Archives de catégorie : Québec

Merci pour ton livre, Éric Duhaime

Par Nathalie Roussy
Collaboration spéciale

Merci Éric Duhaime pour ton livre « La fin de l’homosexualité et le dernier gay ». Sincèrement. Je l’ai aimé, savouré même. Trouvé qu’il était utile pour lancer des réflexions, des débats de sociétés. Il n’y a pas d’arrogance ni de sarcasme. J’ai vraiment apprécié ton livre. Je ne suis pas d’accord avec tout ce que tu as écrit, évidemment (quelqu’un l’est?). Mais Éric, je dois te dire que j’ai vraiment beaucoup aimé ton initiative.

Je suis pas mal agacée moi aussi tout comme toi par tout ce discours de victimisation. Je n’aime pas quand on a tendance à pointer toujours la faute sur l’extérieur à soi. Et je parle dans le sens large.

J’encourage les gens à lire ton livre pour éviter les épouvantails que j’ai pu lire déjà seulement quelques jours après la sortie de son livre. Éric, tu n’es pas pour moi un modèle de sagesse et de nuance. Par contre, tu n’es pas pire que la moyenne des ours et tes idées sont souvent intéressantes, car singulières par rapport à ce qu’on entend. Ceci étant dit, tu es beaucoup plus articulé et nuancé que ce que veulent nous faire croire nombre de tes détracteurs et «haters». Je te lève mon chapeau d’avoir la couenne aussi dure de supporter autant de critique et de haine.

Permets-moi dans cette lettre-ci de me concentrer sur les points pour lesquels je suis en désaccord avec toi. Tout d’abord, je trouve étonnant que tu ne voies pas la contradiction, aussi évidente qu’un éléphant dans une pièce, à dire que l’homosexualité est quelque chose de bien ordinaire tout en en faisant un livre, mais surtout en disant que c’est la plus grande sortie de ta carrière après être resté dans le placard pendant près de cinquante ans, que tu perds beaucoup en crédibilité et démontre le contraire de tes propos. Tes paroles disent le contraire de tes actes et le pire est que tu sembles ne pas t’en rendre compte. Malaise.

J’ai été à la fois un peu, je ne sais quel mot employer, embarrassée, dégoûtée, choquée, de lire les extraits où tu nous montres les avantages d’être un gai sans enfant. Tu connais l’extrait, je ne suis pas la première à te poser la question là-dessus. Dutrisac t’a challengé un peu là-dessus, ainsi que Isabelle Craig à Radio-Canada. Mais à chacune des deux fois, tu changeais de sujet et on n’a pas insisté.

Je n’ai pas lu suffisamment sur le sujet de l’intimidation. Je suis sensible toutefois à cette réalité. L’intimidation est grave et peut mener jusqu’au suicide chez les jeunes à l’école. Je me trompe peut-être en ayant confiance que Jasmin Roy, que je perçois non pas comme un militant comme les autres, mais qui a tout mon respect depuis le début, s’appuyant sur de bonnes données statistiques. Il dit que l’intimidation est très fréquente. Je n’ai toutefois aucune raison de remettre en question ses chiffres. Pas même après avoir lu ton livre, puisque tu n’as fait aucun effort pour nous démontrer, preuves à l’appui, que la fondation Jasmin Roy nous trompe avec ses chiffres.

À ton émission et dans ton livre, tu parles des tendances en faveur du droit des femmes, parfois même au détriment du droit des hommes. Je te suis. Dommage que tu ne reconnaisses pas la tendance à l’islamophobie grandissante au sein de la population québécoise, et ailleurs aussi. Je parle de «musulmanophobie», la haine des musulmans, celle qui mène tout droit vers la violence dans le pire des cas, ou simplement dans les propos haineux émis sur les réseaux sociaux.

Dommage que tu ne voies pas la magnifique tendance des musulmans sur toute la planète à devenir plus libéraux. Tariq ramadan en parle dans son livre Mon intime conviction : « Les problèmes du moment peuvent parfois nous faire perdre de vue la perspective historique, et nous faire sombrer dans un pessimisme pourtant peu justifié. En moins de deux générations, on a pu observer des évolutions extraordinairement rapides dans la pensée comme dans la compréhension que les musulmans avaient de l’environnement occidental et européen ».

Pour terminer, je voudrais témoigner avoir constaté, en côtoyant en ligne sur FB des gens proches du mouvement libertarien que ces personnes envoyaient souvent des commentaires montrant qu’ils semblent dérangés par la liberté et l’acceptabilité sociale de plus en plus grandes face à l’homosexualité. Ils étaient bien sûr « tolérants » envers les homosexuels. Je trouve que tu pousses le bouchon un peu loin à, encore une fois, frapper sur les musulmans dans ton livre. Si certains conservateurs et libertariens ont le droit d’être mal à l’aise avec l’homosexualité, il faut reconnaître que les musulmans aussi en ont le droit. L’important pour un minimum de vivre ensemble est de respecter les droits et libertés de chacun. Si t’es d’accord comme moi, comme tu l’as déjà dit à l’émission Franc-Tireurs, pour dire que les propriétaires d’entreprises privées devraient avoir le droit d’être imbéciles et de refuser l’entrée dans leur commerce de noirs, de femmes ou de gais, si tu es conséquent il me semble que tu devrais reconnaître le droit à des imams de mosquées privées d’en faire autant.

Mes étiquettes sont entre autres :

Bisexuelle en relation de couple homosexuelle,
libertarienne, auditrice régulière de ton émission,
citoyenne de la grande région de Montréal, droitière et bouddhiste agnostique

 

Non, ce n’est pas du capitalisme.

Par Philippe David

Difficile de ne pas réagir à l’obscénité de ces augmentations que se sont données les dirigeants de Bombardier, mais les raisons pourquoi je les qualifierais d’obscène sont probablement différentes de celles de la plupart des chroniqueurs dans les médias. C’est d’ailleurs monnaie courante pour ces chroniqueurs de blâmer le capitalisme comme l’ont fait Mathieu Bock-Côté, Antoine Robitaille ou même Richard Martineau.  C’est bien trop facile de toujours se servir du capitalisme comme bouc-émissaire comme si d’avoir un gouvernement qui subventionne les entreprises à gauche et à droite 365 jours par année avait quoique ce soit à voir avec du capitalisme!

facepalm

Les grands champions

Au fait, combien de grandes entreprises ne sont pas subventionnées au Québec? Pas beaucoup! En fait, le Québec est depuis longtemps le grand champion toute catégorie du BS corporatiste. Désolé de vous l’apprendre, mais très peu de nos soi-disant «fleurons québécois» ne seraient encore solvables s’ils n’étaient pas solidement accrochés aux mamelles de l’état et Bombardier est certainement un des pires.

Soyons clairs, Ce n’est pas ça le capitalisme!!!

Le capitalisme, ce sont des entrepreneurs qui bâtissent des entreprises en risquant leur propre argent et celui d’actionnaires qui investissent volontairement dans ses idées. Quand Armand Bombardier a conçu et mis en marché sa première motoneige, il n’était pas allé quémander au gouvernement pour des subventions. Il a convaincu des investisseurs privés de lui avancer les fonds parce qu’il savait qu’il avait une grande innovation et ces investisseurs l’ont vu aussi et ils sont tous devenus très riches. Cependant, je doute qu’Armand Bombardier aurait été très fier qu’aujourd’hui son entreprise se maintient à flot en quêtant constamment au gouvernement et encore moins que ses successeurs en profitent pour s’en mettre plein les poches. S’enrichir en mettant en marché des innovations et en risquant ses propres sous est une chose. S’enrichir en pillant littéralement les contribuables en est une autre.

Les pillards

Dans son roman «La Grève» (Atlas Shrugged), Ayn Rand avait un terme particulier pour désigner des dirigeants d’entreprise qui s’enrichissent non pas parce qu’ils fournissent quelque chose d’utile aux consommateurs, mais plutôt parce qu’ils quémandent continuellement aux gouvernements. Elle les appelait des «pillards» («looters» en anglais).  Je n’ai pas de problème avec des dirigeants d’entreprise qui gagnent leur argent honnêtement en créant de la richesse, mais le tétage de subvention n’a rien à voir avec un talent quelconque de l’entrepreneuriat. C’est plutôt pénaliser les entrepreneurs plus productifs au profit des mauvais gestionnaires en forçant les contribuables à investir contre leur gré dans des entreprises qui peinent à survivre autrement.

Aucune entreprise ne vaut la peine d’être sauvée par les contribuables

Cruel, me direz-vous, mais vrai quand même. En subventionnant des entreprises comme nous le faisons, nous encourageons la mauvaise gestion et nous plombons notre économie. Si une entreprise est incapable d’être profitable, elle devrait faire faillite et être rachetée par quelqu’un qui saura utiliser ses ressources de façon plus efficace, sinon c’est un gaspillage de ressources. Peut-être que vous me direz que les compétiteurs de Bombardier Aéronautique comme Boeing et Airbus sont subventionnés eux aussi; oui et alors? Parce qu’on taxe les américains, les français et les britanniques pour offrir des avions à plus bas prix à des compagnies de transport aérien, ne veut pas dire que les québécois veulent aussi être taxés au profit de ces compagnies. Rien ne nous oblige à avoir un fleuron dans l’industrie aéronautique s’il est incapable de voler de ses propres ailes. Nous pouvons très bien investir notre argent et créer des emplois dans un domaine qui est plus profitable et qui ne nécessitera pas d’être constamment maintenu sur le respirateur. Remarquez que le phénomène n’est pas seulement au Québec. Il y a de nombreuses compagnies qui auraient longtemps dû faire faillite tant dans le reste du Canada que les États-Unis, mais comme je l’ai mentionné plus tôt, le Québec est le champion toutes catégories en BS corporatif et un des pires endroits pour l’entrepreneuriat et l’investissement privé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si subventionner tout ce qui bouge fonctionnait, il y a longtemps qu’on le saurait parce que nous serions la province la plus riche plutôt que la plus pauvre.

Sources:

Tableau BS corporatif: Statistique Canada: Tableau 384-0010
Tableau Entrepreneurs: Statistique Canada: Tableau 282-0012 et Tableau 051-0005
Tableau Investissements privés:  Statistique Canada: Tableau 032-0002

 

 

Judith Lussier et les trolls comme moi

Nathalie Roussy
Collaboration spéciale

NDLR – Natalie Roussy est une des nombreuse personnes que j’ai eu le privilège de rencontrer sur Facebook. Elle nous livre dans ce texte son témoignage personnel de son expérience en tant qu’une des «trolls» de Judith Lussier et expose le manque de tolérance marqué de la blogueuse. Ceci est sa première (mais pas la dernière, j’espère) collaboration à Contrepoids. – Philippe David

Depuis quelques jours on en entend parler à Radio-Canada, dans le Journal
de Montréal, de la décision de la blogueuse féministe Judith Lussier d’abandonner sa chronique au journal Metro. Elle n’en peut plus des trolls.Mais, comme elle l’a expliqué dans cette entrevue disponible sur le site du journal Le Devoir, c’est davantage l’usure qui l’a eu et non un évènement en particulier.

Les micros agressions, comme elle les nomme, ont eu raison d’elle. Si seulement les micro agressions qu’elle croit avoir reçu sont bien réelles… Judith Lussier voit des micros agressions partout. Elle voit aussi de l’homophobie et du sexisme partout. Elle n’est pas la seule. Elle a baissé drastiquement dans mon estime lorsqu’elle a cru, et a écrit un billet du journal Metro dans lequel elle en parle, que je suis une personne homophobe (c’est ce qu’on lit entre les lignes dans son billet qui a pour titre « pas homophobe hein »). Il faut le faire quand même de me mettre dans le bateau des gens homophobes. C’est mal me connaitre, mais c’est surtout me faire un procès d’intention de s’être basée uniquement sur la publication que j’avais posté sur son mur FB (j’y reviendrai plus loin).

Bien que je reconnaisse la réalité qu’a vécue Judith Lussier avec des attaques vicieuses réelles sur sa personne (dont des menaces de viols), je crois que si elle est aujourd’hui au bout du rouleau, c’est en bonne partie en raison de ses fausses perceptions. Fausses perceptions à propos de supposé micro agressions (homophobes et autres). Je me permet d’écrire qu’elle a raison de mentionner la différence entre les homme et les femmes d’opinion, car les femmes se font répondre à propos de leur physique quand ça n’a rien à voir avec la discussion. Je me souviens d’un facebookien, qui semblait un militant masculiniste, qui m’a écrit en privé tout le mal qu’il pensait de Judith Lussier, ses mots respiraient la haine, avant de m’écrire que « j’étais plus belle qu’elle ». Je n’ai pas du tout aimé son commentaire, que j’ai trouvé sexiste et très désagréable. Cet homme fût bloqué peu après, je le trouvais trop dérangé pour le laisser voir ce que je publie, et je n’avais pas envie de le voir. Avec les positions radicales de Judith Lussier, il est certain qu’elle fait face à la haine de certains masculinistes. Cela me semble être deux facettes d’une même médaille.

Quand on se braque avec des lunettes militantes déformantes, on polarise encore plus et ça braque ceux qui ont des lunettes militantes déformantes mais dans le sens inverse. L’exemple avec ce qui m’est arrivé avec elle, j’y arrive, est juste la pointe de l’iceberg des micros agressions en masse qu’elle s’imagine avoir vécu. Commentaire en passant. Je  soupçonne fortement que Judith Lussier ferait partie de ces personnes pour les «safe space» à l’université. Le genre de personnes qui ne dit pas non tout de suite à l’idée d’empêcher des conférenciers de prendre la parole dans une université, sans raison valable dans une société libre et démocratique. Je vous partage ce reportage, qui est édifiant. Il faut entre autres écouter Normand Baillargeon (un homme d’une rare intégrité, classe et  intelligence, respect Monsieur Baillargeon), très intéressant. Il pointe une tendance inquiétante dans les universités. Je suis d’accord également avec Mathieu Bock-Côté, qui écrit que les trolls sont partout, pas seulement à s’attaquer aux féministes de gauche.

Dommage pour Judith Lussier qui semble avoir une tendance forte à voir que les gens de «sa gang» ne peuvent pas être des trolls. Des trolls, il y en a parmi les féministes de Québec Solidaire. Il y en a partout des trolls et si Judith Lussier n’a pas compris ça, c’est bien dommage pour elle. Je me souviens d’avoir eu un contact FB que j’appréciais jusqu’à ce qu’elle commence à me hair en raison de ma tendance libertarienne. Elle a constaté que je lisais et écoutais « le méchant Éric Duhaime ». Pour elle, c’était condamnable de juste l’écouter. Elle est devenue hyper agressive, elle a changé sa manière de s’adresser à moi. Elle m’a carrément écrit qu’elle haïssait les libertariens. Je lui ai demandé alors si elle me haïrait si j’étais une libertarienne, et elle a répondu oui. De la haine, les gens de gauche sont bien capables. La gauche n’a pas le monopole de la vertu, loin de là. Ceci en est un exemple. Je n’ai pas été détesté pour mon attitude,mais simplement en raison de mon opinion. C’est pathétique. Je ne voudrais pas être dans la peau d’une telle personne. Je vous l’avoue, le côté de moi qui n’a pas encore passé la censure du Moi conscient (nous avons tous un semi-conscient et un inconscient) trouve que Judith Lussier est folle. Maintenant la censure et la logique passée, je vais nuancer : elle n’est pas complètement timbrée, mais rendue loin dans son militantisme aveugle et vit dans un monde imaginaire rempli de faux dangers et des fausses agressions. Un vrai champ de mines, pour reprendre l’expression de  Catherine Perrin lorsqu’elle a reçu en ondes Judith Lussier pour parler de cette histoire.

Désolée, mais Judith Lussier à mes yeux est dans son mental, son monde. Et entre son monde et Le monde, il y a tout un monde….Déjà que c’est épuisant de se faire agresser pour de vrai. Imaginer si on se promène dans un champ de mines imaginaire.

Pas homophobe hein?

Je vais donner deux exemples pour démontrer la faiblesse de la démarche intellectuelle de la blogueuse féministe. À moins que ces exemples ne soient pas représentatifs de sa démarche globale, je vois clairement d’après ces deux exemples qu’elle manque beaucoup de jugement. Judith Lussier, dans un texte publié en 2016 dans le journal Metro, «Pas homophobe hein», nous donnait des exemples d’homophobie. En plus de m’avoir nommé en exemple , très mauvais exemple, car je suis une personne ayant un grand respect pour les droits et libertés, sans parler du fait que je suis moi-même une personne du groupe LGBT, Judith Lussier a écrit :

« Un autre «cas isolé», cette fois, s’est produit dans une clinique spécialisée en réassignation sexuelle d’Ahuntsic. Un individu est entré dans la clinique armé d’une hache et d’une machette et y a mis le feu, mais le SPVM hésite à qualifier de crime haineux ».

Où était la preuve qu’on avait affaire à un crime haineux? Aucune preuve, mais bienvenue dans le monde de champ de mines homophobes et sexiste de Judith Lussier qui confond une hypothèse avec une certitude basée sur des faits. Et le pire dans l’histoire c’est qu’une  transgenre a été arrêtée. Il semblerait que l’hypothèse la plus plausible est qu’elle était mécontente de sa chirurgie de changement de sexe.

L’hypothèse la plus plausible n’a rien à voir avec un crime haineux à l’endroit des transgenres. Est-ce que Judith Lussier a révisé ses positions suite à ça pensez-vous? Non, elle a choisi de rester silencieuse sur cette affaire qui ne va pas dans le sens de son militantisme aveugle.

Où est la preuve que je suis, moi Nathalie Roussy, homophobe?

N’importe quoi.
En plus d’être moi-même amoureuse d’une femme depuis de nombreuses années, je suis une amoureuse de la liberté. Lire le texte dans le journal Metro que j’ai écrit en réplique à son article dans lequel elle me décrivait comme une « redresseuse de tort ».

Ce que je n’ai pas pu écrire dans l’article du journal Metro (car on me donnait que 400 mots pour répliquer, en fait je n’ai pas pu expliquer à quel point Judith Lussier a déformé mes propos en plus d’avoir fait un procès d’intention à mon égard) c’est que n plus d’avoir vu une agression là où il n’y avait que de l’opinion, Judith Lussier avait fait croire aux lecteurs que j’avais partagé un lien du site web des témoins de Jéhovah, alors qu’en réalité j’avais partagé un lien d’une association gaie. Voici le lien que j’avais partagé.

J’avais partagé ce lien du site gai pour en critiquer le titre («Dans une vidéo inquiétante, les Témoins de Jéhovah apprennent aux enfants à devenir homophobes») qui, de mon avis, diffamait les témoins de Jéhovah en les faisant passer pour des gens qui violent les droits des homosexuels.

Bien sûr cela dépend de la définition d’homophobie.

Si l’homophobie est le fait de mépriser, détester ou refuser de reconnaître le droit des homosexuels, alors cette étiquette ne colle pas du tout à ladite vidéo.

Par contre, si l’homophobie comprend le fait de croire que l’homosexualité est une pratique malsaine pour son bien-être spirituel, alors je dirais deux choses :

  • la vidéo est homophobe
  • aucune liberté n’est brimée par cette vidéo. Si on en est heurté, cela ne veut pas dire qu’il y a eu agression. La table n’est pas méchante quand on se cogne l’orteil.

Dans les deux cas, il y avait la même vidéo. Mais mon but était de rectifier ce que j’estimais être de la diffamation à l’endroit des témoins de Jéhovah. On les accusait d’être homophobes. Alors que la vidéo ne l’était pas. Ça dépend de la définition d’homophobie bien sûr, mais si on prend la définition selon laquelle on estime que les homosexuels sont inférieurs, non franchement la vidéo ne montrait rien de ça. C’est de cela que je voulais discuter sur le mur de Judith Lussier. Pas pour troller.

Judith Lussier a écrit faussement dans le journal Metro que je parlais de liberté de religion, alors que je ne défends pas la liberté de religion, cela ne fait pas partie de mon vocabulaire. Je ne me souviens pas avoir jamais écrit ou parlé pour défendre la liberté de religion. Je préfère nettement le terme LIBERTÉ DE CONSCIENCE. En fait je préfère le terme LIBERTÉ tout court. Je défends la liberté. Diffamer une personne ou un groupe est une violation des droits et libertés dans mon livre à moi. ET j’ai estimé, quand j’ai posté un commentaire accompagné de la vidéo publiée sur le site de l’association gai que ceux qui sur le web s’activaient à dénoncer la vidéo web étaient en train d’accuser à tort les témoins de Jéhovah de publier une vidéo homophobe, ce qui n’est pas le cas. Je ne dis pas que la vidéo ne fait pas mal, elle me fait mal. Mais ils ont le droit de penser que le paradis sera exclu des homosexuels. De toute manière, leur paradis n’existe pas, alors je ne suis pas brimée dans mes droits et libertés par ce qu’ils pensent et ce qu’ils disent à ce propos. Ce n’est pas comme si une vidéo proposait que les homosexuels soient interdits d’entrer dans un autobus. Ou de donner une conférence à l’UQAM… Judith Lussier n’a pas voulu rien entendre de mes arguments et elle m’a supprimé de sa vue FB dans les minutes qui ont
suivi.

Mon compte FB supprimé depuis l’automne 2016

Moi aussi j’ai quitté les réseaux sociaux. Facebook pour être plus précis. J’ai quitté parce que les discussions profondes sur des sujets émotifs et controversés sont pratiquement impossibles. Il aurait fallu que j’évite les sujets qui m’intéressent le plus pour que ça fonctionne. Comme la culture du viol. Ma dernière publication FB traitait de la culture du viol (voir ci-bas un copié-collé de ma dernière publication à vie de FB, une publication en mode public).

C’est pourtant ce qui me faisait vibrer, l’idée d’échanger avec des gens qui pensent le contraire de moi, sur une base solide de respect et d’échange d’arguments. C’est une discussion sur la culture du viol et un commentaire d’un des contacts que j’appréciais le plus pour les qualités facebookienne que je recherchais qui a été l’élément déclencheur pour supprimer de manière définitive mon compte FB. Que ce contact que j’appréciais a cru que j’avais fait un « coup en bas de la ceinture » alors que je ne faisais que discuter honnêtement et factuellement m’a fait réaliser que ce sujet était beaucoup trop émotif pour que les gens soient capables de ne pas prendre personnel les échanges d’arguments. J’avais un respect pour lui, mais je me refusais à devoir le ménager pour ne pas le blesser. J’ai décidé subitement de supprimer le compte et depuis je n’ai jamais regretté ma décision.

J’ai appris bien des choses en échangeant sur les réseaux sociaux pendant des années. Je ne regrette pas ces discussions, ni d’avoir arrêté. Un temps pour chaque chose. Mais je ne fais pas la victime comme Judith Lussier le fait. Je ne dis pas que les gens m’ont agressé parce qu’ils ont des idées que je trouve hideuses (trouver que l’homosexualité est un péché est une opinion hideuse à mes yeux, soit-dit en passant). Je constate seulement à quel point les conversations dans les réseaux sociaux sont peu utiles pour discuter de sujets de société avec des arguments logiques et basés sur des faits. Pourquoi? Parce que Judith Lussier, dans le fond, est comme bien des internautes, avec ses idées préconçues et peu ouvertes aux idées des autres. Elle se sent agressée quand elle entend du monde qui ne pense pas comme elle. Eh bien elle n’est pas la seule. Toutefois, j’ai observé que plus on est militant d’une cause, plus le risque est grand qu’on soit réfractaire à la discussion avec des gens qui ne pensent pas comme nous. Peu de gens sont capables d’entendre des opinions divergentes, voire répugnantes, et s’ouvrir à discuter avec celui ou celle qui émet ces opinions, avec
l’ouverture d’esprit suffisante pour reconnaitre qu’on a en face de nous (virtuellement) une personne qui a des arguments solides pour appuyer son opinion.

Ma discussion privée avec une religieuse sur l’homosexualité

Je me souviens d’avoir eu un assez long échange privé sur Facebook avec une religieuse. Judith Lussier, qui ne semble pas respecter la liberté de conscience et la liberté d’expression, aurait vu dans cette discussion au mieux une « micro agression », au pire une agression justifiant que je bloque cette religieuse de ma vue FB. Et pourtant…Cette religieuse catholique était très respectueuse avec moi. Pour elle, que je sois en relation homosexuelle avec ma blonde était « contre nature ». Elle avait peur de me blesser, et prenait la peine de me demander : « est-ce que je vous choque? » (ce sont ses mots). Je me souviens de lui avoir répondu que, au contraire, elle me disait respectueusement ce qu’elle croyait. J’ai reconnu, et appriécié (parce que c’est rare), que cette religieuse a mis beaucoup d’énergie pour s’ouvrir et tenter de me comprendre, malgré sa vision diamétralement opposée à la mienne.

Même si son opinion me fait mal, elle me le dit avec respect et a le droit à sa liberté de conscience. Elle m’a posé des questions et c’est allé assez loin sur la sexualité. Je lui expliquais que je ne voyais pas où était le mal, si j’aimais ma blonde, de vouloir lui faire du bien. Je lui masse le dos parce que je l’aime et veux son bien. Pourquoi est-ce que je ne pourrais pas lui faire du bien avec des caresses sexuelles? C’est la qu’elle s’est à mon avis senti mal à l’aise. J’étais prête à poursuivre la discussion, mais je crois que j’ai frappé la limite de malaise de cette religieuse. Pourtant je suis restée là tout le long ouverte à discuter en profondeur en se basant sur des arguments. Tout le monde a sa limite, j’ai atteint celle de cette religieuse. Mais jamais elle n’a manqué de respect à mon égard. Je ne vous cache pas que ça me fait mal de savoir que des gens voient que je fais quelque chose de mal à aimer ma blonde. L’amour est la plus belle chose dans l’univers.L’amour ne peut être mauvais. Nous nous aimons mon amoureuse et moi, profondément, depuis très longtemps. Ça fait mal de savoir que des gens voient ma façon de vivre comme quelque chose de décadent, mal, ou un péché. Ils ont le droit de le penser, c’est leur liberté de conscience.

Ma dernière publication FB à vie

Je constate que des amis FB aiment et partagent ce texte dont le titre en dit long : «Cette inexistante culture du viol».

Avant de critiquer le texte, je voudrais féliciter l’auteur pour cet extrait, que des personnes que j’apprécie pour leur qualité de jugement en général n’en ont pas eu pour cette affaire quand il fût question du possible passé d’escorte de la présumée victime Alice Paquet : « Et qu’Alice Paquet ait été (ou non) une prostituée ne change absolument rien. La prostitution, comme toute autre transaction de service, s’effectue seulement si les deux parties sont consentantes ». Maintenant que les fleurs ont été données, je vois deux problèmes majeurs selon moi avec ce texte.

Premier problème : Le déni du lynchage public à l’endroit des présumées victimes.

Il nie le lynchage public des personnes qui se disent victimes d’agressions sexuelles pour seulement nous présenter le problème du lynchage des personnes visées par les  agressions. Or le lynchage public est des deux côtés, comment cela se fait-il qu’en plus de manquer d’objectivité et de vision générale on choisisse le «mauvais camp»?

Je m’explique pour l’utilisation de l’expression « mauvais camp ». Des données probantes nous indiquent que la grande majorité des allégations sexuelles sont basées sur de  véritables agressions (voir référence plus bas). Autrement dit, il y a plus de chance que la personne qui se fait faussement lyncher, c’est la présumée victime. Mais l’auteur de ce texte, Pierre-Guy Veer, se décrivant comme un libertarien engagé, a choisi son camp. Il ne faut pas choisir de camp préétabli à l’avance pour toutes les causes d’allégations d’agressions sexuelles, sauf celui de la vision globale, de la prudence, de la délicatesse, du jugement, de la connaissance également. Mais tant qu’à choisir un camp entre les deux, ce qui je le répète manque de sagesse, il est bien préférable en général de choisir le camp des présumées victimes, en raison des statistiques sur le taux de fausses agressions qui est très bas.

Deuxième problème : sophisme de la double faute.

Deux faux ne font pas un vrai. Mais ce « libertarien engagé » semble croire que oui. Pour nous « prouver » qu’il n’existe pas de culture du viol, il compare notre société aux sociétés les plus barbares. Quand on se compare, on se console, il a pris au mot cette maxime… On lit :

« Par contre, ce n’est comparé à une véritable culture du viol tel que l’on voit dans les pays gouvernés par la sharia (loi inspirée du Coran). Dans les histoires de viol, la femme est au banc des accusés, pas à la défense. Si elle veut éviter les châtiments corporels, elle doit demander pardon au violeur pour l’avoir « provoqué ». Plusieurs médias affirment que la supposée vague de viol qui se produit en Europe serait causée par l’influx de réfugiés (surnommés « rapefugee ») venant de cette culture barbare ».

Imaginez un seul instant comment ce monsieur réagirait si des gens lui disaient qu’il n’y a aucun problème ici qu’un mari oblige sa femme à porter le voile en lui donnant une simple claque dans la face si elle n’obéit pas puisque, dans d’autres pays, c’est la lapidation qui attend cette femme. Imaginez si on disait que le mari qui se rend compte que sa femme a flirté avec un autre homme va la battre n’est pas un réel problème puisque dans d’autres pays, ce serait tel ou tel châtiment qui l’attendrait.

Un 3e problème à ce texte : sophisme de l’appel à l’ignorance.

« Ce sera à un tribunal ou à un juge – si les preuves sont suffisantes pour se rendre jusque là – de voir s’il y a eu viol ou non »

Le rôle du juge n’est pas de déterminer s’il y a eu viol ou non, mais si, en cas de poursuite  pénale, le présumé agresseur doit être condamné pour viol. Beaucoup de gens ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre selon les cas, la différence. Une absence de preuve de viol n’est en rien une preuve de l’absence de viol. C’est évident, mais incompris de bien des gens. Parfois on établit en cour la preuve que le plaignant a menti et que l’accusé est innocent de ce dont il a été accusé. Parfois on établit la preuve que la plaignante a dit vrai et l’accusé est déclaré coupable. Mais dans le cas des affaires d’agressions sexuelles, bien souvent l’accusé est acquitté faute de preuve et non parce qu’on a prouvé son innocence! Je me suis obstinée avec deux profs d’université à l’UQAM sur cette question. J’y reviendrai peut-être avec une lettre que j’avais écrite aux deux
il y a 3 ans.

Référence : False allegation of sexual assault : An Analysis of Ten Years of Reported Cases

Symptômes de l’agonie de l’Occident

Par Philippe David

Triste évènement qui est arrivé ce week-end. Trop triste pour le commenter à chaud. La violence sera toujours insensée. Je n’ai jusqu’ici que très peu commenté l’évènement sur les réseaux sociaux sauf pour offrir mes condoléances aux familles des victimes. Je voulais attendre plus d’informations plutôt que de parler à tort et à travers comme certains «nanalystes» qui ne sont qu’intéressés à nourrir un certain narratif. L’odeur de poudre s’était à peine dissipée dans cette mosquée de Sainte-Foy qu’on pointait déjà un doigt accusateur vers Donald Trump, les radios de Québec ou «l’extrême-droite» (comme si ça existait dans un Québec qui penche majoritairement à gauche). Aucun parti politique qui siège à l’Assemblée Nationale n’est résolument à droite. Ils sont centristes avec une légère tendance à gauche pour la plupart, mis à part Québec Solidaire qui est carrément à gauche sans aucune gêne. Le peu de partis de droite qu’il y a au Québec peinent même à être présents dans les sondages. Alors quand on me parle d’une montée de «l’extrême-droite», désolé, moi je me bidonne.  Tout au plus, on trouve quelques têtes brûlées sur les réseaux sociaux.

On trouvera toujours des racistes dans toutes les sociétés et il y aura toujours des timbrés abreuvés de haine. Le genre de haine derrière l’attentat de dimanche dernier est attribuable à cette mentalité qui nous amène à déshumaniser les individus pour ne voir que les attributs de leur appartenance à un groupe identitaire quelconque. Qu’il s’agisse de la race, de la religion, du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’appartenance politique. Certains ne voient plus que ces traits, plutôt que de voir les individus pourtant uniques qui composent ces groupes et qui sont loin de tous avoir les mêmes idées.  Autant l’auteur de l’attentat n’est pas représentatif des québécois que ses victimes n’avaient un quelconque lien avec l’islamisme et le terrorisme. C’est ce qui arrive quand on identifie des hommes comme «musulmans» ou «arabes» plutôt que juste des hommes et des pères de familles. C’est plus facile de haïr les gens quand on peu tous les mettre dans le même panier et oublier leur individualité. Même les individualistes comme moi s’y font prendre quelques fois. La tolérance, c’est d’apprécier l’individu comme une personne unique plutôt que son appartenance à un groupe avec lequel il ne peut avoir rien en commun de plus que la couleur de la peau.

Ce à quoi nous assistons cependant n’a rien à voir avec de la simple bigoterie. Le mal est beaucoup plus profond. Les québécois sont nombrilistes et ne voient souvent pas beaucoup plus loin que leur petit village d’irréductibles gaulois entouré de camps retranchés anglo-saxons, mais le mal qui est derrière les évènements de dimanche n’est pas limité seulement au Québec. La seule raison pourquoi il se manifeste ici est peut-être que du côté identitaire, le peuple québécois a l’épiderme particulièrement sensible, isolé comme il est. Un petit îlot de francophonie dans un océan anglophone. Aussi est-il un peu plus jaloux de sa culture et craintif de toute menace envers elle. Tel est certainement notre héritage collectif. Mais ce malaise, il est partout en Occident.

La civilisation occidentale est malade. Elle se meurt lentement mais sûrement et je ne suis honnêtement pas certain qu’on peut sauver le patient. Les états-nounous ont besoin d’une population toujours croissante afin de nourrir leurs schémas de Ponzi qui auront tôt fait de s’effondrer avec la dénatalité. Ils doivent donc compenser leur manque de fertilité en ouvrant grand les portes à l’immigration. Le problème c’est qu’alors que pendant les grandes vagues d’immigration du passé, nous pouvions facilement trouver des immigrant de cultures similaires, nous nous retrouvons maintenant à devoir accepter de l’immigration d’endroits à la culture complètement différente de la nôtre. Qui plus est, alors que nos démocraties sont vieillissantes, essoufflées et décadentes, ceux que nous accueillons proviennent d’une culture relativement jeune et agressive et elle se considère plus vertueuse que la nôtre. Elle cherche plutôt à assimiler que d’être assimilée.

Comme ci ce choc culturel n’était pas suffisamment périlleux, nos politiciens semble se complaire à exacerber le problème d’intégration en menant d’une part une politique étrangère de bombardements continuels du Moyen-Orient qui ont mené à la fois à une montée du terrorisme et un raz-de-marée de réfugiés qui envahissent littéralement l’Europe actuellement et commencent à arriver ici; et d’autre part une politique domestique qui consiste largement à ghettoïser les immigrants tout en les courtisant pour des fins électoraliste au point que certains de demandent par exemple si Justin Trudeau ne s’est pas secrètement converti à l’islam, tellement il semble cajoler cette communauté. Sans compter l’influence grandissante de la gauche régressive, toujours prompte à étouffer tout débat raisonnable au sujet de l’immigration, reprochant inlassablement son intolérance à une civilisation pourtant des plus tolérantes de l’histoire et bien plus tolérante que les sociétés d’où proviennent les vagues d’immigration actuelles. Allez voir combien de clochers d’églises il y a dans les pays où l’islam est dominant.

Devant tout ça, doit-on vraiment être surpris que certains occidentaux se sentent menacés et impuissants? Doit-on leur reprocher leur inquiétude devant un influx de gens dont la culture leur semble diamétralement opposée à la leur et qui semblent résister de plus en plus à l’intégration? Ciel! Je suis surpris de ne pas en voir plus péter les plombs! Aussi devrait-on être surpris d’assister à la montée de leaders populistes comme Donald Trump, Marine Le Pen et Geert Wilders. On ne peut pas bousculer les gens ainsi sans s’attendre à un retour du balancier tout de même! Le problème, il ne vient pas de Donald Trump et encore moins des radios de Québec. Ils ne sont que les soubresaut d’agonie de la civilisation occidentale.

Rien ne peut justifier le meurtre d’innocents et les victimes dans cette mosquée ne méritaient pas de mourir. Ils sont les malheureuses victimes d’un jeu de pouvoir mondial. Je crains malheureusement qu’ils n’en seront pas les dernières.

Les bien-pensants

Par Philippe David

Dans le palmarès des propos méprisants, Amir Khadir et Luc Ferrandez ont certainement remporté la palme cette semaine. Lorsque interrogé à propos des surplus budgétaires des libéraux sur les ondes de LCN, Khadir a déclaré:

« De toute façon, que feraient les gens avec 1000 $ de plus par année dans leurs poches ? Ils dépenseraient cet argent dans des achats futiles, comme des montres dernier cri. »

Ferrandez, pour sa part,  selon Patrick Lagacé, a déclaré:

« Nous n’avons pas besoin de plus de télévisions à écran plat, plus de SUV (hausse des ventes de 65 % au Québec), plus de véhicules récréatifs, plus de fifth wheels, plus de cuisines de magazine ; plus de chalets-maisons ; plus de voyages ; plus de ski-doo ultra-performants, plus de vélos à 5000 $. Nous avons besoin d’une hausse du salaire minimum pour les 100 000 Montréalais qui consacrent plus de 50 % de leurs revenus à un logement ; plus de programmes d’intégration pour les immigrants et les réfugiés qu’on appelle en plus grand nombre tout en fermant le robinet des services ; plus de maisons de chambres pour les personnes dans la rue ; plus d’investissement dans les écoles débordées de la CSDM ; plus de CPE et plus de considération pour nos aînés les plus pauvres… »

Mais pour qui se prennent-ils? Voyez-vous, ces deux lurons sont des archétypes de la bien-pensance. Des gens qui s’imaginent être mieux qualifiés que le commun des mortels à gérer la vie des autres. Pourtant, si on considère les démêlées judiciaires de la fille d’Amir Khadir, on pourrait questionner sa compétence. Les bien-pensants ont deux croyances particulières qui leur donnent le point de vue tordu derrière ces déclarations méprisantes.

Votre argent ne vous appartient pas.

Vous avez bien compris! Pour les gens comme Khadir et Ferrandez, l’argent que vous gagnez à la sueur de votre front ne vous appartient pas. Il appartient au gouvernement qui lui décide combien vous devriez pouvoir garder de votre chèque de paie. À leurs yeux, vous n’êtes pas des gens libres avec un droit de propriété sur le fruit de votre labeur, vous êtes du bétail, des vaches à lait, des esclaves. Vous appartenez au gouvernement qui a droit de disposer de vous comme il veut.

Vous savez quoi? Considérant que nous payons en moyenne près de la moitié de nos revenus et divers impôts et taxes à tous les niveaux de gouvernement, ils n’ont pas complètement tort. Nous sommes effectivement des moutons qui nous laissons tondre plutôt docilement. Nous n’avons pas trop le choix. Cependant, si nous vivions vraiment dans une société libre, nous serions propriétaires de notre corps et de tout ce que nous produisons avec. Ce qui fait probablement la différence entre vous et des gens comme Khadir et Ferrandez, c’est qu’eux ils croient que c’est moral de vous considérer comme des bêtes à exploiter.

Le gouvernement sait mieux gérer votre argent que vous.

Probablement la plus grosse blague du monde. Les bien-pensants croient qu’ils savent mieux gérer notre argent, mais lorsqu’on regarde de près comment les politiciens et bureaucrates dépensent le butin pillé de nos poches sous forme de taxes, on se rend vite à quel point cette croyance est ridicule. L’économiste Milton Friedman avait déterminé qu’il y a quatre façons de dépenser:

quadrant-friedman-2

Puisque, bien sûr,  les fonctionnaires et les politiciens ne dépensent jamais leur propre argent, ils vont soit dépenser l’argent des autres pour eux-mêmes. Auquel cas, ils vont s’assurer d’en avoir autant qu’ils peuvent pour votre argent (comme dans leurs comptes de dépenses par exemple. Vive le champagne et le caviar);  ou bien ils dépensent l’argent des autres au profit des autres, auquel cas il leur importe très peu combien ça coûte ou si ça vaut la dépense. C’est comme ça qu’on se ramasse avec des dépassements de coûts faramineux pour tous les projets publics.

Prenons un exemple concret. Notre gouvernement est très enthousiaste envers son projet d’électrification des transports. Récemment, il a voté une loi (à l’unanimité en plus, comme si toute la population appuyait une telle idée) pour forcer les constructeurs automobiles à vendre plus de véhicule électriques. Il importe peu que ces véhicules soient subventionnés à l’os pour que certains puissent les acheter à prix raisonnable aux dépens des autres (on a déjà calculé qu’une Chevrolet Volt coûtait jusqu’à $250 000 aux contribuables). Et si vous pensez que c’est pour une bonne cause en réduisant les émissions de GES, sachez que les cibles de réduction de ces gaz, si elles sont atteintes ne seraient qu’une goutte dans l’océan de la production mondiale de GES. Alors tout ce fric est dépensé seulement pour que les politiciens puissent se targuer de faire quelque chose pour l’environnement, même si à toute fin pratiques, ce n’est absolument rien. On voit facilement jusqu’où les politiciens sont prêts à aller pour gaspiller votre argent pour soutenir une industrie complète artificiellement  à des fins purement politiques.

Dans les faits, tous les gouvernements sont les pires gaspilleurs d’argent et de ressources du monde, mais selon les bien-pensants comme Khadir et Ferrandez, nous devrions leur donner toujours plus du fruit de notre labeur. Ils n’auraient probablement aucun problème à ce que le gouvernement nous extirpe 90% de notre production comme à Cuba.

En vérité…

Le fruit de votre labeur devrait vous appartenir à 100% que vous pouviez en disposer comme bon vous semble pour tous les services dont vous pourriez avoir besoin. La plupart des gens ne sont pas aussi stupides que les bien-pensants croient et savent très bien ce dont ils ont vraiment besoin. Chose certaine, si on leur en laisse plus dans leurs poches, ils ne pourraient pas possiblement faire pire avec cet argent que ce qu’en ferait le gouvernement. Peu importe ce que les Khadir et Ferrandez de ce monde peuvent bien en penser.

Le droit de se laisser saigner à blanc

Par Philippe David

Beaucoup d’émoi au sujet d’une mère qui est décédée des suites d’une césarienne d’urgence parce qu’elle était un témoin de Jéhova et qu’elle aurait refusé une transfusion.

Ce matin, Richard Martineau y est allé d’une montée de lait contre la liberté de religion (et les religions, dont les croyances sont non seulement stupides, mais dangereuse), qui selon lui serait la cause du problème.

Étant moi-même athée, je peux difficilement être en désaccord et de refuser une transfusion alors que tu es en train de saigner à blanc n’est certainement pas un acte que la plupart des gens considéraient comme rationnel, j’en conviens. D’autant plus qu’il y a un nouveau-né qui est maintenant privé de sa mère. C’est tout ce qu’il y a de plus tragique.

Cependant, je sais que les témoins de Jéhova ne sont pas si stupides. Beaucoup d’entre eux contournent cette petite règle qu’ils ont contre les transfusions en se constituant une banque de sang personnelle. Puisqu’il s’agit de leur propre sang, il n’y a pas de problème à la transfusion. Je me demande comment se fait-il qu’Éloïse Dupuis n’ait pas eu quelques chopines de son propre sang en cas d’urgence. Par ailleurs, un témoignage d’une personne se disant proche de la défunte dit qu’elle aurait subi un traitement à l’Erythropoïétine, qui serait un substitut à la transfusion, mais qu’elle aurait succombé à une infection. Au Coroner de tirer les choses au clair.

Sinon, qu’est-ce qu’on aurait dû faire, demander au gouvernement de nous dicter ce que nous devrions croire ou non? Lui demander d’obliger le personnel hospitalier de planter une aiguille de force dans le bras de la pauvre femme en lui disant que c’est pour son propre bien?

Vous savez, beaucoup de gens font des refus de traitement dans les hôpitaux qui n’ont rien à voir avec les croyances religieuses et les médecins les laissent partir, même sachant qu’ils peuvent en mourir. Demandez à n’importe quel médecin ou infirmière.  Pourquoi? Parce que ça n’a rien à voir avec la liberté de religion et tout à voir avec la propriété de soi.  À qui appartiennent votre corps et votre esprit? Appartiennent-ils au gouvernement? Appartiennent-ils à la société? À qui le droit de décider qu’est-ce qui peut être fait ou ne pas fait à votre propre corps sinon vous-même?

La dame en question savait-elle que si elle refusait une transfusion elle avait une grosse chance de mourir? Probablement et sa famille aussi. Aussi stupide que ça peut sembler à vous et moi, elle était en paix avec cette éventualité. Qui somme-nous pour la forcer à survivre coûte que coûte? Est-ce que sa vie nous appartient? Non.  C’est sa vie à elle.  Une décision insensée? Ça l’est pour moi certainement,  mais tout le monde a droit à l’erreur.  Si on donnait au gouvernement le droit de nous sauver de nous-même par la force, ça s’arrêterait où? Interdire tous les sports extrêmes? Pourquoi pas?

Vous croyez que les religions sont dangereuses? Je suis parfaitement d’accord! Mais la pire des religions est la croyance qu’il est légitime à certains êtres humains de pouvoir imposer leur volonté aux autres êtres humains par la force sous prétexte qu’ils croient que ce serait bon pour eux. Le culte qu’on voue à cette croyance a été la cause de plus de 260 millions de morts au 20e siècle seulement. Si vous voulez abolir les religions, nous devrions commencer par celle-là.

Vidéo virale: Quand un chauffeur d’autobus pète sa coche. Une leçon de service à la clientèle

Par Philippe David

Une vidéo est devenue virale après avoir été publiée dans le groupe Facebook Spotted: STM. La vidéo montre un chauffeur qui a immobilisé son autobus suite à une altercation avec une cliente qui a dégénéré. À la décharge du chauffeur, la vidéo ne montre pas l’altercation et il est donc difficile de dire ce qui c’est produit exactement, mais en regardant la vidéo et en lisant cet article du Journal de Montréal et ayant plus de 30 ans en service à la clientèle, je peux me permettre de faire certaines observations sur ce qui apparaît être un cas de mauvais service à la clientèle

Vous pouvez visionner la vidéo ici.

Au début de la vidéo, on voit que le chauffeur est en train de communiquer avec la centrale on peut l’entendre dire:

«Vous pouvez envoyer quelqu’un ici pour qu’elle se calme les nerfs et qu’elle sorte de l’autobus», demande par téléphone un chauffeur de la Société de transport de Montréal (STM) à son centre opérationnel. «Je suis au coin Frontenac et Hochelaga en direction nord».

Après quoi, on le voit raccrocher plutôt violemment le combiné de sa radio. Pendant ce temps, on entend la cliente plutôt calmement expliquer à quelqu’un qui voulait apparemment monter dans l’autobus que celui-ci était immobilisé parce que le chauffeur avait «pété sa coche contre elle».  Après ça, on voit un échange entre la cliente et le chauffeur dans lequel il apparaît plutôt clair que s’il y en a un des deux qui a besoin de se «calmer les nerfs», c’est le chauffeur.

Selon ce qu’on peut dégager de la conversation, la cliente, apparemment préoccupée par son téléphone portable n’avançait pas assez vite au goût du chauffeur qui lui aurait demandé de presser le pas en la traitant de «princesse» au passage, ce que la cliente n’a pas du tout apprécié, au point que la conversation a dégénéré.

Si c’est vraiment ce qui s’est produit, le chauffeur avait carrément tort. Il pouvait fort bien demander à la cliente de presser le pas, mais comme chauffeur, il représente la Société de Transport de Montréal et il se doit d’être poli et courtois en tout temps avec la clientèle. Donc de traiter la cliente de princesse au passage était déplacé et irrespectueux. Plus loin dans la vidéo, le chauffeur se permet même de faire la leçon à la cliente en disant:

«Avant de demander le respect, il faut l’imposer toi même»

Désolé, mais non. En tant qu’employé de la STM, c’est le devoir du chauffeur d’être respectueux envers les clients, même si ceux-ci sont irrespectueux envers lui. Croyez-le ou non, si un client s’en prend à lui verbalement, c’est son job d’essayer de calmer le jeu, pas de surenchérir et de perdre le contrôle de la situation. Un autre commentaire très déplacé de sa part:

«Tu m’empêcheras pas de t’appeler princesse ici. Le Canada c’est un pays de droits et libertés»

Les droits et libertés n’ont rien à foutre là-dedans! En achetant sa passe mensuelle ou en mettant son $3.25 dans la boite de perception, la cliente a tous les droits de s’attendre à ce que le chauffeur ne l’insulte pas et demeure poli et courtois, même si elle retarde les autres utilisateurs en taponnant avec son cellulaire.  Tu as beau avoir droit à la liberté d’expression, mais ton employeur a aussi parfaitement le droit de te virer si tu manques de respect à ses clients. Je sais ce que c’est. Dans ma carrière, j’ai dû maintes fois composer avec des clients difficiles et la plupart du temps, j’ai réussi à calmer le client et maintenir le contrôle. C’est pour ça qu’on me paie. Dans ce cas particulier, le chauffeur a causé le problème en insultant la cliente, puis, plutôt que de s’excuser, il a laissé l’argument dégénérer au point où il a cru nécessaire d’immobiliser son autobus et appeler de l’aide pour faire sortir la cliente de l’autobus. Ce faisant, il a causé de graves inconvénients à tous les passagers de l’autobus.

Dans une entreprise qui est soucieuse de son image et de son rôle de bien servir sa clientèle, ce genre de comportement mériterait une sanction quelconque. Pas nécessairement une sanction sévère si le chauffeur a  un bon dossier. Après tout, ça peut arriver à n’importe qui de l’échapper. Mais il mérite une sanction tout de même. Reste à savoir ce que la STM fera. Puisqu’elle est un monopole avec une clientèle captive, elle pourrait être tentée de défendre son employé au détriment de son image, ce qu’une compagnie privée en concurrence ne pourrait pas se permettre. Cependant, j’espère que la STM donnera suite à une plainte éventuelle. Sa clientèle et les contribuables qui la subventionne lourdement, méritent mieux.

La liberté forcée

Par Philippe David

Il y a des jours où la politique m’épuise. C’est une des raisons pourquoi je la déteste avec passion. C’est un jeu dégoûtant où tout le monde tente d’imposer son point de vue à tout le monde. Par imposer, je ne veux pas dire tenter de convaincre les autres par les arguments du bien-fondé de sa position, mais de littéralement imposer son point de vue par la force. C’est exactement ce que vous faites chaque fois que vous dites la phrase «Il devrait y avoir une loi…».

Voyez-vous, une loi n’est rien d’autre qu’une opinion avec un fusil. Pourquoi? Parce que désobéir à une loi va inévitablement vous amener en présence de quelqu’un avec un fusil qui a la licence d’utiliser toute la force nécessaire pour vous obliger à y obéir. Que ce soit par le vol de votre propriété (l’amende), l’abduction et le confinement (l’emprisonnement) ou le meurtre (la peine de mort ou l’utilisation de force létale). Même si cette dernière est rarement utilisée dans un pays comme le Canada, elle n’en demeure pas moins une option. Donc dire qu’il devrait y avoir une loi équivaut à dire que vous aimeriez les soumettre à toutes sortes de violence si elles refusent de se soumettre à ce que vous jugez être correct et dans leur intérêt, que ce jugement soit fondé sur des arguments valides ou non.

Évidemment, il y a tout de même des situations qu’il faut interdire. Une société ne pourrait vivre en harmonie sans règles. Ça va de soi. Nous ne pourrions tolérer que les gens s’entretuent ou qu’ils volent les biens de leur prochain ou quoique ce soit d’autre qui viole les droits fondamentaux des autres membres de cette société. Mais il y a un bail que nous avons outrepassé la simple défense de ces droits et que nous utilisons plutôt les lois pour les piétiner allègrement et favoriser les uns aux dépens des autres. Nous le faisons souvent avec les meilleures intentions du monde, pour redresser ce que nous percevons être un tort. Mais fréquemment, nous perdons de vue ce qui est vraiment moral. Nous oublions aussi que ce que nous pouvons percevoir comme un tort, n’est pas nécessairement perçu de la même façon par les autres. Ou aussi que ce que nous imaginons être la bonne solution n’est pas nécessairement la meilleure. On va jusqu’à s’imaginer quelques fois qu’on puisse «forcer» quelqu’un à se «libérer» d’une quelconque oppression. C’est une erreur. Bien intentionnée, mais une erreur tout de même.

Ce qui m’amène au sujet du jour: le burkini.

Un droit fondamental.

J’ai entendus tous les arguments de ceux qui voudraient interdire un tel accoutrement. Ils sont les mêmes que pour la burqa, le niqab ou même le hijab. Que ces vêtements sont imposés aux femmes par une culture arriérée, parfois par la force et la menace. C’est certainement le cas dans certains pays comme l’Arabie Saoudite, l’Afghanistan ou l’Iran ou il existe même des polices religieuses qui n’hésitent pas à battre à coup de bâton une femme musulmane qui ose se promener seule et sans voile dans les rues sans aucune autre forme de procès.

Ce n’est cependant pas le cas au Canada. Ici, aucune loi n’impose le port d’un tel vêtement. Mais ça ne veut pas dire que personne ne force les musulmanes à se voiler ou de se baigner avec un burkini, mais ça ne veut pas dire non-plus que certaines d’entre elles ne font pas par choix personnel. Vous me direz peut-être que c’est par endoctrinement et c’est possible, mais comment en être sûr? Et si c’est par conviction personnelle, qui êtes-vous pour lui dire qu’elle a tort et lui imposer votre jugement de valeur? Tout n’est pas blanc et tout n’est pas noir et le fait qu’elle porte ce vêtement ou non vous cause-t-il un tort à vous? Parce qu’à ce que je sache, son choix ne vous engage d’aucune manière à faire pareil et ne donne pas le droit à quiconque de vous l’imposer. Donc qu’une femme choisisse de porter un burkini librement ou non est vraiment son problème, pas le vôtre. Désolé si ça vous choque. Et si une femme choisit librement de porter un burkini, c’est son droit le plus strict, point à la ligne. Que son choix vestimentaire vous offense d’une quelconque manière n’est absolument pas son problème, c’est le vôtre, mais vous n’avez aucun droit à ne pas être offensé plus que les musulmans n’ont un droit à ne pas être offensés par notre propre liberté d’expression.

Oui, mais…

Et si ce n’était pas volontaire? Ne devrait-on pas l’interdire? Juste pour que leur communauté ne puisse pas leur imposer?

Je serai toujours étonné de constater à quel point les gens ne comprennent pas le concept de liberté. Croyez-vous peut-être que parce que vous ouvrez la porte de la cage d’un oiseau, il va forcément s’envoler et ne jamais y revenir? Croyez-vous que si vous brisez les chaines d’un esclave, il va nécessairement comprendre ce que c’est qu’être libre? Vous croyez que si vous empêchez des femmes musulmanes soumises de porter un voile ou un burkini, elles cesseront d’être subjuguées par leur culture et leur religion? Vous croyez les libérer? Malheureusement, non. Parce que le problème n’est pas le bout de tissus. Le problème, c’est leur culture et un problème de culture ne se règlera pas par la législation.

La liberté ne s’impose pas

Peu importe vos bonnes intentions, vous ne pouvez pas forcer ces femmes à se libérer en restreignant leurs choix vestimentaires. Pour être libre, il faut vouloir être libre et pour vouloir être libre, il faut d’abord être conscient que nous ne le sommes pas. Vous seriez probablement choqués d’apprendre que vous n’êtes pas libres vous-même, mais ça c’est une toute autre discussion. Suffise de dire que la première étape pour aider ces femmes est de leur montrer ce qu’est la liberté et leur imposer un code vestimentaire va plutôt dans le sens contraire. Il faudrait plutôt trouver le moyen de les convaincre que vous êtes plus libres qu’elles. Là-dessus, je vous souhaite bonne chance.

Alexandre Taillefer et les libertariens

Par Philippe David

Récemment dans ce que qu’il se plaisait à appeler une «chronique» à l’antenne de Radio-Canada (notre radio-poubelle subventionnée), Alexandre Taillefer s’est amusé à casser du sucre sur le dos des libertariens. C’est vrai que nous sommes effectivement une épine dans son flanc. Il a donc de bonnes raisons de nous haïr.

Il commence donc à débiter les sempiternels clichés: le «chacun pour soi», le «au plus fort la poche», le «darwinisme». Parce que c’est tellement plus altruiste de financer une entreprise et d’en tirer profit sur le dos des contribuables et de vouloir faire mettre un prix plancher de $1.50/litre, juste pour s’en mettre plein les poches aux dépens de tous les autres.

Évidemment, pour le darwinisme, je plaide coupable. Je suis darwiniste parce que je crois fermement qu’une entreprise devrait être financée par des investisseurs qui mettent volontairement leur propre fric, pas celui qui a été extirpé par la force des contribuables. Je crois aussi fermement que si une entreprise produit un bien ou service qui n’est pas aimé des consommateurs ou que l’entreprise est mal gérée, qu’elle mérite de faire faillite et être remplacée par une qui saura mieux répondre à ces besoins plutôt que de la faire vivre sur le respirateur à coup de subventions. Parce que servir les gens en offrant un service ou un bien utile et prisé des consommateurs est le véritable rôle d’un entrepreneur et non se garnir les poches de l’argent de nos taxes.

M. Taillefer s’offusque de notre opposition à la hausse du salaire minimum à 15$/heure et nous reproche d’étoffer nos arguments avec des études, comme l’a fait Vincent Geloso dans le Journal de Montréal. Parce qu’évidemment, il ne faudrait certainement pas laisser les faits supplanter les bonnes intentions. Que des dizaines de ces études démontrent que dans les faits, une telle hausse du salaire minimum nuirait aux pauvres et aux petites entreprises, Alexandre Taillefer n’en a cure. Il a Joseph Stiglitz de son côté. Le même qui, il y a quelques années, faisait l’éloge de la révolution bolivarienne au Venezuela. C’est tellement plus crédible! Après tout, le socialisme a un historique de succès tellement plus reluisant que le soi-disant «néolibéralisme» qui en réalité, est un fourre-tout pour tout ce que les socialistes comme M. Taillefer n’aiment pas.

Il finit en parlant de décence comme si un faux entrepreneur qui se gave de deniers publics avait vraiment des leçons à donner. Quand les programmes qu’il prône nuisent justement aux plus pauvres et lui sont principalement profitables à lui. Quand il est grand partisan du modèle économique progressiste qui a fait du Québec la province la plus pauvre et la plus endettée du Canada. Si Alexandre Taillefer se souciait vraiment des plus pauvres, il ferait mieux de tenter de gérer son entreprise sans l’argent des autres, s’il en est seulement capable. Mais vivre sans chèque de BS corporatif, M. Taillefer n’aime pas.

L’IRIS et la fable de la cause de la dette

Par Philippe David

Ainsi, l’IRIS vient de publier une autre œuvre de désinformation prétendant expliquer les causes de notre dette publique. Selon leurs «chercheurs» (et j’utilise ce mot au sens le plus large possible), notre dette ne provient pas du fait que notre gouvernement dépense trop. Nonon! C’est plutôt à cause de la politique monétaire de la Banque du Canada et/ou des baisses d’impôts et/ou de coupures dans les transferts fédéraux ou encore de privatisations sauvages (?). En bref, si ce n’était que des dépenses, notre dette brute serait à peine de 10% du PIB et notre dette nette serait négative. Ils en sont arrivés à ces conclusions en concoctant une savante simulation et en testant divers scénarios. Que c’est magnifique les simulations! Que d’utopies on peut créer de toutes pièces pour essayer de plier le monde à ses idéaux! Le problème est que nous vivons dans le vrai monde et la grande majorité des facteur que les chercheurs de l’IRIS décrient sont soit erronés ou existent pour de très bonnes raisons et pour la plupart des cas, elles existent pour toutes les autres provinces du Canada, pas seulement le Québec, alors comment se fait-il que le Québec soit tellement plus endetté que toutes les autres provinces? Jetons-y un coup d’œil si vous voulez bien. Continuer la lecture de L’IRIS et la fable de la cause de la dette