Archives du mot-clé Associactions étudiantes

Mémo aux leaders étudiants

Caricature: Ygreck

 

Vous savez, quand on observe l’actualité comme je le fais, il devient parfois pénible quand on voit des gens tout faire pour se tirer dans le pied. Sur le fond, je n’ai rien contre la cause des étudiants. Je crois que le gouvernement est une source de gros gaspillage et que si les choses étaient gérées autrement, comme le suggère mon ami Jocelyn Chouinard, par exemple, nous n’aurions pas à vivre ce psychodrame.

Mais depuis le début, je trouve votre attitude, vous les leaders étudiants,  déplorable. Je ne veux pas être paternaliste, mais je crois qu’une bonne partie est probablement attribuable à votre jeunesse et votre inexpérience. Les jeunes veulent toujours changer le monde, et c’est admirable, mais ils s’y prennent souvent de la même manière. Alors laissez-moi vous dire un truc: vous êtes en train de perdre parce que vous vous y prenez de la bien mauvaise manière. Le gouvernement ne cèdera pas, parce que pour une fois depuis longtemps, il tiens le bon bout du bâton et vos tactiques aident à sa popularité. Tout simplement parce que vous n’avez pas su mettre la population de votre côté.

Depuis le début, votre attitude de confrontation, en ne coopérant pas avec les autorités policières pour le tracé de manifestations, en tolérant ceux qui font du vandalisme et de l’intimidation, en causant des torts à des gens qui n’avait rien à voir avec votre conflit et en mettant même la sécurité des gens en danger à quelques occasions (faire évacuer une station  de métro avec des bombes  fumigènes comporte des risques de causer une panique et des blessures sérieuses.) Vous attendez quoi? Que quelqu’un meure des conséquences de vos frasques puériles?

Vous utilisez la gymnastique linguistique pour vous dissocier de ces actes du bout des lèvres et vous vous imaginez que la population vous croit?  Vous lancez que c’est à la ministre de condamner la brutalité policière et de faire un appel au calme? Laissez-moi vous donner un scoop, ce n’est pas la ministre qui est en train de perdre la bataille des relations publiques, c’est vous! La ministre n’a rien à prouver, elle surfe sur des sondages qui lui sont favorables et tant qu’ils le demeurent, elle a le beau jeu à adopter la ligne dure et plus des étudiants feront appel à la violence, et plus vous refuserez de condamner cette violence, plus le public réclamera que la police fasse craquer des têtes. C’est aussi simple que ça.

Vous ne pouvez pas vous permettre d’être vus comme appuyant tacitement les casseur, et lorsque vous ne faites que vous dissocier de façon aussi cavalière, c’est exactement comment le public l’interprète. Ils ont l’impression que vous vous dissociez en public, mais que vous approuvez en privé. Pourquoi condamner? parce que s’il y a la moindre ambiguïté dans votre position, vous ne gagnerez pas la faveur du public, et puisque votre boycott ne fait vraiment de tort qu’à vous même,  l’appui du public est la seule chose qui aurait pu vous faire gagner.

Je ne gobe pas non plus l’excuse d’avoir besoin d’un mandat pour condamner les gestes de violence. Un véritable leader n’a justement pas besoin d’un mandat pour garder le contrôle de ses membres, ça fait partie de sa description de tâche. J’arrive mal à comprendre pourquoi ce grain de gros bon sens vous échappe.