Charité bien ordonnée…

Par Philippe David

Ainsi, il semble que le gouvernement péquiste est insatisfait de la façon que le gouvernement fédéral gère l’aide internationale à travers l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI). Au fait, les péquistes ont-ils déjà été satisfaits de quoique ce soit provenant du fédéral?  Le ministre Jean-François Lisée, cherchant probablement une raison pour justifier son salaire et sa limousine, a décidé que le gouvernement du Québec devrait créer sa propre agence d’aide internationale, l’Agence Québécoise de Solidarité Internationale. Une autre mauvaise idée parmi tant d’autres.

Charité bien ordonnée commence par soi-même

C’est un vieil adage que M. Lisée ne connaît apparemment pas. Pourtant, depuis deux semaines, nous lisons dans tous les journaux que le Québec vit déjà au-dessus de ses moyens et que ses dépenses sont insoutenables. Dans la réalité, le Québec est dans cette situation depuis plusieurs décennies, ce que M. Lisée nie énergiquement depuis des années en traficotant des chiffres à qui mieux mieux pour essayer de prouver son point, mais s’il avait raison et qu’il était faux que nous vivons au-dessus de nos moyens, pourquoi recevons-nous le plus gros chèque de péréquation de toutes les provinces, plutôt que d’être un des payeurs comme l’Alberta et la Colombie-Britannique? Pourquoi en fait, recevons-nous 16 milliards de plus du fédéral qu’il récolte en revenus d’ici?

Mais M. Lisée semble ne percevoir aucune contradiction à offrir de a charité sous forme d’aide internationale à d’autres gouvernements alors que nous sommes nous-même bénéficiaires de la « charité » canadienne que, même avec cette « charité », notre ministre des finances peine à boucler son budget sans déficit alors que l’économie n’est pas en récession. Diantre! Où est-ce que M. Lisée compte trouver le 50 millions qu’il voulait confier à cette nouvelle agence?

Quand on est cassés comme des clous et dans les dettes jusqu’au cou, avons-nous vraiment les moyens d’être « charitables »?

Même si nous avions les moyens

Même si nous avions les moyens de faire la charité. Même si nous ne vivions pas largement au-dessus de nos moyens et que nous n’avions pas une dette trop élevée, cette agence ne serait pas une bonne idée parce que l’aide internationale d’un gouvernement à un autre n’a toujours été qu’un énorme gaspillage d’argent et n’a jamais vraiment servi qu’à engraisser les gouvernements corrompus du tiers-monde. Rarement l’argent donné de cette façon a-t-elle abouti dans les mains de ceux qui en avaient vraiment besoin, un peu comme très peu de l’argent qui nous est extorqué par les Agences de Revenu Québécoise et Canadienne sert vraiment à aider les plus défavorisés ici. L’aide internationale, c’est piller les pauvres des pays riches pour le donner aux riches des pays pauvres.

D’ailleurs, la charité n’a jamais été autre chose qu’une solution temporaire et si nous avions vraiment à cœur d’aider les pays les plus pauvres, le meilleur moyen a toujours été de commercer avec eux et leur ouvrir notre marché. C’est comme ça qu’ils ont la possibilité de gagner leur pain honnêtement. La charité permanente n’a jamais fait autre chose que de cultiver une dépendance permanente. C’est plutôt à développer le commerce avec ces pays et abattre les barrières tarifaires que M. Lisée devrait concentrer ses efforts Ce serait plus profitable pour nous autant que pour eux.

Soyez sympa! Partagez!

2 réflexions au sujet de « Charité bien ordonnée… »

  1. Selon le bilan de l’ACDI 2011-2012, le Canada à donner 5,7 milliards en aide international. Qu’est-ce que Lisée reproche à Ottawa au juste? Qu’est-ce qui justifie le Québec de faire cavalier seule avec un budget initial de 6 millions? Même si le Québec avait 50 millions à donner? Est-ce que c’est une plaisanterie? Mais la vrai question qui faut se poser est la suivante: QUI sera le premier bénéficiaire de l’aide québécoise? La Palestine? Je vois déjà le communiquer de Presse: « …pour aider les Palestiniens à s’auto-déterminer… » Est-ce que c’est ça que Lisée parle qu’en il se dit insatisfait de la façon de faire du gouvernement Harper en matière d’aide international? Et comment il peut mentir impunément à la population en disant que la meilleur façon de trouver 50 millions est d’accéder à l’indépendance, tout en cachant le fait que le Québec perdrait 16 milliards? J’ai une petite nouvelle pour J-F Lisée: la meilleur façon de trouver 50 millions est de faire des surplus budgétaire en créant de la richesse et en rationalisant les dépenses. Mieux encore, si sont gouvernement n’avait pas donner des cadeaux pré-électoral, il aurait sauver 2 milliards. Malheureusement, les idéologues péquistes, ne connaissent pas les concepts de « créations de richesse » et de « rationalisation des dépenses » et encore moins de « surplus budgétaire ».
    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201309/25/01-4693265-jean-francois-lisee-veut-une-acdi-quebecoise.php
    http://www.acdi-cida.gc.ca/acdi-cida/acdi-cida.nsf/fra/ANN-31910443-KAL#bilan

Les commentaires sont fermés.