Archives par mot-clé : FPJQ

Gang de clowns

(Contact via Twitter, Podcast, Facebook, Courriel),

Vous le savez, nos journalistes au Québec n’aiment pas la concurrence. C’est pour cela qu’ils militent pour un titre professionnel, rien d’autres! Ils sont prêts à sacrifier un principe fondamental d’une démocratie fonctionnelle, soit celui de la liberté de presse, pour être sûr d’obtenir des privilèges que leurs concurrents ne pourraient obtenir :

Ceux qui veulent faire du journalisme citoyen pourraient donc continuer de le faire. Il s’agirait plutôt d’offrir certains privilèges et avantages aux journalistes qui détiendraient un statut de professionnel, comme un meilleur accès aux sources gouvernementales. -article de Paul Journet, en lien plus haut-

Pourquoi offrir ces privilèges? En quoi cela protègera-t-il la population?Est-ce que des gens comme les artisans du Prince Arthur Herald ou encore du journal Contrepoids auraient accès à ces privilèges?

Quand on est de droite, on a une grille d’analyse des politiques publiques différentes d’un gauchiste. On est fondamentalement méfiant du gouvernement. Le gouvernement a le fardeau de la preuve. C’est lui qui doit démontrer qu’il est le mieux placé pour régler une problématique, si problématique il y a…

Or, ici, il est plus que justifié de se méfier du gouvernement qui donnerait un « accès privilégié » à ce qu’il considérera lui-même comme un journaliste. On nous dit que c’est un organisme indépendant qui s’occupera du dossier et la FPJQ crie, à nous en casser les oreilles, présent pour être le porteur du dossier.

Vous pensez vraiment qu’avec la soviétique FPJQ qui distribue les accréditations des bons et pointe du doigt les méchants, les journalistes de l’agence QMI auraient eu leur accréditation pour faire de la nouvelle pendant le conflit au Journal de Montréal?

Vous pensez vraiment que la cet organisme sera indépendant du gouvernement après avoir couché dans le lit de la ministre St-Pierre? Vous êtes naïfs, on le sait depuis longtemps que ça se parle entre organismes indépendants au gouvernement!

Et au juste, on cherche à régler quelle problématique ici? Le monde a changé. Le monde des médias a évolué­. Les journalistes sont placés en concurrence devant des blogueurs et des journalistes pigistes qui essaient de percer la carapace syndicalement opaque des boîtes comme La Presse et Radio-Canada.

J’ai souvent décrié le  biais journalistique non avoué de plusieurs journalistes, mais jamais je ne voudrais leur enlever leur droit d’exercer leur métier pour autant. Il ne me passerait jamais à l’idée non plus de leur retirer l’accès à l’information « privilégiée ». Leur rôle est trop important. Ils se doivent d’exister. Il reste simplement pour eux, à accepter que d’autres journalistes, avec des grilles d’analyse différentes des leurs, fassent leur entrer sur le marché.

85% des journalistes de la FPJQ sont en faveur de ce genre de mesure soviétique que l’on ne peut retrouver que dans des pays de cul comme Cuba. Quand on dit que le Québec va mal, on en a une autre preuve aujourd’hui.

Article d’Éric Duhaime sur le même sujet

Article de Daniel Paquet sur le même sujet