Entretien avec le candidat du PCC dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus

Par Simon Leduc

Pierre Paul-Hus va représenter le Parti conservateur du Canada dans le comté de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles. Le 19 octobre prochain, il va tenter de ramener cette circonscription dans le giron conservateur. Je me suis entretenu avec lui. L’entretien va porter sur sa campagne électorale locale, sur la libération d’Omar Khadr et sur la proposition fiscale de Justin Trudeau.

Q : Vous êtes officiellement candidat conservateur dans le comté de Charlesbourg. Quels seront les enjeux que vous allez défendre durant votre campagne électorale locale?

R : Il n’y a pas, pour le moment, de grands enjeux fédéraux dans la circonscription, mais j’ai des idées pour améliorer beaucoup de chose et je garde cela pour moi pour l’instant Donc, je vais me concentrer à défendre le bilan du gouvernement conservateur dans les domaines de l’économie et de la sécurité. La grande majorité de la population du comté est composée de jeunes familles et de personnes âgées. Dans notre plateforme électorale, on propose des mesures fiscales qui vont aider directement les jeunes familles : le fractionnement du revenu, la hausse de la prestation pour la garde d’enfants, la hausse du plafond des cotisations au CELI (de 5000$ à 10 000$), etc. Le PLC propose des baisses d’impôts, mais va t-il tenir promesse? Durant ma campagne, je vais dire à mes concitoyens que le gouvernement Harper a tenu ses promesses concernant la baisse de leur fardeau fiscal et qu’il faut continuer sur la même voie. Quand M. Harper promet quelque chose, il tient parole. Si M. Trudeau est élu, celui-ci va se rendre compte qu’il n’aura pas les moyens de ses ambitions. Subséquemment, les personnes âgées sont très préoccupées par l’enjeu de la sécurité du pays face à la menace terroriste. Le Parti conservateur du Canada est le seul parti politique qui prend vraiment cela au sérieux. Le projet de loi C-51 va donner plus de pouvoir aux agences de renseignement afin qu’elles puissent démasquer des terroristes potentiels et mieux protéger les Canadiens. C’est quelque chose que je vais parler durant ma campagne, car c’est très important pour le Canada.

Q : Qui sera votre véritable adversaire lors de la prochaine campagne électorale?

R : Dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, cela va être une bataille entre le Parti conservateur et le NPD. La députés sortante, Anne-Marie Day, sera ma principale adversaire. Celle-ci n’a vraiment pas un bon bilan comme députée. Je rencontre des gens du comté et ils me disent tous que Mme Day est une députée fantôme. On ne la voit jamais dans la circonscription. Je ne vais pas perdre mon temps en l’attaquant. Je vais me concentrer sur ma campagne et dire aux gens que s’ils me choisissent, je vais bien les représenter et défendre leurs intérêts à la Chambre des communes. Après le 19 octobre, la population du comté va avoir un vrai représentant et non pas un fantôme, comme c’est le cas actuellement.

Q : Que pensez-vous de la libération de Omar Khadr?

R : Le gouvernement canadien a admis qu’il y a des choses qui n’avaient pas été fait correctement lors de sa détention à la prison de Guantanamo. Mais Omar Khadr a reconnu sa culpabilité pour le meurtre d’un soldat américain. Je pense qu’il aurait dû purger la totalité de sa peine de prison. Les autorités américaines ont accepté de le transférer au Canada sous condition que le détenu purge toute sa peine. Je crois que l’on envoie un très mauvais message aux autres pays. Dorénavant, ceux-ci vont y penser à deux fois avant d’extrader un autre prisonnier au Canada.

Q : Que répondez-vous à ceux qui affirment qu’il était un enfant soldat et qu’il n’était pas responsable de ses gestes?

R : Le paternel d’Omar Khadr était un sympathisant d’Al-Qaïda et il a entrainé son fils dans le terrorisme. Mais, au moment des faits, il avait quinze ans. Selon moi, il savait exactement ce qu’il faisait. Celui-ci a tué un soldat américain et il méritait d’être jugé en conséquence.

Q : Que pensez-vous des baisses d’impôts que Justin Trudeau a promis aux Canadiens s’il est élu premier ministre le 19 octobre prochain?

R : Le chef libéral affirme que le fractionnement du revenu et la hausse du plafond du CELI vont seulement profiter aux riches. C’est totalement faux. Nos mesures vont permettre aux familles de la classe moyenne de payer moins d’impôts et d’épargner à l’abri du fisc. Justin Trudeau croit que la hausse du fardeau fiscal des riches va faire rentrer plus d’argent dans les coffres de l’État, c’est de la pensée magique. Tout le monde sait que si on impose trop les plus nantis, ceux-ci vont trouver des échappatoires fiscaux (avec l’aide de fiscalistes) afin d’éviter d’en payer plus. La mesure fiscale de Trudeau va faire perdre de l’argent au gouvernement. Donc, je me pose une question : Où va t-il trouver l’argent pour financer ses baisses d’impôts pour la classe moyenne? Selon moi, le chef libéral ne pourra pas tenir parole.

Q : Est-ce que la victoire surprise du NPD albertain pourrait nuire au PCC en Alberta le 19 octobre prochain et aider le NPD fédéral dans cette province?

R : La réponse est non. Durant la campagne électorale albertaine, le NPD albertain s’est dissocié de son cousin fédéral. La nouvelle première ministre de la province ne voulait pas que les Albertains fassent un lien entre son parti et les troupes de Thomas Mulcair. Le NPD fédéral est clairement une formation politique de gauche (socialiste), tandis que son cousin albertain est de centre-gauche. Par exemple, le premier est très hostile à l’industrie pétrolière albertaine, tandis que le second a tendu la main à celle-ci. Donc, il y a une grosse différence entre les deux partis. Je trouve que c’est de la récupération politique de la part des néodémocrates et de l’opportunisme pur et simple. Selon les sondages d’opinion, le Parti conservateur du Canada obtient entre 50 et 55% des voix en Alberta, c’est le même pourcentage qu’ont obtenu le PPC et le Wildrose Party lors du scrutin albertain. Donc, l’Alberta reste un château fort pour notre parti et elle va le rester lors des prochaines élections. Il n’y aura pas de vague orange dans cette province de l’Ouest le 19 octobre prochain. Q : Comment expliquez-vous la victoire historique de la gauche en Alberta? R : Selon moi, il n’y a aura pas de révolution progressiste en Alberta. L’élection d’un gouvernement NPD majoritaire est un vote de protestation. Les Albertains voulaient se débarrasser des conservateurs (après 44 ans de pouvoir) et le Wildrose party n’était pas prêt de former le gouvernement. Donc, ils se sont tournés vers le NPD, qui a bénéficié de la bonne campagne de sa cheffe Je crois que le chef conservateur, Jim Prentice, a fait une très mauvaise campagne. Il a déclenché des élections anticipées après la présentation d’un budget austère, les gens ne l’ont pas pris du tout. Les Albertains voulaient changer de gouvernement et l’autre parti de droite n’était pas prêt. Donc, je crois que cela peut expliquer la victoire majoritaire du NPD. 

 

Soyez sympa! Partagez!