Guillaume Wagner et la liberté d’expression

 

Par Philippe David

J’ai décidé aujourd’hui de vous donner mon petit grain de sel sur l’affaire de Guillaume Wagner et de la géométrie variable dont nous faisons quelque fois preuve en matière de liberté d’expression. Lors de son passage à «Tout le monde en parle», Guillaume Wagner s’est montré critique  de Radio X. C’est son droit le plus strict, mais voilà. Guillaume Wagner est aussi l’auteur de bien des blagues de mauvais goût. Personnellement, je n’ai pas vu son spectacle, mais toutes les blagues que j’ai entendues de lui, y compris celles qui ont été montrées à «Tout le monde en parle», (qui, je m’imagine, devaient être ses meilleures), je les ai trouvées plates. En écoutant ces quelques clips, je m’ennuyais beaucoup de la belle époque d’Yvon Deschamps et des Cyniques. Ça c’était de l’humour. Mais je ne veux pas vraiment critiquer l’humour ou le manque d’humour de Guillaume Wagner, c’est aussi son droit de faire des blagues douteuses.

Quand Sophie Durocher a écrit une chronique critiquant Wagner, plusieurs se sont portés à sa défense. Il aurait été cité hors-contexte dans sa blague sur Marie-Élaine Thibert dit-on. Ah oui? Et celle de Marie-Mai, c’était hors-contexte aussi? Mais je crois que ses défenseurs ont raté le point que Sophie Durocher tentait de faire. Elle ne critiquait pas la blague comme telle, aussi insultante soit-elle. Elle ne remettait pas en question le droit de Wagner de faire cette blague non plus. La liberté d’expression n’existe pas uniquement pour les propos bénins, elle existe surtout pour les propos qui choquent. Wagner a le droit absolu d’être insultant. D’autres humoristes le font aussi (Mike Ward me vient à l’esprit). Non, le problème n’est pas là.

Imaginez un instant le tollé si Éric Duhaime ou Dominic Maurais avaient fait la même blague en y substituant Françoise David ou Pauline Marois? Je suis certain que des hordes d’enragés avec des torches et des fourches auraient été aux portes des studios de Radio X à Montréal pour réclamer leur tête sur une pique. En bref, quand on fait de l’humour poubelle, on est bien mal placé pour critiquer.  Si tu veux critiquer les dérives passées de Radio X, t’as intérêt à ne pas faire pareil. C’est un point très simple, mais que beaucoup de défenseurs de Guillaume Wagner ont complètement raté. Guillaume Wagner et ses comparses devraient donc se souvenir que s’ils ont la liberté d’expression, d’autres qu’eux ont aussi ce droit.

Soyez sympa! Partagez!

6 réflexions au sujet de « Guillaume Wagner et la liberté d’expression »

  1. De toute évidence, plusieurs semblent avoir de la difficulté à faire la part des choses entre un Guillaume Wagner et un Éric Duhaime ou un Dominic Maurais.

    Le premier est humoriste, ce qui signifie que ces propos sont scriptés dans le but de divertir en se moquant de certaines notions, de certains comportements ou de certaines situations observées dans la société, ceci étant habituellement fait devant un public restreint qui a payé pour assister a un de ses spectacles dans un endroit qu’on pourrait qualifier de privé.

    Les seconds sont des chroniqueurs avec des formations en journalisme qui désirent se faire prendre au sérieux en soulevant et en critiquant des faits situations qu’il considèrent comme problématiques et d’intérêt public dans notre société, leur commentaires étant diffuses via les ondes radiophoniques, internet ou autres medias de masse et auxquels tous peuvent accéder directement.

    Je vois donc mal comment quelqu’un de raisonnable pourrait accorder le même poids aux dires des uns et des autres.

    Le choix des propos de Guillaume Wagner a peut-être été très maladroit en ce qui concerne Marie Élaine Thibert, qu’il aurait bien pu substituer pour n’importe quelle autre vedette prisée par des personnes aux valeurs plus conservatrice, ou encore la présenter dans un autre contexte pas aussi désobligeant, mais je ne suis pas convaincu qu’ils méritent la tollé qu’ils ont causé au cours des derniers jours, à commencer avec la première concernée.

    1. @ N’importe quoi! (Qui n’a pas le courage d’assumer ses opinons en restant anonyme)

      Le fait d’être humoriste excuse tout? Je ne crois pas. Mais de toute façon, je ne questionne pas le droit de Guillaume Wagner de se moquer des gens, ce qui m’agace, c’est le deux poids, deux mesures. Guillaume Wagner est libre de dire ce qu’il veut, mais il est très mal placé pour critiquer les autres.

  2. Bravo pour ce superbe texte touchant quelque peu a la liberté d’expression, a sa surface, a la pointe de l’iceberg finalement… La liberté d’expression est donné a toutes et a tous pour autant que les autres aient l’esprit assez ouvert pour écouter et peut-être accepter les propos tenus car ils ne sont que des opinions en vérité, des principes, des croyances ou simplement des idées voir même carrément des  » Bitcheries  » gratuites et hors-contexte mais demeurant néanmoins dans les grands principes de la liberté d’expression..

    Personnellement, si vous saviez seulement comment a travers ma vie je me suis sentis insulté, diminué, intimidé et voir même agressé par des gens ayant cette trop haute estime d’eux-mêmes que ce soit intellectuellement, moralement, physiquement ou financièrement… Et puis ??7 A travers leurs mesquineries, j’ai appris beaucoup sur moi-même et sur la vie a savoir que peu importe ce qui est dit, il nous faut être assez confiant en nous-mêmes pour ne pas sombrer dans une paranoïa ou une crise existentielle pour de simple mots prononcés car en vérité, ils ne sont que des mots ,que cette belle notion de la liberté d’expression que chacun peuvent a leurs propre manière interpréter sans y percevoir leurs propres et petites réalités….

    D’origine Allemande mais Québecois de naissance, je fût l’objet d’attaques verbales gratuite et parfois violente de la part des Québecois de souche me traitant de NAZIS de la part de gens soit-disant  » tolérants  » envers les autres ethnies a l’exception faite des Allemands  » Tueurs nés  » et NAZIS de souche… De plus, j’étais a l’époque qualifié de  » Bâtard  » mon père Allemand ayant quitté la province et ma vie a ma naissance, un pauvre bâtard n’ayant pas les sous de la fortune familiale des autres mal vêtue, mal foutu et même mal nourris la majorité des gens se foutant éperdument que je n’étais en vérité qu’un simple enfant dans un Québec soit-disant  » Tolérant  » envers toutes les ethnies a l’exception faite des Allemands responsables des 2 grandes guerres mondiales et du massacre des Juifs ce qu’un enfant comme moi devait en prendre toute la responsabilité ou dû moins supporter la haine du peuple Québecois de part ses origines….

    En vérité, je ne fût qu’un  » Bâtard Nazi et tueur née  » pour beaucoup de Québecois de Montréal-Est dans ma jeunesse et c’est en les observants, en acceptant toute cette haine gratuite que j’ai appris sans le savoir ce qu’est la liberté d’expression dans sa forme la plus pure… Des mots, des regards agressifs a mon égard mais très peu de violence sinon que celle des enfants et adolescents  » normaux  » tentant de se prouver en société pour que leurs parents ou grand-parents soient fiers d’avoir vaincu un Allemand a l’école primaire.. Ce NAZI qui a vu le jours a l’hôpital Santa Cabrini situé a l’est de Montréal sans parents véritable et sans le sous….

    A travers mon enfance a Montréal étant l’enfant le plus détesté de la terre, j’ai compris la signification véritable de la liberté d’expression, de l’économie, de l’intimidation et de la politique… J’ai également compris la modernité car pendant qu’encore aujourd’hui des gens me saluent avec le  » HI Hitler!  » en apprenant que j’ai des gènes et un nom Allemand, d’autres ont peur de mon visage démontrant simplement la vie, la réalité Québecoise…

    Je suis certainement  » Hors-contexte  » a travers mon propos mais mon petit exemple de vie peu procurer aux gens qui savent encore lire une véritable signification de la fameuse  » Liberté d’expression  » …. Faut-il encore savoir s’exprimer librement pour le faire? Une notion perdue depuis des générations ou les plus fortunés écrivent constamment de leurs misères ?

    Vous n’avez touché que la pointe de ce que signifie la liberté d’expression dans son sens logique et des plus large pour autant que les gens puissent s’exprimer par écrits dans un monde ou il nous faut étudier en communication ainsi qu’en art et lettres a l’université pour finalement se résigner a faire la météo a la télé…. Parlez-moi de réalité et non de clowns publiques incapables d’accepter ce simple fait de s’exprimer librement pour tous et toutes dans une société de trop peu de culture et de connaissance sinon qu’un bout de papier qu’ils et elles ont payés….

    Je fait pas de blagues dans la vie, je vis et survis…..

    1. On Dit de beaux grands mots et un affichage de statistique et où sont les résultats pour les handicapés?? J’aurais bien aimer en même temps que les manifestations étudiantes,la majorité silencieuse.VOIR les étudiants qui se destine à travailler auprès des handicapés,porter sur eux des numéro de dossiers des accidentés du travail =CSST montrer leur clientèle en détresse qui attendent entre deux changement d’agent d’avoir les soins approprier et voir leur audace nous démontrer que quand ils seront diplômés ils seront au service avec la même audace dans le DIAGNOSTIQUE avant de se ramasser avec les séquelles du retard de diagnostique ! Porter des numéro de dossier parce que nous n’avons pas la capacité de nous déplacer et manifester ,nous sommes enfermer dans une boite derrière la majorité silencieuse car nous exprimer est autant bloquer par nos corps brisé mais autant étouffer d’un véritable droits de paroles avec les tribunaux administratifs qui défendent leurs intérêts avant les nôtres comme vouloir être propre! Rester dignement humain ! Et surtout,surtout,livrer la marchandise. SI VOUS PRESCRIVEZ UN LIT AJUSTÉ,UN BAIN OU DES SOINS PARTICULIERS ASSUREZ-VOUS DONT QUE VOTRE CLIENT\PATIENT REÇOIVE CE QUI LUI AIT PRESCRIT CAR ON SE RAMASSE À BOUT DE FORCE DE QUÉMANDER ,ON DOIT TENDRE LE CHAPEAU JUSQU’À 3 ANS POUR OBTENIR DES NÉCÉSSITÉES !!!J’en connaît deux qui se sont suicider à cause du SYSTÈME Alors, les handicapés du Québec leur voix d’handicaper n’est pas dans la rue, parce que la corde leur est est présenter trop souvent !!

  3. Remplacer Guillaume Wagner par n’importe qui de droite et remplacer Marie-Hélène Thibert par Françoise David… BONJOUR LE SCANDALE!!! En un rien de temps, la petite gagne gauchiste-bobo du Plateau médiaco-politico-artistique dont fait parti le méprisant Wagner vous arracherais les couilles et jouerais aux dés avec. Oui au Québec la liberté d’expression existe MAIS SEULEMENT pour la bonne gagne: carrés rouges, syndicalistes, environementalistes, féministes, artistes (de gauche bien-sûr) et anti-Américains/anti-Israel

Les commentaires sont fermés.