Archives par mot-clé : Richesse

Que valent nos députés?

Par Philippe David

Il y a quelques semaines, suite à l’indignation au sujet de la prime de départ du ministre Yves Bolduc, il a été question de déposer un projet de loi pour modifier le traitement des membres de l’Assemblée Nationale afin d’éliminer ces primes et par la même occasion augmenter le salaire de base des députés et ministres. Il serait question, en échange de l’élimination des primes de départ (sauf pour des cas de maladie) et une contribution plus élevée à leur régime de retraite d’augmenter le salaire de base des députés de  88 186 $ à 136 010 $ selon les recommandations du rapport du comité de Claire L’Heureux-Dubé. À cette date, le projet de loi n’a pas encore été déposé et il est donc impossible de connaître les détails, mais en ces temps où le gouvernement prêche le contrôle des dépenses et prépare le terrain pour les négociations avec les syndicats des fonctionnaires, je crois qu’il est approprié de se poser la question: que vaut un député vraiment?

Des évaluations boiteuses.

Certains prétendent que nos députés travaillent très fort pendant de longues heures. Être député n’est pas un emploi de 9h à 17h, 40 heures par semaine, prétendent-ils et ce qu’ils font est tellement important. Ils méritent donc ce qu’ils gagnent et peut-être même plus. Après tout, beaucoup de fonctionnaires font plus qu’eux et nous devons leur offrir un bon salaire si nous voulons attirer des candidats de qualité.

Le problème est qu’autant pour les membres de l’Assemblée Nationale que pour les fonctionnaires d’ailleurs, la rémunération n’a rien à voir avec les forces du marche et est complètement arbitraire. Elle n’a absolument rien à voir avec la véritable valeur économique de leur travail qui est d’ailleurs impossible d’évaluer dans ces termes.

Public vs privé

Dans l’entreprise privée, les salaires sont évalués selon un jeu de l’offre et de la demande pour des talents particuliers et l’évaluation subjective de ce que ces talents peuvent rapporter à l’entreprise. La valeur du travail à tous les échelons a un rapport direct avec la productivité des travailleurs qui participent à divers degrés à la création de richesse en produisant le plus efficacement possible des biens et services appréciés des consommateurs. 

De l’employé de chaîne de montage au P.D.G. d’entreprise, le salaire de chacun est le produit d’une évaluation de ce que le travail de chacun rapportera à l’entreprise. Si l’entreprise est profitable, elle crée de la richesse, si elle ne l’est pas, elle gaspille des ressources et toute autre chose étant égale par ailleurs, si elle persiste dans cette voie, elle fermera éventuellement ses portes pour laisser la place à une entreprise mieux gérée. C’est grosso-modo comment les choses fonctionnent dans le domaine privé. Les entreprises produisent des biens et services selon les désirs des consommateurs qui paient volontairement pour ces biens et services.

Dans le domaine public c’est différent. Le gouvernement ne crée pas de richesse. L’argent qu’il reçoit est extrait sous forme de taxes et impôts que le citoyen n’a pas le choix de payer sous peine de se faire arrêter et jeter en prison. Puisque les revenus du gouvernement ne dépendent pas de la valeur des biens et services qu’il produit, il n’a aucun incitatif à livrer ces biens et services de façon efficace et productive. Puisque le gouvernement ne fait aucun profit ou perte, il est impossible d’évaluer la productivité de ceux qui y travaillent. Leur travail est en réalité une perte nette pour l’économie.

Le secteur privé crée la richesse, le secteur public la consomme et la redistribue, généralement aux petits n’amis du parti au pouvoir, laissant quelques miettes aux nécessiteux. Plus le secteur public est gros par rapport au secteur privé et plus nous nous appauvrissons collectivement.

Alors que valent nos députés?

Le québécois moyen gagne dans les environs de 43 000$ par an et doit en payer presque la moité en impôts, taxes et tarifs de toutes sortes à tous les paliers de gouvernement. Une partie de ça sert à payer nos député dont le rôle consiste, par chaque loi qu’ils votent et chaque nouvelle taxe qu’ils nous mettent sur le dos à restreindre nos libertés et nous appauvrir toujours un peu plus.

Je vous laisse décider ce que leur travail vaut pour vous, mais à mon humble avis, ils sont déjà surpayés. Gardez ça en tête quand ils présenteront leur projet de loi…

Les problèmes de l’égalité (1re partie)

 

Par Pierre-Guy Veer

(Inspiré d’une lecture du professeur Mark LeBar, lors d’un séminaire de l’Institute for Humane Studies (IHS) à l’Université Chapman, Californie, en juin 2012)

 

La gauche (qui veut plus d’intervention du gouvernement dans l’économie, principalement), adore l’égalité. Pour elle, tous nos problèmes seraient réglés si nous étions tous égaux. Mais égaux comment? En intelligence? Je ne crois pas qu’elle veuille que nous soyons des clones. Serait-ce plutôt en matériel (richesse, ressource, opportunité)? Si tel est le cas, alors il y a de nombreux problèmes. Non seulement existe-t-il plusieurs conceptions de l’égalité pour la gauche, mais en plus, elles sont mutuellement incompatibles.

 

Il y a tout d’abord l’égalité la plus populaire : celle des richesses (welfare). Pour les promoteurs de ce type d’égalité, l’humanité serait tellement mieux si nous pouvions tous vivre également bien avec un salaire similaire et avoir des vies mieux remplies. On pourrait sans doute lui attribuer l’indice Gini, qui mesure l’inégalité des revenus – plus l’indice est bas, plus les salaires sont semblables entre les citoyens d’un territoire donné.

 

L’égalité des richesses pose plusieurs problèmes. Tout d’abord, ça démontre une certaine jalousie. En effet, malgré que leur profession soit cartelisée2, les médecins reçoivent nécessairement un salaire plus élevé que les concierges à cause des nombreuses années d’étude et de formation nécessaires, sans compter tout le stress et les dangers reliés à la profession. Vouloir égaliser les salaires vers le bas découragerait les futurs médecins d’entreprendre leur carrière, tandis que les égaliser vers le haut ferait exploser les couts de l’entretien ménager. Ensuite, la seule mesure qu’on pourrait qualifier d’objective pour le bien-être humain est la satisfaction des désirs. Malgré leur écart titanesque de revenus, le Dalaï-lama et Bill Gates semblent relativement satisfaits de leur vie. A-t-on vraiment d’un jet privé, d’un écran de 60 pouces et d’un ordinateur dernier cri pour être heureux? Mais encore là, la satisfaction des désirs pose problème. Que doit-on faire si une personne a des désirs très dangereux (meurtre, drogues)? Aussi, à supposer qu’il soit possible de vraiment égaliser le niveau des richesses, que ferait-on si quelqu’un dilapide les siennes au casino? La société devrait-elle encore l’aider?

 

Égaliser les ressources

 

D’une façon similaire à l’égalité des richesses, certaines personnes préfèreraient plutôt que les gens soient égaux dans les ressources qu’ils détiennent. Une fois cette égalité réalisée, les gens se débrouilleraient.

 

Encore là, ce type d’égalité pose problème. À l’exception des ressources gratuites de la nature (soleil, air, pluie), tout ce que nous consommons a reçu une forme de transformation par les humains.Vouloir distribuer ces ressources « également » pour tous pourrait, tel qu’une égalisation salariale vers le bas entre médecins et concierges, décourager ladite production. Sans compter qu’on n’a pas tous les mêmes habiletés avec les ressources qu’on reçoit. Si je recevais une montagne de sable, je m’en servirais au mieux comme terrain de volleyball. Mais dans les mains de ces artistes qui fréquentent les concours de sculptures sur sable, cette même montagne deviendrait un chef-d’œuvre. Parlant de talent, est-ce que leur absence peut compter comme un manque de ressource? Est-ce que le fait que je sois calé en économie et pas en chimie fait de moi une personne « démunie »? C’est pour cette raison que les humains ont créé le commerce : afin de profiter des talents particuliers des autres. Sans cela, on serait obligé de tout produire nous-mêmes. Imaginez un Canada sans échanges commerciaux de nourriture pendant l’hiver…

 

Égalité des opportunités

 

Une autre sorte d’égalité populaire, surtout aux États-Unis, est celles des opportunités. Si tout le monde avait le même point de départ dans la vie, alors nous serions tous sur un pied d’égalité dans nos chances d’obtenir un emploi, par exemple.

 

Encore une fois, on se retrouve avec un manque de balises objectives. Comment peut-on vraiment mesurer les opportunités? Si c’est par le nombre d’options qui s’offre aux gens, alors l’égalité est impossible. En effet, nonobstant le corporatisme de plusieurs professions, il y aura toujours de ces emplois – ingénieur, chirurgien, architecte – qui exigeront une longue et pénible formation. Puisque chacun nait avec différentes priorités, et donc avec différents couts d’opportunité (faire X signifie qu’on ne peut pas faire Y de façon optimale), ce ne sera pas tout le monde qui voudra dépenser autant d’énergie sur une formation aussi ardue. Il semble plus juste de parler de liberté des opportunités plutôt que de leur nombre. Si le gouvernement considère tous ses citoyens égaux devant la loi, alors ils sont complètement libres de choisir l’emploi qu’ils veulent. Évidemment, certains employeurs pourraient arbitrairement discriminer certaines personnes. Aussi enrageant soit-ce, il serait immoral de forcer un employeur d’employer une personne qu’il ne veut pas; c’est une question de respect de la propriété privé. S’il est assez fou pour refuser d’engager des femmes, alors grand bien lui en fasse de discriminer la moitié de la population.

 

1Inspiré d’une lecture du professeur Mark LeBar, lors d’un séminaire de l’Institute for Humane Studies (IHS) à l’Université Chapman, Californie, en juin 2012

La grande illusion

Par Philippe David

 

C’est toujours intéressant de voir deux études apparemment contradictoires sortir quasi-simultanément. La semaine dernière, une étude de Martin Coiteux aux HEC démontrait que l’écart de richesse entre le Québec et les provinces plus riches au Canada s’agrandissait pendant que celui qui sépare la « Belle Province » des provinces plus pauvres s’amenuisait. En même temps, une étude par Luc Godbout et Marcelin Joanis pour Cirano, classe le Québec dans le top 3 des endroits où il fait mieux vivre, avec le Canada et l’Australie.

Selon MM. Godbout et Joanis, bien que le Québec soit plus pauvre, sa meilleure répartition des richesses, ses politiques publiques et sa cohésion sociale font que le Québec arrive à faire plus avec moins. Puisque mieux vivre requiert un minimum de richesse, comment expliquer que le Québec traine au 20e rang de l’OCDE en termes de richesse et en troisième place en termes de qualité de vie? C’est là que l’étude de MM. Godbout et Joanis perd en crédibilité. Elle néglige certains facteurs qui expliquent pertinemment que le Québec ne fait pas plus à partir de moins, mais qu’au contraire, il se donne une certaine qualité de vie en parasitant sciemment envers les générations futures et les autres provinces du Canada.

Nulle part dans l’étude de MM.  Godbout et Joanis est-il mentionné que ce que le Québec fait, il le fait au prix d’un endettement excessif et d’une dépendance aux transferts fédéraux. Le Québec est comme un enfant velcro qui continue de vivre sous le toit de ses parents et se sert allègrement dans leur frigo alors qu’il se paie toute sorte de petits gadgets hors de ses moyens à crédit. Il est certain qu’une personne menant  ce genre de train de vie peut sembler heureuse et confortable… Jusqu’à ce que les huissiers viennent frapper à sa porte pour reposséder ses meubles et que ses parents le mettent à la porte.

La dette du Québec, 5e parmis les pays industrialisés selon le Ministère des Finances, est une taxe sur les générations futures. On ne le dira jamais assez, semble-t-il. Ce sont nos enfants et petits-enfants qui finiront par payer pour notre bien-être artificiel. De même, nous profitons du fait que le Canada est un pays prospère pour nous attribuer sans gêne une partie de ses richesses et nous payer des programmes qu’aucune autre province au Canada ne se paye. Le fait que le Canada soit dans le top 2 au niveau du bien-être signifie que la majorité des autres provinces ont aussi une qualité de vie égale ou supérieure au Québec. C’est donc dire que la note du Québec n’a rien d’exceptionnel par rapport au reste du Canada. Cessons donc de nous faire des illusions.

Certaines personnes semblent tenter désespérément de défendre le modèle québécois et d’entretenir l’illusion qu’il s’agit là d’un modèle soutenable et juste. Ces gens devraient avoir honte. Non seulement ce modèle est-il insoutenable, mais il est aussi profondément injuste envers les générations futures et les autres contribuables canadiens.  Ce n’est pas de rendre service aux québécois que de vouloir à tout prix préserver un tel modèle, ça relève au contraire d’un égoïsme profond. Un égoïsme qui semble dire « au diable les autre, tant que j’ai mes propres conforts. » Peu importe que ces conforts sont payés à la sueur du front d’un autre. Je n’arrive pas à croire qu’au Québec nous souffrions d’un tel manque de moralité que nous puissions accepter le parasitisme comme choix de société. Il faut cesser de vivre cette grande illusion que nos choix passées et présents représentent la justice sociale. Ce n’est pas justice que de vivre au dépens des autre.

Keystone XL: un projet qui doit voir le jour

Quelques milliers de manifestants disparates se sont réunis devant la Maison Blanche dimanche afin de s’opposer au projet d’oléoduc Keystone XL. Ce projet vise à permettre le transport du pétrole de l’ouest canadien vers les raffineries du Golfe du Mexique. Il est un complément d’oléoducs déjà existants. L’objectif des manifestants est de faire pression sur le Président Obama afin qu’il s’oppose au projet et qu’il encourage des solutions énergétiques supposément plus vertes.

 

Alors que la production de pétrole est en déclin aux États-Unis, les Américains se tournent de plus en plus vers leur voisin du nord afin d’assurer leur approvisionnement en hydrocarbures. Le Président Obama fait de l’indépendance énergétique une des priorités de son administration et le partenaire canadien est préféré aux fournisseurs traditionnels du Moyen-Orient. Le Canada est un État stable et un partenaire commercial démocratique de premier plan. De plus, notre nation a un intérêt énergétique complémentaire évident avec son voisin.

 

En réalité, il est fondamentalement dans l’intérêt national des deux pays que l’oléoduc Keystone XL soit mis en oeuvre rapidement. Les Américains ont besoin de pétrole et le Canada en a à exporter. Pour le Canada, exporter ses matières premières est essentiel; c’est un aspect important de toute sa stratégie économique et du développement des ses industries. Le marché américain est vaste et ses besoins en énergie sont gigantesques.

 

Comme on peut s’en douter, ce projet, comme tout ceux qui impliquent le pétrole, engendre une levée de bouclier de la part des environnementalistes. Ceux-ci craignent la pollution et de potentielles fuites de l’oléoduc. Or, la technologie moderne réduit les risques à une fraction des autres modes de transport. L’oléoduc prévu est une construction de routine pour l’industrie. L’entreprise impliquée dans le projet, TransCanada Pipelines, estime qu’il y a environ 200 000 miles de telles structures aujourd’hui aux États-Unis. Quand entendons-nous parler de problèmes et de fuites? Le transport par bateau, de son côté, est beaucoup plus risqué. En plus du trajet du navire, il implique le remplissage et le déversage des hydrocarbures.

 

Les environnementalistes s’attaquent aussi au pétrole en lui-même en affirmant que le pétrole des sables bitumineux est sale et polluant. À ce niveau, on peut parler de mauvaise foi et de protectionnisme américain mal placé. Les sables bitumineux ne sont certes pas plus nocifs que les gisements américains de pétrole lourd. De plus, les États-Unis ont largement recours au charbon et à l’éthanol dans l’ensemble de leur production énergétique. On ne peut pas dire que ces deux sources d’énergie soient moins polluantes que le pétrole canadien.

 

En raison des intérêts nationaux des deux pays, les hydrocarbures canadiens seront acheminés vers les États-Unis d’une manière ou d’une autre. Il serait donc ridicule de freiner la mise en oeuvre de l’oléoduc Keystone XL alors qu’il est le mode de transport le plus économique et le plus sûr.