Archives par mot-clé : Syndicats

Marie-Antoinette part à la retraite

Par Philippe David

Au moment que j’ai écrit ces lignes, vous avez probablement  entendu parler du courriel éventé par le Journal de Montréal provenant d’une fonctionnaire de l’agence de revenu du Québec qui part pour une pré-retraite d’un an à plein salaire,  dans lequel elle faisait part à ses collègues de tous ses petits projets de voyage et de se la couler douce.  Beaucoup ont trouvé cette histoire choquante. Pour ma part, ce n’est pas tant le contenu du courriel que l’attitude derrière qui me choque. 

Lorsqu’informé de l’histoire, le Président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux a souligné que la dame ne fait que profiter d’avantages qui lui sont dus. C’est vrai. Ça ne change cependant rien au fait que comparativement aux conditions de travail plupart des contribuables québécois, les avantages dont jouissent les fonctionnaires sont carrément indécents.

Une étude récente de l’Institut Fraser rapporte qu’en moyenne, les salaires des fonctionnaires du Québec (tous niveaux de gouvernement confondus) sont 10,8% plus élevés que ceux qui travaillent dans le secteur privé. Comme si ce n’était pas assez, ils bénéficient  également de la Rolls Royce des plans de retraite, de congés payés accumulables, moins d’heures de travail et une sécurité d’emploi en béton armé. Les graphiques ci-dessous, tirés de l’étude illustrent bien ces différences:

Condittions de travail public vs privé

 Bien entendu, pour ceux qui suivent un peu l’actualité, rien de tout ça n’est nouveau. Il y a belle lurette que les fonctionnaires du Québec sont choyés. La dame mentionnée plus haut bénéficie du fait que les fonctionnaires peuvent cumuler leurs congés de maladie inutilisés tout au long de leur carrière pour se payer un an sans travailler à plein salaire. Allez voir combien de travailleurs du privé peuvent se permettre ça. Vous allez chercher longtemps. 

Pourtant, ce qui est le plus scandaleux n’est pas tant ces conditions de travail privilégiées, mais l’attitude des fonctionnaires quand ils défendent leurs privilèges. Les commentaires à la chronique d’hier de Michel Hébert en disent long à ce sujet. Pour eux, ce sont des acquis qu’ils ont mérités (en travaillant moins et en s’absentant plus que tout le reste du monde) et ils s’en félicitent sans gêne aucune.

Mais la réalité est toute autre. Ces conditions de travail, ils les ont obtenues parce que les services qu’ils prodiguent sont monopolisés par l’état et que seulement la menace d’une grève tient toute la population en otage puisque, contrairement au privé, la clientèle ne peut pas aller voir un compétiteur. Le gouvenement n’est pas non-plus soucieux de la rentabilité puisqu’ils obtiennent leurs revenus des contribuables par la force.  Leur intérêt ne se retrouve pas dans les moyens de payer pour tous ces avantages mais de préserver la paix sociale. Les négociations syndicales dans le secteur public se résument généralement à l’image d’un négociateur syndical qui pointe un révolver sur la tempe du contribuable pendant qu’il passe le stylo au politicien en disant « Signe ça ost…! »

Les avantages des fonctionnaires sont donc le fruit d’une extorsion grossière sur le dos des contribuables, qui eux n’ont pas ces avantages mais, comme la noblesse d’autrefois, soit les fonctionnaires en sont totalement ignorants ou ils s’en tapent royalement. Ils tiennent à leurs privilèges et si le bon peuple n’a plus de pain, tant pis! Qu’ils mangent de la brioche! 

Souvenez-vous en la prochaine fois que vous les verrez dans la rue à protester contre «l’austérité» parce que les contribuables ne devraient pas être les seuls à se serrer la ceinture.

Faustérité

Par Philippe David

Samedi dernier, ça hurlait dans les rues. Avec la mise à jour économique  de Carlos Leitao d’hier, ça risque de continuer à hurler contre la soi-disant « austérité ».  Pourquoi hurlent-ils? Certainement, les contribuables ont de quoi hurler. On leur balance taxe par-dessus taxe, tarif par-dessus tarif. Certainement eux, ils doivent se serrer la ceinture. Mais qu’en est-il des autres?  N’est-ce pas ironique que ceux qui hurlent le plus, sont en fait ceux qui en perdent le moins au change?

Les gras-dur

Les syndicats font certainement beaucoup de bruit, mais pourquoi? Est-ce que le gouvernement a congédié 30% de la fonction publique comme en Estonie? Ont-ils coupé leurs salaires de 20% comme en Grèce (ou comme l’a fait René Lévesque en 1980)? Ont-ils supprimé leur sécurité d’emploi ou remplacé leurs régimes de retraite dorés à prestation déterminées contre des régimes à cotisations déterminées comme ils ont fait en Suède (pourtant le modèle préféré de la gauche)?

Ont-ils privatisé des services publics? Ont-ils aboli des ministères? Ont-ils fait ne serait-ce qu’une réforme structurelle? Les syndicats se plaignent de quoi au juste? Si le gouvernement de Philippe Couillard avait fait ce que des pays comme la Suède, l’Estonie ou la Lettonie ont fait, les syndicats auraient eu de quoi hurler, mais ils braillent la bouche pleine! Personne ne leur a encore rien enlevé si ce n’est que de leur faire payer un peu plus pour leurs régimes de retraites dorés, que la majorité des contribuable qui payent pour n’ont pas.  Dites-moi que ce n’est pas totalement pervers!

La vraie austérité.

La vraie austérité c’est de remettre en question notre façon de faire. C’est de revoir ce qui fonctionne et qui en fonctionne pas et éliminer ce qui ne fonctionne pas. Ce n’est pas faire juste quelques coupes cosmétiques et faire le reste du retour à l’équilibre budgétaire en jouant dans la colonne des revenus.

Jusqu’ici, ce que j’ai vu du gouvernement c’est faire porter un complet à rayures verticales à quelqu’un souffrant d’obésité morbide pour essayer de l’amincir  plutôt que de lui faire une gastrectomie et une liposuccion.  Parce que c’est vraiment de ça que l’état québécois a besoin.

D’autres l’ont fait

Comme je l’ai mentionné plus haut, d’autres pays l’ont fait, notamment la Suède, l’Estonie et la Lettonie. Ils ont osé regarder leur modèle, le remettre en question et tenter dégraisser la machine.  Quand aurons nous des politiciens qui auront le courage de faire la même chose plutôt que de nous infliger toujours plus de taxes et de tarifs?

 

Le fusil sur la tempe

Par Philippe David

Un aspect du débat autour du projet de loi 3 sur la pérennité des régimes de retraite des employés municipaux qui, je crois, ne reçoit pas suffisamment d’attention est la légitimité.

Si on devait en croire les matamores des syndicats, ce projet de loi met en péril les acquis de leurs membres et donc, tout leur est permis pour protéger leurs acquis. La réalité est que leurs acquis ne sont absolument pas menacés. Tout ce que le projet de loi fait est de forcer les employés du secteur public à contribuer plus à leur retraite. La retraite dorée à 50 ans est certainement encore là pour ces travailleurs, ce qui est loin d’être le cas pour ceux qui payent les taxes qui ont comblé les déficits de ces régimes au cours des années.

La Rolls Royce

Les employés du secteur public jouissent de privilèges que l’écrasante majorité des travailleurs du privé n’ont pas. Ils ont la Rolls Royce des plans de retraite (Cadillac, c’est même plus assez riche pour décrire ces régimes. Ce sont des Rolls Royce, des Bentley, des Lamborghini même! Rien de moins!). Ce sont des régimes à prestation déterminées.

Qu’est-ce qu’un régime à prestation déterminées? Simplement, on vous garantit que peu importe l’état de la caisse de retraite, on vous pairera à la retraite un montant x, généralement un savant calcul basé sur le nombre d’années de service et vos meilleures années de salaire. Après 25 ans de service, certains régimes vont vous garantir jusqu’a 70% de la moyenne de salaire de vos 5 meilleures années, indexé au coût de la vie. Considérant qu’une fois à la retraite, votre coût de la vie est considérablement réduit (après tout, vos enfants ont présumément quitté le nid et vous n’avez pas toutes ces dépenses reliées à l’emploi), donc 70% du salaire de vos meilleures années est énorme et vous permet de maintenir un niveau de vie encore plus élevé que lorsque vous travailliez.  Certainement ce genre de régime est un rêve pour ceux qui peuvent en bénéficier. Ils obtiennent, tout au long de leur retraite, peu importe combien d’années ils vivent, une rente substantielle à l’abri de tous les aléas des marchés.

Cependant, si justement, on se retrouve avec de moins en moins de cotisants, le régime devient de plus en plus dépendant aux rendements des marchées pour maintenir leur viabilité et si ces rendements ne sont pas au rendez-vous, la caisse de retraite peut facilement se retrouver en déficit.  Qui doit combler ces déficits? Selon les syndicats, c’est à l’employeur. Mais dans le secteur public, l’employeur c’est vous!

Et le reste d’entre nous?

Même parmis les plus grosses entreprises du Québec (200 employés et +), moins de 50% des travailleurs ont la chance d’avoir un tel régime. De plus ce type d’entreprise compte pour moins de 1% de toutes les entreprises au Québec, ce qui fait que la grande majorité des travailleurs du secteur privé n’ont pas ce genre de régime. Une autre distinction importante est le nombre d’années de service. Pour obtenir les prestations maximales, il faut travailler pour le même employeur 25 ou 30 ans. Ce n’est pas inhabituel du côté public, mais qui, de nos jours, travaille encore aussi longtemps pour le même employeur?

Donc, non seulement très peu de travailleurs du privé ont accès à des régimes à prestation déterminées, mais encore moins de ces travailleurs pourront prendre leur retraite avec pleine pension. La retraite dorée des employés du secteur public n’est donc qu’un rêve inaccessible à la grande majorité des travailleurs qui pourtant sont forcés à contribuer aux régimes des employés publics.

L’Iniquité avec un grand « I »

Quand je dis que les travailleurs du privé sont forcés de contribuer aux régimes de retraite des employés, ce n’est pas seulement au sens figuré. Ces travailleurs n’ont guère le choix que de payer leurs taxes et impôts, dont une partie est allé à fournir non-seulement les contributions normales de l’employeurs, mais aussi combler les déficits, très substantiels dans certain cas, de ces régimes.

Si encore ces privilèges avaient été obtenues par le biais d’ententes de bonne foi entre les syndicats et la partie patronale, mais dans le sercteur public, nous savons tous qu’il n’en est rien. Le terme « libre négociation » brandi par les syndicats n’a jamais été autre chose qu’une grosse farce dont nous sommes tous les dindons.  Ces privilèges ont toujours été obtenus en prenant la population, dépendante des services municipaux et gouvernementaux monopolisés, très littéralement en otage comme s’ils avaient un fusil sur la tempe. Comment alors peut-on parler de bonne foi? L’usage de la force, de l’extortion, du vandalisme sont-ils ce qu’on appelle « négocier de bonne foi »?

Comment se fait-il que nous acceptons encore la légitimité de ces privilèges accordés à une infime minorité au dépens de la grande majorité des travailleurs? Qu’est-ce qui rend cette minorité plus méritante que les autres? Rien, sauf le rapport de force dont ils jouissent.

Certains vous diront qu’il faut vivre dans la réalité. Que ces privilèges ont été accordés depuis si longtemps qu’ils sont maintenant des acquis que nous ne pouvons pas retirer. J’imagine que c’est probablement ce qu’on disait naguère des titres de noblesse. Du moins, jusqu’à ce qu’on décide de passer quelques nobles à la guillotine. Mais maintenant, la nouvelle noblesse, ce sont les employés du secteur public et il arrivera un jour où leurs privilèges ne seront plus tolérés.

Liberté 46

Par Philippe David

Comment aimeriez-vous prendre votre retraite aussi jeune que 46 ans avec presque $1 million  en capital accumulé après avoir gagné un salaire de $71 000 par an pendant 25 ans de carrière?

Que faut-il faire? Être entrepreneur? Être patron d’entreprise? Professionnel de l’informatique? Bonne chance! Pour pouvoir faire ça dans le secteur privé, il vous faudrait mettre de côté 40% de vos revenus dans vos REER à partir de l’âge de 21 ans et dans la réalité, vous n’avez droit qu’à 18%.

Non. Vous ne pouvez avoir ce genre de retraite pratiquement nulle part dans le secteur privé, mais vous pourriez l’avoir dans le secteur public, plus précisément en travaillant comme… Pompier. Et en bonus, vous n’aurez qu’à contribuer que 6% de votre salaire à votre fond de retraite au lieu de 40%. Vos voisins, qui peineront à travailler probablement jusqu’à 65 ans et finiront probablement à peine au-dessus du seuil de pauvreté pour leurs vieux jours, paieront le reste.

Ce n’est pas que je ne crois pas que les pompiers méritent d’être bien traités. Leur travail est difficile et même quelques fois héroïque, mais tout leur salaire et bénéfices sociaux provient d’un processus d’extorsion qui débute avec l’usage de la force de l’état pour prélever les impôts et taxes et qui généralement fini par une prise en otage de la population par les syndicats. La preuve de cette extorsion, nous en avons été témoins il y a quelques jours par la réaction des pompiers quand on a voulu leur faire contribuer un peu plus à leur plan de retraite. « Touche pas à mes nananes! » Qu’ils fassent un boulot dangereux ne les excuse pas.  Que leurs « nananes » acculent les villes au bord de la faillite, leur  importe peu. Que leurs concitoyens soient taxés à l’os pour payer leur retraite non-plus.

J’en ai vu blâmer ce genre de comportement sur un individualisme sauvage. Mais ça n’a rien à voir avec l’individualisme.  Le syndicalisme et le socialisme qui ont donné ces avantages aux pompiers représentent tout sauf l’individualisme. Ils sont au contraire tous pour un collectivisme qui opposent les groupes un contre les autres et qui se disputent jalousement le butin que représente le trésor public. Et au diable les autres. Il n’y a en effet rien de plus égoïste qu’un socialiste qui se bat pour son bonbon.  Gare à celui qui se mettra en travers de son chemin.

Dans le secteur privé, même les syndicalistes les plus radicaux doivent se plier à l’exigence de la rentabilité de l’entreprise lorsqu’ils font des revendications. Dans le secteur public, on se fout littéralement de la capacité de payer du contribuable. Si on ne peut pas le payer aujourd’hui, on le pellete en avant sur la dette et nos arrières-petits enfants le paieront! Pas de problème! Nous le méritons bien! Que nos descendants n’aient plus d’argent pour résoudre leurs propres problèmes importe peu, n’est-ce pas?

Voyez-vous, quand vous voyez les syndicalistes scander « so, so, so… », ils parlent de solidarité pour eux. Ils se fichent bien de vous.

 

Gabriel Nadeau-Dubois coupable d’outrage au tribunal

 

Par Simon Leduc

L’ancien leader de la CLASSE a été reconnu coupable d’outrage au tribunal. Le juge affirme que GND a encouragé les étudiants à défier l’injonction obtenue par Jean-François Morasse. Celui-ci s’était tourné vers les tribunaux afin de pouvoir suivre son cours universitaire. Sur les ondes de Radio-Canada, le leader étudiant avait clairement demandé à ses camarades de ne pas respecter le jugement de la Cour supérieure du Québec. On doit saluer le bon jugement du magistrat dans ce dossier. Il faut que cela soit clair, personne n’est au dessus des lois. Le geste de GND est inacceptable et il doit être dénoncé. Dans un pays démocratique, on ne peut pas encourager la désobéissance civile comme l’a fait l’ancien porte-parole de la frange radicale du mouvement étudiant. Le petit anarchiste joue à la victime et il affirme que c’est une attaque sa liberté d’expression, elle est bien bonne. Il y a des limites à cette liberté d’expression et on ne peut pas remettre en question la légitimité du pouvoir judiciaire dans un système démocratique. Gabriel Nadeau-Dubois mérite de payer pour son geste odieux et antidémocratique, point à la ligne.

L’apprenti syndicaliste a annoncé qu’il va aller en appel de ce jugement. C’est un geste tout à fait légitime de sa part. Je me pose la question suivante : Qui va payer les frais d’avocat du jeune homme? La réponse est l’employeur de Monsieur Nadeau-Dubois : la CSN. Les travailleurs de cette puissance centrale syndicale vont être heureux de payer (par l’entremise de leurs cotisations syndicales) les frais juridiques de GND. Je vais continuer dans l’indécence syndicale. La Fédération des enseignants de cégep a annoncé son désir d’aider financièrement la pauvre victime dans sa cause en appel. Cela ne me surprend pas. La majorité des professeurs du réseau collégial est gauchiste. En tout cas, Gabriel Nadeau-Dubois n’aura pas de problème d’argent car il peut compter sur l’appui financier du puissant syndicalisme québécois.

Un jour, il va falloir remettre en question la fameuse Formule Rand. Il ne faut pas compter sur l’ami des grandes centrales syndicales pour toucher à cela : le gouvernement Marois.

Les liens entre les syndicats et les associations étudiantes et la sortie médiatique de Lucien Bouchard :

Par Simon Leduc

Les syndicats et les associations étudiantes : même combat 

TVA nouvelle a appris que l’ancien porte-parole de la CLASSE Gabriel Nadeau-Dubois a déniché un emploi à la Confédération des syndicats nationaux (CSN). L’ancien leader de la frange radicale du mouvement étudiant a le droit de travailler pour un syndicat, c’est un choix personnel et il faut respecter cela. Mais, on ne me fera pas croire que la CLASSE n’a pas de liens avec les syndicalistes de la CSN. Lors du conflit étudiant, la centrale syndicale a financé l’association étudiante extrémiste à la hauteur de 35000$, ce n’est pas rien. On va se dire les vraies affaires, les dirigeants de la CLASSE ne défendent pas les intérêts de ses membres mais bien ceux de ses petits amis idéologiques et le passage de GNB à la CSN le prouve bien. C’est la même chose concernant les deux autres groupes étudiants (la FECQ et FEUQ). Ceux-ci ne représentent pas les intérêts des jeunes mais bien ceux de leurs amis gauchistes et le passage de Léo Bureau Blouin au PQ en est une autre preuve. Je ne crois pas que tous les étudiants sont des gauchistes partisans du Parti québécois et de Québec solidaire. Les jeunes d’allégeance plutôt conservatrice doivent être tannés en maudit de payer des cotisations aux clubs écoles des grandes centrales syndicales. Celles-ci sont en partie responsables de l’état de délabrement économique de la société québécoise et du gâchis que les jeunes générations vont hériter. Les étudiants devraient avoir le choix d’adhérer ou non à une association étudiante. Comme cela, leur liberté de choix serait respectée. Le seul rôle d’une association étudiante est de défendre les intérêts de ses membres et non pas de faire de la petite politique partisane. La liberté de choix est un principe sacré qui n’est pas respecté par les syndicats et leurs clubs écoles, cela me dépasse. Après cela, ces groupes qui se targuent d’être progressistes font des leçons de démocratie à Stephen Harper, cela me fait bien rire.

Lucien Bouchard : un grand chef d’État 

L’ancien premier ministre a fait une tournée des médias pour faire la promotion de son nouveau livre (lettres à un jeune politicien). On lui a posé des questions concernant la situation post élection. Lucien Bouchard a écorché au passage son ancien parti. Celui-ci affirme que le Parti québécois n’a pas de programme économique et que les référendums d’initiatives populaires seraient nuisibles pour le Québec. Il a bien raison de dire qu’une troisième défaite référendaire affaiblirait la Belle province. Selon lui, la souveraineté n’est pas une priorité et qu’il faut s’occuper des vraies priorités : l’éducation, la santé, la dette, l’état des finances publiques et le création de richesse. L’incompétence économique du Parti québécois est flagrante et M. Bouchard ne doit pas reconnaître son ancien parti qui avait pourtant lutté avec succès pour le déficit zéro. Contrairement à Pauline Marois, M. Bouchard est un véritable homme d’État. Celui-ci n’aurait jamais porté le carré rouge et ainsi défendre les intérêts d’un lobby. Lorsqu’il était premier ministre, il gouvernait pour la majorité silencieuse et non pas pour des groupes de pression. C’est tout le contraire de la nouvelle première ministre et l’abolition prochaine par décret de la hausse des frais de scolarité (qui est pourtant appuyée par une majorité de Québécois) le prouve bien. Elle va agir ainsi pour faire plaisir à ses petits amis carrés rouges, c’est révoltant. On aurait besoin d’un leader de la trempe de Lucien Bouchard mais malheureusement, on doit se contenter d’une petite politicienne de carrière, misère.

Le conflit étudiant : la radicalisation du mouvement étudiant : une victoire pour le gouvernement Charest :

Par Simon Leduc

Pendant des décennies, les frais de scolarité ont été gelés par les gouvernements péquistes et libéraux. Une hausse de ceux-ci était inévitable afin d’assurer la pérennité de l’éducation postsecondaire québécois. Le gouvernement Charest a décidé de monter les droits de scolarité de 325$ par année pendant cinq ans. Le mouvement étudiant a réagi vivement à cette décision et a déclenché une grève générale afin de faire reculer le gouvernement libéral. Après deux mois de boycott, quel camp a remporté la guerre de l’opinion publique? Est-ce que la radicalisation des associations étudiantes va permettre à Jean Charest de redorer son image auprès des Québécois? Est-ce que les agissements des leaders étudiants vont contribuer à réélection des libéraux?

La CLASSE : une organisation politique de gauche radicale :

La CLASSE est l’association étudiante la plus extrémiste de l’univers postsecondaire québécois. Le leader de celle-ci est un activiste politique qui aspire à renverser le système capitaliste : Gabriel Nadeau-Dubois. Celui-ci est un petit révolutionnaire qui prône la désobéissance civile afin de parvenir à ses fins. Pour lui, la hausse des frais de scolarité n’est qu’un prétexte pour mobiliser ses troupes afin de combattre le grand capital. Il ne faut pas avoir peur des mots, la CLASSE est une organisation politique de gauche radicale qui a un agenda : la chute du capitalisme. Les activistes de la CLASSE utilisent la violence et l’intimidation dans leur combat contre les méchants riches. Ils ont vandalisé l’Université de Montréal, les HEC et les bureaux de la ministre Beauchamp. La CLASSE bloque les entrées des universités et intimide les étudiants qui veulent assister à leurs cours. Ces crapules ont empêché des travailleurs de la Banque Nationale d’aller travailler. Les disciples de M. Nadeau-Dubois ont menacé les ministres de l’Éducation et de la Justice. Ces extrémistes flirtent même avec un meurtrier et terroriste du FLQ : Paul Rose. Il faut se rappeler que celui-ci a participé à l’enlèvement du ministre libéral Pierre Laporte en octobre 1970 (et à sa mort). . Que sera la prochaine frappe de ces apôtres de la violence? Le mouvement étudiant est en train de perdre la bataille de l’opinion publique à cause des agissements de la CLASSE.

La fermeté du gouvernement du Québec dans ce dossier va lui apporter des dividendes politiques :

Depuis 2003, le gouvernement libéral a capitulé devant les forces de l’immobilisme qui sont toujours contre tous les projets de société. Lors de son premier mandat, Jean Charest avait promis de dégraisser l’État québécois qui était obèse et tentaculaire. C’est que l’on appelait la réingénierie de l’État. Devant l’opposition des grandes centrales syndicales, le gouvernement a reculé. Cela s’est aussi produit dans les dossiers suivants : le Suroît, le projet de casino sur la rue Peel (avec le Cirque du soleil,), l’exploitation des gaz de schiste, l’imposition d’un ticket modérateur dans la santé. Etc. Dans le dossier des droits de scolarité, le gouvernement québécois n’a pas fait marche arrière devant les pressions du lobby étudiant. Cela donne l’impression aux Québécois que le premier ministre se tient debout devant les étudiants qui ne veulent pas payer davantage pour leurs études. La ministre de l’Éducation a même tendu la main aux leaders étudiants en proposant une bonification du régime de prêts et bourses. Les associations étudiantes ont unanimement rejeté le geste de rapprochement des libéraux. Pour une rare fois, le premier ministre québécois a pris une décision et il n’a flanché, il faut quand même le reconnaître.

Dans ce conflit entre le gouvernement et les groupes étudiants, c’est le premier qui a remporté la bataille. D’un côté, le dogmatisme, l’intransigeance et surtout la radicalisation du mouvement étudiant ont discrédité celui-ci aux yeux de l’opinion publique québécoise. Leurs gestes de violence, de blocage et d’intimidation ont profondément déplu et choqué la majorité silencieuse qui voit les étudiants comme des bébés gâtés pourris. Le discours radical et révolutionnaire de la CLASSE a démontré le vrai visage de ces néo-felquistes. Cela a prouvé que la hausse des frais de scolarité était seulement un prétexte pour mobiliser les jeunes pour ce supposé « printemps québécois ». De l’autre côté, le gouvernement Charest a démontré de la fermeté et du leadership en ne reculant pas devant les pleurnichements de ces futurs chefs syndicaux. Cette crise étudiante a permis au gouvernement libéral de remonter dans les sondages où il tallone maintenant le Parti québécois. Ironiquement, ce sont les associations étudiantes qui vont peut-être permettre à Jean Charest d’obtenir un inespéré quatrième mandat. Finalement, les meilleurs amis de ce gouvernement sont Gabriel Nadois-Dubois, Léo Blouin-Bureau et Martine Desjardins.

La fin des illusions

S’il y a quelque chose que j’adore lorsque je me mets à écrire, c’est de brasser la cage un peu. J’aime donc beaucoup quand l’actualité me donne l’opportunité de le faire. Aujourd’hui, j’aimerais mettre fin à certaines illusions. Au début de cette soit-disant « grève » étudiante, j’ai écris un texte qui a causé certains remous chez les étudiants. Je leur ai expliqué que les conséquences de leur gestes n’étaient vraiment néfastes que pour eux. Je leur ai dit que c’était totalement futile. Certains ne l’ont pas bien pris. Certains m’ont fait valoir que ça a fonctionné par le passé et qu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient. C’est vrai, mais en revanche, la situation financière du gouvernement n’est pas aujourd’hui ce qu’elle était alors. Les choses ont changé.

Un des changements majeurs vient d’arriver cette semaine alors qu’un juge a lancé une injonction contre le Cégep d’Alma pour la levée des lignes de piquetage et le retour en classe des étudiants. Le juge questionnait même le droit des étudiants de faire la grève. Tiens donc! Pourquoi? Parce que les étudiants ne sont pas des travailleurs. Les Cégeps et Universités ne sont pas leurs employeurs. Les étudiants ne sont pas là pour y faire un travail rémunéré, mais pour recevoir un service pour lequel ils doivent payer. De refuser d’aller à ses cours n’est donc pas une grève dans le vrai sens du terme, alors appelons-le par son vrai nom: un boycott.

Les associations étudiantes, même si elles aiment à émuler les syndicats, ne sont pas des syndicats. Donc, les étudiants n’étant pas des travailleurs et les associations étudiantes n’étant pas des syndicats, pourquoi croit-on que le code du travail s’applique ici et que certains étudiants se croient permis de priver les autres de cours pour lesquels ils ont payé. Pourquoi certains étudiants se croient le droit d’agir en voyous et de faire de l’intimidation et du vandalisme sans pour cela qu’on ne les traite comme les criminels qu’ils sont? Au nom de quelle logique, une minorité d’étudiants (car il s’agit bien d’une minorité) peut-elle allègement bafouer les droits de la majorité?

Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que depuis que le mouvement des associations étudiantes d’apprentis-syndicaleux existe, personne n’a posé cette question jusqu’ici! Faut croire qu’au Québec, notre café n’est pas assez fort. On devrait sérieusement songer à se mettre à l’espresso et en prendre cinq ou six d’affilé pour rattraper le temps perdu.

Désolé de péter la bulle de nos apprentis-syndicaleux, mais ils n’ont effectivement aucun droit de grève et aucune légitimité à priver les autres étudiants des cours pour lesquels ils paient. Qui plus est, les universités et cégeps n’ont aucune obligation de respecter les lignes de piquetage et ont en fait une obligation de poursuivre les cours, même si ce n’était que pour une minorité d’étudiants. Soit dit en passant, corrigez-moi si je me trompe, mais les professeurs et syndicats de professeurs qui débrayent en soutien à leurs club-écoles ne sont-ils pas en situation de grève illégale? Qu’attend le gouvernement pour imposer des sanctions? Puisque le gouvernement tient tant à gérer l’éducation, il serait temps qu’il mette ses culottes, vous ne trouvez pas?

C’est donc la fin des illusions pour les club-écoles des syndicats que sont les associations étudiantes. C’est un réveil qui a mis très longtemps à arriver et que j’accueille avec joie. Espérons que se multiplieront les injonctions demandées par ceux parmi les étudiants qui sont brimés dans leur droits par ce boycott.

L’intimidation sur les chantiers, la construction et les syndicats

Le spectacle désolant offert par les deux principaux syndicats de la construction cette semaine me fait penser à un spectacle de corrida, où le taureau, en l’occurrence la FTQ-Construction et le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction – International, se fait blesser puis mettre à mort par le gouvernement Charest.

Avant le spectacle à proprement dit, il y a une parade pour amadouer les spectateurs, le paseo, qui correspond selon moi à toutes les révélations des journalistes sur l’intimidation sur les chantiers, dont celles de la pertinente émission « Enquête ». C’est à ce moment où la plupart des Québécois ont appris la situation grave sur les chantiers.

Lors du tercio de pique, des picadors affrontent le taureau et le blessent à l’aide d’une longue pique, ce qui permet à la fois de l’affaiblir et d’évaluer son comportement. Cela correspond à l’élaboration du Projet de loi 33 sur le placement de la main-d’oeuvre, qui vise à diminuer le pouvoir des syndicats. Après quelques consultations, la ministre Thériault se rend compte que les deux centrales syndicales feront tout pour ne pas qu’il passe. Elle annonce une commission parlementaire afin de ne pas leur donner de raison valable, aux yeux du public, de faire des moyens de pression. Même si le gouvernement annonce qu’il ne reculera pas, il favorise le dialogue avec les syndicats.

Au cours du deuxième acte, le tercio de banderilles, des banderilleros plantent trois paires de banderilles dans le dos du taureau. Cette étape nous emmène dans le vif du sujet, cette semaine, soit celle où la FTQ-Construction et l’International usent d’intimidation (qu’elle soit verbale, économique ou physique) sur les chantiers pour prouver que les changements au placement syndical proposés par le gouvernement afin de contrer cette même intimidation ne sont pas une bonne idée. Les nombreux reportages montrant l’intimidation de façon claire et sans équivoque montrent aux Québécois la réalité des chantiers. Les syndicats se sont pendus avec leur propre corde: voulant dénoncer les médias qui « exagèrent » les cas d’intimidation sur les chantiers de construction, ils usent d’intimidation pour convaincre les médias. Ils ne connaissent peut-être pas d’autres méthodes de contestation, qui sait. Comme le taureau, les centrales syndicales sont très affaiblies par l’opinion publique.

Enfin, lors du troisième tercio, moment auquel les spectateurs assistent à la mise à mort, le matador, après une faena, une série de passes exécutées avec sa muleta, met à mort le taureau par l’estocade portée avec son épée. Dans le cas qui nous concerne, le gouvernement Charest réussit à enlever du pouvoir aux syndicats, à les mettre à l’amende, mais surtout, à avoir fait le ménage dans la construction, avant même le début de la commission d’enquête sur la construction. Les spectateurs sont rassasiés.

Le Projet de loi 33 sur le placement syndical est un pas dans la bonne direction, mais il ne règle qu’une partie du problème de la construction. Le pouvoir est en bonne partie retiré aux syndicats, mais il n’est pas redonné entièrement aux entrepreneurs, plutôt à la Commission de la construction du Québec.

Mais surtout, d’autres problèmes ne sont pas réglés, comme le vote syndical non secret, l’accréditation obligatoire aux syndicats et la réglementation excessive des métiers de la construction. À ce titre, il est déconcertant de constater le nombre élevé de métiers de la construction au Québec, soit 26, quand on compare avec l’Ontario, qui n’en compte que 6. Selon l’économiste Pierre Fortin, l’impact de la Loi R-20 (Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction) est de 10,5 % sur le total des coûts de construction. Il vaudrait donc la peine pour les finances publiques de moderniser cette loi. (Pour plus d’information, voir cet article)

Il y a aussi des problèmes liés à l’infiltration du crime organisé, à la circulation d’argent au noir, au blanchiment d’argent et au financement des partis politiques, tous liés entre eux d’une façon ou d’une autre. Ce problème est délicat à régler, et surtout très complexe. La seule façon de lutter contre l’évasion fiscale est de diminuer les taxes et les impôts, mais il faut du courage politique.

Avec ce projet de loi et l’annonce d’une commission d’enquête sur la construction (dont le mandat change trop souvent), le gouvernement semble utiliser la stratégie du petit pas pour régler les problèmes en construction. Espérons qu’elle va fonctionner, mais avec le pouvoir donné aux syndicats (ou qu’on leur a laissé prendre depuis quelques décennies), ils peuvent paralyser de très gros chantiers en débrayant de façon illégale. Je suis plus un partisan des changements radicaux, mais après tout, le Québec est la province de la Révolution tranquille…

Le terrorisme syndical

Caricature signée Ygreck

 Comme l’illustre la caricature d’Ygreck ci-haut, peut-on imaginer quelque chose de plus aberrant dans une industrie que de voir le dirigeant d’une entreprise se faire littéralement dicter qui il doit embaucher, combien de travailleurs il doit employer sur son chantier, en plus de dicter leurs conditions de travail. Un patron dans une manufacture mettrait probablement la clef dans la porte et irait investir dans une autre industrie, mais dans l’industrie de la construction, cette situation dure depuis des années et on se demande pourquoi il y a des problèmes dans cette industrie.

Maintenant, le projet de loi 33 veut rétablir l’équilibre en éliminant cette aberration, mais les syndicats ne sont pas contents du tout. Ce matin, des représentants syndicaux se sont rendus à plusieurs chantiers pour demander aux travailleurs de quitter le chantier. Un attroupement, supposément impromptu de travailleurs syndiqués ont commencé à assiéger le siège de la CCQ.

On a appris que la ministre du travail, Lise Thériault aurait reçu des menaces par téléphone ce weekend et une femme de la Côte Nord qui devait comparaitre devant la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 33, n’a pas pu s’y présenter parce qu’elle aurait été rudoyée par des représentant syndicaux et aurait eu des côtes félées. Il semble que l’altercation n’avait rien à voir avec la participation de la dame à la commission parlementaire, mais était reliée a d’autres demandes faites par celles-ci. Néanmoins, il s’agit d’un exemple totalement inacceptable d’intimidation sur les chantiers qui n’aurait pas lieu sans le placement syndical.

La FTQ nie toute responsabilité des gestes posés. Je crois qu’ils prennent des gens pour des idiots et je doute fort que le public soit dupe. À TVA, pendant une entrevue avec Lise Thériault près d’un chantier, on pouvait voir des représentant syndicaux arriver sur le chantier et haranguer les travailleurs et ensuite voir les travailleurs partir au nez et à la barbe des caméras et de la ministre.

Par ailleurs, un communiqué du Conseil du Patronat rapporte que selon des entrevues faites avec des entrepreneurs de la construction que plusieurs compagnies enregistrent des pertes de plus d’un million par jour à cause de ces débrayages illégaux.

Ces tactiques d’hommes des cavernes sont inacceptables et doivent cesser. Le gouvernement doit tenir les centrales syndicales, et particulièrement la FTQ,  responsables des pertes dues aux débrayage et au vandalisme, et leur infliger les sanctions qui s’imposent.

Je me souviens avoir vu le gouvernement de Jean Charest plier sous l’intimidation syndicale en 2003 alors qu’il avait promis une ré-ingénierie de l’état. Espérons que cette fois ci, les libéraux se tiendront debout. Là-dessus, les propos de Mme Thériault, qui a déclarer qu’elle ne se laisserait pas intimider, me rassurent. Peut-être finalement qu’en politique, ce sont les femmes qui ont des couilles.