Manipulation médiatique?

Par Philippe David

L’annonce de la candidature de Pierre-Karl Péladeau dans le comté de Saint-Jérôme a causé bien du questionnement quant à l’indépendance des médias dans cette campagne. Joanne Marcotte l’a appris à ses dépens alors que son blogue hébergé sur le site du Journal de Montréal et de Québec a été retiré après qu’elle eut publié un texte comparant la une de plusieurs journaux et remarquant que celle du Journal de Montréal avait une saveur très pro-nationaliste. Apparemment, les patrons du journal l’ont pris comme un manque de loyauté, mais il n’empêche qu’elle disait vrai.

Ce mardi, un article de nouvelle apparait dans le site du Journal de Montréal qui m’apparait plus qu’un peu biaisé. Signé par Sarah-Maude Lefebvre, l’article  était titré « Élections: deux Montréalais payés par le PLQ pour l’installation de pancartes ».  Je vous cite un passage :

« Alors que la plupart des partis récompensent la pose de pancartes au mieux «d’un café et d’un beigne», le Parti libéral du Québec a donné 1000 $ à deux personnes pour 15 heures de travail.

C’est ce qu’a révélé au Journal sous le couvert de l’anonymat un citoyen qui a été engagé la semaine dernière par le PLQ pour installer une centaine de pancartes. »

Si on en croit la teneur de l’article, il serait positivement scandaleux que le PLQ paye deux personnes $1000 pour poser une centaine de pancartes électorales alors que la plupart des partis dépendent de bénévoles qui reçoivent au mieux « un beigne et un café » pour leurs efforts. Fort bien ! Seulement l’article mentionne au sujet du PQ:

« 35 000 pancartes électorales posées pendant la présente élection -Elles seront toutes installées par des bénévoles, à l’exception de 3600 pancartes relevant de la campagne nationale qui seront posées par une firme privée pour un montant de 61 500$. »

$61 500 pour installer 3600 pancartes, mais la journaliste ne semble s’indigner que pour le $1000 dépensé par le PLQ? Pas qu’il y ait vraiment de quoi s’indigner en premier lieu. De part et d’autre,  je crois que les montants sont amplement dans les limites permises par le DGEQ. Mais il semblerait que certains ont l’indignation hautement à géométrie variable. Encore plus étonnant que cet article moins qu’objectif soit passé par le pupitre et soit publié. Il s’agit quand même d’un article de nouvelle et non un texte d’opinion.

C’est peut-être juste moi, mais avec leur grand patron dans la course électorale, il me semble que le personnel du Journal de Montréal et du Journal de Québec devrait faire de grands efforts pour ne pas sembler vouloir manipuler l’opinion publique en la faveur de M. Péladeau ou celle du PQ. On pourrait facilement  s’imaginer que M. Péladeau tire leurs ficelles. Lorsqu’un magnat des médias aspire au pouvoir politique, il existera toujours un doute quant à l’indépendance de ces médias.

Soyez sympa! Partagez!