Archives par mot-clé : classe politique

Vive la prostitution libre!

prostitution libre

Par Philippe David

Puisque le débat a à peine commencé au sujet de la récente décision de la Cour Suprême invalidant les dispositions du code criminel sur la prostitution, j’aimerais donner un point de vue libertarien sur le sujet.

Ce n’est pas que j’aie une admiration quelconque pour le plus vieux métier du monde, mais si les politiciens peuvent pratiquer  leur profession en toute impunité, je ne vois sincèrement pas mas pourquoi les prostituées devraient se cacher pour pratiquer leur art. Surtout qu’il y a une étrange similarité entre les deux.  Mais au moins, la prostitution a  le mérite d’être plus honnête. Avec une prostituée, on sait d’avance qu’on va se faire baiser. Avec un politicien, c’est ce qui finit par arriver, qu’on le veuille ou non… Enfin, vous voyez ce que je veux dire? 

Ce n’est pas que je serais particulièrement fier, si un jour, ma fille décidait de se prostituer. Mais d’un autre côté, je ne serais pas terriblement plus fier si elle se lançait en politique.  Dans les deux cas, j’espère qu’elle aura plus d’ambition. Mais trève de plaisanteries…

La criminalisation de la prostitution n’a jamais eu aucun sens, si ce n’est que pour imposer par la force, l’idée que certains ont de la « moralité ».  Vendre son corps est-il immoral? Pourquoi? Ne sommes-nous pas propriétaires de notre propre corps? N’avons-nous pas le droit d’en disposer comme bon nous semble? Il semble que certains croient que non. Ils semble que certains croient que vous ne pouvez disposer de votre corps que dans la mesure où vous n’offensez pas leurs sensibilités. Mais quelle différence y a-t-il vraiment à se prostituer pour de l’argent ou se prostituer pour le pouvoir. Est-il plus immoral de vendre quelques heures de plaisir, que de saisir par la force la moitié du fruit du labeur d’autrui et l’engloutir dans une machine à gaspiller et dilapider la richesse? Est-il plus immoral d’écarter les cuisses pour un étranger que d’endetter des générations qui ne sont pas encore nées et qui ne peuvent dire un mot pour se défendre? Pourquoi la première serait traitée en criminelle et l’autre pas? Personnellement, ce que fait la classe politique de nos jours m’offense cent fois plus que ce que font les prostituées. Au moins on a du plaisir avec une prostituée, je ne pourrais en dire autant avec un politicien.

Contrairement à la politique, où il y a violence et extorsion, la prostitution est une transaction paisible entre deux adultes consentants au cours de laquelle chacune des deux parties obtient quelque chose qu’elle veux. Pourquoi donc serait-ce immoral ou illégal?

La vertu inatteignable

Par Philippe David

Le sort de Daniel Breton était inévitable. De quoi était-il coupable? D’avoir fraudé l’assurance-chômage? D’avoir le pied pesant? De ne pas payer ses amendes, ou son loyer? D’avoir menti? D’être arrogant? Toutes ces réponses? Je ne chercherai pas à le défendre, certainement pas. Il était surtout coupable d’avoir tellement de squelettes dans son placard que les portes ne fermaient plus.

Suis-je content de sa démission? Absolument! Je ne m’en cacherai pas. Ceux qui me connaissent savent que je déteste le PQ et je n’aimais certainement pas Breton. Sa nomination comme ministre de l’environnement m’irritait au plus haut point. Il était un prêtre dans une religion dont certains adeptes souhaiteraient nous voir retourner à l’âge de pierre. Seule sa réaction à l’inversion de flux du pipeline Montréal-Sarnia démontre que notre ex-ministre vert était probablement aussi dogmatique qu’un créationniste. En plus, il est un écolo hypocrite puisqu’alors qu’il était reporter automobile pour évaluer des véhicules soi-disant « verts », il faisait l’essai d’une Porsche à 275 km/h. La Porsche était-elle hybride? Je me réjouis donc de son départ.

Ceci étant dit, cette histoire et toutes les autres histoires sordides de collusion, corruption, gaspillage de fonds publics et abus de confiance dont nous sommes quotidiennement bombardés récemment, m’amènent à une réflexion plus profonde. La commission Charbonneau, depuis son début, nous dévoile un système institutionnalisé de corruption et de copinage. Jusqu’ici, je crois qu’elle fait un excellent travail de confirmer et mettre a grand jour, ce que je crois, nous savions déjà, mais que nous refusions de regarder en face. La commission Charbonneau nous met effectivement le nez dans notre propre caca et nous demande d’en humer profondément l’odeur. Pourquoi je dis « notre » caca? Parce qu’ultimement, nous en sommes tous responsables dans notre aveuglement.

Revenons à Daniel Breton. De quoi était-il vraiment coupable, sinon d’être humain? Daniel Breton est une personne irresponsable, donc il n’aurait jamais dû être nommé ministre. Mais si vous regardez dans votre propre passé, n’avez-vous pas quelques épisodes dont vous n’êtes pas particulièrement fier? Croyez-vous que vous passeriez le test qu’on impose à nos élus d’être plus blancs que blanc. Combien de personnes peuvent vraiment se vanter qu’ils n’ont absolument rien à se reprocher? Si vous essayez de me dire que vous êtes si vertueux, je vous traiterai de fieffé menteur. Diogène n’a jamais trouvé son honnête homme et si on lui avait donné l’immortalité, il chercherait encore. Le problème en fait n’est pas que des personnes irresponsables se retrouvent dans des positions de pouvoir. Le problème est bien plus insidieux, c’est notre croyance que puisque nous ne sommes pas capables de nous gouverner nous-mêmes, nous devons choisir parmi nous des saints qui doivent nous gouverner. Qu’est-ce qui peut bien nous faire croire que ces gens feront mieux que nous? Que ces gens seront plus responsables. Que ces gens seront automatiquement plus honnêtes, du simple fait qu’ils arrivent à gagner un concours de popularité à tous les quatre ans? C’est de la pure délusion! De plus, le pouvoir corrompt. C’est la nature humaine. Et plus un individu aura de pouvoirs, plus il y a de risque qu’il soit corrompu. Les exemples abondent à travers l’Histoire. Il va aussi de soi que le pouvoir attire toujours le genre de personnalité qui désire manipuler les gens. Donc, plus la position comporte de pouvoirs et plus elle attirera des personnalités pathologiques. Alors pourquoi persistons-nous à croire que ce type de gouvernance peut fonctionner? Pourquoi nous attendons-nous que la classe politique soit plus vertueuse et plus responsable alors que le pouvoir attire les personnes les plus corruptibles?

Il y a plusieurs personnes qui croient comme moi que les pouvoir du gouvernement doivent être limités à la seule protection des droits individuels. Nous le faisons parce que nous savons pertinemment que la sagesse de la classe politique et des élites est un mythe et c’est probablement la plus grande fraude de l’Histoire.