L’alt right et la gauche régressive : deux côtés d’une même médaille (1/2)

Par Philippe David

En tant que libertarien anarchiste, je suis plus que familier avec la façon que les médias de masse ont d’étiqueter un mouvement ou une idéologie qu’ils ne comprennent pas et les raccourcis intellectuels et sophismes de l’homme de paille qu’ils peuvent utiliser pour démoniser les idées qu’ils n’aiment pas. C’est pourquoi, quand j’ai décidé d’écrire un texte sur cette droite alternative que les américains ont baptisé «alt-right», je ne me suis pas fié aux seuls médias de masse, dominés par la gauche,  pour m’en faire une idée. Je me suis également fié à des médias alternatifs et j’ai aussi varié mes sources en consultant autant des sources de droite que des sources de gauche. Cependant, en faisant mes recherches, j’ai réalisé qu’il est difficile de parler de la «alt-right» sans aussi parler d’une certaine gauche dite «régressive»  aussi connue sous le sobriquet de «guerriers de la justice sociale» ou «social justice warriors» en anglais. Pourquoi? Parce que selon mon humble opinion, ces deux mouvements sont deux faces de la même pièce. Très littéralement, ils sont le reflet l’un de l’autre.  L’atl-right est plus un contre-mouvement à la gauche régressive qu’un mouvement à juste titre, je me vois donc dans l’obligation de brosser un portrait de la gauche régressive avant de pouvoir parler de la droite alternative.

Qu’est-ce que la gauche régressive?

Si vous n’êtes pas familier avec la culture en vogue dans les campus universitaires américains surtout, mais aussi au Canada qui s’identifie de la gauche mais dont les doctrines tiennent de la rectitude politique, de la victimite et de la politique identitaire poussées à l’extrême. Ils sont à l’origine de termes comme «trigger warning» et «safe space». On les voit faire des manifestations et très littéralement faire des crises de bacon pour ne pas avoir à souffrir d’opinions divergentes des leurs. C’est un groupe pris en dérision par des commentateurs de la droite comme étant de gros bébés, en se moquant de leurs objections sur les costumes d’Halloween, par exemple. Mais ils sont également dénoncés par des gauchistes modérés comme Dave Rubin, David Pakman ou Bill Maher et Richard Dawkins qui considèrent tous que ce mouvement mine la crédibilité de la gauche. Les deux premiers sont des animateurs de médias alternatifs que j’admire pour leur rigueur, même si je ne suis pas toujours d’accord avec leurs idées. Cependant, ils nous affirment tous que ce n’est pas représentatif du mouvement progressiste, mais en réalité, ce n’est pas complètement vrai parce que les dogmes de la gauche régressive viennent tout droit du marxisme culturel issu de la théorie critique de l’école de Francfort et nous voyons souvent ces mêmes dogmes appliqués aussi par la gauche «mainstream».

L’influence du marxisme culturel

La gauche régressive, c’est l’idée que pratiquement tout dans ce monde est une lutte entre oppresseurs et opprimés. C’est en réalité une version révisée de la lutte des classes de Marx. Les opprimés étant tous ceux et celles faisant partie de groupes minoritaires (femmes, minorités raciales, minorités religieuses, LGBTQ, etc.) et les oppresseurs par excellence sont, bien entendu, ces méchants hommes blancs, chrétiens,  cisgenres et hétéros qui vivent tous et chacun une existence privilégiée. En réponse à cette prétendue oppression, la gauche régressive fait la promotion active du féminisme radical (lire anti-hommes), de l’homosexualité, du multiculturalisme, de la théorie des genres. Ce sont d’éternels offensés pour lesquels aucune opinion contraire n’est acceptable, même si elle est soutenue par des faits vérifiables.

Les guerriers de la justice sociale n’ont que faire des faits. Tout ce qui leur importe ce sont leurs sentiments. Ainsi, ils ferment les yeux sur toute la littérature de différences biologiques entre les genres qui ne sont, selon eux, que des constructions sociales. Ils se battront contre l’homophobie, mais tairont les abus islamistes envers les homosexuels, sous prétexte que l’Islam est également opprimé. D’ailleurs, si vous faites partie de ces groupes de victimes, tout vous est dû et tout vous est permis. On doit, par exemple, vous favoriser dans l’obtention d’un emploi que vous soyez la personne la mieux qualifiée ou pas, juste parce qu’on est en 2016. Vous avez le droit de haïr les hommes sans être sexiste, de haïr les blancs sans être raciste, de haïr les chrétiens sans être christianophobe ou les hétérosexuels, sans être hétérophobe. Vous comprendrez que ces gens n’ont aucun argument derrières leurs positions. Si vous osez les contredire, vous serez tout simplement raciste, misogyne ou islamophobe ou un nazi suprématiste blanc, le cas échéant.

La droite alternative ou «alt right» est née de l’exaspération de certains groupes envers la rectitude politique, le multiculturalisme et l’immigration débridée promus  par cette gauche régressive. Nous verrons quelle forme prend cette contre-culture dans la seconde partie.

Pourquoi le collège électoral?

Par Philippe David

La récente élection américaine a relancé le débat sur le collège électoral et pourquoi le Président et le Vice-Président des États-Unis ne sont-ils pas élus par le vote populaire? Pour connaitre la réponse il faut découvrir ce que les pères fondateurs américains avaient en tête quand ils ont écrit la constitution américaine.

Premièrement, il faut d’abord se souvenir que les États-Unis n’ont pas été fondés comme étant un seul état, mais plutôt une union de plusieurs états indépendants. C’est un aspect très important de leur constitution. Durant toute l’expansion subséquente des États-Unis, ce sont les gouvernements des différents états qui prenaient la décision finale de se joindre à l’Union. Aussi fallait-il garantir que les intérêts particuliers des états puisse être respectés.

Deuxièmement, il faut aussi savoir qu’avant d’écrire leur constitution, les pères fondateurs avaient aussi étudié la démocratie à travers l’histoire et avaient aussi à coeur de ne pas répéter les erreurs du passé. Aussi avaient-ils un profond dédain de la démocratie pure qu’ils considéraient comme une tyrannie de la majorité. Bien qu’ils désiraient ardemment que le peuple ait une voix, ils croyaient aussi qu’il était nécessaire d’incorporer les contrepoids à la volonté populaire de façon à protéger les minorités. Ils ont donc intégré plusieurs mesures dans la constitution pour assurer ce contrepoids: les fameux «checks and balances».

Comme vous le savez probablement, le premier de ces contrepoids est la séparation des pouvoir entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Le second fût le système électoral. Le gouvernement fédéral américain comporte trois groupes principaux qui sont élus: La chambre des Représentants et le Sénat qui constituent le Congrès et le Président et Vice-Président qui représentent la branche exécutive. La Chambre des Représentants, comme la Chambre des communes, représente le «Peuple». Dans cette chambre, le nombre de représentants de chaque état varie selon sa population et assure que les intérêts du peuple soient entendues. Le Sénat, en revanche, représente les intérêts des différents états et comporte deux sénateurs par état, peu importe son poids démographique. Cela assure que les intérêts de chaque état soient représentés, peu importe sa taille et sa population. Ça assure aussi un certain équilibre entre les états plutôt citadins et les régions rurales.

Pour la Présidence et la Vice-Présidence, les pères fondateurs ont décidé que ces postes devraient être tributaires des états de façon à représenter la plus grande surface géographique possible, peu importe la densité, puisque le développement démographique était plutôt imprévisible. De plus, c’était un incitatif à de futurs états qui voudraient se joindre à l’Union, qui à l’origine étaient peu populeux et qui donc n’auraient pas fait le poids devant les états mieux établis de la côte est. Ça donnait une voix égale aux nouveaux états dans l’élection du Président et Vice-Président qui autrement n’aurait eu aucune chance de déterminer quoique ce soit. C’est pour ça que le collège électoral fût créé. Dans la carte ci-haut, les zones en bleu correspondent aux régions les plus populeuses des États-Unis. Elles représentent approximativement 50% de la population des État-Unis. Les zones grises seraient toutes les régions qui n’auraient aucune voix au chapitre si le Président et le Vice-Président étaient élus au suffrage universel. Remarquez aussi qu’historiquement, il est plutôt rare que le collège électoral diverge du vote populaire.

Les pères fondateurs américains étaient de grands philosophes libéraux qui avaient combattu une régime tyrannique dans l’intention d’assurer une plus grande liberté à leur postérité. Ayant une bonne connaissance de ce qu’est la tyrannie, ils ont pris des quantités de mesures dans leur constitution afin de préserver cette liberté qu’ils ont durement gagnée. Malheureusement, ils ont échoué car au final, la constitution n’est qu’un bout de papier que trop de leurs successeurs ont choisi d’ignorer. Sacrifier le système de collège électoral ne serait qu’un autre pas dans la direction d’une dictature de la majorité.

 

La grande hallucination

Par Philippe David

Beaucoup de gens se croient libres. C’est surtout parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’est la liberté. La liberté c’est être propriétaire de soi-même. Qu’est-ce que ça veut dire? Ça veut dire que personne n’a le droit de prendre des décisions à votre place. Ça implique aussi  que si vous désirez rester libre,  vous devez, pour le meilleur ou pour le pire, prendre ces décisions par vous-même et en subir les conséquences autant qu’en récolter les bienfaits.  Si vous abandonnez vos choix à une autre personne ou un groupe de personnes appelé «gouvernement», vous n’êtes plus libre, vous êtes dépendant. Vous ne gérez plus votre propre vie, elle est désormais la propriété de quelqu’un d’autre.  Vous êtes désormais un esclave en quelque sorte et plus vous abandonnez de vos choix au gouvernement, moins vous serez libre. Est-ce vraiment ce que vous voulez?

Au Québec, certains ne cessent de nous rabattre les oreilles avec l’idée que le «peuple» québécois devrait être «maitre de sa destinée», mais c’est vide de sens! Le mot «peuple» n’est qu’une abstraction pour représenter plusieurs personnes vivant dans un même espace et partageant certains traits. Vous pouvez voir et toucher les individus qui le composent, mais vous ne pouvez pas voir ni toucher le «peuple». Le peuple ne peut pas raisonner, ni réfléchir. Il ne peut pas agir à l’unisson.  Il n’est donc responsable de rien et il n’est maître de rien non-plus. Mais que diriez-vous d’être maître de vous-mêmes plutôt? Pourquoi croyez-vous que vous serez plus libre si seulement le bon parti était au pouvoir et qu’une majorité mette une croix sur la case «oui» d’un référendum? Ou serez-vous libre le jour où vous pourrez dire que vous allez garder tout le fruit de votre travail et décider par vous-même quoi en faire plutôt que de laisser Justin Trudeau ou Philippe Couillard ou [insérez le chef de votre parti préféré ici.] décider comment le gaspiller dépenser pour vous?

Personne n’a de droit légitime de prendre ces décisions pour vous. Ce n’est qu’une illusion. Vous n’y consentez que parce qu’on vous dit que ça ne peut pas fonctionner autrement. Que parce que nous sommes méchants et cupides de nature, nous devons avoir des gens tout aussi méchants et cupides que nous mais qui, par la vertu d’avoir gagné un concours de popularité, se sont transformés en saints altruistes, pour nous protéger des autres personnes méchantes et cupides. En nous contrôlant pas la force et la coercition. Vous trouvez que ça a du sens vous? Moi pas! Je ne vois pas l’utilité d’avoir une bande d’individus qui me font les poches sous la contrainte sous prétexte de me fournir des services dont je n’ai pas nécessairement besoin et  pour me protéger de d’autres bandes d’individus qui veulent me faire les poches sous la contrainte. Je veux seulement payer volontairement pour les services dont j’ai besoin.

La prémisse derrière la raison d’être du gouvernement est absurde. La seule chose qui différencie le gouvernement de la mafia est une croyance qu’on vous martèle depuis votre plus jeune âge: que le gouvernement représente une autorité légitime. Les pires atrocités de l’histoire on été commises par des despotes psychopathes simplement parce que ces millions d’individus ont eu l’hallucination collective de voir ces tyrans comme détenteurs d’une autorité légitime. Par eux-même, les Hitler, Staline, Mao, Pol Pot ou Pinochet n’auraient jamais pu causer tant de dommages. Ce n’est que cette petite croyance religieuse en leur autorité qui a fait que des millions les ont appuyés dans leur folie sanguinaire.

Ceux qui ne cessent de réclâmer toujours plus de pouvoir pour le gouvernement peuvent être mus par de bonnes intentions, mais ils ne réalisent pas à quel point ce pouvoir est dangereux. Jusqu’au moment où, inévitablement, un tyran viendra retourner ce pouvoir contre eux. Alors il y aura des pleurs et des grincements de dents

 

La pire campagne

Par Philippe David

Mardi soir dernier  fût le dénouement de la pire campagne électorale de l’histoire des États-Unis. Les américains ont dû choisir entre les deux candidats les plus haïs de toute leur histoire. Jamais il y a eu deux candidats à la présidence cotés aussi négativement que le furent Donald Trump et Hillary Clinton. Finalement, ils se sont bouchés le nez et ont choisi Donald Trump, croyant qu’ils faisaient un magistral doigt d’honneur à l’ordre établi.

Dans la réalité, peu importe qui ils allaient choisir, il n’aura pas vraiment de changements majeurs. Le complexe militaro-industriel continuera de téter les mamelons de l’état, autant que les syndicats et tous les autres groupes d’intérêts. La Réserve Fédérale continuera d’imprimer ses billets de Monopoly, les États-Unis continueront leurs guerres inutiles et continueront leur surveillance indiscriminée de leurs citoyens.  L’état fédéral américain continuera de grossir, nourri par de plus en plus d’impôts et taxes et le peuple américain sera affligé de plus en plus de lois et de règlementations.  Bref, rien de fondamental ne changera et les États-Unis continueront sur la même trajectoire  qui est en train de le transformer de plus en plus en état policier socialo-corporatiste parce que ni Clinton, ni Trump n’ont remis ces détails en question. Peu importe qui serait élu, une chose était certaine : les américains continueront d’être de moins en moins libres. La liberté n’a jamais été sur le bulletin de vote. Elle ne le sera jamais.

Parce que voyez-vous, voter pour décider quel maître va vous dominer, vous donner des ordres, prendre le fruit de votre labeur et vous punir si vous n’obéissez pas pendant les quatre prochaines années, ne vous rendra jamais libre. Que vous votiez pour la marionnette de gauche ou celle de droite ne change rien à votre servitude.  Peut-être va-t-elle rendre cette servitude moins déplaisante, du moins, temporairement; mais une cage, aussi dorée soit-elle, demeure une cage.

Voter, c’est également dire «j’approuve de ce système qui donne le pouvoir à un petit groupe de personnes de prendre une partie du fruit du labeur de mes compatriotes et moi-même par la contrainte et qu’il soit dépensé d’une façon sur laquelle je n’ai aucun contrôle, parfois sur des choses que je n’approuve pas et que si quiconque veut y résister, j’approuve que cette personne soit violentée et mise en cage.» Peu importe à côté de quel nom vous faites la croix, ce sera toujours un vote pour l’asservissement.

Au moins, je peux me réjouir du fait que 46.9% des américains ont choisi la liberté plutôt que de choisir un maître.

us-elections-2016-popular-vote

Je me demande pendant combien de temps ils pourront prétendre gouverner avec le consentement du peuple?