Polygamie: L’art de tout mélanger

Cette semaine, en Colombie-Britannique, s’appuyant sur le cas d’une secte mormone à Bountiful, la cour provinciale de C-B a réaffirmé la légitimité des lois anti-polygamie du Canada, disant que celles-ci étaient nécessaires afin de protéger les droits des femmes et des enfants dans de tels mariages.

À mon avis, le tribunal mélange tout et dans le cas spécifique de la secte de Bountiful, le problème ne vient pas du mariage polygame, il provient de la secte. Cette secte encourageait le mariage d’hommes d’âge mur avec de jeunes adolescentes. Or ce comportement serait répréhensible et immoral même si le mariage était monogame, alors en quoi serait-ce pire si c’est un mariage polygame?

Le jugement du tribunal fait état de dommages faits aux femmes et enfants de telles unions, ainsi qu’à l’institution du mariage monogame. En revanche, le tribunal ne voit aucun inconvénient à ce que des adultes consentants cohabitent dans une relation polyamoureuse, tant que ceux-ci ne tentent pas de formaliser leur union. Pouvez-vous m’expliquer la différence? En quoi la dernière est moins dommageable pour les femmes et les enfants parce que les participants ne sont pas mariés?

La réalité est qu’il n’y a aucune différence et que les « dommages » n’existent pas plus dans un cas ou dans l’autre si les membres de la relation polyamoureuse sont des adultes consentants. Le jugement de la Cour tourne donc autour du concept du mariage comme tel et non du réel bien-être des participants. Il repose sur le fait que certains éléments de notre société refusent de considérer l’institution du mariage comme autre chose que l’union monogame d’un homme et d’une femme. Au fond, l’argument est le même pour le mariage gai. Il s’agit ici d’un segment de la société qui impose, par le biais de la force de l’état, son sens de la moralité au reste de la société, sans égard à ceux qui désirent volontairement vivre autrement.

Ce qui me mène à la question: en quoi est-ce le rôle de l’état de définir le mariage? De quel droit l’état dicte-t-il à des individus comment ils peuvent s’associer? Aucun individu n’aurait le droit de le faire, donc, si un gouvernement n’a de pouvoir que ceux qui lui sont délégués par les individus qui forment la société, il serait impossible d’hériter de tels pouvoirs, puisque la collectivité ne devrait pas avoir plus de pouvoirs que les individus qui la composent. Ce droit que l’état se donne à dicter comment des adultes peuvent définir comment formaliser volontairement leur union est complètement illégitime.

Soyez sympa! Partagez!

Une réflexion au sujet de « Polygamie: L’art de tout mélanger »

Les commentaires sont fermés.