Les indignés de Québec

Depuis quelque temps, des militants de la grande région de Québec occupent le terrain de l’Université du Québec dans la Vieille-Capitale. Ils campent pour protester contre le monde financier, en lien avec le mouvement de New York « Occupy Wall Street ». Mais contrairement à eux, ils n’ont pas vraiment de revendications précises, du moins, elles ne se rendent pas à mes oreilles de façon intelligible et coordonnée. Si les protestataires sont surtout composés de la clientèle altermondialiste que l’on voit défendre toutes sortes de causes sociales, soit des étudiants de sciences po et des écologistes, il est difficile d’établir des liens entre le système financier américain et celui du Canada, encore moins avec la Ville de Québec. 

Ils donnent plutôt l’impression de hippies version moderne qui veulent festoyer en plein air. J’ai personnellement vu peu de gens s’offusquer de leur présence, même les politiciens associés à la droite. Fidèle à son habitude, le maire Labeaume ne prend pas la situation au sérieux. On est loin du maire de New York qui n’est pas très à l’aise avec leur présence. Bien sûr, au début, Michael Bloomberg n’avait rien contre ce mouvement, du moins en apparence, mais il a ordonné aux pompiers et aux policiers de sa ville de retirer les génératrices du camp de fortune des indignés, pour des raisons de sécurité. Il se fie aux conditions climatiques peu avantageuses des prochains jours pour voir les manifestants quitter. 

Les principales revendications du groupe de New York est de taxer davantage les riches, de redistribuer la richesse, de restreindre le lobbyisme et de réglementer davantage le système financier. 

On peut être en accord ou non avec leurs revendications, mais dans une démocratie, il faut accepter les débats et les manifestations. Malheureusement, en ce qui concerne les indignés de Québec, ça ressemble beaucoup plus à une commune et à un « party » à ciel ouvert qu’à une manifestation coordonnée. Mais je m’opposerai toujours à ce qu’on les chasse, tant et aussi longtemps qu’ils demeurent pacifiques et qu’ils ne coûtent rien aux contribuables.

Quant aux revendications, vous connaissez généralement ma position: elles sont soient inapplicables, ou elles entraînent des conséquences graves sur le prix à la consommation, sur l’emploi ou sur la richesse collective.

Soyez sympa! Partagez!