Archives par mot-clé : dette

Alexandre Taillefer et les libertariens

Par Philippe David

Récemment dans ce que qu’il se plaisait à appeler une «chronique» à l’antenne de Radio-Canada (notre radio-poubelle subventionnée), Alexandre Taillefer s’est amusé à casser du sucre sur le dos des libertariens. C’est vrai que nous sommes effectivement une épine dans son flanc. Il a donc de bonnes raisons de nous haïr.

Il commence donc à débiter les sempiternels clichés: le «chacun pour soi», le «au plus fort la poche», le «darwinisme». Parce que c’est tellement plus altruiste de financer une entreprise et d’en tirer profit sur le dos des contribuables et de vouloir faire mettre un prix plancher de $1.50/litre, juste pour s’en mettre plein les poches aux dépens de tous les autres.

Évidemment, pour le darwinisme, je plaide coupable. Je suis darwiniste parce que je crois fermement qu’une entreprise devrait être financée par des investisseurs qui mettent volontairement leur propre fric, pas celui qui a été extirpé par la force des contribuables. Je crois aussi fermement que si une entreprise produit un bien ou service qui n’est pas aimé des consommateurs ou que l’entreprise est mal gérée, qu’elle mérite de faire faillite et être remplacée par une qui saura mieux répondre à ces besoins plutôt que de la faire vivre sur le respirateur à coup de subventions. Parce que servir les gens en offrant un service ou un bien utile et prisé des consommateurs est le véritable rôle d’un entrepreneur et non se garnir les poches de l’argent de nos taxes.

M. Taillefer s’offusque de notre opposition à la hausse du salaire minimum à 15$/heure et nous reproche d’étoffer nos arguments avec des études, comme l’a fait Vincent Geloso dans le Journal de Montréal. Parce qu’évidemment, il ne faudrait certainement pas laisser les faits supplanter les bonnes intentions. Que des dizaines de ces études démontrent que dans les faits, une telle hausse du salaire minimum nuirait aux pauvres et aux petites entreprises, Alexandre Taillefer n’en a cure. Il a Joseph Stiglitz de son côté. Le même qui, il y a quelques années, faisait l’éloge de la révolution bolivarienne au Venezuela. C’est tellement plus crédible! Après tout, le socialisme a un historique de succès tellement plus reluisant que le soi-disant «néolibéralisme» qui en réalité, est un fourre-tout pour tout ce que les socialistes comme M. Taillefer n’aiment pas.

Il finit en parlant de décence comme si un faux entrepreneur qui se gave de deniers publics avait vraiment des leçons à donner. Quand les programmes qu’il prône nuisent justement aux plus pauvres et lui sont principalement profitables à lui. Quand il est grand partisan du modèle économique progressiste qui a fait du Québec la province la plus pauvre et la plus endettée du Canada. Si Alexandre Taillefer se souciait vraiment des plus pauvres, il ferait mieux de tenter de gérer son entreprise sans l’argent des autres, s’il en est seulement capable. Mais vivre sans chèque de BS corporatif, M. Taillefer n’aime pas.

Vivre à crédit

Par Philippe David

C’est étonnant, mais la situation en Grèce et les réactions à cette crise que j’observe me font réaliser à quel point certains peuvent être ignorants du côté sombre du crédit. Par exemple beaucoup en Grèce et ailleurs s’imaginent que si les grecs font un doigt d’honneur aux banques européennes et leur «austérité», les grecs pourront maintenir leur beau train de vie et que les retraités continueront d’empocher leur retraites et que le gouvernement grec pourra continuer à fonctionner comme il l’a fait depuis plus de trois décennies, c’est à dire en vivant à crédit. Il faut vraiment croire aux licornes parce que rien ne pourrait être plus farfelu. Si c’est votre croyance, une petite leçon de crédit 101 s’impose. Commençons par les bases.

La nature d’une dette.

Vous avez besoin d’argent pour quelque chose que vous jugez important (pour l’instant, nous allons faire abstraction du besoin comme tel).  Vous n’avez pas l’argent maintenant, mais vous savez que vous l’aurez dans le futur et épargner pour ramasser la somme serait trop long.

Votre voisin, lui, a le montant d’argent que vous avez besoin, vous aimeriez lui demander de vous le prêter, mais autrement que par charité, pourquoi le ferait-il? Pendant le temps que vous prendrez à lui rembourser cet argent, il y a mille et un usages auxquels il aurait pu mettre cet argent beaucoup plus plaisant ou profitable que de vous le prêter. Pour le convaincre, vous devez lui offrir un incitatif pour compenser la perte de jouissance de son argent pour le terme du remboursement. Rendre la chose «intéressante» pour lui, si on peut dire. C’est pourquoi nous avons appelé cet incitatif «l’intérêt».  Vous allez donc négocier avec votre voisin pour le taux d’intérêt pour lequel il consentira  à vous prêter son argent. Puisqu’il n’est pas le seul qui pourrait vous prêter l’argent, il ne peut pas vous demander un taux abusif parce qu’il vous suffit d’aller demander à quelqu’un d’autre.

Cependant, qu’est-ce qui lui prouve que vous lui rembourserez la somme dans les délais prévus? S’il vous connaît et sait que vous êtes une personne honorable à laquelle il peut faire confiance, votre poignée de main pourrait lui suffire, sinon il vous faudra peut-être fournir le témoignage d’une personne qui vous connaît et qui sait que vous êtes digne de confiance ou un endossement formel d’un tiers de bonne réputation ou à l’extrême, vous devrez peut-être offrir quelque chose en collatéral. Bref, ça prend un certain lien de confiance. Si votre réputation est bonne, ce n’est pas un gros problème, mais si elle ne l’est pas, c’est possible que vous ayez plus de difficulté à trouver quelqu’un qui voudra vous prêter et vous aurez probablement à payer un taux d’intérêt plus élevé pour arriver à convaincre quelqu’un à vous prêter l’argent dont vous avez besoin.

Je vois souvent des gens pester contre les intérêts. Certains voudraient même les abolir. Maintenant vous savez à quoi ils servent et pourquoi ils existent.  Vous ne pourriez tout simplement pas emprunter s’il n’y avait pas d’intérêt.  Donc les abolir serait illogique.

Jusqu’ici nous n’avons discuté que d’emprunts entre individus, mais le principe est le même le même lorsqu’on parle d’emprunts par une firme ou par un état. L’emprunt est une entente contractuelle où une partie prête un montant d’argent qui est sa propriété à une autre partie. En échange la seconde partie promet de rembourser le montant intégral, plus un certain pourcentage d’intérêt. Essentiellement, de négliger de rembourser équivaut à de la fraude, puisque l’emprunteur se trouve à voler la propriété du prêteur. Si vous faites ça, les prêteurs y penseront probablement deux fois avant de vous prêter une autre fois et avec raison. Mais tant que les deux parties respectent les termes du contrat, c’est profitable aux deux.

Bonne dette, mauvaise dette

Maintenant, il existe de bonnes et de mauvaises dettes. Les bonnes dettes vous enrichissent à long-terme, les mauvaises vous appauvrissent. Si vous empruntez pour investir dans une entreprise qui est profitable et qui vous rapporte un montant plus grand que l’emprunt et l’intérêt, c’est un bon prêt. Si par contre vous empruntez pour quelque chose qui ne vous rapportera rien, un bien consommable, par exemple, c’est une mauvaise dette. Si c’est une excellente idée d’emprunter pour investir, emprunter pour consommer est une chose à éviter le plus possible. Si vous voulez vous procurer un bien consommable qui n’est pas d’une absolue nécessité, il serait bien plus intelligent d’économiser et attendre d’avoir le montant en poche avant de l’acheter. Emprunter pour s’acheter une nouvelle télé quand l’ancienne fonctionne encore ne serait pas terriblement intelligent. 

Le problème est que ça fait belle lurette que nous accumulons les mauvaises dettes, tant individuellement que collectivement. Tout partisan de développement durable devrait prendre note que si toute mauvaise dette devrait être à proscrire dans vos finances personnelles, vous devriez aussi considérer que la même situation dans les finances publiques est toute aussi néfaste. Pourtant, quand avez-vous déjà entendu Greenpeace ou Équiterre se prononcer contre l’endettement excessif des états? Pourtant, quand nous avons des gouvernements qui contrôlent plus de 50% du PIB d’un pays, c’est un facteur qui ne peut pourtant pas être négligé. 

Et pourtant, il est plutôt rare que les états font des emprunts qui créent de la richesse puisque les gouvernements ne créent aucune richesse, ils ne font que la redistribuer. Tout ce que le gouvernement vous donne, il doit d’abord le confisquer de quelqu’un d’autre. Plus souvent qu’autrement, une bonne partie des montants collectés en taxes et impôts est également gaspillé et ne rapporte absolument rien en termes de biens et services réels. Donc, mis à part l’argent emprunté pour certains biens immobiliers, représenté par la dette nette, tout le reste est une perte sèche qui ne peut être remboursée que par le prélèvement de taxes et impôts futurs. Donc, quelque part dans le futur, ces taxes et impôts seront prélevés en plus de ceux qui auraient déjà été prélevés pour les besoins courants. Encore une fois, si vous croyez que ce genre de consommation de ressources s’inscrit dans le registre du développement durable, vous vous mettez le doigt dans l’oeil parce que c’est littéralement tout le contraire: nous dévorons aujourd’hui ce qui sera produit demain plutôt que de consommer ce qui a été produit hier (c’est ça le développement durable). Ce que nous faisons, autant en tant qu’individus qu’à travers nos gouvernements c’est de la surconsommation. C’est s’empiffrer dans un buffet et laisser la facture aux générations futures.

Pile je gagne, face tu perds.

aujourd’hui, les grecs ont voté massivement non aux mesures d’austérité que voulaient leur imposer leurs créditeurs. Je ne sais pas ce qu’ils s’imaginent que ça va leur donner de faire le doigt d’honneur à leurs créanciers. Le choix qui leur était donné dans ce référendum était équivalent à choisir entre le peloton d’exécution et la chaise électrique.

On les voit célébrer et on peut se demander pourquoi ils fêtent. S’ils s’imaginaient gagner quelque chose en votant non, ils rêvent en technicolor. Ce qui les attend sera un effondrement bancaire et une dépression économique dont ils ne seront pas près de se relever et ils n’auront pas d’autre choix que de réviser leur niveau de vie à la baisse de toute façon. L’austérité s’imposera que ce soit par leurs créanciers ou autrement parce que ça prendra un certain temps avant que quelqu’un prête de l’argent au gouvernement grec. Ça a toujours été un no-win scenario, du moins à court-terme. 

La bonne nouvelle, c’est qu’après une sévère correction, l’économie grecque va sûrement reprendre sur des bases plus solides. On ne peut qu’espérer que les grecs auront appris la leçon que leur gouvernement ne peut pas tout leur payer indéfiniment et que le nôtre va réaliser que lui non-plus ne le peux pas avant que nous nous retrouvions dans la même situation. J’espère que nous réaliserons tous que l’endettement chronique, autant personnel que collectif est une sorte d’esclavage volontaire et de s’en libérer sera toujours pénible.

La Grèce: un canari dans la mine de charbon

Par Philippe David

Un drame désolant se déroule sous nos yeux en Grèce. Dans une entrevue radiophonique, Germain Belzile, professeur d’économie aux HEC (entre autres), l’a décrit comme un « slow motion train wreck » ou un déraillement ferroviaire au ralenti pour les fanatiques du français.  Nous le voyions arriver depuis longtemps, mais la Grèce va finalement amener le socialisme à son aboutissement logique. Car contrairement à ce que certains peuvent prétendre, les grecs ne sont pas victimes des banques et d’un capitalisme débridé, ils sont les victimes du socialisme débridé et des vendeurs de rêves de leur gouvernement qui les avait convaincu qu’on pouvait vivre la belle vie avec seulement un minimum d’effort et en vivant indéfiniment à crédit. 

Le rêve

Il y a une raison pourquoi le socialisme est toujours aussi populaire, c’est parce qu’il nous fait rêver d’un monde magique d’abondance sans travail. Un monde où l’argent pousse dans les arbres et il ne suffit que de le distribuer. La richesse  n’a pas besoin d’être créée, elle existe tout simplement et il ne suffit que de la prendre dans les banques et dans les poches des riches. Dans ce monde, il n’est pas nécessaire de produire quoi que ce soit, si nous le demandons, il apparaitra par magie et nous n’avons qu’à le prendre sur les tablettes. Le problème, c’est qu’on peut bien ignorer la réalité pendant un certain  temps, mais la réalité, elle, ne nous ignorera pas.

La réalité

La logique dicte que si vous voulez pouvoir consommer quoique ce soit, quelqu’un doit déjà avoir produit ce que vous désirez et de plus, afin de pouvoir l’acheter, vous devez également avoir produit quelque chose de valeur suffisante vous-même. Du moins, si on parle de consommation responsable et soutenable. S’il peut être utile parfois de consommer à crédit, la sagesse a toujours dit de ne pas en abuser. Ce n’est certainement pas cette sagesse qui pousse les individus de s’endetter à 150% de leur revenu disponible et ce n’est pas plus débordant de sagesse pour un état d’en faire autant.

On entend souvent une certaine gauche dire que nous ne pouvons pas comparer l’état à une famille. D’une certaine façon, ils ont raison. Quand un état s’endette à outrance, c’est des millions  de familles qui sont ruinées, pas seulement une. C’est donc mille fois pire quand un état fait faillite, que lorsqu’une famille fait faillite. Certains ici croyaient que ce n’était pas possible. Il étaient ignorants de l’histoire car non-seulement de nombreux pays ont fait faillite avant ça, mais la Grèce elle-même a déjà fait faillite plus d’une fois auparavant. Vous croyiez que l’austérité était terrible? Attendez un peu que la faillite vienne détrousser les grecs de toutes leurs épargnes et leur pouvoir d’achat. Vous n’avez encore rien vu!

Le clientélisme à outrance

«Une démocratie est toujours temporaire par nature, elle ne peut tout simplement pas exister comme une forme permanente de gouvernement.

Une démocratie existe jusqu’au jour où les électeurs découvrent qu’ils peuvent se voter de généreux cadeaux provenant du Trésor Public.

A partir de ce moment là, la majorité vote toujours pour les candidats qui promettent le plus d’avantages provenant du trésor public et le résultat, c’est que toute démocratie se termine toujours par un effondrement en raison d’une politique fiscale laxiste ».

Alexander Fraser Tytler

Les grecs ont découvert qu’ils pouvaient se voter des largesses du trésor public autour de 1980. Depuis, les politiciens qui ont été élus à la tête de ce pays ont été ceux qui ont offert le plus de « nananes » aux électeurs. Ce clientélisme effronté a donné lieu à la création de programmes gouvernementaux onéreux à souhait, à des subventions à outrance aux entreprise et une économie de la recherche de la rente. Ceci devrait sembler plutôt famillier au Québec. C’est notre sport préféré après le hockey.

Les conséquences de ce genre de jeu politique sont facile à prédire comme le député et économiste français Frédéric Bastiat l’a fait en 1848:

«L’Etat ne peut avoir beaucoup d’argent qu’en épuisant tout le monde et les masses surtout. (…) Aujourd’hui qu’on a admis en principe que l’Etat est institué pour distribuer la richesse à tout le monde, il est naturel qu’on lui demande compte de cet engagement. Pour le tenir, il multiplie les taxes et fait plus de misères qu’il n’en guérit. Nouvelles exigences de la part du public, nouvelles taxes de la part de l’Etat, et nous ne pouvons que marcher de révolution en révolution. (…) Le peuple sera écrasé d’impôts, on fera emprunt sur emprunt; après avoir épuisé le présent, on dévorera l’avenir. (…) On verra le peuple tout entier transformé en solliciteur. Propriété foncière, agriculture, industrie, commerce, marine, (…) tout s’agitera pour réclamer les faveurs de l’Etat. Le Trésor public sera littérallement au pillage.»

Ce sera toujours le résultat inévitable du mariage de la démocratie et du socialisme. Et il ne fonctionne, comme l’avait souligné Margaret Thatcher que jusqu’au jour où l’argent des autres vient à manquer. 

Le gouffre

Tsipras s’imagine sauver les grecs alors qu’il n’a qu’appuyé plus fort sur l’accélérateur du train qui roule vers un pont démoli au dessus d’un gouffre. Il entrainera probablement plus d’un autre état à sa suite. La Grèce, c’est le fameux canari dans la mine de charbon qui signale quand un coup de grisou est imminent et toutes les démocraties occidentales devraient prendre des notes parce qu’elles jouent toutes au même jeu à divers degrés et suivent la même trajectoire qui les mènera tôt ou tard au même destin.

Le Québec n’est pas la Grèce, mais…

Considérez ceci:

  • Le même clientélisme politique qui existe en Grèce, existe ici.
  • Comme les grecs, nous avons la dette la plus élevée du Canada,
  • des programmes sociaux plus généreux et onéreux que les autres provinces,
  • le plus grand nombre d’employés publics par habitant avec des salaires et avantages bien au-delà de la moyenne du secteur privé.
  • Nous subventionnons les entreprises 3 fois plus que l’Ontario, compte denu de notre population et il n’y a que peu de secteurs de l’économie où le gouvernement n’intervient pas.
  • Nous partons aussi à la retraite plus tôt que le reste des canadiens.
  • Et comme les grecs, nous sommes allergiques à la responsabilité fiscale, au point que nous descendons dans les rues pour protester contre une austérité qui, comparativement à celle imposée à la Grèce, est inexistante. Notre gouvernement n’a absolument pas coupé dans ses dépenses, seulement dans croissance de ses dépenses et notre bonne gauche syndicaliste hurle et déchire sa chemise. Imaginez s’il y avait de vraies coupures.

C’est beaucoup de points communs que nous avons avec les grecs, vous ne trouvez pas? Vous croyez peut-être que nous pouvons continuer à les imiter et que ça ne nous rattrappera pas un jour? Que nous ne subirons pas le même sort?

Pour être honnête, il y a une chose qui a fait que nous ne sommes pas encore arrivés à la même destination que la Grèce, c’est notre appartenance à la fédération canadienne. Contrairement à la Grèce, nous bénéficions d’un programme de répartition de richesse entre les provinces pauvres et les provinces riches. Nous sommes les plus gros bénéficiaires de ce programme, d’ailleurs.  Sans la péréquation, nous aurions une dette encore plus élevée (à moins bien sûr de réduire nos dépenses drastiquement et d’étrangler encore plus le contribuable)

Nous bénéficions aussi de la cote AAA du Canada également parce que, de la même façon que Québec est garant des dettes de ses villes et municipalités, Ottawa est garant des dettes de ses provinces et c’est la seule et unique chose qui nous a sauvé de plus grosses décotes des agences de notation, ce qui aurait augmenté considérablement nos coûts d’emprunts.

Certains, comme Mathieu Bock-Côté m’accuseront d’hair le Québec, parce que bien sûr, dans leur esprit, quiconque a le culot de critiquer leur bien-aimé système social-démocrate basé sur le tout à l’état, doit nécessairement être un anti-patriote et un anti-nationaliste primaire . Il faut forcément haïr le Québec et être à la solde du colonialisme « canadian ». Il faut forcément vouloir nier les aspirations légitimes du peuple québécois d’avoir un pays pour affirmer que sans le reste du Canada, la cigale québécoise serait dehors au froid et sur les bords du même gouffre que la Grèce, n’est-ce pas?

Pourtant, qui aime plus le Québec? Celui qui lui proclâme un amour infini et qui, sciemment ou non fait l’autruche? Ou celui qui tente de le détourner de son autodestruction? Désolez-vous pour ces pauvres grecs autant que vous voulez, mais tôt ou tard, si nous continuons sur la même route, ce sera de nous qu’on se désolera.

Pas assez pour finir de payer l’hypothèque

Par Noémie Ladouceur

La moitié des boomers doivent concilier leur remboursement hypothécaire avec l’épargne retraite. Selon statistiques Canada, la population des baby-boomers représente 30% de la population québécoise. Ce sondage fut relevé à l’automne dernier par la Banque CIBC, 75% des Canadiens âgés de 45 à 64 ans sont endettés.

 Une dette négligée?

 Cette situation précaire pour certains des boomers les oblige à envisager de repousser la retraite de quelques années. Dans l’ensemble, ils sont pris dans un dilemme soit prendre des vacances, ou rembourser les dettes récurrentes. Une majorité opte pour les multiples vacances, un train de vie qu’ils désirent également conserver lors de la retraite. En parallèle, le gouvernement déposa en avril le projet de loi C-38 qui repoussera la période de retraite de 65 à 67 ans.

 On note que les boomers ont différentes dettes, toutefois, la plus grosse dette négligée reste le paiement du prêt hypothécaire. Ainsi, il y a la marge de crédit, la carte de crédit comparativement aux prêts hypothécaires qui détiennent un taux légèrement plus élevé dans certaines situations, ne fait que croître sur un plus long terme la dette.

 Discuter avec un conseiller financier

Source de l'image: unebanque.netIl est possible de redresser cette situation financière précaire. En effet, selon les conseils d’expert de services financiers. En effet, il existe des ressources afin de réévaluer les emprunts faits afin de mettre en place une meilleure stratégie de remboursement. À titre d’exemple, il est possible de convertir ou consolider certaines dettes afin de diminuer les différents taux payés aux institutions. Ainsi, avec un peu d’effort, il est possible de faire diminuer plus rapidement sa dette.

 Il faut miser sur des stratégies de remboursement simple lorsque l’on approche de la retraite, comme des remboursements du capital de leur prêt hypothécaire ou la mise en place d’un budget qui leur permettra de garder un bon cap sur leurs dettes et épargnes. D’autre part, on note les répercussions et l’ajustement des banques. En effet, en mai dernier, la Banque CIBC diminua son taux d’intérêt hypothécaire sur un prêt à taux fixe sur 5 ans.

 Ainsi, ceux qui considèrent la revente de leur propriété afin de faire une nouvelle acquisition immobilière. Il y a plusieurs considérations ainsi que calculs financiers à faire avant d’entreprendre les démarches. En effet, consulter une agence de prêts hypothécaires qui vous aidera à faire les calculs de vos avoirs, ainsi que les taux hypothécaires disponibles dans le but de savoir si vous aurez des mensualités que vous pouvez endosser.

Le budget contre les jeunes

Par Simon Leduc

 

Le ministre des finances a présenté son troisième budget à l’Assemblée nationale du Québec. Raymond Bachand a encore décidé de pelleter les problèmes du Québec dans la cours des générations futures.

L’État québécois engraisse encore et encore :

Le gouvernement du Québec aurait besoin d’un très bon régime afin de perdre du poids. Celui-ci ne veut pas faire cela, il continue de manger du gras et d’engraisser. Rien ne semble l’arrêter dans sa quête de l’embonpoint. Les dépenses gouvernementales vont augmenter de 3% en 2012. Cette année, le gouvernement va dépenser 70 milliards de dollars. Le ministre du bonheur a annoncé de nouveaux investissements pour les soins aux aînés. Il faut que les libéraux s’occupent de leurs clientèles électorales et les personnes âgées en font partie. Donc, le gouvernement québécois maintient le cap dans sa folie des dépenses Tout va bien madame la marquise, ce sont les jeunes générations qui vont payer plus tard la facture salée de l’État québécois.

Coupure de dépenses et remboursement de la dette : des peccadilles aux yeux du ministre du bonheur :

Dans son budget, le ministre des Finances ne va pas s’attaquer à la dette publique. Les libéraux vont continuer de dilapider l’argent des contribuables. Il ne va pas couper dans ses dépenses et réduire la taille de l’État. Voyons donc, ce ne sont pas des choses importantes pour ce gouvernement égoïste qui se fout de l’avenir des générations futures. La dette publique va augmenter de dix milliards de dollars et ce en une seule année. M. Bachand semble être fière de cela. Celui-ci s’acharne sur le dos des jeunes en maintenant la hausse des frais de scolarité de 325$ par année pendant cinq ans. Durant toute leur vie, ceux-ci vont payer 200 000$ de plus en taxes et en impôts que leurs parents mais le PLQ s’en fout comme dans l’an quarante.

Avec ce budget, la Belle province va poursuivre lentement sa route vers la faillite. La dette va poursuivre son ascension vers le haut. Tous les Québécois sont en train d’assister impuissament au démantèlement de leur société. Malheureusement, l’avenir des générations X, Y et Z est hypothéquée à cause de la folie dépensière des gouvernements péquistes et libéraux. Quand cela va-t-il cesser?

Le Québec a perdu les moyens de son indépendance

 

 

Par David Boudeweel-Lefebvre

Le Québec a perdu les moyens de son indépendance 

Depuis des décennies, souverainistes et fédéralistes s’affrontent dans un lutte politique qui n’en finit plus de finir. À coup de chiffres, de campagnes électorales, de référendums, d’appuis et de conversions, chaque camp tente d’avoir l’avantage et de tirer la couverte de son côté. Ce débat lasse de plus en plus les Québécois et, heureusement, la majorité des gens ont envie de parler d’autre chose. Le mouvement souverainiste a perdu son sens en cours de route, si bien que maintenant il s’entredéchire quotidiennement sur la place publique.

Il est de mon avis qu’avec la dépendance grandissante de la province face au reste du pays, le débat est, à tout de fin pratique, officiellement terminé.

Alors que Pauline Marois et ses acolytes parlent aujourd’hui de gouvernance souverainiste, ils doivent se rendre compte que ce sont justement certaines initiatives nationalistes mal choisies qui ont rendu l’indépendance impossible. Déjà que l’argumentaire pour quitter le Canada est faible, à trop étendre l’État québécois et à le faire se mêler de choses qui ne le regarde pas, les souverainistes ont torpillé leur propre cause.

 

La dépendance

Pour l’exercice 2010-2011, le gouvernement du Québec a reçu un transfert de 8,35 milliards de dollars directement du gouvernement fédéral par le biais du programme de péréquation. Les dépenses totales du Québec pour ce même exercice était de 69,1 milliards de dollars. Un total de 12% des dépenses publiques du Québec, soit un dollar sur huit, sont financées par les taxes et impôts du reste du Canada. Cette somme représente environ le montant consacré au service de la dette québécoise qui était de 8 milliards. Bref, on peut dire que le reste du Canada paie les intérêts sur ce que le Québec a emprunté pour financer ses programmes sociaux et une partie de son développement économique. C’est Ottawa qui finance la carte de crédit du Québec.

 Les souverainistes peuvent bien débattre tant qu’ils le veulent, promettre des lendemains qui chantent et des économies par élimination des dédoublements, leur rhétorique économique n’a simplement plus aucun sens. Le Québec est devenu dépendant du reste du pays comme jamais et il ne pourrait se passer de l’argent canadien sous peine d’une baisse radicale du niveau des services offerts aux citoyens. Pauline Marois parlait de cinq années de turbulences advenant la souveraineté. Il apparaît évident que ce serait bien plus long que cela.

En raison de la taille démesurée de son État et de son besoin insatiable de se mêler de tout, y compris des champs de compétence fédéraux ou partagés, le Québec a perdu les moyens de son indépendance. À cet égard, les gouvernements péquistes sont responsables d’une grande partie du problème.

En plus d’endetter le Québec, tout comme leurs adversaires libéraux, les péquistes ont nui aux finances publiques de la province d’une manière toute spéciale. En effet, ils ont été les grands responsables de l’hypertrophie de l’État par la création de nouveaux programmes, souvent dans des champs de compétences fédéraux ou partagés. Il est dans la fibre péquiste de vouloir que l’État prenne beaucoup de place et le parti de René Lévesque a toujours voulu lui trouver de nouvelles missions, surtout si le gouvernement fédéral était impliqué, afin d’y faire concurrence dans le grand dessin chimérique du pays à venir.

Le Québec a des programmes spéciaux en immigration, en culture, en développement d’entreprises, en environnement, etc. Ceux-ci coûtent tous plus cher ici que dans les autres provinces canadiennes. Tout cela, au nom de la spécificité du Québec! C’est bien beau, mais ça coûte cher et ce n’est pas nécessairement plus efficace. C’est tellement cher, que cette espèce d’affirmation nationale en est venue à rendre le Québec dépendant du reste du pays.

Pendant que le reste du Canada investissait dans son développement économique et ses infrastructures, une partie du budget du Québec servait à entretenir des guerres de drapeaux et de compétences avec le gouvernement fédéral. Le Québec a voulu avoir ses propres programmes dans plusieurs domaines jusqu’alors occupés par le gouvernement fédéral. Pourquoi avoir tant investi en immigration, en environnement, en culture, en communication alors que les autres provinces faisaient d’autres choix? Pourquoi avoir voulu à ce point des programmes gouvernementaux plus généreux qu’ailleurs? Pourquoi avoir laissé les syndicats prendre le contrôle du modèle québécois?

Le Québec nationaliste a voulu être une province différente des autres. Pour affirmer sa différence, elle a cependant fait de mauvais choix. Une conséquence des choix identitaires du Québec réside en une dette contraignante dont les intérêts sont maintenant entièrement financés par le reste du pays. Cette dette a été construite par un aveuglément nationaliste et de mauvais calculs politiques dont nous payons aujourd’hui le fort prix.

Si au moins le Québec s’était orienté davantage vers le développement économique plutôt que de faire pencher la balance en faveur du développement social et identitaire, il aurait pu générer des revenus suffisants pour financer ses extravagances. Mais non! La province a préféré avoir des impôts plus élevés que ses voisins, plus de réglementation, moins de développement de ses ressources naturelles, mettre sur pied des institutions qui limitent davantage le développement économique et la création d’emplois ainsi que des programmes sociaux plus généreux que le reste du pays. Et de ces maux, les gouvernements souverainistes sont largement responsables.

Il est vrai que les impôts des Québécois ont servi ailleurs au Canada, à travers le budget général du gouvernement fédéral. Toutefois, il y a infiniment plus d’argent du reste du pays qui a été dépensé ici, comme en fait foi le paiement de péréquation annuel dont profite le Québec. Terre-Neuve a été la risée du Canada pendant des années en raison de sa dépendance des transferts fédéraux. Et bien aujourd’hui, Terre-Neuve paie plus qu’elle ne reçoit!

L’espoir souverainiste

Désormais, il ne reste au Parti québécois et aux souverainistes que les arguments identitaires et linguistiques pour faire la promotion de leur option. Malheureusement, ces arguments tiennent plus du repli sur soir que de l’ouverture sur le monde. Économiquement, le Québec n’a pas les moyens de faire l’indépendance et ses citoyens comprennent les avantages à évoluer dans un système fédéral moderne, ouvert et profitable. Tous les espoirs de séparation résident désormais dans des chicanes avec le gouvernement fédéral ou une éventuelle crise constitutionnelle sortie de nulle part qui remettrait les aspects identitaires à l’avant-scène. L’indépendance ne peut plus se faire que par une réaction épidermique à un quelconque affront.

Le Québec n’a jamais réellement été près de se séparer, hors mis en temps de crise. En 1980, malgré une question peu engageante (un mandat de négocier), René Lévesque a perdu 60-40. En 1995, même les crises de Meech et Charlottetown. Jean Chrétien au pouvoir à Ottawa et l’utilisation de l’appareil d’État complet du Québec au service de la cause n’ont pas réussi à faire pencher la balance pour la séparation.

Depuis près de vingt ans, le Canada anglais a finalement compris que le statu quo est probablement la meilleure option pour tout le monde. Le fédéralisme canadien a prouvé qu’il peut évoluer sans nécessairement entreprendre une refonte constitutionnelle majeure. . À preuve, le règlement du déséquilibre fiscal de même que l’harmonisation des taxes de vente et l’entente illustrent cette réalité.

Le Québec et le reste du pays ont d’autres chats à fouetter que de ressasser les vieilles rancunes et les débats des quarante dernières années. Il serait temps que nos élites politiques comprennent cette situation tout comme des millions de Québécois et Québécoises l’ont fait depuis longtemps. Les citoyens ordinaires comprennent les avantages du Canada et les possibilités économiques que nous avons en en faisant partie.

Le débat est terminé, la cause est entendue.

 

 

Selon Jean-François Lisée : Tout va bien au Québec

Tout va bien au Québec :

Un nouvel ouvrage de Jean-François Lisée vient de sortir dans les librairies : « Comment mettre la droite KO en 15 arguments ». Dans son essai, l’auteur s’attaque au pessimisme de la droite concernant l’avenir économique du Québec. La mouvance conservatrice affirme que la Belle province est médiocre et qu’elle pourrait faire mieux dans les domaines de l’économie, l’éducation et la santé. L’ancien conseiller politique dénonce cette attitude alarmiste. Il pense que la société québécoise est en bonne santé économique et qu’elle se situe dans le plateau de tête des économies occidentales. Qui a raison? La droite est-elle trop défaitiste ou la gauche trop optimiste? Allons voir cela de plus prêt.

Les lunettes roses de Jean-François Lisée

M. Lisée pense que tout va bien au Québec. Voici quelques exemples qui prouvent le contraire. La dette publique québécoise augmente d’années en années. Elle est monstrueuse : 244 milliards de dollars . Notre système d’éducation est dans un état de décrépitude. Le taux de décrochage chez les garçons s’élève à 22.5% . Les écoles primaires ont de graves problèmes de propreté et cela pourrait causer des problèmes de santé aux élèves. Le temps d’attente moyen dans les urgences est de vingt heures . Cela peut mettre en danger la vie de patients qui ont besoin rapidement de soins médicaux. Nos infrastructures routières tombent en morceaux. C’est rendu dangereux de conduite une voiture au Québec. Le gouvernement québécois a perdu le contrôle de ses finances publiques. Celui-ci dépense l’argent des contribuables comme si cela poussait dans les arbres. Les déficits budgétaires s’accumulent depuis des années. Le déficit du régime de retraites des employés provinciaux frôle les milliards de dollars et la caisse de la RRQ sera vide en 2037 . À cause de cela, les générations X, Y et Z n’auront pas droit à de pensions. Chers Québécois, ne vous en faites pas avec tous ces problèmes, la gauche affirme que tout va bien. Il faut la croire sur parole.

Le Québec peut et doit faire mieux :

Il faut vraiment être inconscient pour affirmer que la société québécoise est en bonne santé. Il faut se dire les vraies choses, cela va mal au Québec. Le sacro-saint modèle québécois ne fonctionne plus. Ses politiques progressistes ont plongé le Québec dans un marasme économique important. Depuis 1960, le gouvernement du Québec (péquiste ou libéral) a dépensé sans compter afin de gagner des élections. Celui-ci a hypothéqué l’avenir des jeunes générations. L’État québécois est malade et il est sur son lit de mort. Celui-ci a besoin d’un remède fort et puissant pour guérir.

Le gouvernement du Québec doit mettre en place des réformes qui sont nécessaires pour sortir la province de sa torpeur. Il faut couper dans les dépenses gouvernementales afin de revenir à l’équilibre budgétaire. La réduction de la dette publique doit devenir une priorité. En éducation, il faut couper dans les structures administratives et donner plus d’autonomie aux écoles. La mixité doit devenir la norme en matière de santé. Il faut permettre aux médecins de pratiquer dans le secteur public et privé. Les mieux nantis devraient pouvoir payer pour leurs soins de santé. Cela permettrait de désengorger les listes d’attente et la classe moyenne inférieure aurait accès plus rapidement à des soins de santé. Les solutions sont connues et il faut juste avoir le courage de les mettre en place. Quoi qu’en pense M. Lisée, le Québec peut et doit faire mieux.

Malheureusement, aucun parti politique n’a le courage de réformer le Québec. Ils veulent juste gagner les prochaines élections. La classe politique se fout éperdument de l’avenir des générations X, Y et Z. Jean-François Lisée va être content. Le modèle québécois ne sera pas menacé par les politiciens actuels. À court et moyen terme, le Québec va continuer son lent déclin. Tôt ou tard, il va frapper un mur et cela pourrait lui être fatal.