Rive Sud et Montréal : pourquoi ce clivage ?

rive-sud

Par Lisa Tremblay

Après avoir assisté à un spectacle humoristique récemment, pour ne pas le citer c’était l’excellent couscous comédie show, j’ai réalisé que dans toutes les régions, provinces et pays il y a des têtes de turques (pardonnez-moi l’expression), ou pourrait-on dire des boucs émissaires…

À Montréal, j’ai remarqué que les gens de la rive sud sont souvent l’objet des rizeries et petites moqueries amicales et gentilles (avec les français bien sûr !). Et souvent le débat est soulevé, notamment lorsqu’il s’agit d’immobilier… Cherchant à acheter justement, comme beaucoup de Montréalais je me pose la question d’un condo à Longueuil… Si si vraiment ! Alors pourquoi Longueuil ? Ou devrais-je dire, pourquoi pas ?

Beaucoup de gens vous dirons, et sûrement à raison

« la rive sud c’est mal desservi, c’est exilé, loin de toutes commodités, ce n’est pas Montréal quoi ! » Et pour cause, il vrai que la vie sur la rive sud est quelque peu différente de celle de l’île. Les transports sont dissociés pour commencer. Ils sont plus onéreux et se résument aux bus puisque le seul métro qui atteint la rive ne marque qu’un unique arrêt et repart dans l’autre sens délimitant ironiquement la « fin de la ville ». Remarquons que cet arrêt unique coûte cher à ceux qui veulent l’atteindre avec un modeste coût de 3$ le passage, même pour ceux qui ont un abonnement « illimité »!

La vie sur la rive sud c’est aussi (et logiquement) avoir besoin d’une voiture. Et avoir une voiture c’est bien… sauf dans Montréal ! Ce qui éloigne encore les « gens de là-bas » qui préfèreront sûrement (et à raison) rester sur leur « continent » où ils peuvent se parquer et dépenser moitié moins pour un verre, un resto, une sortie…

Oui mais…  

De cause à effet on en arrive aux arguments positifs. À Longueuil (par exemple) les logements sont moins chers ! Les prix sont égaux à ceux de Montréal il y a 20 ans. Avoir le double pour moitié moins. Les condos sont rénovés ou neufs, l’isolation est top qualité et les rues assez grandes pour se parquer sans tourner. Le train vous débarque à Bonaventure en 15 minutes et les magasins sont raisonnablement fréquentés ce qui vous offre le choix de magasiner en paix.

Alors pourquoi ce clivage ? 

Pourquoi ne pas faire la Rive Sud une partie intégrante de la ville de Montréal ? Radio Canada a même dédié une rubrique et une page Facebook dédiée pour « mieux comprendre votre milieu » ! Le projet de de péage sur le Pont Champlain n’est d’ailleurs pas fait pour arranger les choses… À se demander si le cloisonnement de la ville n’en arrangerait pas certains, maintenant une forte demande et un niveau de prix hauts sur l’île. Si la rive sud était mieux intégrée, c’est une chute de l’immobilier qui frapperait, pour le plaisir de beaucoup et le malheur (relatif) de certains.

Comme l’a très bien dit Guy Bertrand, conseiller linguistique à la radio française de Radio-Canada, le terme « Rive Sud » est mal employé car : « Montréal est une ville et les villes n’ont pas de rives ».

 montreal panorama

Sources images : www.postedecoute.ca , photopatcollin.com 

Soyez sympa! Partagez!