Les vrais trous de cul du monde

Par Philippe David

J’ai été sidéré à la lecture de ce billet provenant du blogue d’un certain Jean-François Hotte. Je déteste l’idée de lui faire une quelconque publicité, mais je suis incapable de taire ma révulsion de ce torchon immonde. A-t-on idée de cracher son fiel de telle manière contre une ville vivant un tel désastre? Peut-on à ce point manquer d’empathie alors que la ville brûle encore? C’est inimaginable! Laissez-moi vous livrer un court extrait:

«À Fort McMurray, il fait toujours gris, les gens boivent beaucoup d’alcool. Cette ville connaît un grave problème de prostitution, de jeu et de drogue. Pour la plupart, des gens peu éduqués qui veulent s’enrichir rapidement, c’est un mélange toxique pour n’importe quelle société. En investissant dans cette ville éloignée, le Canada participe au génocide intellectuel d’une nation.

Comme au Far West, les hommes se promènent en pick up neuf, le menton bien haut, c’est ça la vie. Il y a souvent des bagarres, les gens consomment beaucoup de drogue pour oublier l’ennui, beaucoup de drogue.

Lorsque j’ai commencé à travailler comme agent de sécurité sur une mine, tout le monde avait un seul but: faire fortune sans études en se renseignant le moins possible sur le monde autour. La sélection naturelle renversée.

Fort McMurray, c’est le paradis de l’individualisme et de la bêtise. Jean Chrétien nous l’a dit, c’est ça le plus meilleur pays au monde.

Je me sentais comme dans un livre de Orwell, une société sans culture, sans personnalité, un objectif commun: dépenser son argent dans les bars, les voitures et sur les tables de Blackjack du Boomtown.»

Mais qui êtes-vous M. Hotte pour juger ces gens qui ne font au final que poursuivre leur rêve? Si vous croyez que Fort McMurray est si pire, vous auriez dû voir ce que ça avait l’air à la Baie James pendant les années 70. Tous des rustres aussi là pour faire un coup de cash. Et alors? Qu’est-ce qu’il y a de si mal à ça? Vous devriez plutôt leur montrer une petite dose de respect. Si vous avez des études, ces gens en ont payé une part grâce à la péréquation.

Parce que voyez-vous, le méchant pétrole sale de l’Alberta paie pour une bonne partie de nos chers acquis sociaux au Québec depuis des décennies à la hauteur de $ 7 à 10 milliards par année parce que nous nous sommes trop bons pour nous salir les mains à développer nos propres ressources. Nous ne voulons même pas savoir si nous avons des ressources à exploiter. Oh non! Tout d’un coup qu’on deviendrait riches nous aussi plutôt que d’être nés pour un petit pain et lever le nez devant ceux qui se défoncent et n’ont pas peur de se salir pour créer de la richesse pour eux-mêmes et les autres qui ne le méritent pas.

Le pétrole sera là pour encore longtemps

Le pétrole sera là pour rester tant et aussi longtemps que ce sera la forme d’énergie la moins coûteuse, et lorsqu’elle cessera de l’être, il y aura une alternative qui sera prête à prendre le relai. Oui, son exploitation défigure le paysage, mais l’exploitation du lithium pour les piles de vos chères voitures électriques et hybrides n’est pas plus jolie.

Lithium mine
Mine de lithium de Soquimich au Chili.

De plus, l’électricité pour alimenter vos Tesla, Miev et Leaf est dans la plupart des endroits générée par des centrales au charbon et au mazout. Car ce n’est pas partout sur la planète qu’il y a le potentiel hydro-électrique du Québec et le solaire et l’éolien ne pourront jamais les remplacer. Il y aurait bien le nucléaire, mais les écolos n’en veulent pas. Crachez autant que vous voulez sur le pétrole sale de l’Alberta, il en reste que vous n’êtes pas aussi verts que vous le croyez. Cessez-donc de regarder les autres de haut parce que vous vous noyez dans toutes vos contradictions. Si nous faisons bonne figure au niveau de l’émission de GES au Québec, c’est surtout grâce à un accident de la nature plutôt que notre bonne volonté et nos barrages ont été construits bien avant qu’on commence à se soucier de nos émissions de CO2. Cessons donc de nous croire plus verts que verts parce qu’en réalité c’est de l’hypocrisie. Ce sondage de 2013 montre que la lutte aux gaz à effet de serre est plutôt basse dans la liste de priorité des québécois alors qu’un approvisionnement moins cher en pétrole est bien plus haut.

sondage priorités Québec 2013

Cessons donc de faire croire que les québécois se soucient plus de l’environnement que les autres. C’est carrément faux.

Un autre portrait de Fort Mc Murray

Heureusement, il y a des portraits un peu plus honnêtes de Fort McMurray comme cet article du Globe and Mail publié en 2015. Il brosse un tableau très différent Fort McMurrray basé sur des faits plutôt que les impressions biaisées d’un cégepien de 19 ans.

Ft McMurray facts

Avec 30,7% de diplômés universitaires, Fort McMurray n’est certainement pas la ville d’ignares incultes que M. Hotte prétend. Et elle est loin d’être aussi sale.

Ft McMurray panorama

Les vrais trous de cul

Non, Fort McMurray n’est pas le trou de cul du monde, mais son malheur a dévoilé une panoplie de véritables trous de cul. Ceux qui se réjouissent de cet incendie et qui tentent de se faire du capital politique et faire avancer leur agenda alors que les flammes ragent toujours. En passant, tous les scientifiques crédibles disent que rien ne peut lier cet incendie aux changements climatiques. Absolument rien! J’ai toujours su que le mouvement environnementaliste est anti-humain. Nous venons d’en voir une belle démonstration. Vous êtes tout ce qu’il y a de plus bas dans l’échelle évolutionnaire. Je vous emmerde tous autant que vous êtes!



Soyez sympa! Partagez!

9 réflexions au sujet de « Les vrais trous de cul du monde »

    1. @ Claude Charette – Vous etes vraiment ignorant ! Le salaire moyen d’un travailleurs du petrole n’est pas de 300 000$ Ce n’est pas juste des travailleurs du petrole qui ont perdu leur maison…Et puis meme si leur salaire est en moyenne de 100 000$..il le merite bien en masse. Travailler 14 jours en ligne pendant 12 a driller la face dans l’huile c’est de l’ouvrage dure pis leur salaire il se le merite ! Sa prend ben juste un quebecois jaloux frustre pour dire des innocentries de meme ! Sortez donc de chez vous avant de dire des niaseries !

  1. Wow, wow, wow !

    Sous prétexte que des gens ont perdu leur maison, on ne doit plus critiquer l’horreur écologique et environnementale qu’est l’extraction de pétrole des sables bitumineux ?
    Sous prétexte que ces gens ont perdu leur maison, on ne peut pas critiquer leur ancien mode de vie, où leur salaire était presque proportionnel à la destruction de leur environnement ?

    Et c’est quoi cet argument absurde comme quoi si on est contre la destruction de la planète via l’extraction du pétrole on est forcément pour la voiture électrique ? Je ne rentrerai pas dans les détails, mais la vraie solution passe surtout par des modifications profondes de l’urbanisme, et des décisions politiques courageuses (mais comme au Canada les électeurs sont en majorité des automobilistes… ça va pas avancer bien vite)

    Enfin, et surtout, votre photo d’une mine de lithium… est une mine de cuivre. La mine Esconditas, au Chili, plus exactement, la plus grosse mine de cuivre du monde.
    Le lithium n’a rien à voir avec ce genre de mine, n,a rien à voir avec ce genre de destruction. Il est plus souvent récolté un peu… comme le sel, notamment en Bolivie dans le Salar d’Uyuni

    Pour finir, renseignez-vous un peu, cet incendie est du principalement à 2 facteurs : l’expansion anarchique de la ville de Fort McMurray (on pense par exemple à tous les arbres morts abattus pour faire rapidement de la place, puis laissés au sol dans la forêt) et surtout le réchauffement climatique (moins de neige, chaleur, temps sec, …)

    1. @ fred

      Sous prétexte que des gens ont perdu leur maison, on ne doit plus critiquer l’horreur écologique et environnementale qu’est l’extraction de pétrole des sables bitumineux ?
      Sous prétexte que ces gens ont perdu leur maison, on ne peut pas critiquer leur ancien mode de vie, où leur salaire était presque proportionnel à la destruction de leur environnement ?

      Wow! C’est désolant que j’aie à vous expliquer ça, mais essayez donc «par simple décence humaine»! Comment vous sentiriez-vous si, pendant que votre maison brûle, les gens autour disaient des choses comme: «Il avait juste à pas fumer au lit. Ben bon pour lui» ? Vous pourriez au moins attendre que le foutu feu soit éteint, non? Un peu d’empathie pour des dizaines de milliers de personnes qui vivent le drame de ne plus avoir de toit sur leur tête? Est-ce trop vous demander? Traiter une ville entière de «trou de cul de la planète» pendant qu’elle brûle encore? Si j’étais un des résidents, je serais tenté de sauter dans mon pick up et d’aller à Montréal et lui sacrer une volée! ET que dire des beaux petits tweets et commentaires que j’ai ajouté? C’est acceptable de dire que tous les idiots qui profitent du pétrole devraient brûler vif?

      «Et c’est quoi cet argument absurde comme quoi si on est contre la destruction de la planète via l’extraction du pétrole on est forcément pour la voiture électrique ? Je ne rentrerai pas dans les détails, mais la vraie solution passe surtout par des modifications profondes de l’urbanisme, et des décisions politiques courageuses (mais comme au Canada les électeurs sont en majorité des automobilistes… ça va pas avancer bien vite)»

      Parce que «l’électrification des transports», c’est le dada du jour au Québec.

      «Enfin, et surtout, votre photo d’une mine de lithium… est une mine de cuivre. La mine Esconditas, au Chili, plus exactement, la plus grosse mine de cuivre du monde.
      Le lithium n’a rien à voir avec ce genre de mine, n,a rien à voir avec ce genre de destruction. Il est plus souvent récolté un peu… comme le sel, notamment en Bolivie dans le Salar d’Uyuni»

      Vous avez raison, j’aurais dû mieux me renseigner sur la photo que j’ai incluse. Je suis donc allé trouver une autre photo et j’ai pris la peine cette fois de bien me renseigner sur son origine. Il s’agit bel et bien d’une mine de lithium cette fois. C’est certainement plus joli et coloré, mais point de vue environnemental, ce n’est guère mieux.

      «Pour finir, renseignez-vous un peu, cet incendie est du principalement à 2 facteurs : l’expansion anarchique de la ville de Fort McMurray (on pense par exemple à tous les arbres morts abattus pour faire rapidement de la place, puis laissés au sol dans la forêt) et surtout le réchauffement climatique (moins de neige, chaleur, temps sec, …)»

      Non, c’est vous qui devriez prendre la peine de suivre les liens que j’inclus dans mes textes pour savoir que même les scientifiques de cet organisme truffé d’activistes de Greenpeace et de la WWF qu’est le GIEC reconnaissent que les températures élevées, la faible quantité de neige, etc qu’a connu l’Alberta (autant que tout le reste de l’Amérique du Nord) cet hiver a été causé par El Nino et que dans les mots du Dr Fredolin Tangang, vice-président du GIEC de 2008 à 2015 et un expert reconnu sur El Nino:

      «There is no conclusive evidence that the occurrence of El Nino (frequency and intensity) is influenced by climate change…El Nino occurrences did not switch in frequency or intensity due to climate change.»

      Au pire, El Nino s’additionne au réchauffement climatique, qui, on le sait, se mesure en dixièmes de degrés celcius et donc n’influence pas grandement les effets de météo (il ne faut pas confondre «météo» et «climat»)

  2. Bravo M.David. Cette fois-ci, je suis complétement d’accord avec vous. Je voue un énorme respect pour tous ces ouvriers qui se salissent les mains pour fournir le pétrole nécessaire à faire transporter les fruits et légumes que j’achète à l’épicerie et sans oublier le plastique dont je me sers régulièrement comme ma gourde d’eau, les contenants pour réchauffer ma nourriture au micro-ondes et j’en passe. Je dêteste le discours environnementaliste qui est culpabilisant à l’égard de l’exploitation des ressources naturelles. S’ils avaient une attitude plus positive au sujet des effets secondaires liés aux énergies fossiles, je les trouverait beaucoup plus constructifs. Personne ne veut revenir à l’ãge de pierre et toute forme d’énergie comporte son lot de conséquences néfastes pour l’environnement. Cela devrait plutôt à consentir tous nos efforts à trouver des moyens techniques pour mieux protéger l’environnement tout en poursuivant l’objectif de développer l’économie afin d’enrichir la collectivité et avoir le capital nécessaire permettant d’assurer à tous des systèmes d’êducation, de santé et de protection sociale à la hauteur de nos ambitions.

  3. J’aime tout simlement la replique, rien a dire!!!! Je roule en voiture éléctrique pas par conscience environnementale mais pour en avoir plus dans des poches$$$$ donc plus d’essence pour les autre lol.

    bravo!!!

    1. Je tiens à souligner que je n’ai rien contre le fait que des gens achètent des voitures électriques, mon objection est que le gouvernement les subventionne et donc force les contribuables à payer une partie du coût de voitures qu’ils ne veulent pas nécessairement acheter.

      Personnellement, je considère que ces voitures ne répondent pas à mes besoins personnels, comme beaucoup de consommateurs. Donc, ça me dérange que le gouvernement me force, à travers mes impôts, à défrayer une partie du coût de la vôtre ou subventionne les bornes de recharge qui vous permettent de la recharger gratuitement. Rien de personnel.

      1. On sort du sujet mais pour ma part je l’ai acheté usagé donc pas le droit a la subvention  »verte » et pas le droit a la subvention de la borne de recharge. enfin bref, comme j’ai ecris plus haut c’est une question de budget $$ j’ai changer une voiture qui fesais du 15l/ 100km pour une a presque 0l/ 100km. mais oui vous avez raison de ne pas vouloir subventionné les  »vert » moi meme ca me fait ch….

  4. Bravo monsieur David, c’est exactement ce que je pense ! Vlan dans les dents ……. j’en plein mon casque d’entendre cette gang de bien pensants chiés sur la province qui les a fait vivre depuis des années ….. attendez de voir les répercutions des problèmes de l’Alberta sur notre niveau de vie ! Mais au delà de tout ça … c’est le mépris que certaines personnes semblent avoir dans le fait de se rendre travailler dans une région éloignée pour faire de l’argent dans le but d’améliorer sa vie ….. qui ne veut pas faire ça ….j’ai travaillé à la Baie James …… et je ne me prend pas pour un trou de cul ! pauvres demeurés tous autant que vous êtes …. je hais cette race d’écolos pour m’en confesser !!!

Les commentaires sont fermés.