L’épouvantail de la « droite religieuse »

C’est étonnant à quel point le terme « droite religieuse » semble causer tout un émoi ici au Québec. La seule mention de ce terme semble nous ramener à l’époque où l’Église catholique menait nos vies. Automatiquement, on songe au retour à la grande noirceur. On évoque un retour à la criminalisation de l’avortement, à l’homophobie, à l’imposition d’un code moral rétrograde, que sais-je encore. Et si cette épouvantable droite moral n’était que ça: un épouvantail.

Bien sûr il existe des gens qui sont contre l’avortement et qui sont homophobes. Il y en a tant à gauche qu’à droite qui tentent d’utiliser l’état pour imposer leurs valeurs et leur code moral aux autres. Règle générale, ce sont des marginaux. Peut-être pas tant que ça à gauche, mais au Québec en tout cas, à droite c’est des marginaux.

Je vous le dis tout de suite je ne suis absolument pas religieux. Il y a au moins 4 ans que je n’ai pas mis les pieds dans une église. On ne peut certainement pas m’accuser d’être un fanatique religieux. Cependant, puisque je crois en la liberté, je crois donc au droit de chacun de croire ce qu’il veut et agir selon ses croyances. Cela dit, les religions ne me dérangent pas tant qu’ils n’essaient pas de m’imposer leurs croyances.

Un des grand problème de notre société, telle qu’elle est organisée présentement, est cette idée du « one-size fits all ». Nous avons un système de santé à taille unique, un système d’éducation à taille unique et quoi d’autre encore, où nous essayons tant bien que mal de faire rentrer des tas d’individus, tous différents, dans le même moule.  Pourquoi y a-t-il des gens qui imposent leurs valeurs aux autres? Parce que nous semblons incapables de concevoir une société dans laquelle des valeurs différentes puissent coexister. Ici, il faut que tout passe par l’état et que tout soit uniforme. Mais ce paradigme est dépassé.

Ça m’étonnera toujours de voir des partisans de la droite considérer la droite sociale avec dédain. Mais pourtant, quand la liberté est notre idéal et que notre but est de réduire l’influence de l’état dans nos vies, les désirs de la droite sociale n’entreront pas nécessairement en conflit avec le « plus de liberté et moins d’état » que préconise la droite libertarienne ou fiscale.

Selon un article publié hier dans la feuille de chou nationalo-gauchiste (Le Devoir), certains de mes confrères du RLQ auraient une peur bleue de militants de la droite religieuse au sein du PCQ. Après tout, le sinistre Richard Décarie ne fait-il pas partie de leur exécutif? (Jouez votre thème préféré de film d’horreur dans vos têtes)

Passons sur le fait que Le Devoir a tout intérêt à publier des articles pour semer la zizanie parmi les rangs de la méchante droite, de quoi mes collègues ont-ils peur au juste? Un autre débat sur l’avortement? Désolé, c’est une juridiction fédérale, le PCQ n’a rien à voir avec ça, adressez vos plaintes à Stephen Harper. Le mariage gai? Même chose. La justice et l’ordre? Pourtant, la majorité des Québécois étaient pour le projet de loi C-10, alors même si c’est encore une juridiction fédérale, la seule différence que ça ferait d’avoir une gouvernement conservateur à Québec c’est que nous ne chercherions pas à l’adoucir comme Jean-Marc Fournier veut faire. Cependant, comme vous, nous sommes inconfortables avec C-30.

Je vais vous faire un aveu. Sur son site, le PCQ nous fait déjà part de son plan diabolique de domination ultra-catholique (Muahahahaha!). Nous allons abolir le cours d’ECR. Et non, ce cours ne sera pas remplacé par des cours d’enseignement religieux, parce que de toute façon, le PCQ prône une réforme en profondeur de l’éducation, intégrant un système de bons d’études, qui donnera la liberté de choix aux parents. Quelle horreur! … Pour la gauche du moins. Oh, et nous promettons aussi une réforme des services de garde… Oooooooh! Est-ce que je vous fais peur?

Alors,  la prochaine fois qu’on essaiera de vous faire peur avec le fameux épouvantail de la droite religieuse, allez-donc voir le site du Parti Conservateur du Québec et vous saurez qu’il n’y a rien de plus faux.

Soyez sympa! Partagez!

15 réflexions au sujet de « L’épouvantail de la « droite religieuse » »

  1. Cela dit, les religions ne me dérangent pas tant qu’ils n’essaient pas de m’imposer leurs croyances. »

    c’est justement ce que les gens dénoncent avec la droite religieuse. Regarde la course républicaine : 2 des 4 candidats en font parti; Santorum veut même abolir la distinction État/Église

  2. Pour avoir parlé moi-même à Richard Décarie, j’ai pu constater qu’il est une personne intelligente, articulée et expérimentée. M. Décarie pense que l’État devrait utiliser la force coercitive de l’État pour appliquer la « loi naturelle » (qui condamne entre autres l’homosexualité et l’avortement). C’est là que le bât blesse. La « loi naturelle » est, en bout de piste, une loi édictée par les hommes. C’est contraire aux principes de liberté et de responsabilité individuelle et c’est pour çà qu’il y a des craintes. Ce n’est, pour l’instant, qu’une crainte. En plus, la droite fiscale québécoise a réussi à se départir de l’image d’extrême-droite républicaine qui permettait à la go-gauche de semer sa campagne de peur. La présence de certaines personnes au PCQ fait craindre que les journalistes gauchistes vont en profiter pour rescussiter ces campagnes de peur.

    1. Adrien,

      Richard Décarie a travaillé pour le gouvernment Harper et peu de mesures venant d’un agenda de loi naturelle ont été appliquées par le PCC non plus. La crainte est donc plus un épouvantail. Le PCQ n’a pas un agenda de droite religieuse et aucune des politiques qu’il propose déjà poursuit ce genre d’agenda et à ce que je sache, aucune politique future non plus. Par contre plusieurs mauvaises langues brandissent cet épouvantail pour décourager les gens de se joindre au parti et c’est déplorable.

    2. Je réponds ici au premier commentaire de M. Pouliot. Je suis moi-même pasteur, et c’est sur ce point que Richard et moi avions « divergé » d’opinion. Le résultat ? Il a quitté le PCQ, et je suis resté. La question de l’avortement ne disparaitra pas avec des lois. C’est avant tout une question d’éducation. Faire entrer 50 000 immigrants par année alors que l’on avorte 30 000 de nos propres enfants, ce n’est pas une histoire à succès. On peut faire mieux, mais ça ne se fait pas à la pointe d’un fusil, ou d’une loi. Et en attendant, le Québec a aussi d’autres problèmes à régler. Et une éducation économique à instituer. Aussi, contrairement aux États-Unis, il n’y a pas de droite religieuse politique au Québec. Il y a seulement des croyants de droite, et pas forcément en majorité. Donc j’abonde dans le même sens que M. Pouliot.

  3. Bizarre que vous affirmiez que le cours d ‘ECR ne sera pas remplacé par un cours d’enseignement religieux, car c’est exactement le contraire que M Plante m’a affirmé. Bien sur, vous donnerez une « option morale » pour ceux qui le désirent, ce qui constitue un retour en arrière. Annulez le cours multiculturel si vous voulez car personne n’en veut, mais ne ramenez pas la religion dans le programme. Sinon, vous imposez vos valeurs religieuses. La foi est du domaine personnel, et non du cursus scolaire. Vos églises sont vides, encouragez vos curés a donner des cours de catéchisme le samedi matin , alors vous vous rendrez compte de combien de parents sont effectivement convaincus que le catholicisme est une bonne chose, quand ils devront payer pour et l’intégrer a leur horaire, au lieu de se servir des deniers publics pour financer la propagande des bondieuseries.

  4. Ce qui me désole d’un gars intelligent comme Adrien c’est qu’il comprenne (volontairement ou non)tout croche la notion de NATURAL RIGHT et qu’il s’aveugle volontairement a crier et a jouer a l’autiste a chaque fois qu’on le lui explique et qu’on lui dit que le Natural right n’a aucun rapport avec le définition qu’il décide d’en faire.

    Le pire c’est que j ai fait une conférence spécifiquement la dessus (du moins la première partie de celle ci) et je constate que notre ami Adrien ne semble pas avoir pris la peine de l’écouter et c,est encore une fois très dommage de limiter volontairement sa connaissance parce que ça arrange de rester les yeux fermés.

    C’est dommage parce que je m’entend a 90% avec Adrien sur le reste mais la dessus il semble faire un blocage même s’il sait que son raisonenement est erronné et tautologique

    Donc encore une fois je recopie ici l’adresse du résumé de ma conférence sur youtube en espérant qu’Adrien et les autres puissent la regarder et juger sur du concret plutôt que de faire des énoncés a l’emporte pièce. Ce genre de raisonnement nous sommes habitués de les entendre de la part de gauchistes qui n’ayant pas de grip cherchent par exemple a diaboliser Harper en lui inventant des positions hypothétiques sur l’avortement ou la peine de mort alors qu’il la dit et répété mille fois que ce n’est pas à l’agenda.

    Alors posez-vous la question: A qui ca sert de diaboliser les gens comme ca? Est ce que des gens auraient des ambitions politiques ailleurs et gagneraient à faire circuler ce genre de message? Je pose la question.

    1. Art-Peur a toujours mentionné qu’il était en faveur de la peine de mort et contre l’avortement, sauf qu’il n’ose pas le faire pour des raisons politiques.

    2. Jeff : C’est bien intéressant cette petite pédagogie sur l’incohérence de la droite au Québec et sur le droit naturel. Mais est-ce quelqu’un a déjà parlé à Dieu ou à la « Nature » pour leur demander quels sont les droits « naturels » qui proviendraient d’eux? Évidemment, non. Ce sont les hommes qui ont inventé le droit naturel de la même façon que ce sont les hommes qui ont inventé et continuent d’inventer le droit positif. Alors cessons de se conter des histoires sur la « suprématie » du droit naturel…

      La Constitution américaine est remarquable non pas parce qu’elle serait la « Bible» du droit naturel, selon tes mots, (ce qu’elle n’est pas du tout) mais surtout parce que c’est un document qui limite les pouvoirs de l’État, ne limitant plus les droits de la Magna Carta à la noblesse mais à tout le peuple. Selon la Constitution, les pouvoirs étaient donnés par le peuple (We, the people) au gouvernement, et non l’inverse et il était de l’obligation de l’État de protéger les individus souverains et leurs droits (life, liberty and property). La Constitution reprend aussi le principe anglais de la division des pouvoirs en trois branches. Le Bill of Rights, ajouté à la Constitution en 1791, provient du Bill of Rights d’Angleterre de 1689 et des constitutions des États américains (notamment la déclaration des droits de la Virginie). L’intention originale des dix premiers amendements du Bill of Rights était de veiller à restreindre les pouvoirs de l’État (Congress shall make no law…) fédéral au début, puis ceux des États par le quatorzième amendement. Il n’y a rien dans la Constitution américaine qui parle de la loi naturelle.

      En passant, contrairement à ce que tu dis, il n’est pas écrit « In God We Trust » dans la Constitution américaine (ce n’est qu’une inscription sur la monnaie émise par la Banque centrale) ni « One Nation Under God » (ce n’est qu’un serment au drapeau américain originalement écrit par Francis Bellamy, qui disait originalement « I pledge allegiance to the flag of the United States of America, and to the republic for which it stands, one nation indivisible, with liberty and justice for all. » et où Louis A. Bowman a ensuite ajouté « under God », qui a été repris par les Chevaliers de Colomb et finalement officiellement incorporé dans le serment d’allégeance au drapeau américain en 1954). Encore une fois, çà n’a rien à voir avec la Constitution américaine.

      On est donc bien loin de ce que tu caractérisais comme une confirmation de leur histoire judéo-chrétienne contenue dans la Constitution ou de vouloir s’imposer une valeur morale.

      Quant à la logique du lien entre la Constitution, le droit naturel et les déboires de l’ADQ, je cherche toujours. Oui, un parti ne doit pas se contenter d’une vision « économiste » pour être élu, oui la question du multiculturalisme (un échec retentissant tant en Europe et en Amérique parce que tous les peuples n’ont pas les mêmes valeurs de libertés et de responsabilités individuelles que nous) doit être débattue mais ramener çà au droit naturel et donc à utiliser le pouvoir coercitif de l’État pour imposer le droit « naturel » au bon peuple, là je débarque…

  5. Madame Arsenault je n’ai jamais affirmé a personne que l’on remplacerait ECR par un cours de religion au contraire, le choix de cet enseignement revient au parents. On l’a dit et redit mille fois.

    La seule façon ou un enseignement religieux pourrait se faire dans une école serait que cette école dispense les matières de base et si des parents désirent par exemple que leur enfant joigne une école privée avec un cursus philosophique ou religieux spécifique (comme cela se fait par exemple présentement a Loyola) nous ne nous y opposerons pas pour la simple raison que la liberté de chacun aura été respectée.

    Par contre pas question d’utiliser la force de l’état pour imposer une religion, une philosophie, le relativisme, le laicisme intégriste ou le multiculturalisme a la Trudeau aux élèves.

    La conscience et les valeurs c’est un choix individuel et familial, pas un choix de gouvernement

Les commentaires sont fermés.