Archives par mot-clé : IRIS

L’IRIS et la fable de la cause de la dette

Par Philippe David

Ainsi, l’IRIS vient de publier une autre œuvre de désinformation prétendant expliquer les causes de notre dette publique. Selon leurs «chercheurs» (et j’utilise ce mot au sens le plus large possible), notre dette ne provient pas du fait que notre gouvernement dépense trop. Nonon! C’est plutôt à cause de la politique monétaire de la Banque du Canada et/ou des baisses d’impôts et/ou de coupures dans les transferts fédéraux ou encore de privatisations sauvages (?). En bref, si ce n’était que des dépenses, notre dette brute serait à peine de 10% du PIB et notre dette nette serait négative. Ils en sont arrivés à ces conclusions en concoctant une savante simulation et en testant divers scénarios. Que c’est magnifique les simulations! Que d’utopies on peut créer de toutes pièces pour essayer de plier le monde à ses idéaux! Le problème est que nous vivons dans le vrai monde et la grande majorité des facteur que les chercheurs de l’IRIS décrient sont soit erronés ou existent pour de très bonnes raisons et pour la plupart des cas, elles existent pour toutes les autres provinces du Canada, pas seulement le Québec, alors comment se fait-il que le Québec soit tellement plus endetté que toutes les autres provinces? Jetons-y un coup d’œil si vous voulez bien. Continuer la lecture de L’IRIS et la fable de la cause de la dette

Robotisation et hausses de prix – Wendy’s réagit au salaire minimum à $15

Par Philippe David

Comme je l’avais expliqué dans un de mes récents billets, les hausses abruptes du salaire minimum ne sont pas sans conséquences et malheureusement, ce sont les plus vulnérables qui écopent.Nous commençons à pouvoir observer ces conséquences dans les états américains qui ont augmenté leur salaire minimum. Le Washington Times rapportait hier que la chaîne de restauration rapide Wendy’s a annoncé l’installation de guichets de commande automatisés dans 6000 de leurs restaurants.

L’article mentionne aussi que certains franchisés de la chaîne ont également commencé à hausser leurs prix pour compenser la hausse du salaire minimum. On s’attend à ce que d’autres chaînes comme McDonalds et Burger King leur emboîte le pas. Dans les faits, je sais que même au Canada, McDonalds a déjà commencé à installer ce genre de guichets dans leurs restaurants. On pourrait certainement s’attendre à une accélération de ces installations si jamais le salaire minimum augmentait à $15/heure ici aussi.

La décision de Wendy’s n’est  d’ailleurs pas les premiers effets observés aux États-Unis, il y  a un peu plus d’un an, le magazine Forbes rapportait une augmentation des fermetures de restaurants dans la ville de Seattle, qui fût la première à imposer le salaire minimum de $15.

Il ne fallait pas être grand clerc pour prédire les effets qu’une hausse trop grande du salaire minimum apporterait et ça n’a rien d’idéologique non-plus. Ces effets ont été documentées en long et en large comme est en train de le démontrer Vincent Geloso dans une série de billets au Journal de Montréal. La littérature économique est très extensive à ce sujet. Mais évidemment, nous pouvons toujours compter sur des politiciens populistes et des think tank financés par les syndicats pour tenter de vous faire  croire qu’ils peuvent hausser le salaire minimum comme ils veulent sans aucune répercussion. Vous n’avez qu’à observer les américains se casser la gueule avec pour constater que c’est faux.



Les socialistes et le salaire minimum

Par Philippe David

«Si les socialistes comprenaient l’économie, ils ne seraient plus socialistes.»
Friedrich Hayek – Nobel d’économie, 1974

Le premier mai, le salaire minimum va augmenter à $10,75 de l’heure. Cependant pour les socialistes de Québec Solidaire et les diplômés de sciences sociales sans math de l’Institut de Recherche et d’Informations Socio-économiques (IRIS), c’est insuffisant. (L’IRIS, un think tank économique presque totalement dénué d’économistes. C’est un peu particulier, non?)

Selon l’IRIS, un travailleur à temps plein devrait gagner en moyenne $15,10 de l’heure pour «vivre dignement». Selon Manon Massé de Québec Solidaire qui a l’intention de déposer une motion à l’Assemblée Nationale pour rehausser le salaire minimum à $15 de l’heure,  « Ça leur permettrait d’avoir assez d’argent dans leurs poches pour pouvoir subvenir à leurs besoins et sortir la tête de l’eau ».

Nul doute que leurs intentions sont bonnes, mais elles trahissent une fois de plus la dislocation de la gauche québécoise avec le fonctionnement de l’économie et de la nature du salaire minimum. Et le chemin de l’enfer a toujours été pavé de bonnes intentions

Qu’est-ce que le salaire minimum?

Le salaire minimum est le salaire choisi arbitrairement en-dessous duquel il est illégal pour un employeur de payer un employé. Règle générale, c’est un prix-plancher qu’on payera à quelqu’un qui a une éducation minime, une expérience de travail minime et/ou des aptitudes minimes afin que cette personne puisse acquérir expérience et connaissances «sur le tas» en milieu de travail, lui permettant d’accéder plus tard à un salaire plus élevé. En d’autres mots, c’est le premier échelon du marché du travail. Ce n’est pas supposé être un salaire qu’on conserve en permanence.  Selon cette étude de l’institut Fraser basée sur les données de Statistique Canada:

  • 58% des travailleurs au salaire minimum sont âgés de 15-24 ans et 85% d’entre eux vivent avec leurs parents ou un autre membre de leur famille.
  • 54% ont un diplôme du secondaire ou moins
  • 58% sont des travailleurs à temps partiel
  • 88% des travailleurs au salaire minimum ne font pas partie d’une famille à faible revenu.
  • Seulement 2% sont des familles monoparentales avec des jeunes enfants.

Contrairement à ce qu’on peut croire, peu de familles à faible revenu au Canada dépendent du salaire minimum.

Comment sont fixés les salaires dans le marché du travail?

Ça amène la question:Combien vaut le travail d’une personne sans grandes connaissances ou expérience de travail? Ça dépend vraiment de combien de travailleurs de ce niveau cherchent un emploi et combien d’employeurs ont besoin de ce type particulier de main d’œuvre. Si la vaste majorité des personnes recherchant un emploi avait un diplôme collégial au minimum, cela voudrait dire que seule une petite minorité n’ayant pas un diplôme collégial serait disponible pour accepter les emplois qu’on trouve typiquement au salaire minimum. Si le nombre de compagnies voulant embaucher des employés non-qualifiés excède le nombre des travailleurs recherchant ce type d’emploi, les employeurs n’ont pas d’autre choix que d’offrir des salaires plus élevés, s’ils veulent avoir assez de travailleurs pour leurs besoins. Cependant, s’il y a trop de travailleurs non-qualifiés pour le nombre d’emplois de ce type disponibles, les employeurs auront tendance à offrir des salaires moins élevés.

Ça dépend également de la productivité d’un employé. Si la tâche de l’employé est de «flipper» des boulettes de viande, on peut calculer, selon le prix du hamburger fini et la quantité de boulettes produites dans un temps donné, la productivité d’un travailleur. Il est naturel qu’un travailleur plus expérimenté arrivera à produire plus qu’un qu’il l’est moins. C’est donc naturel qu’un employeur voudra payer plus à l’employé plus expérimenté que celui qui l’est moins. Tout ça pour dire que le salaire qu’un employeur offrira est généralement en fonction de la productivité que l’employeur attend de l’employé en tenant en ligne de compte la rareté ou l’abondance de travailleurs avec des qualifications comparables. Les salaires ne sont pas fixés arbitrairement par les employeurs, mais en fonction de critères spécifiques qui varient selon les conditions du marché. Si l’employeur calcule qu’en moyenne, un employé produira des hamburgers pour l’équivalent de $10 de l’heure, tout autre chose étant égale par ailleurs, il offrira ce taux horaire. S’il estime qu’un candidat sera capable de produire plus parce qu’il est plus expérimenté, il offrira un salaire un peu plus élevé parce que son concurrent recherche aussi des employés et qu’il veut lui aussi attirer des employés plus qualifiés et offrira des salaires en conséquent.

Qu’arrive-t-il quand on fixe un salaire minimum trop élevé?

Au Québec, de passer à un salaire minimum de $15 de l’heure signifie une augmentation de 39,5% d’un coup. Imaginez votre réaction si à l’épicerie le bœuf haché passait de $4,99/lb à $6,99/lb? Allez-vous en acheter plus ou moins? Alors imaginez ce que vous feriez si vous étiez patron d’entreprise et que, du jour au lendemain, tous vos employés avec des salaires de moins de $15/h doivent être augmentés à $15 ou plus (faut pas oublier que si vous aviez des employés à $14/h, il mériteront certainement d’être payés plus que $15. Vos échelles salariales devront s’ajuster). Que feriez-vous? Pour la plupart des entreprises, absorber une augmentation de presque 40% des coûts de main d’œuvre est tout simplement impossible. Vos options sont soit de couper dans le nombre d’employés et faire des mises à pied, ou réduire les heures de chaque employés ou augmenter vos prix ou toutes ces réponses.

Remplacer des employés par une machine? Pourquoi pas? Adieu les McJobs pour aider les étudiants à payer leurs frais de scolarité et se faire un peu d’argent de poche. Un des premiers effets sera que le taux d’emploi des 15-24 ans et des minorités visibles tomber comme des briques. C’est ce qu’on commence déjà à observer dans les endroits où de telles augmentations du salaire minimum ont été imposées. Plutôt que d’aider les travailleurs précaires, on vient de les mettre au chômage en permanence. Parce que si un employeur est obligé de payer 40% de plus, il voudra en avoir pour son argent. Il augmentera donc ses exigences pour l’embauche. Peut-être auraient-ils donné une chance au jeune de 16 ans sans expérience à $10/h, mais pas à $15. Comment ce jeune pourra-t-il acquérir de l’expérience? Bref, une telle augmentation nuirait carrément  aux travailleurs que les bien-pensants prétendent vouloir aider.

Le salaire minimum n’a rien à voir avec l’idée de «vivre dignement» puisque la plupart de ceux qui gagnent ce salaire ne vivent pas de ce salaire seul et ce n’est pas supposé être un salaire qui permet de vivre. Donc d’argumenter pour une augmentation du salaire minimum parce que personne ne peut vivre sur ce salaire rate complètement le point.



La vraie charité

Par Philippe David

Une récente publication de l’Institut de Recherche et d’Informations Socio-économiques (IRIS) pose la question : « Les prestations d’aide sociale sont-elles trop généreuses? » Cependant, la lecture de cette publication dévoile que ses auteurs se cherchent à démontrer que ces prestations ne sont pas en fait trop généreuses. Les auteurs s’objectent dans un premier temps contre la classification d’inapte ou apte au travail, disant que ça stigmatise les bénéficiaires. De plus, ils argumentent que les prestations payées aux bénéficiaires jugés aptes au travail sont insuffisantes pour permettre à ceux-ci de pouvoir s’acheter des vêtements, titres de transport et chaussures pour pouvoir rechercher activement un emploi. Selon les auteurs, Ève-Lyne Couturier et Renaud Gignac, les prestations trop basses forcent aussi les assistés sociaux qui veulent retourner au travail à accepter des emplois qui pourraient miner leur santé. Leur solution, trop simpliste, serait de hausser les prestations de façon à ce que les prestataires aient une certaine marge de manœuvre et d’abolir la distinction entre les bénéficiaires aptes et inaptes au travail, qu’ils trouvent trop stigmatisante. Ils se prononcent aussi contre le principe de « workfare » qui consiste à intégrer les bénéficiaires à l’emploi à tout prix. Je vois quelques problèmes à leur approche.

Le vrai problème des assistés sociaux

Au départ, je trouve immoral de forcer, à la pointe d’un fusil, la majorité des gens à faire la charité. La charité est un acte volontaire et personne n’a de mérite à demander à l’état de confisquer le bien d’autrui pour le redonner à d’autres personnes, aussi nécessiteuses soient-elles. Vous n’êtes vertueux que si vous fouillez dans vos propres poches et que vous donnez par vous-même. Ceci étant dit, le système existe et avant même de songer à l’abolir, on devrait s’assurer de remettre au moins la majorité de ses bénéficiaires au travail.

Le temps moyen passé au crochet de l’état au Québec est autour de 10 ans. C’est aberrant et inacceptable. Aucune société n’a les moyens d’avoir des centaines de milliers de gens complètement improductifs et dépendants. Malheureusement, plutôt que de faire tous les efforts pour réduire la dépendance, le système actuel la cultive et la perpétue. On se soucie souvent de ne pas stigmatiser les assistés sociaux, mais quelle fierté devrait-on avoir à vivre au crochet de la société pendant 10 ans de sa vie? Mme Couturier et M. Gignac se soucient de l’effet sur la santé qu’a une politique de retour au travail à tout prix. Ils devraient se souvenir de ces paroles de Félix Leclerc : « La meilleure façon de tuer un homme est de le payer à ne rien faire ». De vouloir rendre la vie des assistés sociaux plus confortable peut sembler bien noble, mais vous ne leur rendrez pas service en enlevant tous les incitatifs qu’ils ont de vouloir s’en sortir.

C’est dans la nature humaine de chercher la voie la plus facile. Nous luttons et travaillons pour survivre, mais nous cherchons tous les moyens pour minimiser le travail que ça prend. C’est ce qui a beaucoup contribué à rehausser notre niveau de vie. Nous bénéficions aujourd’hui de beaucoup plus de temps de loisir que n’en avaient nos ancêtres, mais pour bénéficier de ces temps de loisir, nous sommes toujours contraints à travailler. Il faut d’abord gagner du fric pour pouvoir se payer du bon temps. C’est ce qu’on appelle en économie un coût d’opportunité. Mais si vous donnez suffisamment d’argent à quelqu’un sans qu’il n’ait à travailler pour, nous venons de réduire le coût d’opportunité de ses loisirs. Nous l’incitons donc à préférer les loisirs au travail. À ceux qui me répondront que je suis un sans-cœur de croire que quelqu’un puisse se complaire du maigre revenu consenti par l’aide sociale, je rappelle que plus de 200 000 le font en moyenne pendant 10 ans en n’ayant aucune contrainte physique ou mentale pour les empêcher de travailler. Si c’était si stigmatisant, on s’imaginerait qu’ils se dépêcheraient un petit peu plus que ça à se trouver un travail.

Le vrai problème des assistés sociaux est premièrement qu’ils sont moins employables pour diverses raisons, qu’on exige très peu d’eux et ce, de façon illimitée.

La vraie solution

Tout d’abord il faut commencer par admettre que de vivre sur l’aide sociale n’est pas supposé être un choix de carrière.  Que ce n’est pas supposé être confortable, aisé, ou même décent. Vivre sur l’assistance sociale, c’est forcer vos voisins à travailler pour vous faire vivre. C’est supposé être gênant et honteux. Assumez-le! Ayez un peu de fierté! Donc, si ça peut s’avérer nécessaire que la collectivité s’occupe de personnes qui n’arrivent pas à se trouver un travail, même après avoir épuisé leur assurance-emploi, cette aide ne devrait pas être illimitée. Être 10 ans au crochet de l’état est inacceptable.

Pour résoudre les problèmes d’employabilité, la solution ne passe pas par l’augmentation des prestations, quoiqu’on puisse envisager de le faire si on impose une limite de temps. Elle ne passe pas non-plus par une augmentation du salaire minimum, comme le suggère les chercheurs de l’IRIS. Si cette dernière est effectivement un incitatif aux assistés sociaux de se trouver un emploi, elle est un désincitatif pour les employeurs de les embaucher. Pour vraiment aider les assistés sociaux à se trouver un travail, il faut rehausser leur valeur. On devrait donc les obliger à parfaire leurs qualifications existantes, ou d’en acquérir de nouvelles, si leurs qualifications actuelles ne sont pas en demande.  En ayant de meilleures qualifications pour des emplois où il y a de la demande (et avec le vieillissement de la population, les besoins dans certains secteurs vont devenir de plus en plus criants), non seulement leur sera-t-il plus facile de décrocher un emploi, mais celui-ci sera plus payant et plus revalorisant.

Nous devrions aussi, si les prospects d’emploi sont limités dans leur région, les aider à se déplacer là où les emplois sont plus abondants. De cette façon, non seulement allons-nous favoriser leur retour au travail dans un relativement court laps de temps, mais nous leur donnerions la chance de décrocher des emplois qui sont plus rémunérateurs, ce qui est mieux que de lais laisser croupir indéfiniment sur l’aide sociale, par peur qu’ils se retrouvent dans la rue si on arrêtait de leur payer des prestations.  Il n’en tient qu’à nous de troquer une culture de dépendance en culture d’indépendance. C’est  ça la vraie charité!

La vérité choque

Comme chaque année, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) publie son Bulletin de la prospérité du Québec1. Puisque cette analyse jette un regard sombre sur ledit « modèle » québécois, la gauche s’est vite empressée de diminuer la portée du document2. Mais comme il fallait s’y attendre, la contre-analyse emploie la même superficialité dont elle accuse le rapport du CPQ…

 

En effet, on ridiculise le rapport parce qu’il ramène «  la définition de la prospérité d’un État à sa capacité à créer un environnement favorable au développement des affaires ». Un tel commentaire montre une profonde ignorance de l’économie. Cette dernière ne peut véritablement prospérer que si des entrepreneurs prennent des risque pour augmenter leur richesse personnelle et, au bout du compte, celle des autres. Le gouvernement ne peut que rediriger la richesse; il n’en crée pas.

Et pour encourager les entrepreneurs, il faut avoir un bon environnement : réglementation réduite au plus simple, salaires flexibles, fardeau fiscal allégé, etc. Et malheureusement, sur chacun de ces points, le Québec est médiocre : les lois du travail favorisent indûment les syndicats, ces derniers rendent les salaires rigides (et donc augmentent le cout de la main-d’œuvre), et même le plus bas taux d’imposition est plus haut que le palier le plus élevé des autres provinces (sans compter toutes les taxes et autres frais, aussi plus élevés). Et n’en déplaise à M. Bérubé, le salaire minimum a un effet très négatif sur l’emploi. D’ailleurs, sa création à quelques endroits avait justement comme but de créer du chômage pour certains groupes3

Toutefois, créer un environnement propice pourrait ne pas être suffisant. La culture entrepreneuriale au Québec est en perte de vitesse par rapport à l’Ontario4. Il faut croire que le vieux fond catholique de méfiance de la richesse est encore dans les parages…

 

Ignorer quand on est désavantagé

 

Autre point qui ressort dans « l’analyse » du Devoir : la citation d’un rapport de IRIS, un institut d’analyse de gauche, qui affirme que « la prospérité d’une société n’est pas qu’une affaire de production de biens et services, qu’une mesure de PIB ». En effet, ne tenir compte du PIB « risque de nuire directement à d’autres objectifs sociaux légitimes, comme la cohésion sociale et la protection de l’environnement »5. Nonobstant que cette analyse montre que la gauche ne peut pas voir la vérité en face – que le PIB est un facteur nettement plus déterminant que l’écart de richesse pour mesurer la santé d’un peuple6 –, les deux objectifs sus mentionnés nuisent définitivement à n’importe quel juridiction (province, pays, ville, peu importe).

 

En effet, tenter de créer une supposée « cohésion » entre les membres d’une société sous-entend nécessairement une violation des droits individuels à l’avantage des droits collectifs. On n’a qu’à regarder le Québec pour en voir les effets. Au nom du droit au français

  • tout enfant n’ayant pas eu une éducation anglaise ailleurs au Canada est tenu d’être éduqué dans une école française (exception faite des « écoles passerelles », qu’un enfant doit quand même fréquenter trois ans)

  • tout affichage doit avoir le français plus gros que n’importe quelle autre langue

  • Toute entreprise de plus de 50 employés doit mettre en place un environnement où le français domine.

Nul besoin de dire que cette dernière mesure a précipité le déclin de Montréal pour alimenter Toronto. Mais peu importe : le français est vigoureux!

 

De plus, n’en déplaise à IRIS, le capitalisme est le meilleur système de préservation de l’environnement. En effet, quand les droits de propriété sont bien définis, une atteinte trop grande à ces derniers (déversement de pétrole, déchets nucléaires) force la compagnie fautive à verser compensation aux personnes touchées. Sans aucune intervention du gouvernement, les compagnies ont donc intérêt à limiter au maximum l’impact qu’elles ont sur leurs voisins.

Toutefois, l’analyse de l’IRIS va plus loin. Il considère encore comme crédible le GIEC, le bras de propagande environnementale de l’ONU, et son analyse catastrophique du futur de la planète. Il accepte béatement que les rapports du GIEC soient remplis de rapports de bacheliers, d’activistes environnementaux ou de membres en règle de Greenpeace7. Et peu importe si Climategate a montré la magouille outrancière parmi certains scientifiques pour truquer les données sur le climat, ou même si une étude du CERN a montré la très grande influence du rayonnement cosmique, par rapport au CO2, sur le climat8.

Mais non. On en rajoute en montrant un graphique, qui affiche une corrélation positive entre la taille de l’économie (PIB) et l’émission de gaz à effet de serre. Je ne nie pas la corrélation, mais si on regarde les pays avec une empreinte de carbone plus faible, on trouve le Ghana, le Mali, l’Éthiopie, la Somalie… Des pays qui ne polluent presque pas, mais dont la population a à peine de quoi subsister. Est-ce ce que l’IRIS veut?

 

Enfin, l’auteur de la critique dans Le Devoir s’imagine que les programmes sociaux (« capitalisme redistributif ») est ce qui a aidé le plus le Québec à traverser la présente crise. Je suis obligé de lui accorder un demi-point là-dessus : il est vrai que les nombreuses dépenses publiques au Québec ont sans doute aidé la Belle Province à tomber moins durement. Malheureusement, il néglige de dire que ces dépenses ont fait que le Québec avait moins haut chuter comparativement aux provinces populeuses – Ontario, Alberta et Colombie-Britannique. Il n’était donc pas difficile de remonter la pente de l’avant-crise. Maintenant, il faut monter la pente de la croissance, et elle sera on ne peut plus à pic à cause justement des trop nombreuses dépenses publiques.

 

En conclusion, si l’on veut rattraper les provinces riches du pays, il y a du pain sur la planche. Il faudra que le gouvernement Charest – ou peu importe qui lui succèdera d’ici 2013 – tienne compte du bulletin du CPQ. N’en déplaise au Devoir, il brosse un portrait très fidèle – et donc plutôt sombre – de la situation économique du Québec. Sans une amélioration substantielle des points négatifs (fardeaux fiscal et réglementaire, notamment), alors même les provinces Maritimes risquent d’avoir une économie plus vigoureuse. L’IPÉ et la NÉ ont d’ailleurs des soldes budgétaires plus respectables que le nôtre.