Archives par mot-clé : laïcité

Comment battre le PQ à son propre jeu

Par Philippe David

Maintenant que Pauline Marois nous a plongé en élections, malgré le fait que son parti avait voté une loi sur les élections à date fixe spécifiquement pour empêcher que le gouvernement puisse déclencher des élections par pur opportunisme politique (comme quand les sondages disent que ton parti pourrait gagner une majorité, par exemple); il faut que les partis qui opposent le PQ trouvent une stratégie gagnante pour les battre. C’est clair que le PQ mise surtout sur la charte pour le mener à la victoire et oblitérer tous les autres enjeux. Quoiqu’on puisse penser de la charte, c’est effectivement l’enjeu sur lequel le Parti Québécois est le plus fort et il a effectivement eu du succès a faire complètement oublier son incompétence des dix-huit derniers mois  grâce à elle.  Si les autres partis veulent avoir l’ombre d’une chance de contrer le PQ, ils doivent adresser le problème de front. 

 Je ne suis pas un stratège politique, mais si j’en était un, j’aurais quelques idées comment battre le PQ à son propre jeu. 

Tout d’abord, force est de reconnaitre que de simplement dénoncer  la charte ou d’essayer de l’ignorer en disant que c’est un problème inventé de toutes pièces à des fins électoralistes ne fonctionne pas.  La majorité des électeurs croient qu’un problème existe et on ne les convaincra pas du contraire. En fait, côté identitaire, il se trouve qu’un grand nombre de québécois sont inconfortables avec ceux qui sont, commen dire, différents? Réflexe compréhensible, il faut le dire. Cet inconfort est l’instrument démagogique avec lequel le PQ joue en ce moment.  Le truc, c’est de montrer aux gens qu’on peut faire mieux que le PQ.

Si vous discutez avec les pro-charte, la plupart vous diront que selon eux, la charte ne vas pas assez loin. Je suis partiellement d’accord. Partiellement parce que selon moi, la charte ne fait absolument rien, mis-à part d’aliéner les gens, en particulier l’interdiction du port de symboles religieux par les employés de l’état. Nous savons tous que le véritable problème est la montée de l’intégrisme islamique et non les symboles religieux comme tel. En bannissant tous les symboles religieux  pour tous les employés de l’état, nous nous aliénons des gens qui autrement seraient des alliés naturels pour combattre l’islamisme, comme les juifs, par exemple. Mais l’état ne pourrait pas viser que les voiles sans perdre sa neutralité, pas vrai? De plus, côté juridique, il y de fortes chances que cette partie de la charte ne passe pas le test à la Cour Suprême. Super si notre motivation est de créer de la zizanie avec Ottawa, mais pas si votre but est de freiner la montée de l’islamisme. À quoi sert une loi qui sera vouée à être invalidée dès le départ? 

Cependant, il y a beaucoup de mesures que le gouvernement pourrait prendre qui seraient beaucoup plus efficaces que l’interdiction des symboles religieux, qui n’est somme-toute qu’une mesure cosmétique. Voici donc les mesures que les partis opposés au PQ devraient promettre afin de dérailler le train identitaire du PQ:

  1.  Refuser tout accommodement religieux à l’encontre de nos valeurs, y compris l’égalité des sexes, dans toutes les institutions publiques.
  2.  Améliorer les critères de sélection des immigrants en fonction de leur compatibilité à nos valeurs et leurs compétences professionnelle, plutôt que la langue.  
  3. Améliorer les services d’intégration des immigrants pour la reconnaissance des compétences, l’intégration à l’emploi et l’apprentissage du français.  
  4. Améliorer les services d’aide aux femmes victimes de violence et faire un suivi particulier après des femmes immigrantes pour prévenir les crimes d’honneur.  
  5. Interdire du port de tout vêtement couvrant le visage à tous les employés de l’état et interdire du port de signes religieux ostentatoire aux employés de l’état en position d’autorité seulement.  
  6. Abolir toute subvention aux écoles à caractère religieux  
  7. Abolir le cours d’Éthique et Culture religieuse à tous les niveaux du système d’éducation publique.

Si vous êtes sérieux au sujet de la protection de nos valeurs et de l’intégration des immigrants à notre culture, vous devez reconnaître que ces mesures vont beaucoup plus loin que la charte péquiste  et seront beaucoup plus efficaces contre la montée de l’islamisme, mais contrairement à la charte, ces mesures ont de bien meilleures chances de passer le test constitutionnel. Les entorses aux droits et libertés sont minimes et plus facilement justifiables puisqu’elles ont été suggérées par la Commission Bouchard-Taylor.

Elles adressent aussi bon nombre de problèmes que la charte n’adresse même pas et limitant l’influx de musulmans, en assurant une meilleure intégration à l’emploi et en prévenant les crimes d’honneur.

En vendant bien cette solution, on pourrait finalement mettre le débat identitaire de côté et parler des autres enjeux un peu.

 

Le projet de loi 60 et les valeurs libérales

projet de loi 60

Par Philippe David

À l’aube du début des consultations sur le projet de loi 60, la « Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement »  (que j’appelle « la-Charte-dont-on-ne-peut-prononcer-le-nom-parce-qu’il-est-trop-long »),  je me dois de revisiter les raisons pourquoi cette loi va à l’encontre des valeurs libérales qui sont le fondement de toute la civilisation occidentale et pourquoi il serait une grave erreur de les compromettre  au nom de notre insécurité identitaire et de la menace perçue de l’islam radical.

Que sont les « valeurs libérale »?

Depuis que les barons anglais ont forcé le roi Jean Sans Terre à signer la Magna Carta, l’idée a germé qu’il est immoral que le roi (ou si vous préférez, l’État) puisse impunément abuser de ses sujets. Que sa légitimité découle du consentement des gouvernés. Ceci est le principe sur lequel toutes les nations qui se disent démocratiques sont fondés et pourquoi plusieurs d’entre elles incorporent une loi spéciale dans leur constitution dont le but est de définir les droits fondamentaux de la plus petite minorité, en l’occurrence l’individu, et de limiter les pouvoirs de l’état sur celui-ci

Le Québec et le Canada ont leurs Chartes des Droits et Libertés respectives qui remplissent ce rôle, les États-Unis ont leur Bill of Rights et la France a sa Déclaration des Droits de l’Homme. Ces lois, dans leur application, affirment le caractère inaliénable des droits humains et le fait qu’aucun état ne peut se prétendre être légitime s’il viole ces droits sans justification.  Elles affirment que tout individu est seul propriétaire de sa personne, son corps et sa pensée. Qu’il doit avoir la liberté de penser librement, d’adhérer à toute idéologie, philosophie ou religion de son choix et d’agir selon sa propre conscience et son propre intérêt tant que ça ne nuit pas à autrui. Elles affirment aussi que tous les individus sont égaux de droits, peu importe leur genre, leur race, leur religion ou leur orientation sexuelle.  Elles proclament également que la gestion des affaires d’état ne peut souffrir l’intervention que quelque autorité religieuse que ce soit. Ces principes sont universellement reconnus comme le fondement de tout état de droit. Cela signifie que tout individu a droit d’adhérer à toute religion de son choix et qu’il a la liberté d’exprimer sa croyance librement dans l’espace public de quelque façon que ce soit, à moins qu’on ne puisse démontrer que l’exercice de ce droit cause un sérieux préjudice à d’autres individus.  Or, avec ce projet de loi, la preuve de préjudice en ce qui a trait au port de symboles religieux par des personnes travaillant dans le secteur public et parapublic est loin d’être faite. 

La laïcité et la neutralité de l’État

Le principe de neutralité de l’État exige que celui-ci ne soit pas influencé par une religion dans le but d’obtenir un traitement de faveur. Selon ce principe, l’État ne peut donc pas voter de loi favorisant ou défavorisant une religion plus qu’une autre. Une juste illustration d’une violation de ce principe serait par exemple,  d’introduire une loi qui incorporerait la charia dans notre système de justice.  La charia étant strictement rattachée à la pratique de l’islam, une loi qui voudrait l’introduire dans notre système religieux serait une violation claire du principe de neutralité et transformerait de facto notre état de droit en théocratie. Ceux qui craignent cette éventualité peuvent se rassurer en sachant qu’elle est très improbable pour cette raison.

La véritable question est : Est-ce que le principe de neutralité religieuse de l’état s’étend au port de signes religieux par ses agents ? C’est matière à débat, mais pour ma part, je ne le crois pas.  L’interdiction de tels signes ne garantit aucunement que le principe de neutralité de l’état soit respecté.  À preuve, l’interdiction du port de signes d’appartenance politique n’a certainement pas empêché certains enseignants de « prêcher pour leur paroisse » socialiste voire communiste. Pourquoi serait-ce différent pour les religions ?  Au contraire, le fait que les agents de l’États portent certains signes religieux (ou politiques, tant qu’à faire) informent le récipiendaire des services à qui il a affaire et reflète aussi la diversité que l’État est supposé représenter. Je crois plutôt que la neutralité de l’état dépend plus de la bonne foi de ses agents que de leur accoutrement, qu’il soit ostentatoire ou non. Donc, il n’est certainement pas évident de démontrer que le port de signes religieux ostentatoires compromet le principe de neutralité de l’état. Chose certaine, le gouvernement n’a certainement fait aucun effort pour prouver que cette neutralité est compromise et que le port de signes religieux ostentatoires cause un préjudice à quiconque  ou qu’il y ait urgence d’agir pour résoudre un problème dont il n’a même pas prouvé l’existence. Je crois que le gouvernement a certainement échoué de répondre au fardeau de la preuve.

L’égalité homme-femme

Sérieusement, l’égalité homme-femme est-elle vraiment menacée au Québec? Les québécoises vivent-elles dans la terreur de  devoir abandonner leur carrière et être de nouveau reléguées à leur ancien rôle de ménagères et reines du foyer  à cause que certaines immigrantes portent un voile et que des demandes d’accommodements religieux par rapport à la ségrégation des sexes ont eu lieu ? Les acquis des femmes au Québec sont-ils vraiment menacés ? C’est quoi cette histoire ?  

C’est sûr que si quelqu’un dans une université, par exemple, fait la demande de n’avoir aucune femme dans son cours, le gros bon sens dicte qu’on doit répondre « non » si l’égalité des sexes est vraiment une valeur importante pour nous, mais comme l’a démontré la direction de l’Université d’York, il ne faut jamais sous-estimer l’incapacité de certains fonctionnaires à se plier au gros bon sens. Est-ce pour cela qu’on veut une charte ? Pour insuffler un peu de gros bon sens à ceux qui n’en ont pas ? Quels autres problèmes a-t-on à gérer dans le dossier des accommodements ? Sont-ils  tous aussi nigauds ?

Commence par « i » et finit par « slam » 

Faut pas se leurrer. Nous savons tous que ceux qui sont vraiment visés ici ne sont pas les catholiques, les juifs ou même les sikhs (ok, peut-être un peu les sikhs), ce sont les musulmans.  Je ne nierai pas que l’expansion de l’islam à travers le monde cause des maux de têtes aux démocraties occidentales.  Il est clair que beaucoup de musulmans ont une vision très différente de ce que la société  doit être que nous. Cette vision est largement incompatible à nos valeurs libérales.  On dit qu’ils ne reconnaissent pas nos lois. Grand bien leur fasse, mais qui contrôle la police et a le devoir de faire respecter ces lois ? On dit que ce sont des barbares qui lapident les femmes, décapitent les gays et lesbiennes et brulent les visages des femmes qui refusent de se voiler.  Quand avez-vous vu l’un d’eux faire ça au Québec ?  Ils veulent imposer la charia ! Pour l’instant,  « ils » ne représentent que 3%.  Même si leur taux de fécondité est plus important que le nôtre, il tend à diminuer une fois qu’ils sont ici. Les projections démographiques les plus crédibles les estiment à environ 7% de la population en 2030. Ce n’est pas avec ça qu’ils vont bientôt faire élire un gouvernement. Mais même si… Croyez-vous sérieusement que le projet de loi 60 les arrêterait ?

La vraie menace…

Vous voulez savoir ce qui est la vraie menace à notre identité ?

  • ·         L’ignorance de nos racines. Jadis, nos ancêtres étaient fiers et indépendants. Ils ont travaillé dur à bâtir ce pays dans une nature rude et inhospitalière. Et ils le faisaient par eux-mêmes, pas à travers l’état.
  • ·         Notre déclin.  Nos ancêtres comprenaient également que la survie d’un peuple dépendait de sa descendance et il ne peut certainement pas survivre avec un taux de fécondité à 1.5. Vous pouvez voter toutes les lois pour essayer de protéger notre culture, ça ne changera rien au fait que l’homo quebecus pure laine est une espèce en voie de disparition. Notre extinction sera peut-être longue, mais elle est inévitable.
  • ·         La mollesse de nos convictions. Sacrifier certaines de nos valeurs dans le but d’en protéger d’autres est un signe de faiblesse. Ça envoie le message que dans le fond, nous n’y tenons pas tant que ça. Des terroristes placent une bombe dans un avion et nous répondons en restreignant notre propre liberté de mouvement et notre droit à la vie privée.  D’autres poursuivent des publications et des journalistes ou caricaturistes et les forcent à s’auto-censurer. Maintenant, nous craignons qu’on vienne nous imposer la charia, alors nous répondons en limitant la liberté d’expression et de religion. Les islamistes n’ont pas besoin de prendre le pouvoir et fonder un caliphat mondial pour éroder nos droits et libertés, ils n’ont qu’à nous manipuler à le faire nous-mêmes, comme si on pouvait gagner une bataille navale en perçant des trous dans la coque de notre navire. Si nous voulons vraiment défendre nos valeurs, ils suffit que nous les faisions respecter en démontrant qu’elles sont toutes non-négociables, pas seulement l’égalité homme-femme.
  • ·         L’opportunisme politique.  C’est une menace beaucoup plus immédiate à vos droits et libertés et cette charte est un des meilleurs exemples. Le PQ n’a jamais eu l’intention de vous protéger de l’intégrisme religieux. Leur seul but en déclenchant ce débat est de nous faire oublier plus d’un an de gouvernance incompétente et favoriser sa réélection avec une majorité.  Avec en plus, un petit bonus si la Cour Suprême invalide la charte en tout ou en partie, lui permettant de mousser son option souverainiste.  Ne soyez surtout pas dupes. La plus grande menace  à vos droits et libertés n’est pas le 3% de musulmans de cette province, mais les aléas moraux de notre système électoral.

J’ignore comment les historiens représenteront ce petit épisode dans notre histoire, mais à mon humble avis, l’adoption de ce projet de loi sera certainement un jour sombre pour les valeurs libérales au Québec.

L’intégrisme laïc

intégristes laics 

Par Philippe David

Depuis que Bernard Drainville a « dévoilé » son projet de Charte des valeurs québécoises, j’ai remarqué que l’intégrisme musulman n’est pas la seule forme d’intégrisme qui a pris place dans ce débat et cet intégrisme est ultimement tout aussi dangereux pour nos libertés et autrement plus insidieux. Insidieux parce qu’il prétend défendre nos libertés en les restreignant.

Il y a des gens qui croient que la liberté de religion est un passe-droit qui permet à quelqu’un de :

  • Tuer au nom de sa religion (Meurtre ou terrorisme)
  • Violenter ou agresser sa femme ou ses enfants pour les forcer à porter un voile ou suivre toute autre règle prescrite par sa religion (ex : la virginité)
  • Restreindre la liberté d’expression des autres (exemple : le blasphème)
  • Imposer ses croyances
  • Se marier à des personnes mineures
  • Violer le droit des autres d’obtenir un bien ou service pour lequel ils ont payé ou bloquer la voie publique (Ex : Prière dans un bus ou dans la rue)

Par conséquent, ces gens croient qu’il faut restreindre la liberté religieuse afin de prévenir ou punir ces comportements. Inutile de mentionner que pour ces gens, le passage de la Charte est d’une importance capitale, même si celle-ci ne fait absolument rien pour restreindre les comportements ci-haut et qu’il existe déjà des lois qui le font.  Bref, ces personnes tiennent mordicus à ajouter une autre loi sous prétexte de vouloir défendre la société de comportements déjà proscrits par les lois existantes et ils sont imperméables à tout argument opposé à leur vision. Ce sont ce que j’appelle les intégristes laïcs.

Pour eux, le problème est qu’ils perçoivent que les islamistes se fichent des lois existantes donc, selon leur logique implacable, il nous faut voter plus de lois, (qui seront présumément ignorées par les islamistes, puisqu’ils se fichent déjà des lois existantes) et restreindre encore plus nos droits et libertés, y compris ceux de membres de religion qui n’ont jamais demandé à être accommodés et qui ne dérangent personne. Pour eux, « too bad! » Dommages collatéraux. Vous comprenez, on ne peut pas faire une omelette sans casser des œufs. Désolé. Et on s’en fiche royalement que ça ne règle pas le problème de fond (l’islamisme), ce qui compte c’est d’envoyer un « message ».

Le gros bon sens

Si un chauffeur d’autobus veut arrêter son bus pour faire une prière, la société de transport peut très bien lui dire non. On a arrêté des étudiants par centaines lors de manifestations, ne me dites pas qu’on ne peut pas faire de même si un groupe de musulmans décide subitement de faire la prière en pleine rue. Si un homme bat sa femme ou ses enfants, on se fiche si c’est sa religion qui lui dit de le faire, dans notre société, c’est inacceptable. Il sera jugé et incarcéré comme n’importe quel criminel. Il en va de même pour le meurtre et le terrorisme. Pas question de les juger selon la charia non plus. La liberté de religion existe pour vous permettre d’avoir vos propres croyances, sans crainte de représailles, pas pour vous exempter des lois existantes. Est-ce assez clair? Il me semble plutôt évident que le remède à ce qu’on reproche aux islamistes n’est pas de voter encore plus de lois, mais de plutôt faire respecter les lois existantes, non?

Une charte inutile

Qu’essaie-t-on d’accomplir avec cette charte? Réaffirmer la neutralité de l’état vis-à-vis des religions? Cette neutralité était-elle en doute? Croit-on vraiment que l’état favorise une religion au dessus d’une autre? Était-il impératif de forcer les quelques 800 000 employés publics et para-publics à ne plus porter de signes religieux pour assurer cette neutralité, brimant ainsi leur liberté religieuse? Je ne crois pas.

Baliser les demandes d’accommodement? Pour qui? De quelle façon? Existe-t-il un véritable problème de ce côté? Peut-on s’entendre que les demandes d’accommodement dans le secteur privé ne sont pas du ressort du gouvernement et que les demandes d’accommodement auraient vraisemblablement pu être balisées par des directives internes?

Pour endiguer la montée de l’islamisme? Où sont les mesures pour faire ça? J’ai eu beau chercher, je n’en trouve point.

Où donc est la nécessité de cette charte?

Le vrai danger de l’islamisme

Le vrai danger de l’islamisme n’est pas que nous soyons assaillis par des masses de musulmans qui viendront nous submerger et nous imposer leur charia. Les islamistes n’ont pas besoin de faire ça. Ils n’ont qu’à nous faire renoncer à nos libertés nous-mêmes. Ils ont déjà, à l’aide de nos tribunaux des droits de la personne, les lois contre le discours haineux et les lois anti-blasphème, réussi à restreindre notre liberté d’expression. Grâce au terrorisme, ils ont réussi à restreindre notre liberté de mouvement et notre droit à la vie privée. La charte des valeurs québécoise s’inscrit comme un premier pas envers la restriction de la liberté de religion. En ce sens, les intégristes laïcs qui réclament à grand cris cette charte, jouent le jeu des islamistes de saper les bases de la civilisation occidentale. C’est pourquoi ils sont aussi dangereux, sinon plus, que les islamistes eux-mêmes.

Nous avons déjà un état laïque

burqua

 

Par Joey Laflamme

Un gros titre et boum, la Facebookosphère est lancée. J’avoue avoir tombé dans cette tentation de présenter mon opinion personnelle sur la question. C’est un débat émotif pour tout le monde évidemment, un débat qui doit avoir lieux, malgré que la première fois nous n’ayons pas vu le meilleur des penseurs du Québec se lever lors de la commission Bouchard/Taylor. Bien sûr, il s’agissait de demander l’avis des gens, on savait pertinemment qu’ils n’allaient pas produire une thèse doctorale. Donc, on a laissé à cette époque le soin à des gens parmi le peuple d’avoir l’air idiot à la télé pour débarrasser des mains du premier ministre Jell-o, qu’était Jean-Charest, de cette patate chaude. Quand un politicien est prêt à humilier ses propres concitoyens… Aujourd’hui, nous avons la première ministre la moins habile avec l’organe vocal qui nous ait été donné de voir depuis longtemps, mener un dossier aussi sensible : comment cela pourrait déraper? Si l’on doit parler laïcité allons-y gaiement.

D’abord la laïcité est ce concept selon lequel l’état est séparé des religions. C’est-à-dire que l’état n’intervient pas dans les croyances personnelles des individus et la religion, ou les hautes instances d’une religion, ne se mêlent pas de la chose de l’état. Donc, l’état serait mal venu de venir interdire la pratique d’une religion ou les religieux d’imposer leur moral afin de faire passer une loi. Dans ce sens nous sommes déjà un état laïc. Le fait qu’il y est une croix à l’assemblé national ou le drapeau Québécois ne change rien dans le fait que l’état demeure neutre dans ces décisions vis-à-vis la question religieuse. Monsieur Shafia[i] a eu le droit à la même clémence que la pourriture standard qui a le bonheur de s’asseoir sur un banc des accusés Canadien, qu’il soit musulman ou non, c’est-à-dire prison à vie avec une possibilité d’admissibilité à la libération conditionnelle après 25 ans. Donc, la religion n’a rien à voire là dedans, on voit bien que c’est notre système de justice déficient va lui permettre d’être libre dans 25 ans après avoir noyé ses filles.

Or, s’il s’agit dans le cas de la laïcité d’avoir un état neutre par rapport aux religions, que vient faire madame Marois avec sa fameuse charte? Et si la laïcité était un autre terme pour l’athéisme? Après tout, les gens que je connais étant les plus farouchement en faveur de la charte de la laïcité c’est les athées les plus militant ou convaincu que je connaisse. La laïcité est en quelque sorte devenue l’alibi parfait d’un athée pour essayer d’éliminer petit à petit la religion de « l’espace public » et ramener la pratique religieuse en une chose privée. Pour le moment, ça va bien puisqu’il s’agit uniquement des bureaux du gouvernement. Pourtant, les « laïques » nous parlent de l’espace public : est-ce innocent? Je ne le crois pas. Bien qu’il faut dénoncer les excès de l’Église durant la période de la grande noirceur, on vit un excès, ou un sentiment anti-religieux irrationnel, pour eux l’espace publique occupe un espace plus large.

Donc, dorénavant on va avoir l’état parfaitement laïc parce que la préposée de la SAAQ ne pourra plus mettre sa croix pour vous recevoir, ou encore l’employer de la SAQ avec son hijab va enfin être neutre quand va venir le temps de vous vendre l’alcool. Après tout le lieu de travail n’est pas l’endroit pour montrer ses « préférences religieuses ». Comme si la religion était une chose que l’on pouvait magasiner ou choisir. Comme si la croyance ou la non-croyance était du même ordre que l’idéologie politique. Moi-même, je ne comprend pas tout à fait ce qui pousse quelqu’un à croire, mais j’ai tendance à avoir un profond respect pour le croyant et en quelque sorte de l’envie pour celui qui est capable de s’adonner à l’acte de foi sans arrière pensée, de faire confiance en l’existence du divin et d’avoir un code moral à suivre. Le croyant qui entre dans une église ou une mosquée ne ressent très certainement pas la même chose que je ressens quand je suis rentré dans l’église St-Roch. C’est un sentiment de profond recueillement et de lien avec une force qui nous dépasse de loin, que l’on l’appelle Dieu, Yahvé, Allah ou simplement que l’on soit en admiration devant l’univers ou son immensité la religion nous enseigne en quelque sorte l’humilité et nous rappelle à quel point nous sommes petit en réalité. La religion est aussi la première tentative de l’être humain de poser un regard sur lui-même et de tenter une réponse. Peut-être que la réponse ne fut pas tout à fait exacte, mais au moins il nous reste la métaphore et les leçons que l’on peut en tirer. De plus, on oublie souvent de dire que la religion est un élément civilisateur, qui nous a extirpés de la condition de la bête pour nous emmener vers l’homme (humain). Du simple homo sapiens à l’homo civilis. La religion est une chose trop sérieuse pour être comparé aussi sottement aux « préférences personnelles » tel que l’allégeance politique.

Pour conclure, n’allez pas croire que je suis aveugle à l’Islamisme ou au danger qu’il représente. Mais je crois que nous visons mal avec cette charte. Il y a effectivement une forme d’intégrisme qui vise la destruction de la civilisation occidentale et par la même occasion de la démocratie libérale, parce que l’existence de notre liberté est une menace pour celui qui tente d’imposer un mode de vie moyen-âgeux. Alors visons bien. Surtout dans ce cas précis. Il est important de ne pas exclure justement, le musulman modéré, car c’est lui qui est sur la ligne de front de cette lutte. C’est lui la victime collatérale du terrorisme et l’athée intégriste en quelque sorte l’allié de l’intégriste, car ils font l’association facile entre l’Islam et l’Islamisme et mène par cet amalgame maladroit à une exclusion du modéré et un rapprochement de ce dernier vers les groupes radicaux. Pour eux l’islamisme n’est pas version dégénéré de l’islam, mais sa conclusion logique. Pour les prophètes de la gauche divine, ils ne peuvent  pas en être convaincus. Ils sont déjà en guerre contre l’occident et elle est l’idiot utile de ce nouveau fascisme. Par contre, pour ceux qui ont à cœur nos grandes valeurs de tradition libérale, c’est à vous que je m’adresse ici. Méfiez vous de la tentation d’amalgamer la religion au barbarisme. Les grands malheurs du XXe siècle ont été faits par des gens qui avaient un projet de société qui excluait la religion. Avouez qu’une préposée à SAAQ avec un hijab ne mène pas vers la conversion, que la religion ne mène pas forcément vers le terrorisme. L’identité Québécoise n’est pas menacé par ceux qui arrivent de pays étranger en affirmant leur valeur mais de nous, les Québécois, qui avons rejeté l’héritage de ce que nous avons été et une partie de ce que nous sommes.

 

 

 



[i] L’homme ayant assassiné ces filles et sa femme à Kingston, il s’agissait d’un crime d’honneur.