L’opéra n’est pas terminé…

Les américains se plaisent souvent à dire « The opera ain’t over ’til the fat lady sings » (L’opéra n’est pas terminé avant que la grosse dame chante). Dans le cas de la fusion entre l’ADQ et la CAQ, il semble que beaucoup ont déjà vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué et l’ours est de très mauvaise humeur. Mais trêve de métaphores.

Plusieurs, moi y compris, se sont donné beaucoup de peine pour démontrer comment ce mariage est contre-nature. Si vous interrogez un grand nombre de militants adéquistes et j’ai passé une part de mes temps libres à échanger avec un grand nombre d’entre eux sur Facebook depuis l’annonce des détails de l’entente de fusion, le feeling est que l’ADQ a vendu son âme. Les militants avec qui j’ai jasé sont pour la plupart amers et enragés. Beaucoup d’entre eux croyaient encore que l’ADQ était encore un véhicule viable pour faire avancer les idées de droite. Même que depuis que Gérard Deltell s’est retrouvé chef du parti et qu’il est allé recruter Claude Garcia et Adrien Pouliot pour présider la commission politique, l’ADQ avait remonté dans les sondages, les militants commençaient à revenir au bercail, Gérard Deltell avait donné un retentissant discours lors du premier rassemblement du RLQ et lors du dernier congrès, 78 pourcent des propositions de la commission politique, résolument à droite, ont été adoptées. L’ADQ semblait avoir retrouvé son âme et sa direction. Puis François Legault est arrivé sur la scène et il semblait que le Québec entier consentait littéralement à lui donner le bon Dieu sans confession.

Flairant une chance de sécuriser leur réélection, certains députés adéquistes se trouvaient attirés vers la CAQ comme des mouches à un tas de fumier. Les membres de l’exécutif aussi ont décidé d’accrocher leur chariot à la locomotive de Legault par pur opportunisme. Je vais laisser le bénéfice du doute à Gérard Deltell. On m’a dit qu’il était très réticent et qu’on lui a tordu le bras. Toujours est-il que les rumeurs de fusion des deux formations, alimentées par le silence de Deltell, ont totalement tué la remontée que l’ADQ avait amorcée. Certains disent que l’ADQ n’allait nulle part, c’est peut-être vrai aujourd’hui, grâce à ceux qui ont sciemment sabordé le parti avec ces rumeurs, mais ça ne l’était certainement pas avant cette histoire de fusion. Et on était surpris de la déconfiture dans Bonaventure? Pourquoi voter pour un parti qui n’existera plus bientôt?

Le pire dans cette histoire est que le caucus et l’exécutif ont « vendu » le parti pour une bouchée de pain. Ils n’ont pour ainsi dire, rien obtenu en retour. Ce n’est pas une fusion où les deux parties y trouvent leur compte, mais une prise de contrôle hostile ou un avale l’autre et ce qui est encore lus ahurissant, c’est le parti qui vient d’être fondé et qui n’a seulement jamais fait ses preuves qui avale celui qui existait depuis 14 ans.

Mais il y a une chose sur laquelle le caucus et l’exécutif n’ont pas compté, c’est la résistance des militants. Lors du vote de l’exécutif, Claude Garcia et Adrien Pouliot ont voté contre, sans surprise, mais Mikey Colangelo Lauzon et Denis Claveau de la commission des jeunes ont ausi voté contre et ont appelé tous les membres à faire de même. Je sens que la résistance s’organise et je ne serais pas surpris que d’ici au 18 janvier, beaucoup de coups de téléphone se passeront pour convaincre le plus grand nombre de militants possibles à voter contre la fusion. Ce sera intéressant de voir s’ils réussiront à contrer les projets de l’exécutif. S’ils réussissent, l’exécutif n’aurait plus le légitimité, qu’arrivera-t-il? Ça reste à voir

Soyez sympa! Partagez!

11 réflexions au sujet de « L’opéra n’est pas terminé… »

  1. Philippe Adrien n’était pas sur l’exécutif donc il n’a pas voté.Par contre moi j’était présent et j’aie voté contre cette prise de controle hostile.Albert salut

  2. Si posible… Rajouter Lauzon à mon nom de famille S.V.P dans le dernier paragraphe.

    Très bon article…

    Merci

  3. Je suis un membre en règle de l’ADQ et jusqu’à la dernière assemblée de l’exécutif national de l’ADQ, j’en faisais partie de cet exécutif. Malheureusement, je n’ai pu être présent à cette assemblée pour des raisons professionnelles et avec les résultats qui en ont découlés, je crois que messieurs Gérard Deltell et Christian Lévesque devaient être très heureux de mon absence. Au cours des assemblées précédentes, j’avais brassé royalement la cage de monsieur Deltell sur cette fusion car j’appréhendais que cela se ferait sans trop de transparence et et prendrais tous les moyens possibles pour éviter de faire le tout avec une vraie démocratie pour les membres. On voit bien maintenant que le tandem Deltell-Lévesque a donné les actifs de l’ADQ à monsieur Legault et suivi par le caucus dans le seul but d’opportunisme. Je suis totalement contre cette fusion ou plutôt ce don et j’espère que tout sera mis en place pour conserver l’ADQ comme parti de centre-droit car quant à moi, le parti québécois, le parti libéral, Québec-solidaire et la Coalition Avenir Québec sont des partis de gauche.

    1. Merci de votre témoignage M. Langlois. Nous comptons sur vous pour voter non quand vous recevrez votre bulletin de vote. Si vous connaissez d’autres membres de l’ADQ qui sont indécis, essayez de les convaincre de faire de même. Chaque vote compte.

  4. Bonjour monsieur David,

    Suite à l’option de voter à l’ADQ pour ou contre la fusion ADQ-CAQ, je crois que ceux qui sont pour le NON doivent beaucoup mieux s’organiser que de se dire uniquement par des messages de voter NON. Il est évident que je connais une très grande partie des membres de l’ADQ, étant sur l’exécutif national de l’ADQ et ayant oeuvré depuis plusieurs années tout près de la tête de l’ADQ mais il nous faut démontrer une meilleure organisation que ce que l’ADQ a démontrée depuis plusieurs années et ceci ne peut être fait que par vive voix et face à face. Les médias électroniques, c’est bien beau mais ça ne donne pas de résultats concrets. Je suis en contact présentement avec quelques personnes de haut calibre dans l’ADQ et j’espère que nous pourrons mettre en place au cours des prochaines heures une organisation solide et efficace pour contrer ladite fusion ou plutôt le don que Deltell-Lévesque s’apprêtent à faire a`monsieur Legault.

    1. M. Langlois,

      Merci encore. Je vous invite à contacter Claude Garcia ou Adrien Pouliot. Ils ont jusqu’ici mené la charge contre la fusion sur pas mal tous les fronts. Ils seront certainement heureux que vous leur prêtiez main-forte. Vous pouvez aussi visiter leur site Restons ADQ et voir qui d’autre est impliqué et où ils en sont.

  5. M. Langlois, je suis en deplacement mais j’ai transmis votre commentaire a Caroline Pageau qui est membre du Comite Restons ADQ. Nous sommes tres interesses a vous parler. Comme on dit en anglais, we need all the help we can get!

Les commentaires sont fermés.