Archives par mot-clé : Offre et demande

Les désastres n’abrogent pas les lois économiques

Par Philippe David

Je sais que ce que je vais vous dire ne me rendra pas très populaire, mais dans le sillage de la série d’ouragans qui font rage dans les Antilles et chez nos voisins du sud, il est important de savoir pourquoi les lois économiques existent et pourquoi il faut résister à la tentation de les empêcher de faire leur travail.

Pendant les jours qui précèdent l’arrivée d’un désastre comme un ouragan, nous assistons toujours a une frénésie de préparations qui incluent l’achat effréné de denrées essentielles comme l’eau en bouteille, la nourriture en conserve, etc. Les sages auront déjà des réserves pour pallier à des situations d’urgence. Ceux qui ont déjà vécu le passage d’un ouragan auront probablement déjà une réserve d’eau dans leur sous-sol, mais beaucoup vont se laisser prendre au dépourvu et se précipiteront au magasin pour acheter autant de caisses d’eau qu’ils peuvent apporter, peu importe s’ils en ont besoin d’autant que ça ou non. On voit donc des gens sortir des magasins avec une dizaine de caisses de bouteilles d’eau, alors qu’en réalité, ils pourraient probablement survivre la situation d’urgence avec deux ou trois caisses. Le résultat inévitable est que dans un court laps de temps, toutes les tablettes sont vides et si vous avez eu le malheur de ne pas vous être levé assez tôt ce matin là, vous n’en aurez pas du tout.

De l’autre côté, il y aura ceux qui profiteront de la situation d’urgence pour vendre ces items à des prix exorbitants. Ils sont haïs de tous. On les traitera de crosseurs et de profiteurs de vouloir se remplir les poches grâce à la misère des autres et ils le sont probablement, mais ils auront de l’eau à vendre quand tous les autres n’auront plus une seule goutte. Devrait-on les en empêcher? Beaucoup d’états américains interdisent cette pratique et si vous approuvez de ce genre d’interférence gouvernementale dans le marché, c’est probablement parce que vous ignorez les conséquences.

Le système de prix

Ce qu’il faut comprendre est que dans l’économie, les prix fluctuent constamment au gré de l’offre et de la demande. Pour tout ce qui peut se vendre à n’importe quel moment donné, les quantités seront limitées. Si, pour un item en particulier, la demande excède la quantité disponible, les prix auront tendance à monter et plus la demande sera forte et plus les prix grimperont. À l’inverse, si un item est trop abondant, son prix baissera. L’effet de ces fluctuations de prix sera d’inciter d’une part les acheteurs de l’item qui est trop en demande à s’auto-rationner. Si un ouragan approche et que l’eau en bouteille est à $5 la caisse, vous allez probablement en emporter autant que vous pourrez. Si le prix grimpe subitement à $20 la caisse, vous allez certainement réviser la quantité à la baisse à un nombre plus réaliste. Ceci aura non-seulement l’effet d’étirer les stocks actuels et permettre à plus de gens d’acheter de l’eau, mais sachant qu’on peut vendre cette eau à quatre fois son prix normal, des gens d’autres régions hors de la zone de pénurie déploieront des ressources considérables pour apporter des caisses d’eau dans cette zone, permettant ainsi à d’autres de pouvoir avoir accès à de l’eau potable. Le système de prix agit comme un système automatique de rationnement.

À $5/caisse. Les gens emporteront jusqu’à 10 caisses (facilement), à $20 ils se limiteront probablement à 2 ou 3 caisses et à $50, ils n’en prendront qu’une. Si le magasin n’a que 100 caisses en stock, à $5 la caisse, 10 clients auront de l’eau, à $20 on aura de 30 à 50 clients qui sortiront avec de l’eau et finalement à $50 la caisse, 100 clients sortiront du magasin avec une caisse chacun. En plus, les prix plus élevés feront en sorte que des gens en dehors de la zone amèneront de l’eau le lendemain dans l’espoir de faire un coup d’argent et les magasins auront du stock sur les tablettes le lendemain, alors que si on laissait le prix à $5 la caisse, il n’y aurait aucun incitatif à se précipiter pour apporter des nouveaux stocks dans la région et la pénurie perdurera pendant des jours. Objectivement, on voit que si on laisse le prix augmenter, on a une meilleure allocation des stocks d’eau et on s’assure qu’il y aura un renouvellement rapide des stocks alors que si on empêchait ces prix d’augmenter, quelques gens se retrouveraient avec beaucoup plus d’eau qu’ils pourraient en avoir besoin, mais beaucoup seraient incapables d’en trouver et ils n’en trouveraient pas plus le lendemain ou le surlendemain.

Et les pauvres?

Vous allez certainement me dire «Ben oui! Et les pauvres vont souffrir si on laisse faire. Ils n’auront jamais les moyens de payer $50 pour une caisse d’eau! On ne peut pas en laisser certains s’en mettre plein les poches! C’est immoral!»

Oui, je comprends. Peu importe ce qu’on fait, des gens vont souffrir et n’auront pas suffisamment d’eau. Sauf que si on empêche les augmentations de prix, la crise durera plus longtemps et beaucoup plus de gens souffriront de la pénurie que si on laisse le système de prix faire son travail de rationnement.

Après le désastre…

Une fois l’ouragan passé, il faudra reconstruire. On aura besoin de beaucoup plus de matériaux de construction et de main d’œuvre qu’on aurait besoin en temps normal. Comment attirer ces ressources dans la zone sinistrée rapidement? En augmentant le prix de ces matériaux et la main d’œuvre bien sûr! Vous pouvez peut-être vous fier aux gouvernements, mais les bureaucraties gouvernementales sont souvent lentes à réagir . L’appât du gain donne généralement des meilleurs résultats peu importe ce que vous pouvez en penser. Le père de la science économique moderne, Adam Smith, parlait de la main invisible du marché. Le système de prix du marché fait en sorte que les mauvais traits humains comme l’avidité et l’appât du gain peuvent servir le bien commun. Une fois la situation d’urgence passée, l’offre et la demande feront en sorte de baisser les prix jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur niveau normal et même un peu plus bas pour écouler les surplus.

Quand on vit dans une zone ou frappent des désastres de façon plus ou moins fréquentes, comme la Floride ou le Texas ou dans le fameux «Tornado alley» du mid-west, il est sage de toujours avoir des réserves. Vous vous évitez ainsi bien des ennuis et vous ne paierez pas des prix exorbitants pour des denrées essentielles par manque de prévoyance. Même ici au Québec, la tempête de verglas de 1998 a démontré que nous ne sommes pas à l’abri des sautes d’humeur de Mère Nature. Avoir le nécessaire pour survivre une situation d’urgence pendant une semaine n’est pas un luxe, même ici. La meilleure solution sera toujours de ne pas vous laisser prendre par surprise.

L’offre, la demande et Uber

Par Philippe David

Je prend une petite pause et je laisse l’environnement de côté un moment pour donner mon petit grain de sel sur les récentes critiques du service Uber. 

La veille du Jour de l’An a toujours été une soirée hyper-achalandée pour les taxis. Contrairement au réveillon de Noêl qu’on passe surtout en famille, la veille du Jour de l’An est plus souvent fêtée dans les bars du centre-ville ou un peu partout à Montréal. Beaucoup en sortent trop pompette pour conduire et décident de prendre un taxi. Puisque les tarifs de taxi sont fixes, c’est plutôt difficile d’en trouver un à cette date et si vous en appelez-un, l’attente sera forcément longue.

Sauf erreur,  je crois que cette année est la première année que nous avons également Uber en plus des taxis la veille du Jour de l’An. Beaucoup de gens se plaignent qu’Uber ajuste ses prix lorsque des circonstances spéciales arrivent. Ce fût le cas pendant la grève des taxis à Londres comme ça l’a été aussi dans le cas du réveillon du Nouvel An.  La question est pourquoi est-ce ainsi? Uber ne pratique-t-il pas le « capitalisme sauvage » en chargeant $300 pour une course de 30 minutes? N’est-ce pas immoral de prendre avantage des gens comme ça? Si vous croyez ça, c’est qu’il vous manque des notions d’économie.

Parlons d’offre et de demande.

Comme je l’ai mentionné, le 31 décembre est probablement la soirée la plus achalandée de l’année pour les taxis et des services comme Uber. Ils sont incapables de fournir la demande. Ils n’ont tout simplement pas assez de voitures et de chauffeurs. Puisque les taxis ne peuvent pas fixer leurs propres tarifs. ils sont rapidement débordés.

Normalement, dans un marché sans entraves, lorsque la demande pour un service est trop grande le prix de se service augmente pour corriger l’imbalance. L’augmentation a pour effet de décourager les acheteurs marginaux pour laisser la place aux acheteurs qui sont beaucoup plus anxieux de se procurer ce service (ou ce bien) et qui seront prêts à payer plus parce que leur besoin est plus urgent. 

Cette augmentation a aussi pour effet d’attirer d’autres fournisseurs de ce service pour supplémenter l’offre. Éventuellement, on rejoint un nouvel équilibre. S’il s’agit d’une augmentation ponctuelle de la demande, les prix baisseront au fur et à mesure que la demande retourne à la normale.

Dans le cas des services de taxi, puisqu’ils ne peuvent pas varier leur prix, il résulte une pénurie qui ne se résorbera que lorsque la demande aura baissé. Autrement dit, bonne chance si vous cherchez un taxi à 3h du mat le premier janvier, vous n’en trouverez pas parce que les compagnies de taxi n’ont que très peu d’incitatif à ajouter plus de taxis sur la route pour une soirée.

Uber, en revanche, peut laisser ses prix fluctuer au gré de l’offre et de la demande, ce qui leur permet d’avoir plus de chauffeurs et de voitures pour des soirées très achalandées, étant donné qu’ils sont payés un pourcentage du prix de la course. Résultat: alors que les taxis sont indisponibles, Uber a encore des voitures disponibles.

Mais… Mais… $300 pour une course, c’est criminel!!!

Comprenons une chose: Uber est un service que personne n’est forcé à utiliser et l’application vous avertit des changements de tarifs et vous demande de confirmer avant de commander la course. Vous êtes donc parfaitement libre de refuser et si vous acceptez, c’est en pleine connaissance de cause. De plus, rien ne vous obligeait non-plus à vous saoûler la gueule au point de ne pas être en état de conduire.  Vous auriez pu boire plus responsablement ou vous arranger pour avoir un chauffeur désigné dans votre groupe qui va aller reconduire tout le monde à la fin de la soirée. Gageons que si on était habitués au fait que les prix deviennent plus élevés au Jour de L’An, même pour les taxis, peut-être qu’on boirait aussi de façon plus responsable.

La façon que vous planifiez votre soirée et que vous vous conduisez n’est pas la responsabilité d’Uber. C’est la vôtre.