Archives par mot-clé : Justice et faits divers

Guy Turcotte est libre : On a le meilleur système de justice au monde!!!

GUY-TURCOTTE

Par Simon Leduc

Le système de justice québécois est très clément envers les criminels et très injustice pour les victimes. La libération de Guy Turcotte le prouve bien. Il y a quelques années, ce criminel a sauvagement assassiné ses deux enfants afin de se venger de sa femme Isabelle Gascon de l’avoir laissé. Il y a eu un procès devant jury et l’ancien médecin a été tenu non criminellement responsable de la mort de ses deux jeunes enfants. Celui-ci a été placé en institution psychiatrique afin d’évaluer son état mental. Un an plus tard, de grands spécialistes ont déclaré que l’ancien docteur était prêt à revenir vivre dans la société. M. Turcotte va être libéré sous conditions. Ce cas troublant démontre bien que la vie de deux jeunes enfants n’a aucune valeur pour notre cher système judiciaire. La libération de ce meurtrier me répugne au plus haut point. Je crois que c’est le sentiment d’une grande majorité de Québécois. Guy Turcotte mérite une peine de prison à vie. C’est un monstre qui a enlevé la vie à deux bambins innocents. Le meurtre d’enfants est l’acte criminel le plus sordide et impardonnable. Est-ce que le comité d’examen des troubles mentaux a pensé une minute à l’ex-femme de Turcotte? Mme Isabelle Gascon a perdu ses deux enfants à cause de cet assassin. Comment doit-elle se sentir aujourd’hui? Elle va se sentir menacée en sachant que son ex-mari est en liberté. La sécurité des victimes est le dernier des soucis de notre merveilleux système pénal.

 

Mais dans quelle société vivons-nous? On défend les intérêts des criminels au détriment de ceux des victimes. Notre système de justice est malade et il doit être réformé afin de protéger les victimes et punir sévèrement les meurtriers. Dans certains types de crimes (meurtres et agressions sexuelles d’enfants), je suis en faveur du rétablissement de la peine de mort. La population a perdu confiance en notre système de justice et cette libération odieuse va renforcer ce sentiment. Au niveau fédéral, le gouvernement conservateur est en train de réformer le système de justice pénal canadien afin de le rendre plus efficace et punitif. On doit souligner l’excellent travail du sénateur conservateur Pierre-Hugues Boisvenu qui a su pousser le gouvernement fédéral à changer les choses.

 

Le pouvoir judiciaire est important dans un régime démocratique. C’est pour cela que l’on doit redonner confiance aux citoyens face à celui-ci. Le gouvernement du Québec doit s’attaquer au laxisme et aux aberrations du pouvoir judiciaire. Malheureusement, il ne faut pas s’attendre à ce que gouvernement Marois réforme le système de justice. Tout comme le PLQ et la CAQ, il défend le statu quo dans ce domaine. L’opposition des trois grands partis politiques provinciaux au projet de loi C-10 le prouve bien.

 

TAGUEULE.COM

 

Quand tu écoutes les nouvelles, le matin, tu penses à quoi?

Quand tu lis ton journal, qu’est-ce que ça t’inspire?

Sûrement, tu te fais une opinion. Sur le besoin ou non d’une enquête publique sur l’industrie de la construction. Sur une ville qui signe une entente mais qui doit faire amender la loi pour la justifier. Sur les accusations portées contre le député en fonction Tony Tomassi. Sur les propos de Don Cherry. Sur le départ précipité de la ministre Nathalie Normandeau. Et celui du journaliste de TVA Carl Langelier. Sur les syndicats qui en mènent large au Québec.

À coup sûr, tu as une opinion. Que tu partageras volontiers si on t’en donne l’occasion. Exprimer son opinion, c’est faire bon usage de sa liberté d’expression. Dans une société démocratique, l’un ne va pas sans l’autre.

Pas vrai? Pas sûr!

Au Québec, on s’est embarqué sur une pente savonneuse, et drôlement dangereuse.

Des joueurs de la LNH proposent des changements? Tagueule.com

Don Cherry critique les ex-joueurs de hockey qui dénoncent la violence sur la patinoire? Tagueule.com

Un chroniqueur demande la démission de Don Cherry : Tagueule.com

Éric Duhaime commente les positions linguistiques de Don Cherry : Tagueule.com

La ministre Lise Thériault veut revoir les lois régissant l’industrie de la construction : Tagueule.com

L’animateur du FM93 Sylvain Bouchard s’interroge sur certaines procédures de la ville de Québec : Tagueule.com (dit le maire, Régis Labeaume)

L’ex-ministre de la Justice Marc Bellemare rapporte les propos de son premier ministre : Tagueule.com (dit Bastarache)

L’ex-policier Jacques Duchesneau révèle des failles majeures au sein du ministère des Transports : Tagueule.com (dit Lafrenière)

Un citoyen remet en question l’entente entre la ville de Québec et Quebecor : Tagueule.com (garçon : une loi 204, SVP)

Un blogueur s’interroge publiquement sur le pouvoir syndical de la gauche?  Tagueule.com

Un groupe de réflexion, le Réseau Liberté-Québec, se réunit pour se pencher sur un modèle québécois dépassé : Tagueule.com (et une pelletée de fumier, avec ça).

Le quotidien La Presse s’interroge sur les étranges déclarations de l’étrange maire de Montréal, Gérald Tremblay : Tagueule.com

Le journaliste Dominic Maurais de CHOI RadioX propose ponctuellement le LABEAUME-WATCH? Tagueule.com

La SRC révèle l’omniprésence d’un important entrepreneur dans l’industrie de la construction? Tagueule.com (même moi, je tais son nom)

Au Québec d’aujourd’hui, t’as droit à ton opinion, mais… Tagueule.com

T’es en désaccord avec tes élus ?  Tagueule.com

Tu veux utiliser ta liberté d’expression ? Tagueule.com

Ce que tu lis t’inspire? Tagueule.com

Ce que tu entends te donne envie de réagir? Tagueule.com

Tu as une opinion sur ce texte? Tagueule.com

 

J’AI LE CANCER

Je m’en doutais. Il y a quelques mois, Marc Bellemare avait sonné l’alarme. Et j’en ai eu la certitude la semaine dernière, comme des millions d’autres de mes concitoyens.

Depuis le temps que j’attendais le diagnostic, Jacques Duchesneau m’a confirmé la nouvelle, douloureuse, brutale, implacable.

Mon cancer s’appelle corruption, il s’appelle collusion, il s’appelle malversation, il s’appelle caisse occulte.

On me dit qu’il y a cette équipe de spécialistes qui pourrait, si elle le voulait, s’attaquer à la racine du mal, mais ces gens, qu’on appelle les PLQ, s’y refusent. Ils on trop attendu, ils ont profité de la vente de médicaments périmés, et ils craignent qu’un examen plus approfondi ne mette en lumière leur incompétence, et peut être, leur complicité.

Moi, mes concitoyens, ma société, nous sommes à l’urgence, et personne ne s’occupe de nous.

Le pire, c’est que monsieur Duchesneau, et de nombreux autres observateurs, sont catégoriques: ce cancer est curable.
Oh, comme tous les cancers, plus on attend, et pire ce sera, mais le remède existe.

Il est entre les mains des PLQ qui soutiennent, eux, qu’il est inefficace, et ce, malgré l’avis de tous les spécialistes en la matière. Tous.

Bientôt, le chef des PLQ va quitter la business, et il laissera derrière lui les autres PLQ, seuls, désemparés, dans les petites officines de l’urgence où nous attendons tous, et ces derniers seront d’autant plus impuissants qu’ils réaliseront enfin que le chef des PLQ les a abandonnés dans un abime d’inconscience.

Pendant ce temps, moi, vous, ma famille, mes amis, votre famille et vos amis, nous attendons à l’urgence, diagnostic et ordonnance en main, sans que personne ne fasse rien pour nous.

Parce que j’ai cette ordonnance, signée par ce Bellemare et ce Duchesneau. Elle est toute simple : Une commission d’enquête publique. À être administrée par les PLQ. Qui ne le feront pas.

Parce qu’ils craignent de se pencher sur ma maladie de peur d’y découvrir un mal encore plus terrible : le leur.

Leur mal s’appelle combines. Leur mal s’appelle lâcheté. Leur mal s’appelle connivence. Leur mal s’appelle petits amis. Leur mal s’appelle argentiers du parti. Leur mal s’appelle réélection.

La rumeur dit que bientôt nous allons nous lever de notre incomfortable siège à l’urgence. Que nous allons parler. Que nous allons marcher. Que nous allons forcer les PLQ à faire ce pour quoi nous les payons.

Je n’ai pas d’autres choix. Parce que j’ai le cancer.
Mon cancer s’appelle corruption, il s’appelle collusion, il s’appelle malversation, il s’appelle caisse occulte.

Préparez-vous, messieurs les PLQ, préparez-vous, mesdames les PLQ.

Le peuple a mal, et bientôt il va hurler sa haine, son mépris, sa douleur, sa rage de vivre enfin dans un environnement assaini.

Et à ce moment, c’est vous, messieurs et mesdames les PLQ, qui aurez le mal.