Négocier quoi?!?

Les voix des « zélites » médiatiques s’élèvent pour enjoindre le gouvernement à négocier avec les étudiants pour mettre fin à leur boycott (je n’utiliserai plus le mot « grève »). Mais négocier quoi au juste? Le gouvernement a pris une décision qui, selon les sondages, a la faveur populaire (61% selon le dernier  sondage CROP-La Presse), pourquoi reculerait-il?  Pourquoi négocierait-il?

Line Beauchamps et Raymond Bachand on tenté de tendre une branche d’olivier en offrant une bonification des programmes d’aide financière aux étudiants. « Des grenailles! » disent les « zélites ». « Re-fu-sé! » Disent les étudiants à l’offre du banquier. Seulement les élites et les étudiant ne veulent accepter rien de moins que le statu quo ante du gel des frais de scolarité. Euh, corrigez-moi si je me trompe, mais quand on négocie, n’est-on pas supposés faire des concessions des deux côtés? Jusqu’ici, seul le gouvernement fait des concessions, les étudiants et leurs supporteurs n’en font aucune et certains voudraient même faire perdurer leur boycott jusqu’à ce qu’ils obtiennent la gratuité (aussi irréaliste que ça puisse être).

On dit que la bonification de l’aide financière ne ferait qu’augmenter l’endettement des étudiants, et alors? Il ont dix ans après leur graduation pour rembourser leurs prêt à des taux d’intérêts dérisoires.  Pour des gens qui sont supposés faire des plus gros salaires, ça ne devrait pas causer de problème, à moins que vous ayez fait un doctorat en philo et que vous avez rejoint les rangs des 8796 assistés sociaux diplômés. Mais si vous avez sciemment choisi une concentration avec très peu d’avenir, pourquoi serait-ce à la société d’assumer votre choix? Un chômeur diplômé est-il une quelconque richesse pour la société? Il se pogne le beigne à longueur de journée à nos dépens parce qu’on a déjà trop de profs de philo, mais au moins, il est capable de pensée critique! Il a acquis le savoir! À quoi bon acquérir un savoir qui ne sert à rien? Et pourquoi serait-ce au reste de la société à payer pour?

Il serait grand temps de cesser cette masquarade.  Le mouvement étudiant n’est pas un mouvement syndical et le droit de grève ne s’applique pas à eux. La seule raison pour laquelle les cégeps et universités sont fermés, c’est que l’administration des ces institutions les ont fermés et les maintiennent fermés. Qu’attends-donc le gouvernement pour forcer la réouverture de ces institutions pour permettre aux étudiants qui le désirent, de poursuivre leurs cours et sauver ce qui reste de leur session? Pourquoi permet-on que ces étudiants soient pris en otage? Pourquoi faut-il que ce soit des étudiants qui envoient des mises en demeure et obtiennent des injonctions pour recevoir les cours pour lesquels ils ont payé? Le gouvernement n’a qu’un ordre à donner, qu’il le fasse.

Soyez sympa! Partagez!