Archives par mot-clé : Cuba

Le Venezuela et l’échec du socialisme du 21e siècle

Par Philippe David

Lorsque le mur de Berlin a finalement chuté et levé le voile sur toutes les aberrations du socialisme, on aurait pu croire que ce système aurait dû être totalement discrédité. Tous ceux assez vieux pour suivre l’actualité à l’époque ont pu constater l’état dans lequel se sont retrouvés l’URSS et ses satellites d’Europe de l’Est après plus de 70 ans de gouvernance socialiste marxiste (parce que oui, le dernier «S» d’URSS, c’était pour «socialistes» (Union des Républiques Soviétiques Socialistes).  Cet effondrement était pourtant prévisible et dans les faits, il avait été prédit par l’économiste Ludvig von Mises sans son livre «Socialism», publié en 1920 alors que l’URSS venait à peine de se débarrasser du régime tsariste.

mises-socialism-cover

Déjà à cette époque, von Mises avait déterminé que la micro-gestion d’un état propriétaire des moyens de production allait à ce point saper la base de production qu’il rendrait impossible tout calcul économique permettant de déterminer qu’est-ce qui devrait être produit et en quelles quantités afin de satisfaire la demande des consommateurs, car c’est bien là le but premier d’une économie.

Malheureusement, ce que les socialistes ne comprennent toujours pas est que lorsque c’est le gouvernement qui gère l’économie, les décisions économiques qui seront prises ne seront pas prises en fonction des désirs des consommateurs, mais en fonction des désirs du gouvernement et de sa clique dirigeante.  Voyez-vous, en URSS,  comme un peu partout ailleurs, les élites ont toujours été déconnectées de la population. (C’est pareil au Québec, en France, etc.) Les élites en URSS avaient même des boutiques qui leur étaient réservées exclusivement. Le fait que leurs concitoyens devaient quotidiennement faire la queue pendant des heures pour une miche de pain était le cadet de leurs soucis.  Eux ne manquaient de rien alors les désirs des petits citoyens ne figuraient pas parmi leur liste de priorités et même lorsqu’il y avait coïncidence, les dirigeants ne disposaient pas des informations nécessaires pour guider la production, résultant en des pénuries de certains produits et des surplus d’autres.

ussr-bread-line

La grande faille du socialisme

La faille du socialisme est que les socialistes n’ont jamais rien compris au système de prix qui est pourtant au coeur des échanges commerciaux et de la production. Plus particulièrement, ils refusent obstinément de comprendre que ce système comporte des signaux qui permettent aux producteurs de déterminer ce qui doit être produit, en quelle quantité et quelle est la façon la plus efficace de le produire. Le niveau des prix de tous les facteurs de production, que ce soit des matières premières, de la machinerie, des terrains, de la main d’oeuvre, etc. comporte des informations sur la rareté ou l’abondance relative de ces facteurs, ce qui dit à un entrepreneur quelles combinaisons de ces facteurs lui donnera ce qu’il veut produire au plus bas coût possible.

Parallèlement, les profits récoltés lors de la vente de divers produits finis et services informent les producteurs de ce que les consommateurs recherchent et leur indique quels sont leurs besoins.  Le processus de détermination de ce qui devrait être produit pour satisfaire les besoins des consommateurs est ce qu’on appelle le calcul économique. Or, le socialisme cherche justement à contrôler ou carrément anéantir ces signaux et rendent les besoins de production incalculables.  Voilà comment le résultat inévitable du socialisme a toujours été la distribution égale de la misère.

Avance rapide au 21e siècle…

Faisons un petit »» (avance rapide) à l’orée du 21e siècle. Nous avons vu expérience après expérience des effets désastreux du socialisme. Des dizaines de millions ont crevé de faim en Chine sous Mao et des millions en URSS sous Staline et Lénine. L’URSS et ses états satellites se sont effondrés sous leur propre poids. Les cubains vivent avec des cartes de ration depuis leur «révolution».  En Corée du Nord, la famine pousse certains parents à manger leurs propres enfants

On se serait imaginé qu’après tout ça, le monde se serait guéri de la lubie socialiste. Mais non! Nous n’avons apparemment rien compris. En 1998, les vénézuéliens élisent Hugo Chavez qui les embarque dans une révolution qu’on appellera la révolution bolivarienne et amène le «socialisme du 21e siècle» aux exclamations de ooooh et de aaaah des gauchistes un peu partout. Chavez allait-il réussir là où les autres ont échoué?

En 2015, après 17 ans de chavisme, la proportion de vénézuéliens vivant sous le seuil de pauvreté était de 76% alors qu’elle était 60.94% avant l’élection de Chavez. Des enfants de 5 ans sont admis à l’hôpital ne pesant que 11 livres (à peine 5 kg).  La famine au Venezuela que les gens se sont mis à manger les animaux de zoo à Caracas et chassent les chiens et les chats dans les rues.

starving-child-venezuela

Voyez-vous, Chavez et son successeur, Nicolas Maduro, ont commis toutes les erreurs des autres régimes socialistes. Ils ont saisi et nationalisé des grands pans de  l’économie et institué des contrôles de prix. Voyant les résultats, pourtant prévisibles de ces politiques, plutôt que de faire marche arrière, Maduro fait de la surenchère et impose des contrôles plus sévères encore. Il force des vénézuéliens à travailler dans les fermes. En bref, il démontre éloquemment que les socialistes ne comprennent toujours rien à l’économie et persistent dans l’erreur. Ce que ça pendra pour qu’ils apprennent un jour est encore un mystère, mais ne soyons pas surpris de voir des évènements de cannibalisme rapportés dans les journaux bientôt.

Ça m’a toujours fait rire de voir certains économistes de gauche faire l’éloge des politiques de Chavez. Des économistes qui, de toute évidence, n’ont jamais lu von Mises. Pourtant, les résultats que nous constatons au Venezuela maintenant étaient prévisibles et ne devraient surprendre personne qui est familier avec le système de prix est les effets néfastes de la micro-gestion gouvernementale de l’économie. Essayons donc d’apprendre de ces erreurs et méfions-nous des politiciens qui prônent le même genre de politiques.  S’il est possible d’ignorer les lois de l’économie, il ne faut pas oublier que l’économie, elle, ne nous ignorera pas.

Mythes et légendes socialistes: Le système de santé cubain

S’il existe un mythe persistant, c’est la supposée excellence du système de santé cubain.  Malgré la propagande castriste gaiement perpétrée par des idiots utiles comme Michael Moore et nos propres élites gauchistes. Il s’avère que le système Cubain est un système à trois vitesses. Une pour l’élite du Parti Communiste, une pour les touristes et une autre pour les cubains ordinaires. La seule différence entre les touristes et l’élite cubaine, c’est qui paie et qui ne paie pas pour les soins. Les touristes paient bien sûr en pésos convertibles, dont la valeur est fixée au dollar américain. Pour les cubains ordinaires, la situation est tout autre.  

Cuba en chiffres.

  Canada Cuba
Population (2007) en millions 32 876 11 268
Âge médian 39 37
PIB par habitant ($ PPA int.) 35 310 N/D
Dépenses de santé % du PIB (2006) 10,0 7.7
Dépenses de santé par habitant ($ PPA int.) 3 673 674
Espérance de vie à la naissance (2007) 81 78
Nbre de Médecins par 10 000 habitants 19 59

Nbre d’infirmières et sages-femmes par 10 000 habitants

101 74
Nbre de lits d’hôpitaux par 10 000 habitants 34 49

(Source: OMS)

Si on ne se fiait qu’aux statistiques, le système cubain semble impressionnant. Il semble faire beaucoup avec rien. Mais les statistique de l’OMS proviennent du gouvernement de chaque pays respectifs. Si on peut dire que la plupart des pays occidentaux ont bonne réputation par rapport à leur transparence, ça n’a jamais été le cas de gouvernements communistes, comme ceux de la défunte URSS et de Cuba, qui par le passé n’ont jamais hésité à fournir des statistiques bidon pour bien paraitre et qui maintiennent tout le contrôle de l’information en restreignant le la liberté d’expression et la liberté de presse.

Il ne suffit que de visiter les sites d’organismes comme Amnistie Internationale, Human Rights Watch et Reporters Sans Frontières pour constater la volumineuse documentation contre Cuba au niveau des droits humains et de la liberté d’expression. L’URSS était notable pour gonfler leurs statistiques de production industrielle. Lorsque le rideau de fer est tombé, on s’est bien rendu compte que l’URSS était un tigre en papier. Que le système de santé cubain soit également un tigre en papier, ne devrait surprendre personne. Par exemple, le faible taux de mortalité infantile cache le fait que Cuba a un des taux d’avortement les plus élevés au monde, presque 5 fois celui du Canada. Ça pourrait laisser croire qu’à Cuba, on avorte tout fœtus qui pourrait avoir une défectuosité quelconque. D’autres facteurs tendent aussi à démontrer que les statistiques de Cuba sont trompeuses.

Financement

Tous les soins, pour ce qu’il y a, sont financés par le gouvernement cubain qui en retour, taxe 95% des revenus de ses citoyens. Pour un système qui est supposé être gratuit, je trouve qu’en réalité il coûte affreusement cher en termes du pouvoir d’achat des cubains ordinaires qui ne gagnent environ $20 par mois. Si d’ailleurs vous allez vérifier les statistiques de l’OMS sur le PIB par habitant et le pourcentage d’habitants vivant en dessous de $1 par jour, comme par hasard, ces statistiques sont non-disponibles. D’après mes calculs très conservateurs, la dernière de ces statistiques doit englober plus de 95% de la population. Si le nombre de médecins et infirmières de Cuba parait impressionnant, c’est que le régime cubain s’en sert comme monnaie d’échange pour obtenir des denrées, comme du pétrole vénézuélien, par exemple.

La prestation des soins.

À Cuba, tous les soins sont prodigué dans des hôpitaux gérés par le gouvernement cubain. Toute forme de clinique privée y est bien sûr illégale. Il existe quelques hôpitaux modernes comme celui qu’a visité Michael Moore pour son film « Sicko ». Rien n’est trop beau pour les apparatchiks et les touristes et leurs dollars. Mais la grande majorité des hôpitaux cubains sont vétustes et dilapidés. Michael Moore a demandé à ce que les patients qu’il a emmené avec lui soient traités « exactement » comme les cubains ordinaires et n’était que trop heureux de gober tout ce que les autorités cubaines lui ont dit, sans même vérifier. S’il avait vu comment les cubains ordinaires sont traités, il aurait été horrifié. Les images valent mille mots, alors vous n’avez qu’à regarder la photo ci-haut et la photo ci-contre pour avoir un aperçu de ce qu’un cubain ordinaire subit lorsqu’ils sont hospitalisés.

Dans la photo ci-contre, on voit un patient dans un lit dont le matelas ne serait utilisé que par des sans-abris au Québec et les deux pieds dans sa propre merde! À Cuba, des médicaments ordinaires comme l’aspirine, l’acétaminophène, l’ibuprophène et les antibiotiques sont très rares et ne sont trouvables que dans des magasins réservés à l’élite et les touristes dont les prix sont en $US ou en Euros, ou sur le marché noir. Les gants de latex sont tellement difficiles à obtenir, que les chirurgiens doivent les réutiliser. Les défenseurs du système cubain sont vites à blâmer l’embargo américain, mais cet argument est une coquille vide. Il impliquerait que les États-Unis seraient la seule source de médicaments sur laquelle Cuba pourrait compter et ce n’est certainement pas vrai. Cuba a un bon nombre de partenaires commerciaux qui ont accès à tous les médicaments dont Cuba pourrait avoir besoin et qui ne demanderaient pas mieux que de leur vendre. Dans la réalité, un patient cubain qui fait un séjour à l’hôpital doit fournir ses propres vêtements, ses draps, sa nourriture, ses médicaments et son fil de sutures. De plus, quelqu’un de sa famille devra prendre soin de lui la plus grande partie de son séjour. C’est ça le système cubain. Tout ça est documenté. Seuls les amis du régime vont tenter de prétendre le contraire.

Conclusion.

Certains considèrent à tort que Cuba est un modèle à suivre. Seulement, aucune personne saine d’esprit ne considèrerait adopter ce système. Bien des opposants de l’inclusion du privé dans notre système de santé, brandissent le spectre de la médecine à deux vitesses. L’exemple de Cuba démontre conclusivement qu’un système 100% public et socialiste est une garantie d’équité. En réalité, il démontre plutôt que ce genre de système mène inévitablement à une plus grande iniquité: un apartheid médical.

Sources:

For Cubans, a bitter pill – National Post, July 7,2004.

The Myth of Cuban Health Care

« Sicko » Presents False View of Cuba’s Health System

Cuba’s Healthcare Horror

‘The Cuban model doesn’t even work for us anymore’: Castro

The Incidence of Abortion Worldwide

OMS: Statistiques Sanitaires Mondiales 2010

Gang de clowns

(Contact via Twitter, Podcast, Facebook, Courriel),

Vous le savez, nos journalistes au Québec n’aiment pas la concurrence. C’est pour cela qu’ils militent pour un titre professionnel, rien d’autres! Ils sont prêts à sacrifier un principe fondamental d’une démocratie fonctionnelle, soit celui de la liberté de presse, pour être sûr d’obtenir des privilèges que leurs concurrents ne pourraient obtenir :

Ceux qui veulent faire du journalisme citoyen pourraient donc continuer de le faire. Il s’agirait plutôt d’offrir certains privilèges et avantages aux journalistes qui détiendraient un statut de professionnel, comme un meilleur accès aux sources gouvernementales. -article de Paul Journet, en lien plus haut-

Pourquoi offrir ces privilèges? En quoi cela protègera-t-il la population?Est-ce que des gens comme les artisans du Prince Arthur Herald ou encore du journal Contrepoids auraient accès à ces privilèges?

Quand on est de droite, on a une grille d’analyse des politiques publiques différentes d’un gauchiste. On est fondamentalement méfiant du gouvernement. Le gouvernement a le fardeau de la preuve. C’est lui qui doit démontrer qu’il est le mieux placé pour régler une problématique, si problématique il y a…

Or, ici, il est plus que justifié de se méfier du gouvernement qui donnerait un « accès privilégié » à ce qu’il considérera lui-même comme un journaliste. On nous dit que c’est un organisme indépendant qui s’occupera du dossier et la FPJQ crie, à nous en casser les oreilles, présent pour être le porteur du dossier.

Vous pensez vraiment qu’avec la soviétique FPJQ qui distribue les accréditations des bons et pointe du doigt les méchants, les journalistes de l’agence QMI auraient eu leur accréditation pour faire de la nouvelle pendant le conflit au Journal de Montréal?

Vous pensez vraiment que la cet organisme sera indépendant du gouvernement après avoir couché dans le lit de la ministre St-Pierre? Vous êtes naïfs, on le sait depuis longtemps que ça se parle entre organismes indépendants au gouvernement!

Et au juste, on cherche à régler quelle problématique ici? Le monde a changé. Le monde des médias a évolué­. Les journalistes sont placés en concurrence devant des blogueurs et des journalistes pigistes qui essaient de percer la carapace syndicalement opaque des boîtes comme La Presse et Radio-Canada.

J’ai souvent décrié le  biais journalistique non avoué de plusieurs journalistes, mais jamais je ne voudrais leur enlever leur droit d’exercer leur métier pour autant. Il ne me passerait jamais à l’idée non plus de leur retirer l’accès à l’information « privilégiée ». Leur rôle est trop important. Ils se doivent d’exister. Il reste simplement pour eux, à accepter que d’autres journalistes, avec des grilles d’analyse différentes des leurs, fassent leur entrer sur le marché.

85% des journalistes de la FPJQ sont en faveur de ce genre de mesure soviétique que l’on ne peut retrouver que dans des pays de cul comme Cuba. Quand on dit que le Québec va mal, on en a une autre preuve aujourd’hui.

Article d’Éric Duhaime sur le même sujet

Article de Daniel Paquet sur le même sujet