Lettre ouverte au ministre de la Sécurité publique M. Martin Coiteux

Par Pierre Simard

Monsieur le Ministre,

J’ai pris acte de vos considérations philosophiques concernant les opposants à votre registre des armes à feu. Pour être honnête, vous ne m’avez guère offusqué. Je ne vois rien de honteux à me faire accuser d’adopter une philosophie anarchiste. Surtout quand l’accusation vient du ministre de la Sécurité publique, celui dont le rôle est justement de veiller au monopole de la violence de l’État québécois.

Je ne suis pas politicien, je vais aller droit au but. Dans le cas du projet de loi sur l’immatriculation des armes à feu, c’est votre gouvernement qui se fait l’apôtre de la violence. C’est vous qui menacez les honnêtes chasseurs et autres propriétaires d’armes à feu d’amendes et de saisies s’ils n’immatriculent pas leurs armes. Ne mêlons pas les choses.
C’est vrai que, contrairement à vous, je n’ambitionne aucune carrière politique. Je ne suis soumis à aucune ligne de parti et je ne crains nullement de déplaire à mon premier ministre. Sans compter, j’en suis conscient, que je n’ai aucun groupe d’intérêt à amadouer pour me faire réélire.

Je ne suis qu’un simple citoyen qui paie ses impôts et qui, jusqu’ici, respectait vos lois. Un Québécois, parmi des centaines de milliers d’autres, qui est en désaccord avec votre projet d’immatriculation des armes à feu.

Comme eux, j’estime que ce registre n’apportera rien à ma sécurité ou à celle de mes concitoyens.

Je me ferai donc anarchiste. Je serai un anarchiste non violent. Je ne combattrai pas votre violence par la violence. Je n’agresserai personne ni ne ferai dommage au bien de quiconque.

Pour tout vous dire, je suis contre toutes les violences, y compris celles sur lesquelles se fonde votre pouvoir.

Aussi, comme je suis un anarchiste qui s’assume, je n’immatriculerai pas mes armes. Ce sera ma résistance, ma rébellion. Je mènerai une révolution paisible contre votre loi liberticide.

Et si nous sommes suffisamment d’anarchistes à le faire, nous ferons tomber votre registre: nous le rendrons inutile.

Pour plus d’information sur la question, je vous invite à prendre connaissance de ce court billet que j’ai déposé sur mon blogue : « Du registre à la désobéissance civile. »

Respectueusement,

Pierre Simard, anarchiste et professeur à l’ENAP

Soyez sympa! Partagez!

Une réflexion au sujet de « Lettre ouverte au ministre de la Sécurité publique M. Martin Coiteux »

  1. Arguments :

    -Commission Parlementaire fait fi des statistiques et boycotte des
    personnes et des groupes, qui sont opposés au registre d’armes d’épaule,
    pour faire entendre des groupes subventionnés.

    Liste des personnes et des organismes qui ont été entendus

    Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador
    Association canadienne pour les armes à feu
    Association des directeurs de police du Québec
    Association des policières et policiers provinciaux du Québec
    Association pour la santé publique du Québec
    Association québécoise de prévention du suicide
    Coalition pour le contrôle des armes
    Confédération des syndicats nationaux
    Directeur de l’état civil
    Directeurs de santé publique
    Fédération des femmes du Québec
    Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
    Fédération des policiers et policières municipaux du Québec
    Fédération des pourvoiries du Québec
    Fédération québécoise de tir
    Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs
    Grand Conseil des Cris
    Institut national de santé publique du Québec
    PolySeSouvient – Groupe des étudiants et diplômés de Polytechnique pour le contrôle des armes
    Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
    Service de police de la Ville de Montréal
    Société Makivik
    Sûreté du Québec
    Tous contre un registre québécois des armes à feu
    Y des femmes de Montréal

    -Multiples policiers sont sortis de l’ombre malgré le silence imposé par
    leur fraternité pour dire que c’est complètement inutile. Rolland Côté( GRC ), Pierrre Addy ( Sureté du Québec) Dominique Corneau lieutenant ( Police Saguenay)

    -la Cour d’ appel du Québec a affirmé qu’il n’y a aucune corrélation entrele registre d’armes longues et les homicides ou suicides.

    Le juge Dalphond n’accepte pas non plus l’argument voulant que la destruction des données privera les policiers d’un outil utile et exposera la société à plus de violence.

    «Les forces policières ailleurs au pays fonctionnent sans un registre des armes de chasse depuis octobre 2012 et rien ne m’indique qu’il en a résulté un préjudice irréparable ou même sérieux», précise-t-il.

    Quant à l’augmentation de la violence, le juge se réfère à d’autres décisions pour souligner que «les statistiques et études pour les trente dernières années ne semblent pas établir de corrélations entre l’enregistrement des armes de chasse et la baisse des taux d’homicide. De même, rien n’indique une augmentation depuis octobre 2012 des crimes commis avec des armes de chasse dans les autres provinces.».

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/383539/registre-des-armes-a-feu-quebec-echoue-dans-sa-tentative-de-sauver-les-donnees

    -Tous les sondages démontrent que la majorité de la population n’en veux pas.

    -le Ministre Coiteux promouvoit les mensonges, les stéréotypes, les
    goupes anti-armes à feu.

    -Les $$$ pourraient être investis à la source du problème, soit aider les
    gens en détresse.

Les commentaires sont fermés.