premiers ne nécessitent pas d’explication, je crois qu’il faut éclaircir le dernier. Je ne peux pas user de violence pour vous contraindre à vous comporter d’une façon qui est contre votre volonté. Pour demeurer pacifique, je dois respecter votre personne, vos choix, vos volontés tant et aussi longtemps qu’ils n’empiètent pas sur ma propriété à moi. Ce que vous faites de votre vie et des produits qui en découlent ne regardent que vous et je n’ai aucun droit quel qu’il soit de décider pour vous quoi en faire.

Êtes-vous d’accord avec moi, jusqu’à maintenant, qu’il est moralement condamnable de tuer, de voler, de frauder et d’user de coercition? Si oui, tant mieux nous pouvons continuer; si non, vous pouvez optimiser votre temps ailleurs sur le Web, il est impossible que vous soyez d’accord avec le reste du texte…

Les volontaristes, comme j’ai dit au départ, sont portés par un très haut standard de moralité. Donc, ce qu’ils considèrent immoral l’est toujours et en toute circonstance. Donc, il est tout aussi immoral qu’un groupe de personne, bien qu’il est l’appuie de la majorité, use de meurtre, de vol, de fraude ou de coercition envers d’autres individus. Vous aurez compris que les volontaristes sont contre toute forme d’organisation qui se donne le pouvoir d’imposer sa volonté aux gens. Les volontaristes sont contre l’état. Pourquoi Paul ne peut pas visiter son voisin et le tuer alors qu’un pays peut déclarer la guerre à un autre et assassiner des dizaines (des centaines, des milliers) de gens? Pourquoi Paul ne peut pas voler de l’argent à son voisin alors que l’état peut collecter des impôts de façon violente (essayez de ne pas payer vos impôts, vous finirez par rencontrer de la violence dans le processus)? Pourquoi Paul ne peut pas contraindre son voisin à lire un livre en particulier alors que l’état peut imposer un apprentissage obligatoire à tout le monde?

Le problème de notre société moderne, bien qu’on essaie de nous convaincre du contraire, est que les droits de propriété ne sont pas du tout respectés et nous observons donc des conflits. L’état se permet de prendre le contrôle de n’importe quel élément de propriété de façon arbitraire et d’en faire ce qu’il veut sous prétexte de répondre aux demandes de la majorité. Admettons qu’on accepte la prémisse pour fin d’argumentaire que l’état répond bien aux demandes de la majorité (bien que la théorie des choix publics nous prouve le contraire), les volontaristes n’acceptent pas le fait qu’un groupe d’individu (la majorité) impose sa volonté à une autre personne (la minorité). C’est moralement mauvais et indéfendable.

Pour vivre dans une société pacifique, on doit nécessairement respecter cette partie de la nature qui est sous le contrôle des autres. Il est dans l’intérêt de tout le monde de le faire ne serait-ce que pour s’assurer que les autres respectent notre propriété à nous. Est-ce parce qu’un loi vous empêche de le faire que vous n’empiétez pas sur le terrain de votre voisin ou bien parce que vous souhaitez qu’il fasse de même de son côté?

Les minarchistes défendent leur vision en expliquant qu’il faut justement une entité neutre et toute puissante pour s’assurer que les droits de propriété sont respectés et c’est pourquoi j’étais minarchiste. Par contre, même si on établi un état ayant ce seul et unique objectif, on se retrouve encore avec le fait qu’un groupe de personne aura le pouvoir d’exercer du contrôle sur la propriété des autres sans leur consentement et donc de créer des conflits. Par ailleurs, même le système étatique de résolution de conflits (la justice) est hors de la portée de la personne moyenne. La très grande majorité des disputes se règlent autrement, à l’amiable, de façon volontaire et spontanée. La simple volonté de pouvoir vivre à l’abri de l’agression des autres nous encourage à respecter les autres. Tout le monde s’assure de régler les conflits du mieux possible dans l’harmonie. D’autres minarchistes se défendent en amenant le besoin de protection contre les agressions. C’est un besoin, je vous l’accorde, mais il peut très bien être répondu par le libre-marché. Nul besoin d’une organisation monopolistique de violence.

Ensuite, le principal point de désaccord face à cette philosophie est celui de la solidarité. Il faut s’occuper des moins chanceux de la société selon plusieurs. Je fais partie de cette majorité, mais je ne crois pas qu’il est justifié d’obliger tout le monde a adhérer à cette pensée. Si on accepte le fait que 75% des gens croient fermement qu’il faut s’occuper de son prochain (j’avance ce chiffre de façon complètement arbitraire, mais je crois que c’est plausible), les organisations/initiatives nécessaires à l’accomplissement de la solidarité verrait le jour de toute façon. Même avec notre état omnipotent, les initiatives privées de solidarité sont monnaie courant dans l’ensemble de la société. Elles seraient juste encore plus présente et probablement de façon encore plus efficace. De plus, 50% des gens qui pratiquent la solidarité de façon volontaire produiraient beaucoup plus de biens que 100% des gens qui le font de façon obligatoire (ça c’est si on considère que 100% des paie des impôts ce qui est on ne peut plus faux…) On a pas besoin d’un monopole de violence pour réaliser ce qu’on considère individuellement important.

Pour une explication approfondie du fonctionnement social sans état, vous pouvez écouter les premiers (1 et 2) podcast de Stefan MolyneuxOn serait beaucoup mieux servi si le pouvoir de contrôle serait réparti à l’ensemble des gens plutôt que dans les mains d’une poignée d’illuminée! Ne serait-ce que pour arrêter les conflits… De plus, ce qui est beau dans l’affaire, c’est que la théorie économique nous prouve qu’on aurait une société encore plus prospère.
Soyez sympa! Partagez!