Débat: Doit-on permettre les décorations de Noël dans les édifices publics?

Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle section qui, je l’espère, sera très populaire. Périodiquement, je vais prendre un sujet d’actualité et vous demander ce que vous en pensez. Je vous invite donc en grands nombres à prendre part au débat.

Cette semaine nous avons eu une controverse sur l’installation de sapins et autres décorations de Noël dans les édifices de Services Canada. Un haut fonctionnaire a émis la directive interdisant l’installation de décorations de Noël dans ces édifices, de peur d’offenser certaines minorités.

Certains diront que dans une société pluraliste comme la nôtre, il faut réaffirmer la séparation de l’état et de la religion en bannissant tout symbole religieux de l’espace public. D’autre part, certaines fêtes comme Noël peuvent-elles être considérée comme faisant partie du domaine de la tradition, malgré leur origine religieuse? Qu’en pensez-vous? Devrait-on permettre les décorations de Noël dans les édifices publics?

Dans le but de promouvoir un débat honnête. Seul les commentaires signés seront acceptés.

Soyez sympa! Partagez!

3 réflexions au sujet de « Débat: Doit-on permettre les décorations de Noël dans les édifices publics? »

  1. Absolument! Ça fait la joie des petits et des grands! Ça fait aussi partie de nos traditions! Allez…debout Québécois et Québécoises!

  2. Je vous invite à prendre connaissance de deux textes de Mathieu-Bock-Côté. Le premier date du 24 novembre 2011, Crimes d’honneur et choc des cultures. Il prend comme point de départ le procès SHAFIA.

    Je cite: « Toutes les cultures ne sont pas interchangeables. Certaines sont plus avancées que d’autres dans le respect de la dignité humaine. Tôt ou tard, il faudra le reconnaître. Surtout, nous devrons nous assurer que ceux qui veulent venir vivre chez nous soient aussi prêts à vivre comme nous. »

    Le second est un PDF disponible sur son blogue, La tolérance multiculturelle ou le nouvel art de la censure.

    « Du texte de mes contradicteurs, je crois comprendre qu’il n’est pas possible de se situer à l’extérieur du paradigme « pluraliste » sans être exclu au même moment du champ scientifique et du champ de la légitimité démocratique. Il y a un espace du pensable et celui qui s’en écarte devient un polémiste dont on ne mentionnera les travaux que pour les tourner en ridicule. On peut alors se demander si le milieu académique tel qu’il est devenu est encore le meilleur gardien de la liberté intellectuelle. »

    Pour la seconde citation, je tends à me poser la même question.

    Pour la première, elle génère chez moi certaines inquiétudes. Pas que l’argumentaire de Monsieur Bock-Côté soit sans mérite, mais l’amalgame est déjà fait depuis longtemps entre provocations d’extrémistes et telle ou telle culture dans son ensemble. J’y suis de plus en plus sensible.

    Le problème n’est pas les autres. Le problème c’est NOUS. Un courant intellectuel prédomine chez certaines élites, celui de la honte de notre culture. Et la majorité subit, au nom d’une certaine culpabilité face à l’autre. D’une absence de représentation, aussi.

    Moi, j’ai honte. J’ai honte de notre absence de colonne vertébrale.

    Alors, Monsieur David et la gang, je vais prendre position. Je serais tenté de nuancer, élaborer, mais vais garder ça pour une autre fois en ce superbe samedi midi.

    Les décorations de Noël ont leur place dans l’espace public ET les édifices publics. Elles sont le reflet de la culture de la majorité et ces édifices publics nous appartiennent.

    On s’en reparle à coup sûr.

    Éric de la Noüe

    http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/mathieubockcote/archives/2011/11/20111124-090700.html
    http://bock-cote.net/IMG/pdf/La_tolerance_multiculturelle_ou-2.pdf

    * * *

    http://www.lapremiereminute.ca/contrepoids

  3. Pour Noel je verrai un enrichissement culturel plaisant. En haut de L’arbre on change l`étoile habituelle par un jolie croissant de lune vert… Ca c’est un accomodement raisonnable.

    Mort aux cons! (je sais! je sais! Vaste programme…).

Les commentaires sont fermés.