Archives du mot-clé FEUQ

Une nouvelle alliance ou le gros bon sens?

Par Arielle Grenier

« Et si la CLASSE s’était elle-même exclue des négociations? » Tous se posaient la question alors que la CLASSE avait refusé de condamner la violence, mais cette fois-ci, coup de théâtre. La FECQ, la FEUQ et MÉSRQ ont fait front commun la semaine dernière pour tenter de dénouer la crise étudiante.

 

Il ne faut pas oublier que depuis le début de la crise, la CLASSE, la FEUQ et la FECQ se sont fortement opposées à la hausse des frais de scolarité.. Les Verts eux, ont subit pendant plus de 3 mois les traitements des Rouges : lignes de piquetage devant les cours, intimidation, violence, manque de respect des injonctions obtenues et j’en passe. Seulement voilà, la semaine dernière Léo Bureau-Blouin a informé ses membres que ceux-ci devaient respecter les injonctions. Un véritable vent de fraîcheur teinté de respect à l’endroit des étudiants pris au piège dans ce conflit qui dépasse de loin la hausse des frais de scolarité.

Cette nouvelle union va plus loin. Il ne faut pas se leurrer, la CLASSE ne fait plus partie de la solution. La CLASSE a un agenda politique très clair qui appelle à la désobéissance civile, ce qui doit contrarier la FECQ et la FEUQ. Par les récents propos de la CLASSE, Martine et Léo ont décidé d’être responsables face à leurs membres, la population du Québec et face à la Justice.

Il ne faut pas s’étonner que le Président de la FECQ ait fait cet appel au calme : qui d’autre l’aurait fait? Gabriel? Jamais! Jamais notre Gabriel national n’aurait plié devant le gouvernement Charest qu’il souhaite ardemment abattre aux futures élections. Et au profit de quoi? Ha oui, de notre fier Québec Solidaire qui respecte les travailleurs, les policiers et les étudiants qui souhaitent étudier. Gabriel Nadeau Dubois à Denis Levesque disait récemment : « Nous on ne veut pas embêter les gens, on veut embêter les Libéraux ». Vraiment? Donc TOUS les étudiants Verts sont libéraux, ainsi que tous les contribuables que vous avez empêché d’aller travailler en bloquant des ponts ou l’accès aux tours à bureaux du Centre-ville? C’est faux, plusieurs sont péquistes et ont honte de leur chef, d’autres sont caquistes et oui, certains sont libéraux. Avez-vous donc empoisonné la vie de ces étudiants et contribuables parce qu’ils étaient selon vous de jeunes libéraux? C’est donc du profilage que vous faisiez pendant plus de 100 jours!

 Et Martine? Que pouvons-nous dire de Martine Desjardins? Était-elle prisonnière de la très dangereuse CLASSE? Était-elle d’accord avec les plus récents actes de violences dans le métro ou ceux commis à l’endroit des étudiants Verts? Il ne faut pas oublier que depuis quelques semaines, plusieurs actes d’intimidation ont eu lieu, notamment à l’endroit des journalistes et chroniqueurs qui défendent les intérêts des étudiants ou qui remettent en question la légitimité des associations étudiantes. La leçon qu’ils devront retirer est bien simple: au Québec, si vous avez le malheur de vous soulever contre un mouvement gigantesque, on vous traite de la pire manière, car après tout, nous détenons le monopole de la raison et du savoir.

 Il est à noter que selon des sources anonymes, plusieurs individus arrêtés par la police possédaient sur eux des armes blanches, des barres de métal, des « slingshots » et autres objets servant à lutter contre la police. Un conseil, servez votre cause de façon noble et pacifique et la population sera de votre côté.

Quoi qu’il en soit, la CLASSE sera certainement exclue des prochaines négoctiations, si prochaines négociations il y a. Il faudra bien qu’un étudiant défende les membres du MÉSRQ, ceux de la population qui en a marre et de nos travailleurs qui paient des impôts servant à payer plus de 87% des frais de scolarité.

Cette alliance signera peut-être la fin d’une longue saga avec la CLASSE. La question que tout le monde va se poser: la CLASSE, avec tous ses extrémistes radicaux, continuera-t-elle d’empoisonner le climat politique du Québec ou va-t-elle décider de tirer sa révérence? Pour plus de détails, voici le nouvel article publié par Laurent Proulx dans le Prince Arthur Herald.

La grève du bon sens

 Nous avons atteint un point de rupture. Alors que le gouvernement est supposé entamer les discussions avec les associations étudiantes, tant réclâmées par nos élites gauchistes; la mauvaise foi règne par les bris répétitifs de la trêve mise en place pour favoriser la discussion. En effet, il semble que des éléments de la CLASSE ne sont même pas capables de se retenir de faire de la casse pendant 48 heures, mais ils voudraient qu’on les prennent au sérieux et qu’on les inclue dans les discussions. Pis encore, les représentants de la CLASSE aux négotiations n’étaient jamais venus pour négocier, mais pour exiger. Exiger quoi? La gratuité, rien de moins. Est-ce ça qu’ils appellent négocier de bonne foi?

Cet après-midi, la ministre Line Beauchamp nous a informé dans un point de presse de sa décision d’exclure la CLASSE des discussions. Comment pourrait-elle en effet négocier avec des gens qui ne sont pas capables de respecter un trêve de 48 heures, de condamner les actes de vandalisme commis durant des manifestations annoncées sur leur site web et qui en plus n’étaient pas là pour négocier de tout façon? Aussitôt que la ministre eut terminé son point de presse, nous avons appris que la FEUQ et la FECQ ont rompu les négotiations. Grave erreur. Peut-être l’ont-ils oublié, mais le gouvernement a la loi et la majorité de la population derrière lui.

Drôle de démocratie!

Ils se voient héroîquement tenir tête au gouvernement comme cet étudiant de la place Tien'anmen tenant tête aux tanks chinois. Ils devraient se souvenir que les étudiants de Tien'anmen luttaient contre un gouvernement établi par une des idoles des membres de la CLASSE et que les manifestations de la Place Tien'anmen s'est terminée par un bain de sang.

Les étudiants essaient de faire croire à une volonté démocratique légitime pour camper leur positions et même justifier faire du grabuge.  Ils ont une délusion romantique d’être les moteurs d’un printemps québécois. Ils se voient héroîquement tenir tête au gouvernement comme cet étudiant de la place Tien’anmen tenant tête aux tanks chinois. Ils devraient se souvenir que les étudiants de Tien’anmen luttaient contre un gouvernement établi par une des idoles des membres de la CLASSE et que les manifestations de la Place Tien’anmen s’est terminée par un bain de sang. Apparemment, les régimes que certains membres de la CLASSE aimeraient voir régner ici avaient beaucoup moins de tolérance que notre gouvernement actuel.

Ils oublient aussi que la majorité des étudiants ne sont pas en grève, mais même s’ils l’étaient, le gouvernement serait-il obligé de les écouter? Laissez-moi vous soumettre une autre question. Si la majorité des musulmans au Québec votaient pour instituer des tribunaux de la Charia, devrions-nous accéder à leur demande? Est-ce que ça leur donnerait le droit de tout casser si nous refusions de les écouter? Différente situation me dites-vous? Vraiment? Depuis quand la majorité de la population devrait subir les frasques d’une infime minorité? (200 000 sur 8 millions ne fait pas le poids) Sans compter que la démocratie présuppose un respect de l’ordre, des institutions et de la propriété. Elle est supposée être une antithèse de l’anarchie et de la loi de la jungle. La démocratie, telle que tentent de nous faire avaler les boycotteurs étudiants n’est pas de la démocratie.

Pour justifier leurs méfaits, la CLASSE cite des noms comme Rosa Parks, Ghandi et Martin Luther King, disant qu’eux aussi font de la désobéissance civile. Peut-être, mais je me souviens aussi distinctement qu’aucun des ces personnages ne cautionnait la violence et le vandalisme. Ils auraient certainement dénoncé les actes de vandalisme dont nous avons maintes fois été témoins ici à Montréal en particulier.

Le monde à l’envers

Comme si tout ça n’était pas déjà assez loufoque, des professeurs et directeurs de trois écoles secondaire ont permis aux étudiants de voter trois jours de boycott de leurs cours et appuyé leur décision! Mesdames et messieurs, c’est officiel. Ce sont maintenant les fous qui dirigent l’asile et les commissions scolaire et les directions d’écoles leur ont donné carte blanche! Si j’étais porté aux théories du complot, je pourrais facilement imaginer les syndicats tirant les ficelles, mais je préfère m’abstenir. À quand les boycotts de marmots à la garderie? Est-ce que ma fille de 4 ans va se retrouver à faire du piquetage bientôt?

Je crois que la comédie a assez duré et que la population en général a dépassé son niveau de tolérance pour ce genre de conneries. Il est temps que des mesures concrètes soient prises pour forcer la réouverture de tous les cégeps et universités et que des sanctions soient distribués aux directeurs d’institution et professeurs récalcitrant. Le gouvernement ne peut certainement pas forcer les étudiants à retourner en classe, mais il peut certainement forcer les institutions et les professeurs à faire ce pourquoi ils sont payés. Les étudiants qui s’obstineront à continuer de boycotter leurs cours couleront tout simplement leur session. Il y a quand même des limites.

 

La question du jour: condamneront-ils oui ou non la violence?

 

Aujourd’hui, aura lieu le congrès de la CLASSE. Un congrès très mitigé qui suscitera la curiosité de plusieurs médias. Depuis plus de deux mois, Gabriel Nadeau-Dubois donne entrevue après entrevue en restant très vague et en se déresponsabilisant de manière ingénieuse. Maintenant, les médias se sont réveillés et la réponse est fortement attendue de toutes parts.  Voici la question du jour : condamnons-nous la violence que certains étudiants ou civils posent? 

 

Gabriel Nadeau-Dubois, le citoyen.

Nous savons tous que Gabriel Nadeau-Dubois n’a malheureusement pas le mandat de se positionner avant que les membres de la CLASSE ne se prononcent sur la question de la violence. Demandons plutôt au citoyen ce qu’il en pense? Que pense le citoyen Gabriel Nadeau-Dubois? À cela, il nous répondrait surement «notre rôle ce n’est pas de dire ce qui est bien ou mal. Notre rôle, c’est d’organiser des manifestations pacifiques et familiales. Si certains individus décident de poser des gestes regrettables, ce n’est pas notre rôle de leur dire quoi faire . . . » Le discours continuerait pendant plusieurs secondes en disant qu’il s’agit de la faute du gouvernement qui « méprise » les étudiants. Retournons au sujet du jour: que pense Gabriel? En traitant Laurent Proulx de « petit con aux parents riches », il démontrait très clairement son mépris envers les étudiants qui ont le courage de demander justice.

Gabriel aurait dû condamner la violence. Si les membres de la CLASSE ne sont pas contents, ils voteront pour le renvoyer ou lui demander sa démission s’ils considèrent que la violence est un moyen légitime. Un vrai leader devrait dire non à la violence et refuserait d’être porte-parole pour des gens violents.

Triste réalité que des leaders étudiants tolèrent et encouragent secrètement la violence depuis plus de deux mois. Ce n’est un secret pour personne, j’éprouve beaucoup de difficultés à accepter qu’une association d’étudiants ne condamne pas la violence. Plusieurs citoyens sont du même avis et trouvent l’atmosphère dans nos rues empoisonnée par la haine des groupes radicaux. Pire encore, le représentant de la CLASSE affirmait à l’émission 24/60 vendredi dernier que ses membres avaient des principes. On ne peut pas trouver cette déclaration crédible après les gestes commis à Montréal vendredi après-midi.  

 

Outils de négociations ou réalité étudiante?

Les manifestants sont en colère, c’est évident. Leurs revendications légitimes s’exprimaient autrefois lors de manifestations pacifiques. Le débat a malheureusement laissé place à un conflit violent et dangereux tant pour les citoyens que pour les étudiants. A fortiori, dans une société civilisée et de droits le recours à la violence ne doit jamais devenir une option à ceux qui veulent se faire entendre. Le 22 mars, vous nous avez démontré en très grand nombre que vous étiez capables  de manifester dans la joie et la bonne humeur. Plusieurs de mes amis ont distribué des bonbons aux manifestants et policiers, alors qu’ils manifestaient pacifiquement. Faut-il que vous soyez un petit nombre pour décider de vous soustraire au civisme? Gandhi, le Dalaï-lama et John Lennon avaient trouvé des moyens originaux et pacifiques pour se faire entendre. Pourquoi pas vous? Pourquoi utilisez-vous la force, la violence et la haine envers les autres étudiants pour attirer l’attention? La raison est très simple : cela vous est utile.

 

La FEUQ et la FECQ doivent se dissocier de cette organisation radicale

La CASSE (oups la CLASSE) est une organisation politique de gauche radicale qui a un agenda qui dépasse largement la hausse des frais de scolarité. « Il s’agit d’une lutte de classes » déclarait son porte-parole principal. La redistribution de la richesse en devient le sujet principal. La gauche préfère redistribuer, alors que la droite préfère la créer. Si le débat s’inscrit effectivement dans la redistribution de la richesse, il faut être honnête et ne pas oublier qui prend part au débat. Il est alors important de noter que les membres les plus radicaux de la CLASSE font également parti du Parti Communiste du Québec. Gabriel Nadeau-Dubois ne peut donc pas condamner les gestes des plus radicaux, puisque la violence s’inscrit dans la stratégie de la CLASSE pour renverser notre système économique et politique.La position de la CLASSE est très claire : elle veut la gratuité scolaire et fera tout en son possible pour l’avoir.

La FECQ et la FEUQ qui défendent le gel doivent sans plus tarder cesser de faire front commun avec la CLASSE. La ministre ne négociera jamais avec un groupe qui n’appelle pas au calme auprès de ses membres les plus extrémistes et elle a raison. Si ce gouvernement défend effectivement de bonnes valeurs, il n’accepta jamais de négocier avec le porte-parole d’une organisation aux principes les plus douteux.

 

Sur une note plus personnelle, je demanderais à tous les élèves de cesser de s’insulter tant dans les rues, les institutions scolaires que sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un débat idéologique, non d’un débat personnel. Il est naturel que vous vous sentiez insultés lorsque l’on confronte votre idéologie, mais ne pliez pas face à l’intimidation et les tactiques syndicales. Vous êtes au-dessus de tout ce cirque qui dure depuis bien trop longtemps. 

Mémo aux leaders étudiants

Caricature: Ygreck

 

Vous savez, quand on observe l’actualité comme je le fais, il devient parfois pénible quand on voit des gens tout faire pour se tirer dans le pied. Sur le fond, je n’ai rien contre la cause des étudiants. Je crois que le gouvernement est une source de gros gaspillage et que si les choses étaient gérées autrement, comme le suggère mon ami Jocelyn Chouinard, par exemple, nous n’aurions pas à vivre ce psychodrame.

Mais depuis le début, je trouve votre attitude, vous les leaders étudiants,  déplorable. Je ne veux pas être paternaliste, mais je crois qu’une bonne partie est probablement attribuable à votre jeunesse et votre inexpérience. Les jeunes veulent toujours changer le monde, et c’est admirable, mais ils s’y prennent souvent de la même manière. Alors laissez-moi vous dire un truc: vous êtes en train de perdre parce que vous vous y prenez de la bien mauvaise manière. Le gouvernement ne cèdera pas, parce que pour une fois depuis longtemps, il tiens le bon bout du bâton et vos tactiques aident à sa popularité. Tout simplement parce que vous n’avez pas su mettre la population de votre côté.

Depuis le début, votre attitude de confrontation, en ne coopérant pas avec les autorités policières pour le tracé de manifestations, en tolérant ceux qui font du vandalisme et de l’intimidation, en causant des torts à des gens qui n’avait rien à voir avec votre conflit et en mettant même la sécurité des gens en danger à quelques occasions (faire évacuer une station  de métro avec des bombes  fumigènes comporte des risques de causer une panique et des blessures sérieuses.) Vous attendez quoi? Que quelqu’un meure des conséquences de vos frasques puériles?

Vous utilisez la gymnastique linguistique pour vous dissocier de ces actes du bout des lèvres et vous vous imaginez que la population vous croit?  Vous lancez que c’est à la ministre de condamner la brutalité policière et de faire un appel au calme? Laissez-moi vous donner un scoop, ce n’est pas la ministre qui est en train de perdre la bataille des relations publiques, c’est vous! La ministre n’a rien à prouver, elle surfe sur des sondages qui lui sont favorables et tant qu’ils le demeurent, elle a le beau jeu à adopter la ligne dure et plus des étudiants feront appel à la violence, et plus vous refuserez de condamner cette violence, plus le public réclamera que la police fasse craquer des têtes. C’est aussi simple que ça.

Vous ne pouvez pas vous permettre d’être vus comme appuyant tacitement les casseur, et lorsque vous ne faites que vous dissocier de façon aussi cavalière, c’est exactement comment le public l’interprète. Ils ont l’impression que vous vous dissociez en public, mais que vous approuvez en privé. Pourquoi condamner? parce que s’il y a la moindre ambiguïté dans votre position, vous ne gagnerez pas la faveur du public, et puisque votre boycott ne fait vraiment de tort qu’à vous même,  l’appui du public est la seule chose qui aurait pu vous faire gagner.

Je ne gobe pas non plus l’excuse d’avoir besoin d’un mandat pour condamner les gestes de violence. Un véritable leader n’a justement pas besoin d’un mandat pour garder le contrôle de ses membres, ça fait partie de sa description de tâche. J’arrive mal à comprendre pourquoi ce grain de gros bon sens vous échappe.