L’inflation expliquée aux enfants… et à Khadir

Par Ian Sénéchal,

Ce texte est le résumé d’une partie de ma chronique hebdomadaire chez Dominic Maurais à Radio X.

Amir Khadir y est allé d’un tweet qui est devenu rapidement viral hier sur Twitter. Vous le trouverez au bas de l’article. Le tweet nous envoyait sur un tableau très instructif. Voici le tableau et ce que Québéc Solidaire affichait comme commentaire sur sa page Facebook :

“ Un tableau pour éclairer et mettre en perspective les débats sur les hausses d’impôt pour le 3% le mieux nanti. Par exemple, une personne au revenu imposable de 150 000$ a vu ses impôts annuels diminuer de plus de 11 700$ depuis 12 ans. À partager!”

En apparence, les gens gagnant 150 000$ ont reçu une baisse d’impôt de 5565$ au provincial en 10 ans. Vrai. Mais parle-t-on de la même personne en 2000 et en 2010?

Khadir et sa bande d’illetrés économiques basent leur analyse en faisant abstraction de l’inflation. Faut le faire quand même!

Disons que l’inflation a été de 2% les 10 dernières années. Une personne gagnant 150 000$ en 2010 devait en gagner seulement 123 000$ en 2000 pour s’offrir le même niveau de vie. Pour comparer les pommes avec les pommes, il faut tenir compte de l’inflation.

Comparez la personne gagnant 125 000$ en 2000 à la personne qui en gagne 150 000$ en 2010. Vous verrez, le niveau d’impôts payés est sensiblement le même (28 334$ VS 29 271$)

C’est normal, les tables d’imposition sont indexées depuis le budget 2000-2001 mis en place… par Bernard Landry!

L’indexation des tables d’impôt va de soi et ne constitue pas une réelle baisse d’impôt. Ne vous en faites pas, l’ancien PM Charest était tout aussi malhonnête dans son approche quand il se pétait les bretelles en disant qu’il avait réduit le fardeau fiscal depuis son entrée au pouvoir pour une famille gagnant X revenu. Il ne tenait pas compte de l’augmentation du coût de la vie et/ou de l’augmentation des salaires en lien avec l’inflation et/ou de l’indexation des tables d’impôt.

Bref, ne vous fiez jamais à un politicien quand ils vous parlent de chiffres. Ils ne sont là que pour vous confondre! En fait, ils souhaitent que vous soyez dociles et que vous gobiez tout sans broncher. Si en plus vous pouvez diffuser leur message sur Twitter, wow, ils sont vraiment contents que vous soyez tombés dans la panneau!!! Une fausseté diffusée abondamment devient rapidement une vérité dans notre monde où la compétence et l’honnêteté intellectuelle sont devenus des concepts abstraits.

Soyez sympa! Partagez!

5 réflexions au sujet de « L’inflation expliquée aux enfants… et à Khadir »

  1. «Comparez la personne gagnant 125 000$ en 2000 à la personne qui en gagne 150 000$ en 2010. Vous verrez, le niveau d’impôts payés est sensiblement le même (28 334$ VS 29 271$)»

    Est-il possible qu’ici vous effectuiez la même erreur que vous reprochez aux politiciens?

    De ce que j’en comprends, en supposant que l’inflation entre 2000 et 2010 était de 1.83%, une personne A gagnant 125,000$ en 2000 avait le même pouvoir d’achat (avant impôt) qu’une personne B gagnant 150,000$ en 2010. Or, le 28,334$ d’impôt provincial que payait la personne A en 2000 correspond, en tenant compte de l’inflation, à un montant de 34,000$ en 2010. Ce qui représente une différence de 4730$ par rapport au 29,271$ d’impôt provincial que paie la personne B (ayant le même pouvoir d’achat que la personne A, on s’en rappelle).

    Cette différence de 4730$ est certes moindre que celle de 5563$ présentée dans le tableau ci-dessus (2000 vs 2010 au provincial pour revenu de 150,000$), mais le montant de 5563$ est beaucoup plus près de la réalité que votre «28,334$ VS 29,271$», n’est-ce pas?

    Sylvain Bérubé, Sherbrooke

  2. «Comparez la personne gagnant 125 000$ en 2000 à la personne qui en gagne 150 000$ en 2010. Vous verrez, le niveau d’impôts payés est sensiblement le même (28 334$ VS 29 271$)»

    Qui est illettré économique?

    Vous avez raison de comparer ces deux sommes. L’IPC a augmenté de 19,8 % entre 2000 et 2010. Sauf que vous indexez le revenu (de 125000 à 150000), mais pas l’impôt! Le 28334 $ de 2000 vaudrait en 2010 une somme de 34000 (28334 x 1,2 = 34000, ça arrive à un chiffre rond, je n’y peux rien…)

    Or, 34000 est plus élevé que 29271, de 14 %… Ce n’est quand même pas rien!

    Illettré, vous dites?

  3. Bien, il faut tenir compte de l’inflation, il va sans dire. Mais alors pourquoi ne le faites vous pas pour le montant d’impôt payé ? Vous comparez 28 334$ de 2000 avec 29 271$ de 2010. Cette valeur en pouvoir d’achat a elle aussi diminué en dix ans…

  4. Intelligent. Bien vu, sauf que …
    Même en voyant son revenu augmenter (« par l’inflation ») de 400 000 $ à disons 500 000 $ de l’an 2000 à l’année 2010 (augmentation de 2,3% par an), le taux d’imposition d’une telle personne sera passé de 49,2% à 45,3% durant la même période, soit une baisse sensible de l’équivalent de 16 000 $ en monnaie de l’an 2000… C’est une baisse d’impôts substantielle, non?
    On peut se tromper en partie sans parler de « fausseté » ni impliquer de la malhonnêteté intellectuelle. Je ne vous ferai pas de tel procès. D’ailleurs Khadir n’a-t-il pas rapporté un tableau fait par La Presse Affaires ? Ces derniers ont-ils péché par malhonnêteté intellectuelle ou politique?
    Michel Camus

  5. Merci aux quatre lecteurs qui se sont donnés la peine de commenter pour pointer le fait que le montant d’impôt n’était pas indexé. Vous avez raison, Il y a eu baisse d’impôt entre 2000 et 2010. Mais cette baisse n’a pas plus favorisé les riches que les autres. L’explication est ici: http://wp.me/s1Ge6d-13665

Les commentaires sont fermés.