Archives par mot-clé : RLQ

Merci Joanne et au revoir…

Par Philippe David

Aux ondes du FM93 à Québec ce matin, mon amie Joanne Marcotte a annoncé qu’elle prenait une année sabbatique des chroniques et des médias, suivi d’une explication et d’un bilan des ses réalisations sur son blogue. J’accueille cette nouvelle avec un petit pincement de cœur, je l’avoue.

J’ai connu Joanne Marcotte au travers de mon implication au Réseau Liberté Québec. Ce fût un plaisir et un honneur de travailler avec elle. Je demeure d’ailleurs un fan inconditionnel. C’est une grande dame qui, je crois, a été pendant 15 ans une des principales figures de proue du libéralisme au Québec. Ses réalisations sont multiples. Son documentaire, «L’Illusion Tranquille» et son livre «Pour en Finir avec le Gouvernemaman» sont encore plus pertinents que jamais aujourd’hui. Malgré le fait que le RLQ est maintenant inactif, ce qu’elle a créé avec Ian Sénéchal, Éric Duhaime et Roy Eappen a permis à une certaine droite de sortir du placard et de s’affirmer alors qu’avant elle ne consistait que de quelques voix seules et isolées dans les blogues et les médias sociaux. À travers sa visibilité médiatique, elle a beaucoup contribué à amener le libéralisme et le conservatisme fiscal sous les projecteurs et populariser ces idées encore méconnues.

Lorsque j’ai commencé à bloguer en 2006, on ignorait encore ce que c’était une idéologie de droite au Québec, encore moins ce qu’est le libéralisme classique ou le libertarianisme, tellement le débat constitutionnel occupait l’espace médiatique. Avec son documentaire, son blogue et ses interventions dans les médias, Joanne a su partager avec le Québec des idées politiques jusque-là très obscures. Elle a aussi accueilli le blogueur marginal que j’étais à l’époque et m’a fait sentir que mes écrits étaient appréciés et m’a inclus dans certains projets au RLQ. Pour cela je lui serai toujours reconnaissant. Si j’écris encore, c’est un peu grâce à elle.

Je crois que je peux dire que sa présence va me manquer, quoique je suis sûr qu’on aura l’occasion de se jaser sur Facebook de temps en temps. Son absence des ondes va créer un vide qui sera difficile à remplir. Cependant, je peux comprendre que la célébrité a un certain coût. Ça finit par user à la longue. Un petit repos lui fera certainement le plus grand bien.

Merci infiniment Joanne pour ta ténacité et ton intelligence et pour tout ce que tu as fait pour nous qui continuons de se battre pour nos idées. Tu vas nous manquer. Mais malgré tout, je conserve l’espoir que ce n’est qu’un au revoir plutôt qu’un adieu.

Les pleutres

 

Par Philippe David

Le budget a été déposé et sans surprise, le PQ a augmenté les impôts des contribuables gagnant plus de $100 000, rendu la taxe santé progressive,  augmenté les taxes sur le tabac et l’alcool, ainsi que dégelé les tarifs d’électricité. On distribue toutes sortes de bonbons. Les frais de scolarité et de garderies restent gelés, aucune coupure sérieuse dans la bureaucratie ou dans le BS corporatif. En fait, je me demande comment Nicolas Marceau arrive à dire qu’ils atteignent l’équilibre budgétaire en gardant son sérieux. Quand mon budget est équilibré, ma dette ne continue pas à grimper, alors comment se fait-il que malgré un transfert de 1,5 milliard du fonds des générations à la dette, celle-ci bondit quand même de $10 milliards et continue de croitre à $265 la seconde? C’est quand même prendre les gens pour des cons que d’essayer de leur passer un tel sapin avec de la comptabilité créative.

Nicolas Marceau, comme ses prédécesseurs a choisi la voie de la paresse et de la facilité et fait passer l’effort d’un retour fictif à l’équilibre budgétaire sur le dos des contribuables les plus taxés en Amérique du Nord.

Par ailleurs, on apprend que le PLQ, malgré qu’il décrie le budget, ne tiendra pas sa promesse de voter contre le budget. Il semble qu’ils ne feront pas équipe avec la CAQ pour renverser le gouvernement. Selon Jean-Marc Fournier, il serait irresponsable de forcer une élection après moins de 100 jours. C’est juste, mais ils pouvaient également former une coalition avec la CAQ pour remplacer le PQ. Avec plus de 60% de la population derrière eux, ils auraient toute la légitimité pour gouverner. Bien plus que le gouvernement actuel et c’est parfaitement constitutionnel. Il est impératif de déloger ce gouvernement de pee-wees. Je déplore que les libéraux agissent comme des pleutres. C’est pourquoi je suis fier d’annoncer ceci:

En réponse à ce budget presse encore le contribuable québécois comme un citron et dans le but de générer un mouvement de protestation, le Réseau-Liberté Québec initie la campagne « Non aux hausses d’impôt« . Cliquez sur le lien pour vous rendre au site web et signer une lettre ouverte enjoignant le gouvernement à renoncer à toute hausse du fardeau fiscal des québécois et exhortant les députés de l’opposition à voter contre le budget si le gouvernement ne recule pas. Le site a aussi une page vous permettant d’envoyer des courriels à tous les députés de l’opposition leur demandant de voter contre ce budget. Faites-vous entendre!

L’épouvantail de la « droite religieuse »

C’est étonnant à quel point le terme « droite religieuse » semble causer tout un émoi ici au Québec. La seule mention de ce terme semble nous ramener à l’époque où l’Église catholique menait nos vies. Automatiquement, on songe au retour à la grande noirceur. On évoque un retour à la criminalisation de l’avortement, à l’homophobie, à l’imposition d’un code moral rétrograde, que sais-je encore. Et si cette épouvantable droite moral n’était que ça: un épouvantail.

Bien sûr il existe des gens qui sont contre l’avortement et qui sont homophobes. Il y en a tant à gauche qu’à droite qui tentent d’utiliser l’état pour imposer leurs valeurs et leur code moral aux autres. Règle générale, ce sont des marginaux. Peut-être pas tant que ça à gauche, mais au Québec en tout cas, à droite c’est des marginaux.

Je vous le dis tout de suite je ne suis absolument pas religieux. Il y a au moins 4 ans que je n’ai pas mis les pieds dans une église. On ne peut certainement pas m’accuser d’être un fanatique religieux. Cependant, puisque je crois en la liberté, je crois donc au droit de chacun de croire ce qu’il veut et agir selon ses croyances. Cela dit, les religions ne me dérangent pas tant qu’ils n’essaient pas de m’imposer leurs croyances.

Un des grand problème de notre société, telle qu’elle est organisée présentement, est cette idée du « one-size fits all ». Nous avons un système de santé à taille unique, un système d’éducation à taille unique et quoi d’autre encore, où nous essayons tant bien que mal de faire rentrer des tas d’individus, tous différents, dans le même moule.  Pourquoi y a-t-il des gens qui imposent leurs valeurs aux autres? Parce que nous semblons incapables de concevoir une société dans laquelle des valeurs différentes puissent coexister. Ici, il faut que tout passe par l’état et que tout soit uniforme. Mais ce paradigme est dépassé.

Ça m’étonnera toujours de voir des partisans de la droite considérer la droite sociale avec dédain. Mais pourtant, quand la liberté est notre idéal et que notre but est de réduire l’influence de l’état dans nos vies, les désirs de la droite sociale n’entreront pas nécessairement en conflit avec le « plus de liberté et moins d’état » que préconise la droite libertarienne ou fiscale.

Selon un article publié hier dans la feuille de chou nationalo-gauchiste (Le Devoir), certains de mes confrères du RLQ auraient une peur bleue de militants de la droite religieuse au sein du PCQ. Après tout, le sinistre Richard Décarie ne fait-il pas partie de leur exécutif? (Jouez votre thème préféré de film d’horreur dans vos têtes)

Passons sur le fait que Le Devoir a tout intérêt à publier des articles pour semer la zizanie parmi les rangs de la méchante droite, de quoi mes collègues ont-ils peur au juste? Un autre débat sur l’avortement? Désolé, c’est une juridiction fédérale, le PCQ n’a rien à voir avec ça, adressez vos plaintes à Stephen Harper. Le mariage gai? Même chose. La justice et l’ordre? Pourtant, la majorité des Québécois étaient pour le projet de loi C-10, alors même si c’est encore une juridiction fédérale, la seule différence que ça ferait d’avoir une gouvernement conservateur à Québec c’est que nous ne chercherions pas à l’adoucir comme Jean-Marc Fournier veut faire. Cependant, comme vous, nous sommes inconfortables avec C-30.

Je vais vous faire un aveu. Sur son site, le PCQ nous fait déjà part de son plan diabolique de domination ultra-catholique (Muahahahaha!). Nous allons abolir le cours d’ECR. Et non, ce cours ne sera pas remplacé par des cours d’enseignement religieux, parce que de toute façon, le PCQ prône une réforme en profondeur de l’éducation, intégrant un système de bons d’études, qui donnera la liberté de choix aux parents. Quelle horreur! … Pour la gauche du moins. Oh, et nous promettons aussi une réforme des services de garde… Oooooooh! Est-ce que je vous fais peur?

Alors,  la prochaine fois qu’on essaiera de vous faire peur avec le fameux épouvantail de la droite religieuse, allez-donc voir le site du Parti Conservateur du Québec et vous saurez qu’il n’y a rien de plus faux.