Le droit à l’auto-défense

Par Philippe David

Je ne peux pas m’empêcher de voir une touche d’ironie quand je vois les gens acclamer Kevin Vickers en héros. C’est vrai qu’il a agit avec bravoure pour protéger les gens d’un dangereux tireur fou, ce qui démontre encore une fois que la meilleure façon de stopper un mauvais homme avec un fusil, c’est avec un bon homme avec un fusil. Les mauvais se moquent bien des registres d’armes à feu et des restrictions sur celles-ci. Une personne voulant commettre un crime peut trouver assez aisément trouver une arme avec numéro de série limé sur le marché-noir, même au Canada. Donc, les restrictions d’armes n’ont jamais servi, en réalité, qu’à empêcher les honnêtes gens d’en posséder.

L’ironie est que pendant que Kevin Vickers est acclamé en héros, beaucoup de citoyens ordinaires doivent consacrer beaucoup de temps et d’argent à se défendre devant les tribunaux. Leur crime? Avoir tenté de protéger leur vie, leur famille et leur propriété.

En janvier 2011, j’avais publié un texte sur le Minarchiste Québécois, relatant quelques exemple. Je le partage avec vous aujourd’hui.

Quand les victimes sont traitées en criminels

Par Philippe David • 27 janvier 2011

On dit souvent en dérision que lorsque les secondes comptent, la police sera là dans quelques minutes. En fait, dans la plupart des grandes villes canadiennes, le temps de réponse de la police à un appel au 911 est en moyenne dix minutes. Si vous faites face à un attaquant armé, ça veut dire que les policiers arriveront à temps pour tracer le contour de votre cadavre à la craie. Aussi, peut-on blâmer un citoyen qui cherche à se protéger lui-même, sa famille et sa propriété? Apparemment, les policiers croient que oui. Je vous cite quelques exemples:

En août dernier à Port Colbourne en Ontario, trois hommes masqués ont lancé six cocktails molotov sur la résidence d’ Ian Thomson alors qu’il dormait à l’intérieur. Réveillé par le bruit et apercevant les intrus, il récupère un de ces révolvers de son coffre-fort, le charge et sort à l’extérieur, tirant deux ou trois fois dans les airs pour effrayer ses agresseurs qui ont pris la fuite. Il a ensuite avertit la police et leur a remis les enregistrements de ses caméras de sécurité (apparemment ce n’était pas la première fois qu’on commettait des actes de vandalisme sur sa propriété). Deux des suspects furent appréhendés peu après et on passa les menottes aussi à M. Thomson pour usage négligent d’une arme à feu. L’ironie est qu’Ian Thomson est un instructeur de tir et aurait très bien pu tuer ou blesser ses agresseurs s’il l’avait voulu. Les procureurs de la couronne réclament une peine de prison pour M. Thomson.

En 1995, James Morrow d’Ottawa dû faire face à un homme avec qui il avait eu une dispute d’affaires. L’homme en question, ivre,  a défoncé la porte de l’immeuble dans lequel M. Morrow habitait et est monté à son appartement en disant être armé d’un révolver et menaçant de lui brûler la cervelle. M. Morrow a immédiatement téléphoné au 911 et a passé 9 longues minutes avec le répartiteur alors que les secours n’arrivaient toujours pas. L’intrus a finalement défoncé la porte et est entré dans l’appartement où M. Morrow, qui possédait une arme, l’a tué d’une balle. Malgré le fait qu’il s’agissait d’un cas parfait de légitime défense, James Morrow a dû se défendre  pendant deux ans et demi contre des accusations de meurtre avant que, finalement, un juge rejette les accusations.

En mars 2010, averti par ses voisins de la présence de trois intrus dans sa cours arrière, Lawrence Manzer du Nouveau Brunswick, sort de sa maison avec un fusil de chasse non-chargé pour faire fuir les intrus. M. Manzer était fréquemment la victime de vandalisme. Jusqu’ici la police locale s’en était très peu préoccupé, mais cette fois-ci elle a agi, arrêtant M. Manzer pour avoir troublé la paix publique.

Finalement, en avril 2009, après avoir souffert des visites quotidiennes de voleurs à l’étalage et l’indifférence totale de la police, David Chen, un marchand de Toronto, décide de faire une arrestation citoyenne d’un de ses voleurs, le ligotant en attendant l’arrivée de la police. L’ont-ils remercié? Non. Ils l’ont plutôt accusé de voies de fait et séquestration. Il fût acquitté en octobre dernier.

Qu’auraient dû faire ces hommes? Laisser leurs agresseurs faire leur sale boulot? Il est certain que ce n’est pas une très bonne idée de laisser des citoyens prendre la loi dans leurs mains, mais nous avons un droit de nous défendre, non? Ce droit est d’ailleurs un corollaire au droit à la vie et à celui à la propriété. C’est notre droit légitime, dans une situation où on est agressé, d’utiliser autant de force qui soit nécessaire pour repousser une attaque contre notre personne, notre famille et notre propriété. Il serait grand temps de laisser le gros bon sens prévaloir et que la police et les procureurs de la couronne se contentent de poursuivre les vrais criminels et cessent de traiter les victimes en criminels.

 

 

N’était-ce pas eux aussi des héros? Ne méritaient-ils pas un tout autre traitement que d’avoir à débourser des milliers de dollars en frais d’avocats?

Il est grand temps qu’on puisse jouir de notre droit à l’auto-défense comme M. Vickers, n’est-ce pas?

Soyez sympa! Partagez!

35 réflexions au sujet de « Le droit à l’auto-défense »

  1. « la meilleure façon de stopper un mauvais homme avec un fusil, c’est avec un bon homme avec un fusil. »
    Ça c’est un argument de la NRA et aux States, les gens biens ne voient pas l’utilité d’aller au dépanneur avec un fusil.
    Quand tous le monde traîne un gun, les flics deviennent nerveux et flinguent tout ce qui bougent.
    Quand tout ce que t’as c’est un marteau, tout autour de toi ressemble à des clous.
    On ne doit jamais oublier que le phénomène de «projection» jouera toujours un grand rôle : Le crotté est convaincu d’avoir un crotté devant lui tandis que l’honnête citoyen est persuadé d’avoir un autre honnête citoyen devant lui (on dit naïf).
    Dès lors, tu peux être convaincu que les premiers à se procurer des armes seront les crottés. Georges Carlin disait : “Think of how stupid the average person is, and realize half of them are stupider than that.” et lorsqu’on regarde la courbe normale de répartition des QI on ne peut qu’être d’accord avec lui.
    La conséquence de ça? Ben plus qu’il y a d’armes en circulation, plus qu’il y aura de colons armés. Et personne ne veut ça à part les marchands d’armes.

    On aura toujours beau argumenter qu’on peut tuer quelqu’un avec une cuillère mais le fait est que les armes à feu permettent de tuer un grand nombre de personnes à distance, ce qui n’est pas le cas du débile à la cuillère.

    Alors de grâce épargnez-moi du discours profondément débile et dangereux de la NRA.

    1. On vous epargneras le discours débile de la NRA quand vous cesserez de brandir les états unis en exemple. Les américains ont un problème de violence chez eux, mais en réduire la cause a la simple accessibilité aux armes a feu en ignorant le contexte social du pays est tout simplement malhonnête. Le mythe de la causalité entre le nombre d’arme a feu et la violence a été démantelé depuis longtemps. Mais de toute façon, vous etes hors sujet. L’article parle du droit a l’auto-defense et comment le cas de monsieur Vickers est traiter sur une toute autre base que les cas de simple citoyen qui ont defendu leur vie…

      1. Le magasine Mother Jones a fait une enquête sur les prétentions de la NRA, les mêmes repris ici. Sur les 62 dernières tueries de masse, aucunes n’a été arrêtées (encore moins évitées) par un « bon homme avec un fusil ». Cet argument est philosophiquement bidon et empiriquement faux. Mieux encore, lorsque des honnêtes citoyens sont intervenus, il sont été tués ou blessés, sans mettre fin au carnage. Finalement, le registre n’est pas une restriction de port d’armes, mais comme son nom l’indique un registre. Une simple liste. Y voir une restriction est malhonnête.

        1. Petit fait qui vous a probablement échappé. Sans même examiner la liste des tueries que Mother Jones a mis dans son enquête, je peux vous affirmer que le port d’armes était restreint à chacun de ses endroits. Mais les statistiques de criminalité du département de la justice américain ont démontré que lorsqu’il y a une fusillade où il y a un autre homme armé, le nombre de victimes est beaucoup moindre. Un exemple: à Montréal, nous avons eu une tuerie à l’École Polytechnique qui a fait fait 14 morts, un autre à Concordia qui a fait 4 morts et au Collège Dawson qui n’a fait qu’une seule victime. La différence? À Dawson, il y avait un policier qui était sur les lieux par hasard. Ce policier n’a pas réussi à sauver la première victime, mais il a prévenu qu’il y ait d’autres victimes.

          C’est la même chose qui s’est produit au parlement. Un homme armé a aussi fait la différence. Il faut être incroyablement stupide pour croire que lorsque ce genre de tragédie se produit, d’avoir un homme armé déjà sur les lieux ne réduira pas le nombre de victimes. Si c’était le cas, pourquoi appeler la police. La seule chose qui vous fait affirmer de telles sottises est que vous croyez simplement que seuls les policiers devraient être armés et que les citoyens devraient dépendre de leur protection, peu importe si la police arrive généralement trop tard.

          1. Vous êtes tellement aveuglé par votre idéologie que vous allez contre les preuves empiriques. Lisez ceci : http://www.motherjones.com/politics/2012/09/mass-shootings-investigation, le port d’arme n’est pas restreint. Prenez l’exemple du Colorado. il est permis d’apporter son arme dans les bars et de l’utiliser «bien saoul» sans problème. Côté restriction, on repassera. Il y a libéralisation du port d’armes et les tueries de masse continuent d’augmenter. Dans les deux exemples que vous m’avez donné, ce sont les experts (police et sécurité) qui ont mis fin au drame. Finalement, le fait que « la police arrive généralement trop tard » n’est pas un argument. Car par définition, si on appelle la police c’est qui l’est déjà trop tard.

          2. Vous êtes tellement aveuglé par votre idéologie que vous allez contre les preuves empiriques. Lisez ceci : http://www.motherjones.com/politics/2012/09/mass-shootings-investigation, le port d’arme n’est pas restreint. Prenez l’exemple du Colorado. il est permis d’apporter son arme dans les bars et de l’utiliser «bien saoul» sans problème. Côté restriction, on repassera.

            Sandy Hook, Virginia Tech, Columbine, Ft Hood, tous des endroits où des restrictions d’armes (Gun free zones) étaient en vigueur. Il y en avait probablement d’autres dans leur liste, mais je n’ai pas le temps de faire la recherche pour tous les cerner. Mais même dans des états ou ils donnent des permis de port d’armes dissimulées ou non, il y a des endroits où il est défendu de porter des armes. Ft Hood est un exemple frappant. Une base truffée de soldats dont la carrière consiste à tuer d’autres hommes et considérés comme experts en maniement d’armes à feu et pas un seul n’avait une arme sur lui à cause de restrictions sur la base!

            Votre article utilise deux sophismes pour arriver à sa conclusion:

            1- Il ne compte que des tueries ayant fait 4 morts ou plus pour affirmer qu’aucun civil armé n’a réussi a stopper une tuerie. Or justement, ça exclue justement des cas de tueries où le tueur a été stoppé avant d’avoir fait 4 morts.Quelques exemples:

            • -Mayan Palace Theater, San Antonio, Tx, Déc. 2012: Jesus Manuel Garcia ouvre le feu dans un cinéma et est abattu par un policier en congé – Aucun morts, à part le tireur
            • -Winnemuca, Nev., 2008: Ernesto Villagomez ouvre le feu dans un restaurant plein de clients. Il est abattu par un détenteur de permit de port d’arme dissimulée. Deux morts, exluant le tireur.
            • -Appalachian School of Law, 2002: Un immigrant fait feu et tue le recteur et un professeur et commence à tirer des étudiants. Pendant qu’il recharge son arme, deux étudiants armés le mettent en joue permettant à un troisième de le plaquer au sol. Trois morts.
            • -Santee, Calif., 2001: un étudiant commence à tirer sur ses compagnons de classe et le superviseur de campu entrainé, un policier hors-service qui s’adonnait à être sur les lieux pour reconduire sa fille. Il pointe son arme vers le tireur et le tient en respect jusqu’à l’arrivée de la police. Total: 2 morts.

            Et il y a bien d’autres exemples comme ceux-là

            2- L’autre sophisme est que des civils ne peuvent pas stopper des tireurs moins bien que des policiers. Comme quelques-uns des exemple que je donne démontre, des civils armés peuvent très bien stopper des tireurs et le font très bien. En fait, bon nombre de civils propriétaires d’armes passent beaucoup plus de temps dans les champs de tir à s’entrainer que beaucoup de policiers. La seule raison pourquoi il y a souvent des policiers pour arrêter des tireurs (comme à Dawson ou au parlement, par exemple) est que dans certains endroits, les policiers sont les seuls à pouvoir porter une arme.

            Le Weekly Standard a d’ailleurs publié une réfutation en règle de votre article de Mother Jones.

            Il n’est peut-être pas prouvé au delà de tout dout que des citoyens armés peuvent prévenir des tueries, mais que de restreindre les armes ait cet effet est loin d’être prouvé aussi. Le fait de permettre à des civils de porter des armes peut avoir deux effets bénéfiques. Il augmente l’incertitude pour le tueur qui ne sait jamais si quelqu’un dans la foule sera armé et en position de le stopper et il augmente les chances aussi qu’une personne honnête et armée soit justement en position de stopper la tuerie avant qu’elle n’en devienne une pour vrai. Ça ne tient que du gros bon sens.

  2. Vos sophismes n’en sont pas du tout. Mother Jones voulaient prouver qu’aucun civil n’ait arrêté une tuerie de masse. Encore faut-il que le magazine répertorie des cas répondant aux critères d’une tuerie de masse. Cela il l’explique très dans leur article. Ce n’est pas un sophisme, c’est respecter des standards.
    Dans votre deuxième réfutation, vous prêter des intentions au magazine. Ce dernier ne veut pas prouver hors de tout doute, mais simplement présenter des données, et les analyser. En rien vous démontrer qu’il se trompe sur les données et leur conclusion. De plus, vous faites aussi dans les sophismes. D’abord une généralisation hâtive en disant que « bon nombre de civils propriétaires d’armes passent beaucoup plus de temps dans les champs de tir à s’entrainer que beaucoup de policiers ». Cette prétention repose sur rien. Ce n’est pas parce qu’un civil s’entraîne à tirer qu’il sera en mesure de bien réagir en situation tendue. Les experts sont entraînés pour cela.

    Le magazine Weekly Standard prétend qu’il ne faut pas se fier seulement à la police parce que « There are some terrific, heroic police officers out there and I don’t want to diminish their service. But there are also some terrible cops, as well. » C’est ici un sophisme de la double faute.

    La plupart des tueurs de masse n’ont rien à perdre. Une majorité d’entre eux se suicide vers la fin de leur massacre et d’autres font ont « suicide by cops ». Affirmer que tueur y penserait deux fois avant d’agir s’il savait que tous ont des fusils est ridicule. Ces gens là souffre d’une problème mental (http://www.motherjones.com/politics/2012/09/mass-shootings-investigation?page=2) et ils ne raisonnent pas logiquement.
    Faudrait peut-être arrêter d’y aller avec « le gros bon sens » et s’attarder sur les faits.

    Finalement, vous parlez de « personne honnête ». Qui détermine ce qu’est une personne honnête ? Vous? Moi ? le vendeur d’armes à feu ? Le gouvernement ? Qui?

    1. Vos sophismes n’en sont pas du tout. Mother Jones voulaient prouver qu’aucun civil n’ait arrêté une tuerie de masse. Encore faut-il que le magazine répertorie des cas répondant aux critères d’une tuerie de masse. Cela il l’explique très dans leur article. Ce n’est pas un sophisme, c’est respecter des standards.

      N’est-ce pas pratique que les standards permettent à Mother Jones d’affirmer qu’aucun civil armé n’a pu stopper de tuerie en exluant justement les tueries qui ont été évitées par des civils armés parce que justement, elles ont été ÉVITÉES!!! Très crédible votre truc.

      Le magazine Weekly Standard prétend qu’il ne faut pas se fier seulement à la police parce que « There are some terrific, heroic police officers out there and I don’t want to diminish their service. But there are also some terrible cops, as well. » C’est ici un sophisme de la double faute.

      Il y a effectivement des bons et mauvais policiers, de le reconnaitre ne tient pas du sophisme.

      Quant aux qualifications des policiers, seulement 5% des policiers de la SPVM ont renouvelé leurs qualifications de tir en 2013, ce que les détenteurs de permis d’arme restreinte doivent faire sur une base régulière. Je ferais plus confiance à certains de mes amis qui ont leur permis d’arme restreinte que 95% des policiers du SPVM.

      « Finalement, vous parlez de « personne honnête ». Qui détermine ce qu’est une personne honnête ? Vous? Moi ? le vendeur d’armes à feu ? Le gouvernement ? Qui? »

      Toute personne n’ayant pas d’historique criminel ou de maladie mentale devrait être elligible. Je ne crois pas juste de punir des personnes qui sont parfaitement paisibles pour les agissement d’une minorité, et vous?

  3. Bien oui, Mother Jones a appellé le FBI pour leur dire d’adapter la définition de tuerie de masse pour que leur article soit conforme à une idéologie. C’est ça mon « truc » ?!? Vous savez qu’en disant ça, vous n’êtes pas loin du complot…

    Effectivement, prétendre qu’il existe des ripoux, ce n’est pas un sophisme. Par contre, justifier qu’on devrait permettre à n’importe qui de porter et d’utiliser une arme à feu semi-automatique dans des lieux publics parce que des mauvais policiers en portent, là réside le sophisme.

    Je suis en accord avec vous. On ne devrait pas punir des gens honnêtes. par contre, je ne pense pas que d’interdire de porter un semi-automatique dans une école est de punir, là est mon désaccord. Pas plus que d’empêcher d’obliger le port de la ceinture ou le respect de limites de vitesse.

    Finalement, en lisant sur les cas que vous m’avez fournis, je n’ai pu m’empêcher de rire. Le cas au Mayan Theater n’est pas du tout un cas où un civil arrête une tuerie (en devenir). Bien que ce soit un policier en congé qui ait arrêté le suspect, ce policier avait été engagé pour faire la sécurité de l’établissement. Il passe donc de civil à expert. je ne sais pas si vous avez essayé de m’en passer une petite vite, néanmoins vos exemples sont plutôt de l’ordre de l’exception que de la règle.

    1. Bien oui, Mother Jones a appellé le FBI pour leur dire d’adapter la définition de tuerie de masse pour que leur article soit conforme à une idéologie. C’est ça mon « truc » ?!? Vous savez qu’en disant ça, vous n’êtes pas loin du complot…

      Ce n’est pas une question de redéfinir ce qu’est une tuerie de masse, c’est une question d’honnêteté intellectuelle. Par définition, une tuerie de masse évitée n’en sera pas une parce qu’elle a justement été évitée. D’affirmer qu’aucun civil n’a arrêté de tuerie de masse en refusant de considérer celles qui justement ont été évitées grâce à l’intervention d’une personne armée (civil ou professionnel) est foncièrement malhonnête. C’est ce qu’on appelle du cherry picking. Si vous vouliez être honnête, vous considéreriez toute situation où un tireur ouvre le feu sur une foule, peu importe le nombre de victimes et vous verriez qu’il existe effectivement de nombreux incidents ou un tel tireur a été stoppée par une personne armée se trouvant sur les lieux AVANT que ledit tireur ait pu faire 4 victimes et donc la prémisse est complètement fausse.

      Quant à l’idée que la police est éminemment mieux équipée que les civils pour répondre à une telle situation, laissez-moi vous citer un extrait de l’article que je vous ai mis en lien plus tôt:

      Newsweek has reported that law-abiding American citizens using guns in self-defense during 2003 shot and killed two and one-half times as many criminals as police did, and with fewer than one-fifth as many incidents as police where an innocent person mistakenly identified as a criminal (2% versus 11%).

      Ça, en combinaison avec l’autre lien sur les qualifications de tir des policiers du SPVM devrait vous indiquer que les policiers ne sont pas si supérieurs en termes de qualification et de formation.

      Pour ce qui est des exemples où c’était un policier en congé qui est intervenu, je me fous en réalité, qui intervient. Le hasard fait souvent que ce soit un policier parce qu’à bien des endroits, ils sont les seuls ayant le droit de porter une arme (pas trop de civils armés au parlement, n’est-ce pas). Mais il existe quand même de nombreux cas ou des civils sont intervenus dans ce genre de situation et ont très bien fait tout de même. Le nier est aussi malhonnête.

      1. Combien de personnes ont été sauvé par le registre des armes à feu? Réponse : aucune idée et vous n’ont plus. Normal, on ne verse pas dans l’hypothétique. C’est pour cette raison que Mother Jones se fie à des DONNÉES et non pas des suppositions. Il n’y a aucune malhonnêteté à analyser des faits à partir de données. Pour être honnête, il aurait dû analyser les 30000 homicides par année? Franchement, ne verser pas dans le ridicule.

        Il est tout à fait normal que les civils tuent plus souvent que la police. Le but n’étant PAS de tuer, mais de les arrêter et de les juger. Le citoyen qui tue son opposant n’a qu’un but en tête et qu’une solution. Vous trouver juste qu’une personne soit tué pour un vol? C’est ça la justice pour vous?

        Vous avez esquiver un argument de taille à savoir que les tueurs de masse sont des malades mentaux et que porter des armes ne préviendra pas les tueries. Ce n’est pas un argument qui découragera ces malades. D’ailleurs voici un article scientifique (lien) là-dessus: http://blogues.lapresse.ca/sciences/2014/10/23/terroriste-ou-malade-mental%C2%A0/. Si, comme le conclut l’article, ces gens sont dérangés et que rien ne les empêchera de commettre l’acte en question, pourquoi prétendre que donner une arme à tous va empêcher quoi que se soit?

        Finalement, je ne nie pas que des civils parviennent à sauver des vies. Voulez-vous que l’on dénombre les personnes tuées par ces mêmes armes?

        1. Combien de personnes ont été sauvé par le registre des armes à feu? Réponse : aucune idée et vous n’ont plus. Normal, on ne verse pas dans l’hypothétique. C’est pour cette raison que Mother Jones se fie à des DONNÉES et non pas des suppositions. Il n’y a aucune malhonnêteté à analyser des faits à partir de données. Pour être honnête, il aurait dû analyser les 30000 homicides par année? Franchement, ne verser pas dans le ridicule.

          Non, pas tous les homicides, juste les situations où un tireur ouvre le feu sur une foule. Le Weekly Standard en a bien trouvé, lui. Mais non. Mother Jones a simplement voulu choisir des données pour cadrer avec ses conclusions préconcues. Désolé, mais ces conclusions sont fausses. Il y a effectivement eu des situations où des tueries ont pu être évitées par des citoyens armés.

          Il est tout à fait normal que les civils tuent plus souvent que la police. Le but n’étant PAS de tuer, mais de les arrêter et de les juger. Le citoyen qui tue son opposant n’a qu’un but en tête et qu’une solution. Vous trouver juste qu’une personne soit tué pour un vol? C’est ça la justice pour vous?

          Si quelqu’un menaçait votre famille, peu importe ses intentions réelles, et que vous l’avez en joue avec un pistolet, vous prendriez une chance vous? Pas moi.

          « Vous avez esquiver un argument de taille à savoir que les tueurs de masse sont des malades mentaux et que porter des armes ne préviendra pas les tueries. Ce n’est pas un argument qui découragera ces malades. »

          Puisque selon vous, une tuerie n’existe que lorsqu’il y a 4 morts ou plus, si quelqu’un est sur place et en position d’abattre le tueur avant qu’il ne fasse 4 victimes, je dis mission accomplie. Ce n’est pas question de prévenir qu’un malade mentale se procure une arme et commence à tirer, mais de le stopper avant qu’il ne puisse faire trop de victimes. Si le fait d’avoir quelqu’un d’armé sur les lieux ne dissuadera pas le tueur d’essayer de commettre son crime, une balle entre les deux yeux le stoppera net.

          Imaginez si Victoria Soto, qui a sauvé la vie des enfants de sa classe à Sandy Hook en les cachant dans des armoires avait été armée et avait pu se cacher derrière un meuble pour attendre le tueur. Peut-être qu’il y aurait eu moins de victimes. Ça revient encore à dire que le meilleur moyen de stopper un méchant avec un fusil est un bon avec un fusil, justment parce que si tueur, lui, ne sera pas dissuadé par la présence d’un garde ou un prof armé, il le sera encore moins par une enseigne disant « Gun free zone ».

          1. Et vous conservez les mêmes considérations en sachant que chaque augmentation de 1% d’armes en circulation augmente du même pourcentage le nombre d’homicide?

          2. Je ne vois pas sur quelles statistiques vous vous basez pour faire une telle affirmation. Au début des années 90, les gouvernements d’états ont commencé à distribuer des permis de port d’armes dissimulées. Le taux d’homicide ne cesse de diminuer depuis.

            Taux d'homicides aux É-U 1960-2011

            Voici un autre graphique qui ajoute des évènements d’intérêt. Notez le taux d’homicides à l’époque du far west. Pas tout à fait la façon que les anti-armes aiment dépeindre la période. Et le taux d’homicide était bien pire durant la prohibition qu’il ne l’est aujourd’hui.

  4. On discute d’armes à feu et vous arrivez avec des statistiques concernant le taux d’homicide, sans distinction. On s’éloigne du sujet, non? De plus, si on s’attarde aux données, on remarque facilement, qu’en chiffre absolu, les homicides ne diminuent pas, ils ont plutôt stagné depuis 1970. Environ 16 000 meurtres par année. Le taux diminue parce que la population augmente.

    Regardons plutôt les meurtres commis par armes à feu. Là réside notre discussion. J’ai réalisé deux graphiques qui corroborent les deux liens que je vous ai mis ce matin. D’abord, le nombre de meurtres par armes à feu selon la catégorie d’armes:
    1996: 11453 2000: 8493 2011: 8583
    Source: FBI, http://www.fbi.gov/about-us/cjis/ucr/ucr-publications#Crime
    Puis, la proportion de ménages possédant des armes à feu:
    1996: 43,4 2000: 34,3 2012: 34,3
    Source: http://www.gunpolicy.org/fr/firearms/compareyears/194/proportion_of_households_with_firearms

    On voit clairement qu’il y a corrélation entre la possession d’armes à feu et le nombre de meurtres commis.

    Je vous repose donc ma question: conservez les mêmes considérations en sachant que chaque augmentation de 1% d’armes en circulation augmente du même pourcentage le nombre d’homicide?

    1. Il y a une raison qu’on utilise le taux d’homicides par 100 000 habitants plutôt que les données nominales. Puisque le niveau de population a une influence sur la criminalité. En utilisant le taux, on élimine ce facteur. Ça nous permet entre autre, de fiare des comparaisons dans le temps et entre différentes régions.

      Ceci étant dit, c’est plutôt le phénomène contraire qui est en train de se produire, selon cette étude qui compare le taux d’homicide et le nombre de permis d’armes dissimulées.

      Between 2007 and the preliminary estimates for 2013, murder rates have fallen
      from 5.6 to 4.4 per 100,000 – a 22 percent drop in the murder rate at the same
      time that the percentage of the adult population with permits soared by 130
      percent. Overall violent crime also fell by the same percentage, 22 percent, over
      that period of time.
      Using this new state level permit data from 2007 on, our analysis suggests that
      each one percentage point increase in the percent of the adult population holding
      permits is roughly associated with a 1.4 percent drop in the murder rate
      .

  5. Quand la disponibilité des armes a feu augmente, une plus grande proportion des homicides est commise avec des armes a feu. Mais la disponibilité des armes n’a que peu ou pas d’influence sur le taux d’homicide. Ça explique pourquoi l’Inde est la championne du monde des homicides, malgré un contrôle hyper stricte des armes a feu…

    1. Vous savez sans doute que le taux d’homicide doit se comparer entre pays similaires, pour tenir compte de la corruption, des inégalités de revenus, du système de justice, entres autres. L’Inde se compare très bien avec des pays qui ont un taux d’homicide semblable, comme le Sénégal, le Niger, les Philippines et le Chili. Pas les États-Unis (ce qui est la cas). Les USA devraient plutôt être dans la même catégorie que la France, la Grande-Bretagne et l’Italie. Et en passant, le port en Inde est autorisé: http://www.gunpolicy.org/fr/firearms/region/india

    2. Ah oui, l’Inde est le 2e pays avec le nombre d’armes à feu possédés par des civils dans le monde, après les USA.

        1. L’Inde est bel et bien le 2e pays en nombre (absolu) avec près de 46 M d’armes en circulation. Loin derrière les USA avec près des 270 M d’armes à feu.

          1. C’est drôle, mais la plupart des gens contre la possession d’armes ne sont que trop heureux de parler du taux de possession d’armes, puisque ça démontre à quel point la possession d’armes aux États-Unis est disproportionnée. M’enfin, le nombre d’armes en Inde n’est pas terriblement pertinent au débat (qui est déjà très loin du sujet original qui était le droit à l’auto-défense au Canada)

  6. Vous savez que votre étude n’est qu’un élément des études, beaucoup plus larges dans leur champ d’étude, que je vous ai mis en lien. Même si pour ce point spécifique qu’est le port d’armes dissimulés, le taux d’homicide diminue, il n’en reste pas moins que les études cités sont valides. Plus il y a d’armes en circulation, plus le taux le d’homicide lié est élevé. Une autre étude globale vient appuyer ces prétentions: http://ajph.aphapublications.org/doi/pdf/10.2105/AJPH.2013.301409
    Voici un passage savoureux:
    « The final GEE negative binomial model revealed 6 significant predictors of firearm homicide rates: gun ownership proxy (IRR =
    1.009; 95% CI = 1.004, 1.014), percentage Black, income inequality, violent crime rate, nonviolent crime rate, and incarceration rate
    (Table 2). This model indicates that for each 1 percentage point increase in the gun ownership proxy, the firearm homicide rate increased by 0.9%.»

    Même si des analyses sur des points précis donnent des indications contraires, remettez-vous en questions les données du FBI et du ministère de la Justice?

    1. (Table 2). This model indicates that for each 1 percentage point increase in the gun ownership proxy, the firearm homicide rate increased by 0.9%.»

      Petite nuance: Bien que la proportion des homicides commis avec une arme à feu augmente, le taux d’homicides global diminue. Je considère ça comme plus important. Quelle proportion de crime est commise avec une arme à feu vs une arme blanche ou contondante est moins significatif. Donc, même si la prolifération des armes à feu amène une plus grande proportion de crimes commis avec ces armes, ce qui est logique, ça n’a aucun effet sur la criminalité globale. Le taux d’homicides aux É-U est en constante régression depuis les années 1990. Donc, plus d’arme à feu n’équivaut pas à plus de crimes.

      1. Oui, plus d’armes à feu = plus de crimes. Cessez de regarder les taux et attardez-vous aux chiffres absolus. Un meurtre n’est pas un taux, et tenir compte de la population est illusoire. Cette donnée n’a pas d’influence sur les meurtres. Les facteurs qui influencent sont la culture, le système de justice, la criminalité, la corruption et l’accès aux armes. Les études que j’ai citées en font foi et n’ont pas été remis en cause.

        Donc si on s’attarde aux chiffres (que j’ai pris sur le site du FBI: http://www.fbi.gov/about-us/cjis/ucr/ucr-publications#Crime), voici la tendance de 2000 à 2010:
        – augmentation des meurtres de 221 (soit 1,71%)
        – augmentation des meurtres par armes à feu de 381
        – diminution des meurtres par objets tranchants de 11
        – diminution des meurtres avec objets contondants de 131
        – diminution des meurtres par strangulation de 44

        Les armes à feu sont bel et bien un écueil à la vraie régression de la violence et des homicides aux États-Unis. Les statistiques et les études le démontrent. Le problème avec votre logique, c’est que vous comparez un taux de criminalité avec un nombre d’armes à feu. Donc une pomme avec une orange. Il ne faut pas non plus parler de prolifération d’armes à feu alors que les études et les sondages aux USA montrent une recul dans la proportions es ménages possédant des armes à feu. Le fait que ces ménages en possèdent 1 ou 10 n’a aucune influence sur la criminalité. Soit on parle de taux d’homicides vs taux de possession (j’ai déjà démontré que le taux d’homicide est en corrélation avec le taux de possession), soit on parle de nombres absolus. Là encore, j’ai démontré que les homicides par armes à feu ralentit significativement la régression de la criminalité.

        1. tenir compte de la population est illusoire. Cette donnée n’a pas d’influence sur les meurtres.

          Comme ça, selon votre logique le nombre de meurtres devrait être équivalent dans les régions rurales et les centres urbain. Il existe effectivement de nombreux facteurs qui influencent le nombre de meurtres dans un pays et la possession d’armes n’en est qu’un. Il y a un taux élevé de possession d’armes en Suisse et en Israël mais ces pays ont de très faibles taux d’homicides et de criminalité en général.

          « Les armes à feu sont bel et bien un écueil à la vraie régression de la violence et des homicides aux États-Unis. Les statistiques et les études le démontrent. »

          Le plus grand écueil est plutôt leur stupide guerre aux drogues qui est la plus grande source de criminalité au pays. Si les États-Unis abandonnaient cette politique, le nombres d’homicides diminueraient dramatiquement du jour au lendemain comme ce fût le cas à la fin de la prohibition d’alcool dans les annés 30 (voir le petit graphique que j’ai posté plus tôt dans ce fil qui montre le taux d’homicides et qui indique le début et la fin de la prohibition ainsi que le début de la guerre aux drogues)

          Le problème avec votre logique, c’est que vous comparez un taux de criminalité avec un nombre d’armes à feu. Donc une pomme avec une orange.

          Ma logique et celle de pratiquement tout le monde dans le débat sur les armes. On est une maudite gang dans l’erreur dans ce cas.

          1. «Ma logique et celle de pratiquement tout le monde dans le débat sur les armes. On est une maudite gang dans l’erreur dans ce cas.» (sophisme ad populum)
            Effectivement.
            Utiliser un taux de criminalité en lien avec un nombre d’armes à feu est statistiquement inutile. Il faut regarder de quelle façon ces armes sont distribuées dans le pays. Un chasseur qui possède 12 chez lui n’est pas plus dangereux que s’il en possédait 1. Même chose pour les criminels. C’est pour cette raison qu’il faut comparer taux d’homicide et taux de possession.
            Quel pays (fictif) est le plus dangereux à y vivre: celui où un seul habitant possède toutes les armes ou un pays ou chacun possède une arme ?

            Regarder la figure 3.5 de ce rapport:
            http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/statistics/Homicide/Globa_study_on_homicide_2011_web.pdf
            La corrélation entre taux de possession et taux d’homicide est ahurissant.

            Là-dessus, je vous souhaite bonne continuation. Nous pourrions continuer ce débat éternellement. Merci d’avoir discuté agréablement avec moi. Je suis certain que nous avons appris dans cet échange (c’est mon cas).

            Au plaisir!

  7. Messieurs Philippe & Benoit,

    Je viens de lire vos échanges. Merci. On peut ne pas s’entendre mais avancer.

  8. Ok. On fait comment maintenant pour se débarrasser des armes a feu, cet « écueils a la régression de la violence »?

Les commentaires sont fermés.