Débat: L’ADQ vaut-elle la peine d’être sauvée?

Comme vous le savez, l’ADQ a entamé des discussion en vue d’une fusion possible avec la Coalition Avenir Québec. Le porte-parole de l’ADQ a déclaré dans une entrevue à l’émission Connaître la Suite qu’il n’y a pas d’incompatibilités entre les valeurs de l’ADQ et de la CAQ. Beaucoup sont en désaccord. Tout accord de fusion devra être approuvée par les militants. Si elles est approuvée, l’électorat de droite se retrouvera encore orphelin. Est-ce que l’ADQ vaut la peine d’être sauvée?

Soyez sympa! Partagez!

8 réflexions au sujet de « Débat: L’ADQ vaut-elle la peine d’être sauvée? »

  1. OUI! Dans toute démocratie, nous avons besoin d’un équilibre gauche-droite. Comme ça, les deux peuvent se challenger et se donner des idées.

  2. Monsieur David, Antoine, merci d’être là.

    Alors, ça paraît que c’est un super beau dimanche après-midi, n’est-ce pas?

    J’arrête une minute pour contribuer ceci:

    La droite a besoin d’un vaisseau politique parce que, sans lui, ses partisans seront de vulgaires quémandeurs.

    Pour ceux qui ont le temps, vous pouvez prendre connaissance du  »Vrai piège caché dans le programme de la CAQ », selon moi.

    http://www.contrepoids.com/2011/11/26/le-vrai-piege-cache-dans-le-programme-de-la-caq-film

  3. Sauver l’ADQ alors que les instances du parti,sa députation et ses permanents sont disposés à vendre leur âme pour sauver leurs fesses à la prochaine élection? Il faudrait que la droite québécoise mène une OPA sur le parti d’ici la fin janvier: refuse la fusion, revampe le programme et montre la porte à la vieille garde. En attendant, outre Adrien Pouliot qui se démène…

    1. Une lecture qui se défend, Pierre. Toutefois, nous sommes devant un cas de conscience. Si la droite, c’est nous, le petit monde et ceux qui en sont par conviction, et que nous ne faisons rien, ne devenons-nous pas complices? Vous me suivez?

      Pas évident. À ce stade, ce sont les militants qui pourront décider. En contrepartie, s’ils voient que personne ne les appuie, devraient-ils se battre ou s’incliner?

      J’ai peur que plusieurs d’entre nous se satisfassent d’avoir raison dans leur salon.

  4. Ce qui m’inquiète vraiment c’est le mépris et la malhonnêteté des politiciens actuelles… Si l’ADQ fusionne j’imagine que les survivants devront se fondre à la ligne du parti et laisser un peu derrière eux leurs idéaux politiques. Qui sera là pour challenger Charest et les autres corrompus et protéger les contribuables qui sont déjà serré à la gorge.

    Comme je dis à mes parents, à force de vouloir l’égalité on va se retrouver avec des inégalités… Je crois que c’est ce qu’on voit avec le rapport de force fonctionnaire vs privée.

    1. Mon commentaire est pour Antoine.

      La politique et le pouvoir de changer les choses vous appartiendront bientôt. Parce que vous êtes la relève. Le futur c’est vous.

      Ceci dit, je vais faire ma Germaine et vous demande de m’en excuser.

      Moi, j’aurais écrit « Charest ET les corrompus » plutôt que « Charest et les AUTRES corrompus ». Si corrompus… il y a.

      Je suis plate, n’est-ce pas? Ce qui est délicat, c’est de lancer des accusations sans preuves. En matière de corruption, c’est aux faits que vous devez systématiquement vous attaquer. Le reste suivra de lui-même. Avant condamnation, il faut toujours tenir compte de la présomption d’innocence.

      De plus, au Québec nous n’élisons pas des gouvernements, nous en foutons à la porte.

      La corruption est un fléau. Mais comme j’aimerais que, collectivement, nous ayons la maturité pour élire des gouvernements plutôt que de nous contenter d’en défaire.

      Et la meilleure défense contre une idée est une autre idée.

      Voilà, Monsieur Antoine. Je sais que vous ne me croirez pas sur parole et c’est tout à fait normal. Je vous invite à mettre ça dans votre « coprocesseur » et à faire la réflexion la plus importante de toute: la vôtre.

      Merci

      Éric de la Noüe

      P.S.: Question babillards, forums et réseaux sociaux, jetez un oeil à la chronique de Nathalie Petrowski. Sur Facebook, Pierre Sormany, journaliste émérite et patron de l’émission Enquêtes, a cliqué sur le mauvais bouton et gagné à la loterie de la controverse.

      http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/nathalie-petrowski/201110/05/01-4454388-les-amis-des-amis-de-pierre-sormany.php

  5. Est-ce que l’ADQ vaut la peine d’être sauvée? Oui. L’ADQ est un parti dont le Québec à besoin. Mais l’ADQ n’a pas besoin de fusionner. S’il y a fusion, c’est la fin de l’ADQ.

Les commentaires sont fermés.