Les compteurs intelligents d’Hydro-Québec: un peu de rationalité svp…

Par Minarchiste

Hydro-Québec vient d’achever la première phase de son grand projet visant à remplacer 3,8 millions de compteurs électriques au Québec. Environ 20,000 appareils ont en effet été mis en place dans la MRC de Memphrémagog, à Boucherville et l’arrondissement de Villeray, à Montréal. Assurant que les taux d’ondes émises répondent aux normes recommandées par Santé Canada, la société d’État doit déposer son dossier à la Régie de l’énergie sous peu, afin de pouvoir poursuivre l’implantation.

Ces compteurs permettront à la société d’État de mieux mesurer la consommation de ses usagers et d’implanter une tarification variable qui permettra de mieux gérer l’offre. En faisant votre brassée de lavage en période creuse, durant laquelle les tarifs seraient plus bas, plutôt qu’en période de pointe, vous permettriez à Hydro-Québec de réduire ses coûts, laquelle doit souvent importer de l’électricité en période de pointe l’hiver. Par ailleurs, ces compteurs pourront transmettre les données par les ondes, ce qui sera moins coûteux que d’envoyer des employés faire les relevés à pieds.

 

C’est d’ailleurs pour cela que les syndicats se sont révoltés contre cette nouvelle technologie, craignant des mises à pieds ou de l’attrition, réduisant leur base cotisante. Cela fait des mois qu’ils nous bombardent de demi-vérités avec leur campagne de propagande mal ficelée. Ils attaquent le projet sous l’angle économique. Pour eux, le projet ne sera pas rentable pour Hydro-Québec, mais à ce que je sache, les syndicats n’ont pas le mandat d’évaluer ce qui est rentable ou non pour l’employeur. Les décisions d’investissement appartiennent aux entrepreneurs, car c’est leur argent qui est sur la table. Quant aux pertes d’emplois des “releveurs de compteurs ambulants”, cela ne va pas sans rappeller les pertes d’emplois dans l’industrie de la vente et fabrication de chandelles lorsque l’éclairage électrique devint accessible aux masses. Ce genre d’argument est grottesque. Et attention, question de donner de la crédibilité à ses sophismes, la campagne de propagande utilise des études concoctées par l’économiste de SCFP!

Ensuite, un groupe de technophobes réactionnaires est entré dans la danse, craignant les ondes électro-magnétiques émises par les compteurs et invoquant le fameux principe de précaution (voir ceci).

Puis, aussi inévitable que cela puisse l’être, les politiciens opportunistes ont saisi la balle au bond. C’est un député du Parti Québécois – lequel a bien besoin de ce genre de cause présentement- qui a fait une sortie réclamant un moratoire sur l’installation des compteurs (voir ceci).

En somme, un cas typique pour le Québec…

Mais voilà que je suis tombé sur un petit article fort intéressant dans La Presse à ce sujet. Les auteurs sont professeurs titulaires au département de physique de l’Université de Montréal. En voici le contenu (les emphases sont de moi):

“l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) a publié le 18 janvier dernier un communiqué qui invite Hydro-Québec à suspendre son projet. Ce communiqué contient des erreurs factuelles tellement grossières qu’il est permis de s’interroger sur la compétence scientifique de ceux qui l’ont rédigé.

La principale d’entre elles se lit comme suit: «La densité de puissance à un mètre des compteurs dépasserait, selon le modèle de compteur utilisé, de 671% à 4980%  la recommandation d’exposition extérieure de long terme (norme de 0,6 V/m ou 1000 uW/m2 extérieurs) de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe …».

Ces chiffres, tirés d’un rapport rédigé par la société Expertise électromagnétique environnementale 3E inc., mandatée par l’AQLPA, sont invraisemblables puisqu’ils impliquent qu’à une distance de 10 cm, ces compteurs dépasseraient même la norme canadienne qu’Hydro-Québec doit respecter pour avoir l’autorisation de les installer.

Il serait trop long de commenter la pertinence de la recommandation de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, dont on cherche en vain une quelconque justification scientifique. Ce qui est par contre avéré, c’est que cette recommandation a trait «à l’exposition à long terme», c’est-à-dire à la valeur de la densité de puissance moyennée sur une longue période de temps. Or, le communiqué de l’AQLPA confond la valeur moyenne avec la valeur maximale de la densité de puissance de l’émission.

Selon le rapport de 3E Inc., la valeur moyenne de la densité de puissance générée par les compteurs d’Hydro-Québec qui ont été testés ne dépasse pas 52 uW/m2 à 1 m, soit à peine plus de 5% de la norme recommandée par le Conseil de l’Europe. L’AQLPA n’a donc aucune raison scientifique de décrier les compteurs, qui sont sans danger pour la santé.

Il est bon de rappeler que nous sommes tous plongés en permanence dans du rayonnement électromagnétique dans le domaine des radiofréquences dont les densités de puissance sont beaucoup plus élevées que celle générée par les nouveaux compteurs d’Hydro-Québec.

Par exemple, Télé-Québec opère au Stade olympique une antenne de 15 000 W. À elle seule, cette antenne émet des impulsions dans le domaine des radiofréquences dont la densité de puissance moyenne à 1000 m de distance est supérieure de 20 fois à celle mesurée à 1 m des compteurs d’Hydro-Québec.

En toute logique, avant de partir en croisade contre Hydro-Québec, l’AQLPA devrait exiger l’arrêt des émissions hertziennes de Télé-Québec, ainsi d’ailleurs que celle de toutes les autres stations de télévision et de radio.”

L’irrationalité, la crédulité et l’opportunisme qui jaillissent de part et d’autre dans ce dossier me sidèrent. Comment notre société peut-elle en être arrivée à cela?  
 
À noter, l’AQLPA a répliqué plutôt faiblement à cet article ici.
 

Soit dit en passant, l’absence de libre-marché dans la distribution d’électricité fait en sorte que les opposants au projet ne peuvent se tourner vers un concurrent qui proposerait des compteurs “non-intelligents”. C’est ce qu’on récolte lorsque l’on supporte un État dirigiste et interventionniste: les choses nous sont imposées, on ne peut choisir selon nos préférences.

Soyez sympa! Partagez!