Archives par mot-clé : Charest

Première semaine de campagne : avantage Legault

Par Simon Leduc

La première semaine de la campagne électorale a été très intéressante. Jean Charest voulait que le conflit étudiant et la loi et l’ordre soient les thèmes centraux de ces élections. Mais c’est finalement l’intégrité qui a pris toute la place grâce à la candidature vedette de Jacques Duchesneau à la CAQ. On ne peut pas prédire l’issue de ce scrutin. Quel parti politique a gagné la première manche électorale?

Avantage Legault :

En décembre 2011, la CAQ était en tête dans les intentions de vote avec près de 40% des voix. Les Québécois veulent du changement et ils sont tombés dans les bras de François Legault sans savoir ses réelles intentions. La lune de miel entre les deux a été de courte durée. Le chef de la CAQ a chuté dans les sondages parce qu’il ne réussissait pas à représenter le changement que le Québécois moyen désire depuis 2002. La descente de la Coalition peut s’expliquer par les éléments suivants : l’absence d’idées novatrices, l’impression que le parti était seulement composés de transfuges et le manque de figures de proues au sein de l’équipe caquiste.

Depuis le début de la campagne électorale, l’ancien ministre péquiste domine l’espace médiatique et ce pour trois raisons. Tout d’abord, malgré sa 3e place dans les sondages, le chef de la CAQ a réussi à s’entourer d’une équipe compétente et de prestige : Gaétan Barrette, Maud Cohen, Christian Dubé , Gérard Deltell , Sylvie Roy, François Bonnardel , Éric Caire etc. S’il est porté au pouvoir, le futur conseil des ministres caquiste serait solide et prêt à diriger la province.

Ensuite, la CAQ semble vouloir reprendre deux chevaux de bataille de la défunte ADQ : le remboursement de la dette et des baisses d’impôts. La CAQ est la seule formation politique qui parle du problème de la dette publique qui s’élève à 250 milliards de dollars. Le leader caquiste désire réduire la dette par l’entremise de redevances sur l’exploitation minière et pétrolière. Également, la CAQ promet de baisser légèrement les impôts de la classe moyenne. Cela donnerait un peu de répit aux contribuables les plus taxés en Amérique du Nord. Ce sont des mesures qui vont plaire à la classe moyenne qui en a marre de payer et rien recevoir en retour.

Subséquemment, M. Legault a su imposer la question de l’intégrité comme l’enjeu principal de la campagne en allant chercher une méga pointure en la personne de Jacques Duchesneau. C’est une grosse prise pour la CAQ.

Cette candidature a complètement fait dérailler la campagne libérale. Jean Charest voulait que la loi et l’ordre et le conflit étudiant soient les deux enjeux de cette élection. Le premier ministre sortant aura de la difficulté à se démarquer si l’intégrité domine l’espace médiatique car c’est le talon d’achille de son gouvernement.

Le Parti québécois voulait se présenter comme le champion de l’intégrité dans la lutte contre la corruption et la seule alternative aux libéraux dans ce domaine. L’arrivée de Duchesneau à la CAQ va faire très mal à Pauline Marois. Les électeurs qui veulent se débarrasser de la corruption libérale vont pouvoir se tourner vers la CAQ et ses trois combattants anticorruption : Jacques Duchesneau, Sylvie Roy et Maud Cohen. Le parti souverainiste a maintenant un adversaire de taille auprès du vote francophone. Pauline Marois est menacée et elle va devoir se battre pour ne pas se faire doubler par son ancien partenaire.

Cela va changer le cours des choses de la campagne. Avec une telle figure de proue à ses côtés, François Legault va pouvoir dire aux Québécois que son équipe est la seule qui va pouvoir combattre et vaincre le cancer de la corruption qui ronge la société québécoise.

Le peuple québécois veut désespérément du changement. En 2002 et en 2007, il a flirté avec l’ADQ de Mario Dumont. En mars 2007, celle-ci était aux portes du pouvoir mais l’inexpérience et l’acharnement de la presse médiatique gauchiste auront eu raison de ses aspirations. Est-ce que la CAQ de François Legault pourra réussir là où l’ADQ a échoué? On aura un début de réponse le soir du 4 septembre.

Le conflit étudiant : Des élections générales estivales sont inévitables.

Par Simon Leduc

Cela fait quinze semaines que le gouvernement et les leaders étudiants s’affrontent sur la hausse des frais de scolarité. Le premier ministre Charest a toujours affirmé qu’il n’allait jamais reculer sur cette décision gouvernementale. À l’aube de la saison touristique (qui est menacée par les manifestations), le gouvernement libéral a décidé de convoquer les leaders étudiants à une nouvelle ronde de négociation afin de mettre fin à la crise. La ministre de l’Éducation a proposé à la partie adversaire de baisser la hausse des droit de scolarité Les futurs leaders syndicaux ont massivement rejeté l’offre gouvernementale. Le dogmatisme et l’intransigeance de ceux-ci empêchent tout dénouement à la crise. Est-ce que le déclenchement d’élections générales estivales est la seule façon de mettre fin à cette mascarade?

Le gouvernement a fait des compromis contrairement aux leaders étudiants :

Depuis le début de ce litige, le gouvernement libéral a réitéré son désir de hausser les frais de scolarité. Ce gouvernement a été réélu le 8 décembre 2008 pour diriger la province. Il a pris la décision d’augmenter les droits de scolarité et cette politique a été adoptée (c’était une mesure budgétaire) par une majorité de députés de l’Assemblée nationale en 2011. Le premier ministre est resté ferme sur cet enjeu et la majorité des Québécois l’appuie sur cette question. Le mouvement progressiste (les artistes, le PQ, QS, les associations étudiantes, les groupes communautaires, les écologistes et les grandes centrales syndicales) a férocement dénoncé la décision gouvernementale. Cela fait plus de quinze semaines que les gauchistes manifestent contre cette supposée politique injuste. Elle a tenté de faire reculer le gouvernement comme cela avait été le cas dans d’autres dossiers. Contrairement à l’intransigeance des boycotteurs, le gouvernement a fait un compromis qui est bénéfique aux jeunes de familles moins biens nantis : la bonification des prêts et bourses. Les associations étudiantes se sont campées sur leurs positions. L’offre gouvernementale a été rejetée unanimement par les trois marionnettes des centrales syndicales. Cela démontre bien leur dogmatisme et intransigeance. Les négociations semblent être au point mort et cette crise va se poursuivre durant la saison estivale.

En conférence de presse, le premier ministre a affirmé que son gouvernement a fait d’importantes concessions aux étudiants afin de mettre un terme à ce conflit qui déchire la société québécoise. La bonification des prêts et bourses va permettre aux familles pauvres d’envoyer leurs enfants à l’université Jean Charest a fait une déclaration qui résume bien le compromis de son gouvernement : «jusqu’à 51 000$ de revenu familial, c’est l’équivalent de la gratuité scolaire. Les prêts sont possibles jusqu’à 100 000$ [pour un revenu familial]. Des bourses, jusqu’à 72 000$… Les associations se battent pour qui, au juste?» . Le chef libéral a raison, la minorité étudiante défend les intérêts des familles riches qui payent des frais de scolarité ridiculement bas. Le Che Guevara québécois (Gabriel Nadeau-Dubois) se fout des étudiants de familles pauvres qui vont bénéficier de la gratuité scolaire avec la proposition gouvernementale. Les leaders étudiants sont les seuls responsables de la crise qui secoue le Québec depuis plus de trois mois.

À cause de l’échec des négociations, le plus grand événement touristique montréalais de l’année va être menacé par des manifestations étudiantes. Les apprentis sorciers communistes (Les gens de la CLASSE) vont tenter de nuire au Grand Prix de Formule Un du Canada qui aura lieu les 8, 9 et 10 juin à Montréal. Ces petits révolutionnaires vont causer un tort irréparable à la métropole montréalaise durant l’été et c’est toute l’économie du Québec qui va en souffrir. Gabriel Nadeau-Dubois se fout éperdument des travailleurs québécois. Cette mascarade doit prendre fin et le déclenchement d’élections générales estivales est la seule façon de mettre fin au conflit étudiant et de ramener le calme à Montréal. Les Québécois doivent avoir le dernier mot, point à la ligne.

La réaction de la gauche concernant la Loi spéciale : Un mépris de démocratie?

Par Simon Leduc

Après vingt-deux heures de débats houleux à l’Assemblée nationale, le gouvernement libéral a adopté la Loi spéciale 78 avec l’appui des députés de la CAQ. Cette législation contient trente six articles mais les trois grands volets sont les suivants : la suspension des sessions dans les établissements en boycott jusqu’au 17 août, permettre aux étudiants de retourner en classe en toute tranquillité et l’encadrement du droit de manifester. Est-ce que la réaction de la gauche prouve qu’elle ne respecte pas la démocratie?

L’adoption d’une loi spéciale : une décision inévitable du gouvernement libéral:

Cela fait treize semaines que cette crise sociale empoisonne la société québécoise et plus particulièrement la métropole montréalaise. Les commerçants, les montréalais et les automobilistes sont les victimes de ces groupes radicaux qui font de la casse durant les manifestations nocturnes. Les étudiants (qui veulent étudier) se faisaient intimider et harceler par les carrés rouges aux portes des établissements postsecondaires. Le gouvernement Charest devait agir afin de mettre fin à ces actes illégaux. Il a adopté une loi spéciale pour mettre au pas ces extrémistes. Dorénavant, les organisateurs d’une manifestation qui regroupera plus de cinquante personnes vont devoir en informer les policiers huit heures avant le début de leur rassemblement. Avec cette mesure, certaines personnes affirment que le gouvernement libéral brime les libertés individuelles des manifestants. Cela se défend mais a-t-on pensé aux droits et libertés des commerçants, montréalais et automobilistes qui en ont marre de se faire écœurer par des casseurs et anarchistes?

La réaction de la gauche réactionnaire :

Sans surprise, la gauche québécoise a unanimement dénoncé et attaqué le projet de loi spécial du gouvernement libéral. Premièrement, les associations étudiantes ont dit que cela allait envenimer la crise sociale. La CLASSE refuse de se soumettre à cette loi qui selon elle, est injuste et attaque une génération entière. C’est une déclaration fausse. La législation veut mettre au pas une minorité d’étudiants radicaux qui ne veut pas respecter la loi. Selon Gabriel Nadeau-Dubois, cette loi est digne d’un régime autoritaire. Ce petit gamin n’a pas peur du ridicule. S’il veut voir quelque chose de ridicule, il a juste à se regarder dans le miroir. Certains manifestants n’ont pas de classe. Lors de la manifestation monstre du 22 mai, ils ont traité la femme d’un chroniqueur politique bien connu de salope, cela me lève le cœur. Deuxièmement, le Parti québécois a voté contre ce projet législatif. Dans ce dossier, l’opposition officielle a choisi de défendre une minorité d’anarchistes qui veulent faire avancer leur cause en utilisant la violence Pauline Marois a tourné le dos à la majorité silencieuse qui en a marre de se faire empoissonner la vie par une gauche radicale. Mme l’opportuniste crasse a décidé de flirter avec l’extrême-gauche. Et elle va en payer le prix au prochain scrutin. Il y a une chose qui doit être claire, cette politique a été adoptée par une majorité de députés élus de l’Assemblée nationale. Elle a force de loi et on doit la respecter et s’y soumettre.
Le mouvement progressiste respecte la démocratie quand cela fait son affaire. Quand un gouvernement légitime adopte une loi qui va à l’encontre de ses intérêts, il crache sur la démocratie et il va manifester dans la rue pour l’intimider et la faire reculer. Il faut que les gauchistes comprennent qu’une société civilisée ne peut pas fonctionner comme cela. Un gouvernement ne peut pas céder devant la violence et l’intimidation. Qu’on l’aime ou non, le gouvernement libéral de Jean Charest a été élu par le peuple québécois le 8 décembre 2008. Il a la légitimité démocratique pour diriger la province jusqu’à la fin de son mandat. Si les étudiants n’aiment pas Jean Charest, ils ont juste à voter contre lui aux prochaines élections générales.

Tous les Québécois doivent dénoncer haut et fort les appels à la désobéissance civile de la part d’une gauche radicale (Amir Khadir, la CLASSE, Léo-Paul Lauzon, François Avard, etc.). Cette attitude n’est pas acceptable dans une société de droit. L’attitude de la gauche québécoise durant cette crise sociale prouve bien qu’elle n’a aucun respect pour la démocratie, point à la ligne.

Le conflit étudiant : La seule issue possible : Des élections générales :

Par Simon Leduc

Le plus long conflit étudiant des dernières décennies continue d’empoissonner la société québécoise. Les associations étudiantes semblent vouloir camper sur leur position. Pour eux, le règlement de ce litige passe seulement par l’annulation de la hausse des frais de scolarité par le gouvernement libéral. Le premier ministre Charest ne va pas céder aux pressions étudiantes. Il va maintenir sa décision gouvernementale. Le gouvernement libéral a tendu la main à quelques reprises aux étudiants, sans succès. Les négociations entre la ministre Beauchamp et les trois leaders étudiants ont été infructueuses. Il semble y avoir seulement une issue possible à ce conflit étudiant : des élections générales.

Les associations étudiantes ne veulent pas régler le conflit :

Depuis le début de cette crise, il y a une chose qui est très claire, les leaders étudiants ne vont jamais accepter la hausse des frais de scolarité. Ils sont de fervents défenseurs du gel. Cela veut dire qu’on est dans un cul-de-sac. Les trois futurs syndicalistes veulent avoir raison et ils ne désirent pas négocier de bonne foi avec le gouvernement libéral. La preuve, la ministre de l’Éducation leur a tendu la main à quelques reprises depuis quelques jours. Elle a proposé une bonification des prêts et bourses (afin d’aider les jeunes moins bien nantis) et d’échelonner la hausse sur une plus longue période. Les boycotteurs ont unanimement rejeté les offres de Québec (dans le cas de l’échelonnement de la hausse, seule la CLASSE s’est prononcée sur cela jusqu’à maintenant). Leur intransigeance fait persister ce conflit dans le temps. Les étudiants (les pro-boycotts) ne veulent pas payer leur juste part pour leurs études universitaires. Évidemment, c’est plus facile de faire payer les autres. Ce sont des bébés gâtés qui ne sont pas habitués de se faire dire non par une figure d’autorité. Ces futurs syndicaleux vont continuer d’emmerder la majorité silencieuse et de paralyser la métropole avec leurs manifestations.

Le gouvernement démocratiquement élu par les Québécois doit déclencher des élections pour mettre fin à ce fiasco :

Dans ce dossier, le gouvernement Charest a défendu les intérêts des Québécois. Le premier ministre a pris une décision et il n’a pas cédé au chantage de ces pleurnichards. Celui-ci a été critiqué de toute part pour sa supposée intransigeance dans ce conflit. Pourtant, la ministre de l’Éducation a vraiment tenté de mettre fin à ce litige en proposant un compromis : une bonification des prêts et bourses et l’échelonnement de la hausse sur une période de sept ans. Les libéraux ont mis de l’eau dans leur vin mais les leaders étudiants ne veulent rien entendre. La CLASSE a déjà rejeté l’offre gouvernementale. Il ne faut pas être surpris. Ces hurluberlus veulent rien de moins que la gratuité scolaire. Si la FECQ et la FEUQ rejettent la proposition de Line Beauchamp, le gouvernement n’aura pas d’autres choix que de déclencher des élections générales.

Le conflit étudiant nuit énormément à la métropole montréalaise. Les petits commerçants qui travaillent comme des forcenés pour nourrir leurs familles sont pris en otage par les manifestations qui sont devenues quotidiennes. Le premier ministre Jean Charest doit prendre ses responsabilités et mettre fin à cette crise. Si tous les groupes étudiants rejettent l’offre du gouvernement, le déclenchement d’élections générales sera la seule façon de mettre un terme à cette crise sociale. Ce n’est pas seulement les étudiants qui ont le droit de parole sur cette question mais bien l’ensemble des Québécois. Après tout, ce sont eux qui payent plus de 88% du financement des universités par l’entremise des taxes et impôts. La société québécoise doit régler ce litige avec une consultation démocratique. Ceux qui sont contre la hausse des frais de scolarité pourront voter pour le Parti québécois ou Québec solidaire (ils sont contre la hausse). L’autre camp pourra voter pour le Parti libéral du Québec ou la Coalition avenir Québec (les pro-hausses).

Cet affrontement empoisse la Belle province depuis plus de deux mois et il faut que cela cesse. Le déclenchement d’élections générales est la seule solution pour sortir de l’impasse. Laissons les Québécois trancher, c’est cela la démocratie après tout.

Comment expliquer la popularité de Gabriel Nadeau-Dubois?

Par Arielle Grenier

Depuis l’automne dernier, Gabriel Nadeau-Dubois fait la manchette dans tous les journaux. Toutes les télévisions se sont entichées de ce jeune homme au discours provocant, convainquant et redoutable. Mais qu’en est-il réellement? Pourquoi les journalistes et médias sociaux sont tombés dans le piège de ce jeune homme? L’histoire est simple. Pour comprendre un phénomène, il faut s’intéresser au cadre sociopolitique qui le précédait. Gabriel Nadeau-Dubois n’est pas apparu comme par magie.

 

L’insatisfaction de la population face au gouvernement Charest.

 

Depuis plusieurs années, à tort ou à raison, la population du Québec fait face à un gouvernement dont le taux d’insatisfaction oscille autour de 70%. Plusieurs ont exprimé collectivement leur mécontentement en refusant catégoriquement des projets proposés par le gouvernement actuel. Rappelons-nous le projet du Suroît, la réingénierie de l’État, le projet du Mont-Orford, la Commission d’enquête sur la construction, les gaz de schistes et tout récemment le Plan Nord. Maintenant, dans le dossier du rattrapage des frais de scolarité universitaire, Gabriel Nadeau-Dubois et ses collègues ont su profiter de la conjoncture politique actuelle. Ils personnifient l’opposition à l’équipe Charest. En plus d’être jeune, Gabriel Nadeau-Dubois, ce politicien en herbe s’exprime dans un discours accrocheur et syndicaliste ce qui a naturellement attiré les médias. Malheureusement pour les Québécois, son discours cache une tout autre réalité, celle de la promotion de la désobéissance civile, du non-respect des décisions de la Cour, du saccage du bien publique et des biens privés et l’appel à la Révolution.

Dans une conjoncture normale, avec un taux de satisfaction envers le gouvernement d’environ 50%, la population aurait rejeté son discours et aurait été beaucoup plus critique à son endroit. Les médias ne se seraient même pas attardés à l’écouter et l’auraient vu tel qu’il est : un agitateur publique qui sème le trouble, le justifie et le promeut. En somme il serait resté dans l’ombre de lui-même et de sa Révolution.

Si les médias avaient plutôt fait leur travail de recherche, analysé son agenda politique afin de mieux comprendre ses intentions politiques réelles, ils n’auraient pas fait de lui le symbole de l’insatisfaction de la population québécoise face à ce gouvernement. Le gouvernement est donc devenu une proie facile.

 

L’agenda politique de Gabriel

 Pourtant, la hausse des frais de scolarité n’est qu’un prétexte pour faire une révolution sociale. Si la population savait qu’il ne respecte pas la loi, nos droits, qu’il se fout des décisions juridiques et qu’il est le grand responsable de toute cette violence, on le verrait sous un tout autre angle.

 Gabriel Nadeau-Dubois a profité de la conjoncture politique pour attirer l’attention des journalistes et de la population. Tous sont tous tombés dans le piège. Il est devenu le symbole de l’Opposition en chambre en ayant la sympathie du Parti Québécois et de Québec Solidaire. Le pire dans tout ça, c’est qu’il a bien mis en place son projet de révolution qui n’a rien de comparable à la Révolution tranquille. Est-ce normal de lancer des briques sur les voies du métro, de bloquer des ponts en coupant l’accès au travail de nos honnêtes citoyens, de peinturer en rouge des édifices publics et commémoratifs? Est-ce devenu la norme au Québec d’avoir recours à la violence et à la désobéissance civile pour s’exprimer? Il a fait de cette province le lieu d’une folie sociale.

Dans ce contexte social, il est normal qu’une femme aussi calme et posée que Madame Beauchamp n’ait jamais voulu négocier avec cet agitateur public. Imaginez les coûts sociaux et économiques que ce jeune homme a causés. Imaginez deux secondes à quel point il nous a menti. Du début à aujourd’hui, Gabriel Nadeau-Dubois pointe le doigt sur la ministre en l’accusant de ne pas faire son travail. Et ton travail Gabriel, fais-tu ton travail? Tu devrais représenter tous les étudiants, mais tu ne parles qu’au nom de ceux qui sortent dans les rues, qui bloquent l’accès aux salles de cours et tout ça, en te disant le grand détenteur de la vérité absolue.

 Gabriel, la population va bientôt comprendre que l’on n’aurait jamais dû t’accorder de l’importance, que sans la conjoncture politique personne ne te connaitrait. Le phénomène Nadeau-Dubois n’est que le résultat de l’insatisfaction de la population, car sans elle jamais ce message de violence n’aurait été toléré.

 J’aimerais dédier cet article aux étudiants de sciences politiques de l’Université de Montréal en espérant que vous changerez votre opinion de ce malheureux événement social.

 

Voici le lien du discours de Gabriel Nadeau-Dubois :

Un document fallacieux, partie 1

Fallacieux : qui est destiné, qui cherche à tromper, à induire en erreur.

Je suis en train de préparer ma chronique pour Maurais Live, ce mardi. Je parlerai de la hausse des frais de scolarité, notamment. Maudit que je déteste consulter les documents gouvernementaux. Voici celui que je suis en train de regarder. J’ai décidé d’arrêter un peu pour vous faire part de quelques frustrations.

Je suis d’accord que le gouvernement exige 325$ de plus par session aux étudiants. C’est la seule décision intelligente que ce gouvernement a pris au cours de tous ses mandats. Ce que je déteste, c’est quand on tente de me remplir comme une cruche!

Effort équitable?

Dans le document, le gouvernement tente de démontrer, dans les premières pages, que l’effort pour augmenter le financement est réparti équitablement entre lui-même, les étudiants, les entreprises et les universités. En bout de piste, dans le budget 2016-2017, 850 millions supplémentaires seront investis. Notons que le déficit accumulé des universités en 2009 s’élevait à 483 millions.

Or, voici le tableau de l’augmentation du financement ventilé selon la source pour chacune des années.

Dans la dernière colonne à droite, j’ai placé l’augmentation du budget de la part du gouvernement. Que remarquez vous? Et oui, lorsque l’on dépasse le dernier budget possible de l’administration Charest (2013-2014), la part du gouvernement se met soudainement à augmenter plus rapidement, sans raison apparente, alors que l’augmentation pour les autres colonnes est plutôt stable! Donc, Charest annonce que lui et son gouvernement feront un effort, il promène son chiffre de 850 millions dans son petit ensemble du parfait « peddler » et en réalité, il a refilé la facture à la prochaine administration gouvernementale. Si on garde une augmentation de 40 millions, ce qui est raisonnable selon les budgets de 2012-2013 et 2013-2014, on découvre que le manque à gagner est de 160 millions de dollars!

De plus, que représente ASRU? Cela veut dire « Autres sources de revenus des universités ». Bref, on pense que les universités vont augmenter leurs revenus connexes de recherche, de formation continue et quelques autres revenus auxiliaires. Comment? Peu importe, on ne le dit pas vraiment dans le document, le gouvernement ne fait que changer ses attentes et place ce montant dans ses tableaux! Pratique quand tu sais que les journalistes qui lisent plus que le sommaire exécutif sont plutôt rare! De plus, qui va réellement valider que les hypothèses se sont réalisées dans 5 ans?

Et DPE, c’est quoi? Retenez vous pour ne pas rire, mais ce chiffre représente l’augmentation du financement généré par… les dons des particuliers et des entreprises grâce à Placements Universités! Ça y est, je suis plié en deux! En gros, le gouvernement augmentera sa subvention de contrepartie pour stimuler les- dons et croit donc que les revenus augmenteront. Comme c’est une dépense du gouvernement, l’augmentation de 30 millions de la subvention est déjà comptabilisée dans la première colonne du tableau. Je vous épargne les détails de Placements Universités, je vous sens déjà commencer à bâiller.

Bref, sur le 850 millions annoncés, on peut dire que 315 (160 + 101 + 54) relèvent de la manipulation des chiffres. C’est quand même 37% du montant. Vous pouvez être sûr d’une chose par contre, les chiffres en provenance des étudiants vont se réaliser!

Au lieu de nous prendre tous pour des épais, peut-on simplement dire que l’on va augmenter le financement universitaire, principalement sur le dos des étudiants, ce qui est, à mon sens, une très bonne chose!

Demain, je vais publier un autre texte sur le reste du document, car ce n’est pas fini!

Bandes d’émotifs.

Pas vous. Non non. NOUS, le fameux “nous” dont les Péquistes se sont vite rendus compte qu’au lieu d’être rassembleur, éloignait les “non-nous”. Mais je m’éloigne moi aussi. 

Bande d’émotifs disais-je. 

Vous rendez vous compte que le NPD, selon de récents sondages, jouit (et certains membres du NPD – Québec le font sans doute) d’un soutien général de la population entre 41 et 47% au Québec (selon les résultats). C’est pas rien!

Faut dire que le sondage a été fait suite aux funérailles de Jack. Remarquez, moi Jack je l’aimais bien. Pas voté NPD, évidemment, mon pauvre père se retournerait dans sa tombe au point de pouvoir se forer un tunnel. Mais Jack, l’homme m’était très sympathique. Mais de la à donner mon appui à son parti, vide de sens dans son absence, il y a quand même un bout. 

On était tellement tannés des querelles (moi aussi en passant) entre le Bloc et les autres qu’on les a jetés dehors. Émotifs. 

On a cru tout le monde qui nous disait que Harper était un vilain mangeur d’enfant, un fervent de la droite haineuse qui allait remettre tous les immigrants illégaux dans un avion et hop – go home! (Faudra y revenir à cette question là en passant). Qu’il était un défenseur de l’énergie sale sale sale (brrr méchant Harper), mais qui génère une bonne partie des transferts fédéraux au Québec. Émotifs.

On est prêt aussi à donner notre appui à M. Legault. Sans plate-forme, sans parti, sans qu’il n’ait  présenté quelque candidat que ce soit. On le sait que M. Sirois ne sera pas candidat. Le pouvoir, le VRAI pouvoir, ne se passe pas en chambre mais en coulisse. M. Sirois, comme les Messieurs Desmarais, Péladeau, etc, savent que ce sont eux qui mènent sans avoir à travailler pour un maigre salaire d’environ 90,000$.  J’vais y revenir là dessus aussi.

Émotifs j’vous dit?

Mettez en!

On aime pas les vieux partis, on aime pas ce que Legault nous offre. On aime pas Mme Marois parce qu’elle est hautaine, on aime pas M. Charest …parce qu’on l’aime pas BON! Émotifs!

Maintenant, s’il vous plait, soyez sérieux un peu. Il y aura des élections bientôt. Dans moin d’un an. Les choix, on en convient, ne sont pas nombreux et pas encore très brillants. Mais même si vous aimiez Jack, même si vous lisez comme moi que M.Khadir est le plus populaire au Québec comme leader, arrêtez ces niaiseries là de le remettre sur la place publique et de lui donner la lumière. S’il vous plait, déplacez vous, même par le truchement de votre fureteur, et allez lire la plate-forme de Québec Solidaire. Ne lisez pas ce que vous voulez lire mais ce qui est écrit. 

Ça devrait vous ramener l’émotivité à la bonne place.